BP 119 12200 VILLEFRANCHE DE ROUERGUE
06 37 96 54 99
BASKET BALL VILLEFRANCHOIS 12
 
1936: notre pays connaît de grands changements sociaux.
En Aveyron, la chambre des métiers veut que les apprentis pratiquent le sport. Un Villefranchois, Georges Durand, coiffeur, rue de la République, est membre de cette chambre consulaire. Les apprentis coiffeurs sont alors très nombreux. Avec l'aide de quelques gymnastes locaux, de Gabriel Soulié qui fit tant pour le sport Villefranchois, ils créent un club de basket, le club des coiffeurs, qui prend le nom de Basket Ball Villefranchois.
Le BBV veut "préparer au pays des hommes robustes, des citoyens, et établir entre tous ses membres des liens d'amitié et de camaraderie" comme le proclame l'article 2 des statuts déposés en sous préfecture début janvier 1937. Un idéal qui implique convivialité et esprit de famille, cet état d'esprit encore présent aujourd'hui. Durant les années d'avant guerre, le BBV vivote. Dès la fin de la guerre, c'est un nouveau départ avec, dès 1945, l'apparition de quelques grands noms du club, Pierre Bouyssel, aujourd'hui décédé, Jean Loupias ou Jacques Vergnes qui, à plus de 80 ans, fréquentent encore aujourd'hui les gradins du gymnase, les soirs de match. Le basket passe alors des cours d'école à la promenade du Saint Jean où les panneaux sont fixés par des haubans de fil de fer, permettant au public local de secouer les cercles quand l'adversaire shoote...
 
 
En 1946,
le BBV remporte son premier titre:
Champion de l'Aveyron honneur
 
 
 
Du plan départemental, le BBV étend ensuite sa notoriété au domaine régional avec un premier titre de champion des Pyrénées en 1954-55 sous la direction d'un grand président, Adrien Blanchet, qui le restera 25 ans.
La salle dans laquelle évolue le BBV d'aujourd'hui porte son nom depuis mars 2011.
Durant ces années 50, ce seront les premières heures de gloire du BBV. Entraîné par un remarquable meneur d'hommes, Pierre Bouyssel, il remporte alors titres et coupes. Les fêtes de la Saint Jean, à Villefranche, font des rencontres sous la halle, avec la célèbre cavalcade, les événements de l'année. Des équipes Italiennes, Espagnoles et Françaises de haut niveau font le détour de Villefranche. Le grand Caraman des Bertorelle, Luent, Bigot ou Piquemal connaissent même la défaite sous la halle qui ne peut accueillir tous les supporters.
Le sommet sera atteint avec un nouveau titre Pyrénéen en 1957 et surtout en 1959 qui s'accompagne de la montée en Fédérale. Le BBV, faute de ne pas avoir su renouveler ses anciens, retrouve la régionale en 1965. Un nouveau terrain, quai du Temple, est alors le théâtre des rencontres.
 
 
En 1968, avec l'apport de jeunes formés dans les établissements scolaires de la ville, La Douve et Saint Joseph, qui font leur trou lors des compétitions scolaires académiques, c'est un nouveau titre régional qui est accompagné par le refus d'accéder en division Nationale ...
Il faut attendre la saison 1974-75 et l'arrivée d'une nouvelle génération pour un autre titre et la montée en Nationale 4 pour inaugurer le nouveau gymnase du Tricot dénommé aujourd'hui Robert Fabre, du nom du maire qui le fit construire. 1974-75: c'est aussi l'année de l'arrivée des féminines au sein du BBV. Le CAF ne sera plus. Le BBV est désormais un club mixte. En 1976, arrive le premier étranger, un Sénégalais (déjà ...), Médoune Baye. Le BBV finit alors quatrième et la montée en Nationale 3 envisagée. Alain Hamon quitte alors l'Alsace de Bagnolet pour rejoindre l'Aveyron où il s'installe et reste encore aujourd'hui. Un jeune international Ivoirien, Drissa Dié arrive en 1978 tout auréolé, à 18 ans, du titre de meilleur basketteur Africain ... La saison 1979-80 est sanctionnée par la montée en Nationale 3, ce niveau à nouveau atteint aujourd'hui...
Un entraîneur professionnel, le très jeune Frédéric Gravier est engagé, arrivant de la Chorale de Roanne. Le maintien est le but de la première saison à ce niveau. Mars 1981: tous les espoirs sont dépassés. Le BBV, entraîné par l'enthousiasme de son jeune entraîneur, termine premier de la poule B. La montée en Nationale 2 est acceptée. Yaya Cissokho, international Sénégalais quitte castres pour rejoindre le n°1 du basket Pyrénéen. seul, parmi les 7 accédants à cette 2° division nationale, le BBV se maintient.
 
