Mon cher Jean, je ne dirai rien sur ta vie, beaucoup de belles choses ont été dites hier mais je voudrais t'adresser un hommage, devant tes proches simplement :
De ma vie professionnelle et mes engagements humains et religieux, j'ai été amené à voir partir de nombreuses personnes : des jeunes, des moins jeunes, des personnes seules, des personnes bien entourées, toutes sortes de fin, mais rarement des gens comme toi, Jean.
Tu as été courageux, Jean ! comme tu l'as toujours été.
Tu as été lucide, Jean! tu avais bien compris depuis lontemps que tu "avais quelque chose de méchant" comme nous disions entre nous de façon complice.
Tu as été discret, Jean ! n'osant jamais déranger, ne cessant de dire merci, sans jamais rien demander.
Tu as été consciencieux, Jean ! cherchant à tout mettre en ordre, à donner des consignes pour que tout aille bien, après.
Tu as été conscient des limites de la médecine, Jean ! me disant quelques jours avant la fin,avec ton humour bien à toi :"On ne trouve toujours pas précisément ce que j'ai, il va falloir que je choisisse entre la peste et le choléra !"
Tu as été bien entouré, Jean ! par Michelle qui était toujours là, par Vincent et Sylvie très présents, par ta famille, tes nombreux amis, mais aussi par l'équipe de l'hôpital qui a su faire son métier comme il devrait toujours être fait, avec compréhension, gentillesse, délicatesse, humanité.
Tu es parti serein et calme, Jean ! avec l'âme en paix, après une vie bien remplie,ô combien, la sensation du devoir accompli, ô combien.
Alors, Jean, mon ami, si mes yeux ne peuvent plus te voir (et ce n'est pas simplement à cause des larmes!),saches que tu resteras toujours dans mon esprit et mon coeur, comme un homme bien, que je suis heureux et chanceux d'avoir rencontré.
Et comme tu me l'as dit la dernière fois que nous nous sommes parlé, deux jours avant de t'endormir pour toujours : "à plus !"

Bernard R.



ce site a été créé sur www.quomodo.com