Boxe Française - Philatélie - Un timbre pour les championnats du monde

Un timbre pour les championnats du monde de boxe française

Le 16 novembre 2013, La Poste a émis un timbre pour célébrer les championnats du monde de savate boxe française, disciple peu connue du grand public mais qui connaît aujourd’hui un succès croissant.

Création de Philippe Ravon en héliogravure à 0,95 euro, le timbre se caractérise par un visuel d’un style très épuré, contemporain et dynamique, qui met en avant un des gestes emblématiques de cette discipline.

Sport de combat de percussion, la savate boxe française se pratique sur un ring carré avec des gants de boxe et des chaussons, entre deux adversaires qui peuvent porter des coups avec les poings et les pieds. Apparue au XIXe siècle dans la tradition de l’escrime française, dont elle reprend le vocabulaire et l’esprit, elle est connue dès les origines sous le nom de « savate » ou « art de la savate » et a été, tout au long du XXe siècle, désignée par le nom de « boxe française », avant de se voir renommer officiellement « savate boxe française » en 2002. C’est actuellement une discipline internationale qui appartient au groupe des boxes pieds-poings. Cette discipline compte aujourd’hui 728 clubs sur le territoire national et plus de 45 900 (48 768 !) licenciés dont plus d’un tiers de femmes et plus d’un tiers de jeunes. La finale des championnats du monde a lieu à Clermont-Ferrand le 16 novembre 2013.

Avec des armes naturelles

Les trois disciplines pratiquées en compétition sont l’assaut, le combat et la canne de combat. Lors des assauts, les coups ne sont pas portés puisqu’on évoque alors des touches, et le tireur est jugé sur ses qualités technico-tactiques.

Lors des épreuves de combat, la puissance n’est pas limitée. Bien que la technico-tactique soit jugée, les combats privilégient alors la puissance. Pour mettre un terme au combat, il faut que le temps imparti soit écoulé ou qu’un tireur soit déclaré hors-combat. Les combats ne se pratiquent qu’à partir de la catégorie d’âge juniors (18 ans) et nécessitent au moins le grade de gant jaune.

Théophile Gautier donne de cette boxe une intéressante définition : « La savate est une science profonde, qui exige beaucoup de sang-froid, de réflexion, de calcul, d’agilité et de force ; c’est le plus beau développement de la vigueur humaine, une lutte sans autres armes que les armes naturelles, et où l’on ne peut jamais être pris au dépourvu. »

ce site a été créé sur www.quomodo.com