Emprunter à nos amis mendois !

Deux bridgeurs :
- Sais-tu qu'Untel est mort ?
- Oui, je suis allé à son enterrement.
- Ah ! Y as-tu vu des amis ?
- Oh, oui, beaucoup ! C'était un bel enterrement, il y avait au moins 20 tables.
-------------------------------------------------------------------------------------------------------
Les dix choses que l'on n'entendra jamais dans un club …
Par Micheline Chaoul
                De quoi parlent les bridgeurs ? Du jeu, bien sûr, mais aussi de tous ses à-côtés : du club, de son ameublement, de son organisation, des arbitres, des autres bridgeurs … Ces derniers sont toujours trop faibles (quand on les a comme partenaires) ou trop forts (quand ils jouent contre vous). Les tarifs pratiqués sont toujours trop élevés, et en plus il faut se soumettre à des règles : dupliquer les jeux, jouer en sept minutes par donne, ne pas bavarder (alors qu’il faut absolument que je raconte à ma copine la vie privée de Madame X… ). Et en plus, je n’ai pas toujours MON Nord-Sud, et il y a des fois où ILS ne me donnent pas de jeu !
                Franchement, ne sommes-nous pas un peu fêlés de payer pour écouter les « transférez, changez » de quelqu’un qui ne nous donne jamais raison quand de vilains adversaires nous infligent de mauvais coups ? Quand je dis que j’ai fait égal, on me donne moins un, on m’interdit d’entamer de mon As de Pique, et on laisse ces tricheurs ouvrir de un Sans-Atout avec quatorze points, sous prétexte qu’ils ont un carton bleu à la main ?
                Ces doléances sont internationales, comme en témoigne cet article de Marilyn White, de Toronto : « Les dix choses que l’on n’entendra jamais dans un club » :
  1. « Dans ce club, la température est toujours idéale, il n'y fait jamais ni trop chaud ni trop froid ... ».
  2. « Voulez-vous un café ? Il est offert » « Non, merci ».
  3. « Un relais à 4 donnes ? Bon, OK, pas de problème ».
  4. « Non, le tarif du tournoi n'est pas trop élevé ... ».
  5. « Je peux toujours compter sur mon partenaire pour se souvenir de toutes les conventions que nous avons sur notre feuille ».
  6. « Ne me racontez pas de blagues, cela ne m'intéresse pas ».
  7. « Il faut alerter plus souvent ! »
  8. « Les bridgeurs savent toujours bien s'habiller ».
  9. « Peu importe notre position, Nord, Sud, Est ou Ouest, on a toujours du jeu et les cartes sont toujours bien placées pour nous ... »
  10. «Je n'ai pas de partenaire, mais donnez-moi qui vous voulez... ».
 Peut-être entendra-t-on un jour ces paroles … l’espoir fait vivre !
-----------------------------------------------------------------------------------------------------
                 
 

Petites histoiresamusantes


Une conversation réellement entendue lors d’un tournoi.
On intervient par 2 Trèfles sur l’ouverture d’un sans-atout
et le numéro trois demande alors à son adversaire de gauche :
« Vous jouez le Landy ? »
Et celui-ci de répondre très sérieusement :
« Non, seulement le week-end. »
------------------------------------------------------------------------------
A la fin d’un tournoi une dame s’adresse à l’arbitre :
- est-ce qu’on ne vous aurait pas rapporté un stylo ?
- en or ?
- non, en Sud.
-------------------------------------------------------------------------------
Un vieux bridgeur va voir son curé et lui demande s’il y a des tournois de bridge au paradis.
Le curé lui répond qu’il n’en sait rien mais qu’il va se renseigner.
Une semaine plus tard, le curé lui annonce deux nouvelles :
- Il y a des tournois chaque semaine.
- Il est déjà inscrit pour celui de la semaine prochaine.
-------------------------------------------------------------------------------
nuit de noces:
un couple entre dans sa chambre mais le téléphone sonne.
Le mari répond et c’est un copain du bridge.
La conversation est interminable et le copain explique comment son partenaire a chuté un chelem.
Quand il termine enfin, la femme éclate en sanglots :
« Comment peut-il être aussi mufle ? C’est épouvantable ! »
« Tu as raison, ma chérie. Tout ce qu’il avait à faire c’était l’impasse Cœur ! ».
-------------------------------------------------------------------------------
Plainte d’un résident

Monsieur le Commissaire,
Il est de mon devoir de citoyen respectueux des lois et attaché aux principes de moralité sur lesquels se fondent notre société de vous informer des agissements honteux auxquels se livrent
régulièrement un groupe d'individus peu recommandables, dans l'établissement nommé
"
l'as de coeur".
Les lundi et vendredi après-midi, ils sont un bonne vingtaine des deux sexes à se réunir, et les commentaires et bruits divers qui filtrent derrière ces volets clos, ne laissent, vous en jugerez, aucun doute sur la nature de leurs activités.
Ainsi est-il fréquent d’entendre des voix féminines soupirer:
"Je viens de prendre un bon coup", quand ce n’est pas deux ou trois! ou encore, sans la moindre gêne : "C’étaient vraiment des
manches tendues"
.
Je précise que ces soirées orgiaques sont dirigées par une sorte de maître de cérémonie qui orchestre ces débats en invitant d’une voix lubrique les participants à "changer pour une
nouvelle position", tout en décrivant avec une délectation perverse les mouvements des paires qui montent ou qui descendent inlassablement .
Si encore, monsieur le Commissaire, ne se retrouvaient dans ce centre du vice que des adultes endurcis! Hélas non! Je sais, pour l’avoir entendu qu’il y existe des "mineures affranchies" qui
s’y sont laissées entrainer et qui, après avoir été initiés aux "placements de mains", sont allées jusqu’à pratiquer des "squeezes" (?) impitoyables.
Dans ce tourbillon frénétique et libidineux où, sans la moindre pudeur, sont dévoilées les caractéristiques anatomiques les plus intimes, les uns vantent leur "belle longue", d’autres se plaignent de leur "toute petite ouverture" .
On y parle effrontément de deux ou trois "passes" d’affilée, le tout agrémenté de commentaires du genre: "J’ai préféré tirer un coup de sécurité pour le cas ou la femme serait sèche!"
Et puis ils s’encouragent par des "bravo partenaire", "merci partenaire".
Inutile, Monsieur le Commissaire, de m’étendre davantage sur cet étalage de débauche. Le reste s’imagine! Alors, je vous en supplie, intervenez rapidement et confondez ces ignobles individus qui risquent de contaminer la population toute entière.
Les gens honnêtes vous en sont, à l’avance, reconnaissants .
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
TOURNOI DE CLUB.
Tournoi de club pépère, fin de la première position.
Arbitre : " Transférez, changez " (classique)
Gentille dame : " Monsieur, monsieur, je vais où ? "
Arbitre (charmant) : " Les paires montent, les étuis descendent, madame. "
Fin de la deuxième position.
Arbitre : " Transférez, changez. "
Même dame : " Monsieur, monsieur, je vais où ? "
Arbitre (agacé) : " Les paires montent, les étuis descendent. "
Fin de la troisième position.
Arbitre : " Transférez, changez. "
Toujours la même dame : " Monsieur, monsieur, je vais où ? "
Arbitre (excédé) : " Les paires montent, les étuis descendent. Si vous êtes une paire, vous montez, si vous êtes un étui, vous descendez."
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Qu'est-ce qu'un bridgeur ?
C'est un petit génie ...
... Qui joue avec un imbécile ...
... Contre deux tricheurs !

ce site a été créé sur www.quomodo.com