Compte-rendu de Jean-Paul

Je me suis fixé comme objectif de courir en 16O puls de moyenne, sur une course 33km 200, c’était raisonnable. Retrouvailles avec Ronan, échauffement, puis direction le départ, petite goutte de pluie, départ donné puis l’apocalypse, forte averse de grêle, pas mal de traileurs se mettent à l’abri ou ils peuvent, Ronan accélère, je le laisse partir.
Le début du parcours est rapide, je passe au 10e en 48’30, les puls sont un peu haute, je décide de ralentir un peu. Soudain une voix connue derrière moi, c’est Ronan, erreur de parcours, nous faisons un bout de chemin ensemble, tout petit, car il mène bon train. A parti du 24e km, les difficultés commencent, de belles bosses et descentes techniques, sympa, je m’égare un peu dans ce labyrinthe. Retour sur le parcours, nouvelle surprise, Ronan est a nouveau derrière moi, je l’attends et nous finissons ensemble 32e et 33e. 
Satisfaction perso, je finis bien en 161 puls de moyenne, j’ai pas mal maitrisé mon allure. Trail sympa, un peu trop de route ou chemin rapide à mon gout, ravito excellent à l’arrivée.

Morale de la course, il faut courir les yeux grands ouverts, pour le paysage mais aussi pour le fléchage.

A + à Guerlédan.

Résultats / 140 partants

Jean-Paul 31ème 20 è v1 2h52
Ronan 32ème 9è S. 2h52

Compte-rendu de Ronan

Destination Berric dans le ( fin ) fond du Morbihan pour y poursuivre ma préparation, j'ai en plus eu la chance d'être tiré au sort sur Yanoo, le dossard est donc offert. 

Arrivé ( enfin ) sur place je retrouve l'ami Jean-Paul, déjà en tenue, je prends mon dossard et on part s'échauffer tranquillement histoire de faire un peu le point sur nos objectifs respectifs. Sur les conseils du coach, on va faire ce trail au cardio, rester dans des zones proches des 160. Quelques minutes avant le départ de très gros nuages noirs viennent assombrir le ciel...ça sent le grain...mais on décide de partir en petites manches. 
Le speaker annonce le terrain gras et le parcours difficile. De petites gouttes de pluie se mettent à tomber et le départ est donné, nous sommes au milieu de 140 coureurs. A peine les premiers mètres foulés, un déluge nous tombe sur la tête, de la grosse pluie suivie de grêlons viennent accompagner les premières minutes de course ! Génial, nous sommes trempés, je décide donc très vite de changer de stratégie de course et de partir vite, pour éviter le froid. J'entends Jean-Paul me saluer, il a compris. 

Les premiers km sont très agréables, faux plats montants, belles descentes, parcours sinueux en forêt, je vais assez vite, je suis dans les 15-20 premiers et je suis vraiment bien, pas à fond, j'en garde sous le pied. Très vite on fait le trou avec un autre coureur et il n'y a personne derrière nous. On suit un groupe devant nous en visuel mais je ne veux pas me griller, je gère il reste encore beaucoup de km. 

Arrivé au 10è km, première difficulté, on grimpe une belle côte avec une corde, puis redescente technique dans les rochers, deux options ensuite à gauche ou à droite, et là première erreur, je ne vois pas le balisage et je remonte le sentier sur environ 300 m, une belle côte. Avec mon binôme, on ne voit pas de rubalise et donc on fait demi-tour. Au final 4-5 minutes de perdues. Dommage on était vraiment bien. Je suis dégoûté et énervé. Deux options : soit on laisse filer, soit on accélère encore pour recoller mais on n'est au'au 10è. Et là je choisis l'option à ne pas prendre, on accélère ( quel couillon je vous jure ). Passés des environs de la 15 è place au milieu du peloton ( on doit être 60è à peu près ), on déboule et on double de nombreux coureurs sur un rythme élevé, le cardio est plus haut que prévu ( non coach, arrête de lire à partir de maintenant !!! ). Mon coéquipier est marathonien ( 2 h 57 en record ) et mène grand train sur le plat, je le relaie facilement, je suis donc vraiment rassuré sur mon état de forme. 

Le parcours reste agréable et varié, on reste longtemps sur un rythme élevé et on continue de doubler, j'ai peur de le payer à la fin mais bon... 

Je finis par rattraper Jean-Paul tout surpris de me voir, il reste encore environ 8 km, il semble bien, on continue sur notre rythme. Mon coéquipier a des signes de moins bien, il faiblit en côte, je l'aide un peu mais je finis par le lâcher, je garde toujours un bon rythme et on m'annonce 36è. Bon c'est mieux. Je reste quand même un peu déçu et un peu énervé. 

Je double encore quelques coureurs, et j'arrive au dernier ravito, là..c'est comme au Glazig, des flèches de balisage de toutes les couleurs et de la rubalise partout, les parcours se chevauchent, je monte tout droit...erreur...c'était en bas !! Je perds encore au moins une minute...Jean-Paul et un petit groupe me repassent devant. Je suis HYPER énervé !! Je peste. Je lâche un peu mais les jambes repartent, il reste peu de km. Je vois donc le groupe devant moi, j'entends Jean-Paul qui a fait une erreur de parcours dans des bosses, encore une fois je prends une mauvaise option, je dois m'arrêter. Je vais donc redoubler une troisième fois un coureur qui rigole, il ne m'a jamais doublé et je suis passé devant 3 fois !! Il me conseille l'achat d'une boussole. Mon sens de l'humour a disparu, je serre les dents histoire de ne pas le balancer dans les broussailles... Je rejoins donc Jean-Paul, je suis vraiment totalement énervé et un peu dégoûté. Je m'accroche et on termine main dans la main. 

Le ravito est gargantuesque à l'arrivée, un bon point pour l'organisation. 

Bilan : 

-parcours agréable et varié, pas très dur, assez roulant. 
-de supers sensations, de loin ma meilleure course, j'ai mené l'ensemble de la course sur un rythme très élevé assez facilement, je reste donc déçu, j'avais l'occasion de faire une belle place, dans les 20 je pense, mais je relativise aujourd'hui, ce n'était qu'une compétition d'entraînement ! 
-pas de douleurs dimanche, rien aux adducteurs et pas mal aux jambes, de bonne augure pour la suite ! 
-un balisage pas toujours très lisible, beaucoup de passages où les parcours se chevauchent, des rubalises qui posaient question...et aussi je dois l'avouer c'est la preuve d'un manque de lucidité et de concentration, je n'ai pas assez ralenti par moment. 
-content comme toujours d'avoir croisé l'ami Jean-Paul, égal à lui-même, toujours facile. Désolé de ne pas t'avoir salué avant de partir mais vu le grain énorme qui est tombé j'ai donc finalement abandonné l'idée de prendre une douche sur place ! 

Webmaster : Ronan

Nous contacter