Boxe française - Championne du monde jeune - Juliette Wolff, une sacrée fille en or

Juliette Wolff, une sacrée fille en or

L’adolescente savernoise Juliette Wolff a réussi un véritable coup d’éclat cette semaine en Serbie en s’adjugeant le titre mondial en assaut. Une victoire immense pour cette douce jeune fille au talent fou.

Elle porte le joli prénom de Juliette, passe en terminale S au lycée Leclerc, adore la musique et la lecture. Mais sa priorité, c’est la boxe française, où elle s’exprime avec un talent énorme. Avant de se rendre sur les bords du Danube, Juliette Wolff nous avait prévenus : « Je veux être championne du monde. » Elle tiendra parole.

Enveloppée dans un drapeau tricolore, la main droite sur le cœur.  Mercredi soir dans l’une des salles du camp d’entraînement sportif de Karatas à Kladovo, la finale cadette des -56kg entre la Croate Kristina Sokolic, du club de SK Omega Varaždin, et Juliette Wolff, est vieille de quelques secondes. Tout le monde attend le verdict. Et quand l’arbitre du centre lève la main droite de Juliette Wolff, l’émotion est à son comble.

« Je crois que l’arbitre a dû la retenir par le bras, sinon elle s’envolait », déclare Jean-Christophe Lobbé son entraîneur, qui n’a pas arrêté de tambouriner dans les tribunes, aux côtés des parents de Juliette et de son petit frère Léonard. La gamine de Saverne ne sait plus où donner de la tête, elle est championne du monde cadette, la meilleure au monde de son âge !

Quelques minutes plus tard, son joli minois apparaît tout en haut du podium, des étoiles plein les yeux. Les couleurs bleu-blanc-rouge montent au mât, la Marseillaise résonne. Enveloppée dans un drapeau tricolore, la main droite sur le cœur, Juliette Wolff chante, crie son bonheur.

« En la voyant sur la plus haute marche du podium, au sommet du tableau d’honneur, on avait du mal à comprendre. C’est la première du club qui arrive sur le toit du monde », enchaîne Jean-Christophe Lobbé, « magnifique. »

Oui, elle a été magnifique, Juliette Wolff, durant ces championnats du monde. Lundi, en quart de finale, elle ne laisse aucune chance à la Russe Valeria Yusef. Mardi, c’est la Serbe Keri Valentina, soutenue par un public acquis à sa cause, qui cède. Juliette Wolff est précise, parfaite. Et mercredi soir, c’est le regard plein de certitude, avec son visage de compétitrice féroce, sûre de sa force, que Juliette Wolff affronte en finale la Croate Kristina Sokolic. Une sacrée cliente, championne d’Europe jeunes l’an dernier et vice-championne du monde en 2011.

Ensuite, c’est Yvon Nugel, directeur sportif du club de Savate Boxe française Saverne, qui raconte : « Juliette ne se laisse pas impressionner par le palmarès de la Croate. Elle combine sa technicité avec sa condition physique exemplaire, ce qui lui permet de toujours terminer ses assauts un ton au-dessus de ses adversaires. Elle boxe en pression constante, ne laissant pas de répit à sa concurrente, en variant ses techniques et niveaux de touches ».

La suite, on la connaît. Juliette Wolff est la première championne du monde du club savernois. En attendant le junior Hervé Kirch, qui disputera le 7 décembre prochain en Chine, la finale mondiale en combat ?


DNA - 13 juillet 2013

ce site a été créé sur www.quomodo.com