SALLE GASTON CABY RUE DESCARTES 59120 LOOS
|
03 20 50 97 51
BASKET CLUB LOOSSOIS

Loos : deux ans après, ces mamans-là continuent de « déchirer grave »

PUBLIÉ LE 09/11/2015
PAR BRUNO TRIGALET
 « Les Mamans qui déchirent » ont marqué leurs premiers paniers le 6 décembre 2013. Deux ans après, ces femmes qui se sont mises au basket parce qu’elles accompagnaient leurs enfants à la salle, sont toujours sur les parquets. Plusieurs d’entre elles ont même constitué une équipe féminine de seniors.

« Mais on va pas être élégantes, si on saute comme ça sur le banc avec le ballon en main ! » rit Sylvie, arborant une mine faussement scandalisée. « Mais si ! C’est à vous de bien lever la jambe comme ça ! » répond, en riant aussi, Émilie Bacquet. La jeune éducatrice sportive est en train de donner ses consignes, de la voix forte qu’ont tous les entraîneurs du monde, pour l’échauffement de la séance des Mamans qui déchirent. Comme tous les vendredis soir depuis deux ans…
« Au départ, c’est venu d’une maman qui me charriait à cause de ma petite taille. Je lui ai répondu Y’a pas besoin d’être grande pour faire du basket, d’ailleurs si vous voulez, vous n’avez qu’à venir jouer et vous verrez ! De fil en aiguille, c’est devenu un défi. Véro, la maman en question, a été rejointe par une autre qui amenait son gamin à la séance de basket. Et plusieurs autres ont dit banco » se souvient Émilie. Ce qui fait que, le 6 décembre 2013, elles étaient 28 à la première séance. Le nom qu’elles s’étaient donné : les Mamans qui déchirent, formule amusante pêchée dans une pub télé…
La pratique du basket n’était, au départ, qu’un prétexte : « Mon ambition n’était évidemment pas de les transformer en championnes ! Ce que je voulais, c’était les inciter à prendre un moment pour elles ; qu’au moins une fois par semaine elles laissent les tâches ménagères, les enfants, le boulot – pour celles qui en ont un – et décompresser ! »
Les critiques des enfants
Certaines mamans ont eu droit à des remarques, voire à des moqueries, de leurs enfants : «C’est pas comme ça qu’il faut qu’on fait un double pas. » Mais elles se sont accrochées. Échauffements, parcours musculaires avec le ballon, gainage, abdos, step, exercices d’adresse, mini-matchs…
Les séances animées par Émilie n’ont jamais désempli. Au contraire… Elles ont même été remarquées puisque l’an dernier, pour son initiative des Mamans qui déchirent, le Basket-club loossois a obtenu le troisième prix au niveau régional du concours GDF-Suez « Fais-nous rêver ».
Et deux ans après, le moins qu’on puisse dire, c’est que bien des paniers ont été marqués. Et que, dans la raquette, les rebonds ont été gagnés en nombre ! « La première année, quelques-unes sont parties mais beaucoup d’autres sont arrivées. À cette rentrée, il y a 22 inscrites. Et on peut encore accueillir d’autres femmes, explique Brigitte Heusele, trésorière du club de basket qui a fait partie de l’aventure dès le début, Car si, au début, ce n’était que des mamans d’enfants joueurs, aujourd’hui, il y a aussi des mamans dont les enfants ne viennent pas. Et même des femmes qui ne sont pas mamans ! »
Une vraie équipe féminine
Deux signes de la réussite de ce projet souriant qui, en plus, a le mérite d’être mené dans un quartier dit « difficile », les Oliveaux : « Maintenant, ce sont les enfants des mamans qui, ayant envie de faire comme leur maman, s’inscrivent au basket. Et plus l’inverse » rit Brigitte Heusele. « Et en plus, comme sept mamans se sont prises au jeu, on a pu recréer une vraie équipe de séniors dames. On n’en avait plus depuis huit ans. L’équipe vient de s’engager pour la première fois en compétition, en promotion départementale » se réjouit Patrick Gaye, le président du club qui compte environ 220 licenciés. « Bon, elles ont perdu leurs trois premiers matches… Mais elles ont gagné le quatrième la semaine dernière, en déplacement à Provin. Et de plus de 30 points ! » commente Émilie. Ça a dû faire du bruit dans les vestiaires !
Les activités des Mamans qui déchirent
Activités proposées : marche nordique le mardi de 9 h à 10 h 30 (gratuit, stade Vandeweghe, rue Descartes); séances multi-sports le jeudi de 9 h à 10 h 30 (gratuit, salle Léo-Lagrange, rue Jean-Zay) ; basket le vendredi de 19 h à 20 h 30 (salle Gaston-Bay, rue Descartes); handball les lundis et mercredi de 19 h 30 à 21 h (salle Beaupré à Haubourdin). Pour les activités basket et hand : la licence annuelle est obligatoire (60 € pour le basket). Contacts : 03 20 50 97 51 et 06 69 47 73 83.