Belle Isle en Terre

C’est à Belle Isle en Terre, petit village Costarmoricain, ou se déroule chaque année la journée contre la mucoviscidose, que deux membres du Team Brocéliande Aventure 35 se sont donnés RDV. Un large choix d’épreuves sportives est proposé pour tous les passionnés de sport nature. (Rando Motos), rando pédestre, rando Kayak, Rando équestre, rando et raid Vtt et trois courses de trail : 8km, 15km, 38km.

C’est sur le (36-38 km) que j’attirerais votre attention car avec ces 1000m de dénivelé positif ça en fait une course pas facile !!!!

Moi j’ai couché sur place et pris mon dossard la veille. Bonne pioche dirais-je car au réveille (7h30), le parking grouille de monde et le cite est une fourmilière géante…Je sors mon fidèle Newton qui voyant des coureurs partout pense que l’on part pour une course canine.Que nenni, Je lui explique en langage chien (mais oui je connais ce langage) qu’il ne courra pas avec moi ce dimanche matin et que j’ai rendez vous avec un autre compagnon de course à deux pattes celui la (sacrés cuisses d’ailleurs). Bon Newton boude !!! Susceptible et trop gâté se toutou…

C’est donc mon ami Bertrand, un de mes compagnons des Templiers 2009, que je rejoints sur le stade ou sera donné le départ. On papote et Bertrand m’invite à commencer la course en sa compagnie (sympas, j’accepte…)

9h15 coup de pétard (enfin je crois) très vite Bébert (oui je me permets de l’appeler Bébert) bref, il imprime un rythme trop soutenu pour moi c’est donc dès les premiers 500m que je décide d’adopter un tempo plus à mon niveau d’autant qu’après 1 km, une côte d’au moins 2 bornes étire le peloton… 1er ravito 4ème kilo. Qu’est qu’il fait là ? Beaucoup trop tôt ce ravito. Il ne sert quasi à personne…
moi je file…le prochain est au 15 ou 16ème c’est suffisant c’est du trail après tout moi j’ai ce qui faut dans le camel… j’ai perdu de vue Bébert…qui file comme le vent… tant pis, au 6 ou 7ème kilo Je rejoins une vieille connaissance de course ultra (et oui je suis déjà un vieux) c’est un finisher de « l’annapurna mandala trail au Népal » et bien d’autres.

Je sais qu’il à une régularité de course quasi chirurgicale (et sans appareil de mesure). Aujourd’hui, son train me convient, et nous courons ensemble dans une « chambre au loup » de 25 km. Je vous passe le récit sur les bosses et les bosses et les bosses et bien sur des descentes des descentes dans des pierriers que j’affectionne………..Ha oui aussi des trous de boues dont un pour moi jusqu’aux genoux (jambe gauche )heureusement que je connais le laçage…..

Dernier ravito km 31, mon camarade me dit qu’il va faire une petite pose il me dit d’y aller car il pense que j’ai plus de jus que lui. Je repars (mais je me dis que ça fait un peu suceur de roue pour ceux qui connaissent le vélo). Normalement plus que 5km… j’attaquer un sentier mono trace avec succession de bosses assez techniques comme dessert.

Je reviens sur 1 puis 2 puis 3 puis un groupe de 3 (ça, ça motive !!!) Mais Je regarde ma montre. 30mn depuis le dernier ravito. J’entends à peine les hauts parleurs et je vois le clocher du village d’arrivée sur une petite colline en face. Un gars me demande c’est loin l’arrivée ? Je lui réponds que c’est bientôt fini, comme si j’avais déjà fais la course… puis il se met à marcher, je lui dit courage mon gars…(ça fait vieux briscard) maintenant c’est dans la tête…La musique devient plus claire, on voit de loin les pubs gonflables du stade d’arrivée… encore un raidillon (qui fait mal quand même)… on court dans le village… mais bon dieu on serpente dans le village autour du stade… je reviens sur deux gars qui avaient accélérés à l’entrée du Bourg croyant entrer dans le stade par le plus court, je croise Bébert qui je crois en à déjà fini.

Enfin le stade. Ha !!! Les sournois encore des couloirs de rubalises… on se croirait dans une file d’attente à euro Disney…je commence mon sprint ou quoi ?, (Lepape.com, conseille générale 22…) un gars devant moi à la ramasse me sent revenir… il accélère… je ne reviendrais pas… ça y est c’est l’arrivée 3h41mn… je reprends mon souffle et Je m’interroge... 40 mn pour faire les 5 derniers km et sans mollir. Je croise deux gars muni de GPS GARMIN (c’est vachement à la mode ce machin) au final entre 37 et 38km sur leurs cadrans (putain ça me rassure !)….à l’arrivée je n’ai pas retrouvé Bébert….On n’a pas pu déguster (enfin moi si !) la bière que j’avais mis au frais…

Pour l’anecdote ;j’ai contacté Bébert que je ne voyais pas dans le classement final. Je pensais à la blessure.
Je sais aujourd’hui qu’il a fait une super course en finissant en moins de 3h18mn ce qui l’aurait hissé dans les 25 hommes de tête. Le problème est qu’il avait mis son dossard sur son sac à dos…Donc ils ont oublié de le classer……. à bon entendeur


Webmaster : Ronan

Nous contacter