Grand raid des Pyrénées

Vendredi 27:levé à 3h, j’ai bien dormi et me sens étrangement calme et serein

4h45 Départ: au bout d'un kilomètre, on sort déjà les bâtons, la montée au col duPortet est vraiment raide, je monte tranquille et souplement avec d'excellentes sensations,en 11kms on prend déjà 1500m+.
Ensuite vient une des plus belles parties du parcours:le lac de Bastan et la montée au col de Bastan et avec tous ses lacs sauvages, un parcours hyper technique dans les cailloux, ce que je préfère en Trail, on descend sur Artigues et je m'enflamme un peu, je vais comprendre par la suite qu'il faut s'économiser en permanence.

Vient la montée vers le col de Sencours:8kms pour 1200m+, une montée longue et terrible où j'ai "buggué"entre la 5 et 6eme heure. Je n'avançais plus ,20m par 20m,un gros coup de chaud,mais à Sencours,la forme est revenue,heureusement car je gravis le pic du midi a 2870m,3kms très longs.
Après descente vers la Bonida, je monte le pierrier du col d'aoube facilement, alors qu'en juillet je l'avais trouvé très raide en rando.

La descente sur le lac bleu est toujours aussi belle,puis vient la montée du col deBareilh longue et pentue,toujours la même technique de montée calme et en souplesse(des détails qui s'avéreront payants a la fin).
Descente vers hautacam et villelongue avec le brouillard on voit mal les balises.
Je repars assez vite de la base vie de villelongue au km73. J’attaque la montée au col de contende en ce début de soirée, une montée très difficile et extrêmement technique, même les vaches font parti des obstacles, il faut les contourner car elles sont couchées sur le single track, et la lumière de frontale ne les effraient nullement, puis descente facile sur Cauterets et la montée vers le col de Riou,la montée la plus cool pour moi toute en lacets.

Mais arrive la descente vers Luz saint sauveur, partiellement sans sentier à travers les hautes herbes et les traces de 4x4 avec pour seul guide les balises, 11kms qui n'en finissent pas.
J’arrive à luz au km119, je suis toujours bien, plusieurs coureurs de la tête de course sont là et certains sont explosés, je reprends la route assez vite je sens que c'est peut être mon jour mais il faut encore garder la tête froide.
J’arrive à Tournaboup vers 7h30 incroyablement frais, du moins je le crois, il reste 30kms et je m'enflamme encore sur la montée du col de Bareges dans les gros cailloux, effort que je paye cash car j'ai du mal à finir mon ascension, et je dois marcher dans la descente de 5kms qui suit qui mène au lac de l'oule (deuxième coup de mou assez long).il commence à faire très chaud ce matin.

Il me reste une petite montée de 250m+ que je monte au mental, c’est dur, lent mais j'avance. Dernière descente de11kms et1400m. Le début est dur en courant mais je suis transcendé,et je descends plutôt bien,la concentration dans les cailloux pour ne pas tomber me fais oublier la douleur,je regarde ma montre 32h15 environ,ce chrono inespéré me fais accélérer et je finis les 2 derniers kilomètres à fond ,encore un effort dans les ruelles de vielle Aure et je franchis l'arrivée dans le bourg .32h37 , 34ème et 1er breton:une joie immense et beaucoup d'émotion,mon meilleur résultat jusqu'ici. la course parfaite.



Webmaster : Ronan

Nous contacter