Récit de Gilles sur le grand Menestrail : 53 km

Moncontour c’est du Lourd ! 


Un peu à la bourre j’ai juste le temps d’échanger quelques mots avec François et Fred qui accompagne un ami et c’est parti pour un objectif de 7h. Après 2 participations sur le « Menestrail » j’avais vraiment envie de jouer sur le « Grand » avec sa partie nocturne. Cette année la boue était bien là mais pas le vent, pas la pluie (juste un peu de bruine) et le froid n’est pas sévère.


Il paraît que nous sommes plus de 500 au départ à la frontale. La partie nocturne est assez tranquille et passe très vite. Le terrain n’est pas trop difficile et l’allure est relativement soutenue (cardio un peu au-dessus de ce que je souhaiterais). Après de bons moments bien coulants, c’est vers 2h40 de course que je me retrouve au 1 er  ravito au point de départ. Fred me tape dans le dos (le bougre était juste derrière) et je repars pour la 2 ème  boucle. Ça va être une autre paire de manches. J’ai beaucoup de mal à reprendre le rythme et j'ai la mauvaise idée de me mettre dans la tête que ça va être dur. Comme prévu le terrain est nettement plus difficile et les jambes commencent à avoir du mal à encaisser le dénivelé, les glissades et les coups de froid à chaque passage dans l'eau. Je savais que je n’étais pas au top mais je pensais quand même pas rentrer dans le dur si tôt. Fred et son copain passent devant, j’essaie de m’accrocher pour finalement me laisse distancer. Je commence à avoir froid, c’est le début de la cuisson. Le 2 ème  ravitaillement et sa soupe chaude font du bien. J’y recroise le duo qui repart déjà. Ils me distanceront de 25mn sur le 20 derniers km, je suis cuit ! La fin de course n’est donc pas dès plus héroïque et j’ai le temps de regarder le paysage tout en discutant avec mes voisins pas plus frais que moi. Un thé chaud au dernier ravitaillement, quelques côtes et voilà c’est l’arrivée en 7h20.

Donc Moncontour c’est bien du Lourd et il se prépare à la hauteur de ce qu’il mérite (l’année prochaine il faudra travailler un peu plus les côtes).

Et bravo à l’organisation avec un super balisage, juste ce qu’il faut de ravitaillement (avec du chaud !) un joli parcours qui demande de bien puiser dans ses ressources.

 

Récit de François sur le grand Menestrail : 53 km

Je me lève ce dimanche à 3h12 du matin, j'avale mon dej'sport et je saute dans la voiture direction Moncontour.. J'arrive sur place bien en avance, j'ai le temps de récupérer calmement mon dossard 2252 et de me préparer. 
Dans le gymnase, je croise Fred et Gilles, avant le top départ très festif à 6h tapantes, à la lumière des frontales. Je pars dans en fin de peloton, tranquillement. Nous quittons le village et entrons rapidement dans le vif du sujet... jusqu'à un premier bouchon vers le 4è km (5minutes d'arrêt), bientôt suivi par un second, bien plus long (15 minutes),au 7e km. Ça grogne dans le peloton, au sujet de la barrière horaire... une fois passé l'obstacle, je relance pour "rattraper le temps perdu", et profite à fond de l’allongement du peloton : j'ai l'impression d'être seul dans la forêt, c'est grisant, je "fonce" dans la boue et la bruine qui empêche parfois de voir les balises ! Mon protocole alimentaire semble fonctionner, boisson isotonique dans les bidons tous les 15min, et alternance toutes les 1/2 heures de barres à l'amande et de compote, + sporténine toutes les heures. 

Je n'ai pas ressenti de coup de fatigue ni de maux de ventre. Mais avec le lever du soleil, s'éveille aussi mon TFL gauche, qui ralentit considérablement mon allure. Je tente malgré tout de tenir la vitesse dans les dernières portions de la première boucle, aidé des bâtons... mais je suis quand même le premier de BA35 à finir la course, arrêté au ravito du 22è, pour 7 minutes de retard. Considérant mes douleurs au genoux et mon temps limite, j'accepte avec sagesse la décision pendant que certains coureurs négocient leur réintégration au peloton. Je rends donc mon dossard enrichi de l'expérience de cette première boucle nocturne du grand ménestrail, réalisée en 3h07 !

Une soupe, un sandwich et une douche chaude ... me voilà requinqué alors qu'arrive le premier du 53km, qui termine en 4h30 ! Loin de me décourager, cela m'encourage à persévérer, car j'ai adoré la course nocturne et la boue ! Une expérience à renouveler, peut-être sur le Noz-trail du Glazig ?? 

Récit d'Olivier B. sur le grand Menestrail : 53 km

5h30 , il pleut et je me demande réellement ce que je fais la !Le dossard a la main, installé au chaud dans la voiture je commence à me poser la question  si j y vais ou pas  ! Bon allez arrête de réfléchir olivier, le cerveau en position off et c'est parti ! On verra bien !!
 
Après une prépa vraiment galère ou l’envie de courir n’était pas forcement là depuis 1 mois, et une baisse de motivation en cette fin de saison je prends le départ sans vraiment d'objectif si ce n'est finir ce trail réputé dur  !!
 
Le début de course se passe plutôt bien et les sensations sont bonnes. Le terrain vraiment très gras et  les passages répétés dans les  ruisseaux et autre bourbier jusqu'a mi mollet tiennent toutesleurs promesses et usent réellement l'organisme petit a petit !!
Les dévers a travers les champs sont usants et n'ont rien d agréables. Restent les passages techniques et les sous bois ou je m éclatevraiment, ce qui me permet de grappiller quelques places.
 
Physiquement je me savais un peu limite dès le départ et c’est après 3h 30 de course que je commence à le ressentir ! Les jambes deviennent dures et lourdes. J'ai du mal à relancer sur les parties dites roulantes. Dans les descentes j'arrive toujours a me faire plaisir et joue au kamikaze ( merci a Eric et Yvan pour leurs conseils ). Les montées quant à elles sont de plus en plus dures et se répètent trop souvent a mon goût !
 
La fin de course se fera au mental et je finirai vraiment dans le dur, avec des débuts de crampes !!
 
47 eme en 5h59 sur 500 partants et 380 finishers !! Au vue de la prépa plutôt limite et galère que j ai eu  je  reste assezsatisfait de moi !
 
Place a la récupération avant de prendre une licence eapb pour faire quelques cross et gagner en vitesse !! Le coach a parler  avé !!!

Webmaster : Ronan

Nous contacter