SALLE GASTON CABY RUE DESCARTES 59120 LOOS
|
03 20 50 97 51
BASKET CLUB LOOSSOIS

A Loos, les mamans 

« déchirent » au basket

LE MONDE |  | Par 

Entraînement de basket réservé aux mamans, dans le gymnase Gaston-Caby, vendredi 6 février, à Loos.
De derrière la porte, un entraînement de basket, c’est ce bruit caractéristique des ballons martelant le parquet ; puis, en entrant, la vision de quelques doubles-mètres dégingandés. Salle Gaston-Caby, à Loos (Nord), vendredi 6 février, le son est au diapason, mais point de géants à larges paluches. Le tintamarre vient d’une vingtaine de femmes : des « mamans qui déchirent », comme l’affirment leurs tee-shirts.
Chaque vendredi, de 19 heures à 20 h 30, ces mères de famille apprennent à manier les gros ballons orange, sans jamais oublier la notion de plaisir. « Nous tenons à la convivialité, d’autant qu’elles n’aiment pas trop le face-à-face qu’implique la compétition », explique Brigitte Heusele, la trésorière du Basket Club loossois (BCL), créé il y a tout juste vingt ans. « Tout est parti d’un pari, lors d’un entraînement de leurs enfants, sourit Emilie, l’éducatrice. Je leur ai proposé de venir aux séances loisirs qui existaient pour les hommes. Elles ont dit OK, mais ont souhaité un créneau rien que pour elles. »
Dès le premier soir, 28 mères se présentent. « J’ai tout de suite mis l’accent sur des parcours en forme de jeux. Et progressivement, j’ai ajouté du physique. Ce qui les avait fait hésiter, ce sont leurs rondeurs supposées. » Mais Emilie sait rassurer sa troupe. « Non, elles ne sont pas trop petites, non, elles ne sont pas grosses ! L’une d’elle m’avait trouvé sept excuses pour ne pas venir. J’ai eu réponse à tout. Désormais, c’est une des plus accros ! » Un programme diététique a été mis en place. « Au début, certaines se sont insurgées :“Quoi, vous nous trouvez trop rondes ?”, se souvient le président du BCL, Patrick Gaye. Mais la diététicienne les a mises à l’aise, d’abord par une séance collective sur le thème : “C’est quoi un bon goûter pour vos enfants ?”, puis par des entretiens individuels. »

Entraînement de basket réservé aux mamans, dans le gymnase Gaston-Caby, vendredi 6 février, à Loos.
De la plus jeune, 27 ans, à la plus âgée, 51 ans, chacune a mis du cœur à l’ouvrage sous la houlette taquine mais exigeante d’Emilie. « Ce sont des pipelettes. Tous les prétextes sont bons, notamment lors des exercices au sol », se moque la jeune femme aux cheveux courts, mesurant 1,62 m – « un centimètre de moins que Céline Dumerc [la meneuse de jeu des Bleues]. » Petite ? Ce soir-là, afin de répondre au journaliste, la coach de 24 ans a confié le groupe à Jonathan, 27 ans. Tout en parlant, elle ne quitte pas des yeux ses drôles de dames, rectifiant un geste ou guettant une entorse au programme. « Là, c’est l’exercice du “déménageur” : chaque équipe doit prendre les ballons dans ses cerceaux, au sol, et partir en dribble réussir les paniers, ce qui permet de déposer les ballons dans un cerceau de l’adversaire, et ainsi de suite, le plus vite possible. »
La pratique ludique suit un réel travail musculaire. Ces exercices basiques, Emilie les met en scène depuis longtemps avec les 5-15 ans du club. Voilà les mamans dos au mur, jambes en équerre, pour renforcer les cuisses. Puis ce sont des abdominaux, du gainage impitoyable. Souffrance ? Non, grands éclats de rire ! A les observer, on se dit qu’en un an de pratique, ces femmes ont déjà acquis une bien meilleure condition physique.
La plupart avaient arrêté le sport après le lycée, comme Claudette Picque, mère au foyer, 41 ans : « Cette séance me procure un bien-être oublié après quatre grossesses. J’ai même commencé le jogging avec une de mes filles. Je cours trois fois 5,8 km chaque semaine et j’ai perdu 5 kilos ! » Marie-Hélène Buisine, préparatrice en pharmacie de 37 ans finissant son travail à 19 h 30 chaque jour, s’était aussi négligée. « Mon mari sportif m’encourageait mais je ne prenais pas le temps. J’ai deux enfants. Le vendredi je suis en congé, donc c’est parfait ! »

Entraînement de basket réservé aux mamans, dans le gymnase Gaston-Caby, vendredi 6 février, à Loos.
Pour Ouahiba Saoudi, mère de deux filles dont le mari entraîne les basketteurs minimes de Loos, franchir le pas semblait plus naturel, mais cette assistante maternelle avait oublié ses anciennes pratiques – danse, natation et gym : « J’ai hâte d’être au vendredi soir pour décompresser, ici. » Quant à Jennifer Maarouf, maman de deux filles, cette secrétaire médicale n’a que 33 ans mais estime qu’elle « aurait dû commencer bien plus tôt » !
Nouveauté, « nous proposons depuis février un créneau aux mamans du voisinage, se réjouit Mme Heusele : le jeudi de 9 heures à 10 h 30, après qu’elles ont déposé les enfants à l’école ». Même si une diversité sociale existait déjà parmi les femmes inscrites, cette démarche s’adresse au quartier des Oliveaux, classé en zone urbaine sensible en raison de la pauvreté de ses 7 200 habitants (pour 21 400 habitants à Loos). En septembre, le collège Descartes, attenant à la salle Gaston-Caby, sera classé réseau d’éducation prioritaire « plus » (REP +, ex-ZEP), ainsi que les deux écoles primaires du secteur.
« La directrice de l’école Sand-Daudet nous a sollicités pour les mamans d’élèves », relève Mme Heusele. L’action devrait s’étendre au volley, au handball et à l’athlétisme – avec de la marche nordique. « Ensuite, nous nous tournerons vers les chômeurs ou les gens en réinsertion », prévoit le président Patrick Gaye, lui-même instituteur depuis quarante ans à Loos. Des actions qui rapportent des subventions. « Pour compenser un “creux de bénévolat”, nous avons voulu prendre un salarié, rappelle la trésorière du club. Grâce à l’aide du CNDS emploi [Centre national pour le développement du sport], nous avons transformé le contrat d’avenir de Jonathan en CDI fin 2014. Et nous espérons en faire autant avec Emilie. » Les ballons vont marteler encore plus fort le parquet de la salle Gaston-Caby…

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/sport-et-societe/article/2015/02/19/a-loos-les-mamans-dechirent-au-basket_4579974_1616888.html#Y4A8o5c2cYQlugjg.99