 
L'Américain de 2 m 13, Greg Prudhoe et l'excellent Manceau Bruno Ruiz arrivent alors pour une seconde saison en Nationale 2 qui verra le grand CSP Limoges s'imposer en fin de match, lors d'une rencontre de Coupe de France, face à des Villefranchois surprenants. Malgré le maintien largement atteint sportivement, et après avoir flirté avec l'accession au plus haut niveau national, les soucis financiers entraînent un membre du bureau à envoyer un télex à la FFBB: "BBV forfait pour la saison 1983-84". La fédération saute sur l'aubaine: le Racing Club de France qui devait descendre est maintenu en Nationale 2. Un long combat s'engage avec plainte auprès du Conseil d'Etat...  "Un télex n'est en aucun cas un document officiel" constitue la requête... Les joueurs importants quittent le BBV: Drissa Dié à Limoges, Yaya Cissokho et Bruno Ruiz à Antibes, quelques locaux à Rodez... Durant la saison 1983-84, tandis qu'une formation dispute le championnat départemental, les voyages à Paris et les échanges et rencontres avec la FFBB se succèdent. La plainte du BBV est retirée: la FFBB, en échange, accepte le départ en nationale 4 avec une importante dérogation: les joueurs ayant émigré qui reviennent au club ne seront pas considérés comme mutés: une nouvelle aventure peut commencer.

Les 30 dernières années

La saison 1984-85 voit un nouveau départ du BBV avec les masculins en nationale 3. Le maintien est assuré mais en 86, c’est la descente en nationale 4 où opèrent les féminines entraînées par Jean Claude Gardou. Les masculins retrouvent une saison, en 88-89 la N3 tandis que les féminines ont rejoint l’excellence Régionale. La décennie 90, après le départ du président Didier Alary, verra masculins et féminines rétrograder jusqu’en département pour les féminines.
Les effectifs de l’école de basket deviennent faméliques malgré les efforts de dirigeants qui, font des efforts énormes pour que vive le basket à Villefranche.
Avec les années 2000 le BBV compte à nouveau dans le basket Pyrénéen. L’école de basket redevient importante.
En 2010-2011, les cadets masculins s’illustrent en coupe de France. Un grand entraîneur, William Yacoubou, arrive : Les masculins montent en prénational et, dès la première année, en 2012-2013, terminent seconds. Les U 17 féminines jouent les premiers rôles en Pyrénées.
2013-2014 : nouveau président et nouvel entraîneur , mène l’équipe première à la seconde place et remporte le titre Pyrénéen. La montée en nationale 3 est manquée au goal average particulier.
2014-2015 est une grande année. Première place, montée en N3, nouveau titre Pyrénéen, onzième coupe de l’Aveyron pour les séniors 1 masculins. Titre départemental, montée en Régionale 2, coupe du comité de l’Aveyron pour les seniors masculins 2. Titre Régional de niveau 2, coupe du comité pour les U20 féminines…
Nouveaux changements de président et d’entraîneur pour la saison 2015 – 2016, loin d’avoir répondu aux attentes. Dans une poule dominée par les clubs Landais, les seniors 1 ont souffert. Ils ont vu combien les Landais, en s’unissant, de petits sont devenus grands : une leçon que le basket Ouest Aveyronnais devrait retenir. Le BBV finit onzième et retourne en prénational. Quant aux seniors 2, leur huitième place vaut le maintien en régionale mais s’inclinent en finale de la coupe de l’Aveyron, face à ALBA.