Boxe française - Championnat de France Elite A - Un seul et même but

Boxe française - Championnats de France Elite A - Un seul et même but

La route vers le titre passe par Toulouse. Quatre Alsaciens seront en quête, ce week-end dans la ville rose, de leur qualification pour le dernier carré des Championnats de France Elite A.

Ils devaient être cinq. Mais Sydney Aiout (-80 kg, moyens) a dû renoncer, terrassé par une vilaine grippe. Rageant, si près de l’échéance, alors qu’il avait consenti des efforts acharnés depuis de longues semaines pour décrocher sa première qualification en demi-finale après deux tentatives infructueuses. Le jeune Ostwaldois (25 ans) reviendra plus fort l’an prochain, c’est certain.

 

Chez les super-légers (-65 kg), Aziz Abdelaoui (BF Strasbourg) entend redevenir le numéro 1, et il en a bien évidemment les moyens. Il avait été le seul Alsacien, l’an passé, déjà à Toulouse, à se qualifier pour le dernier carré, mais le Strasbourgeois (28 ans) avait chuté en demi-finale, abandonnant sa couronne nationale.

 

Après un premier titre national en 2012, Aziz Abdelaoui avait su se relever de son échec en demi-finale aux “France” en 2013, pour régner dans l’Hexagone (champion en 2014 et 2015), en Europe (champion en 2014) et dans le monde (champion en 2015). Bis repetita en 2017 ?

 

Floran Burgstahler (mi-moyens, -70 kg) et Frédéric Cousy (super-mi-moyens, -75 kg) ont fait leurs premiers pas en Élite A l’an passé sans parvenir à s’extraire du tournoi de qualification toulousain.

 

Pour franchir un cap

 

Le boxeur de Barr (30 ans) et celui de Masevaux (29 ans) sont de retour dans la ville rose avec davantage d’expérience et sans doute d’ambition. Ce ne sera pas de trop pour franchir un cap dans des catégories où les pointures ne manquent pas.

 

Champion du monde chez les juniors, Hervé Kirch (super-mi-moyens, -75 kg) n’a pas encore connu la même réussite en Élite A. Mais le jeune Savernois (23 ans), dont les contraintes professionnelles pouvaient parfois limiter la préparation, arrive cette fois mieux entraîné.

 

Chacun devra terminer parmi les deux premiers de sa poule pour atteindre les demi-finales (18 et 25 février). Chez les mi-moyens, Floran Burgstahler pourrait aller plus vite. Les deux premiers des cinq boxeurs présents dans sa catégorie seront ainsi directement qualifiés pour les finales (18 mars).

ce site a été créé sur www.quomodo.com