Boxe française - Gala International à Ostwald - Kirch assure le spectacle

Gala International d'Ostwald - Kirch assure le spectacle

Kirch assure le spectacle

Dans une salle du centre sportif d’Ostwald où s’étaient massés 800 spectateurs, les boxeurs alsaciens ont assuré le spectacle samedi soir. Ils ont remporté cinq des six combats qui les opposaient à des adversaires venus de Belgique et d’Italie.

Chaque boxeur a apporté sa façon de combattre, offrant une démonstration de styles très différents. En -80kg, Marc Bader a canalisé la vivacité de son adversaire italien Nicolas Rodia.

Cyril Jacque (-65kg) a usé de ses talents de contre-attaquant pour dominer Simone Rolla. Inversement, la puissance de Yamadou Diakho n’a pas suffi face au redoutable belge Quentin Raviart en +85kg.

De son côté, le Savernois Hervé Kirch (-75kg) n’a laissé aucune chance à son adversaire, l’Italien Marco Boz, champion d’Italie, pourtant plus expérimenté.

Dès la première reprise, le vice-champion de France juniors semble plus déterminé et mobile que Boz. Le jeune Alsacien de 19 ans fait chuter le transalpin et se met le public dans la poche.


Un public épaté

« Une ambiance pareille, avec des clameurs à chaque fois qu’on donne un bon coup, ça fait plaisir », souriait Kirch après le combat. Il faut dire que le boxeur s’est lâché, se permettant plusieurs coups tournants pour épater le public. « Ce sont des coups risqués, qui ne font pas particulièrement mal, mais je lui avais demandé de faire ça », glissait son entraîneur du BF Saverne, Yvon Nugel.

Pendant tout le combat, Kirch garde son adversaire à distance et mise sur son point fort, son jeu de jambes. Boz, plus à son avantage lorsque le combat se joue aux poings, n’a pas d’opportunité de dominer, puisqu’à aucun moment, l’Alsacien n’est rentré dans son jeu.

Son entraîneur ne peut que s’en réjouir: «Comme d’habitude, Hervé a respecté les consignes à la lettre. Cela crée une confiance sans laquelle rien n’est possible».

Lors des troisième et quatrième reprises, l’Italien, avec ce qu’il lui reste d’énergie, peut-être celle du désespoir, tente d’approcher Kirch, sans succès.

Une voix dans la salle demande alors à l’Alsacien de «passer la seconde» ? Il continue à gérer la fin de combat, reculant pour mieux distribuer ses coups de pied.

Les «ancora» (*) acharnés de l’entraîneur de Boz n’y feront plus rien, tellement Kirch a été dominateur. Les juges le déclarent logiquement vainqueur à l’unanimité.

La recette du Savernois était la bonne : « J’ai été vigilant, j’ai réussi à le cadrer sans prendre ses poings », déclare-t-il avec beaucoup de lucidité, quelques minutes à peine après son combat.

Le jeune boxeur, étudiant en soins infirmiers, arrive dans de bonnes dispositions avant le tour de poule du championnat de France, qui aura lieu en mars.

Le temps de perfectionner son jeu de poings, « pour réaliser de meilleurs enchaînements pieds-poings et poings-pieds ». Pour y arriver, il s’est mis à la boxe française anglaise cette année.

La maturité affichée samedi soir et une plus grande variété technique ne seront pas de trop pour conquérir le titre de champion de France, son objectif. Défait en finale l’an passé, il est en train de se donner les moyens d’aller encore plus haut.


(*) «encore » en italien. 

ce site a été créé sur www.quomodo.com