6 - Ouvrir l'école aux parents pour réussir l'intégration

Partagez la page :

SOMMAIRE :

 

5 - Connaissance de l'institution scolaire


6 - Approfondir  le sujet



Vous pouvez cliquer sur les MOTS en bleu (liens internes)
pour vous rendre directement à la rubrique concernée.

« Ouvrir l’école aux parents

pour réussir l’intégration »

 

par :    Linda C.  (avril 2013)

1 - Quoi ? Pourquoi ? Pour qui ?

 Présentation de l'opération 

Le ministre de l’éducation nationale et le ministre de l’immigration, de l’intégration, de l’identité nationale et du développement solidaire souhaitent promouvoir une opération destinée aux parents d’élèves, étrangers ou immigrés. Cette opération, appelée “ Ouvrir l’École aux parents pour réussir l’intégration ”, vient enrichir l’offre existante, en s’appuyant sur les expériences locales. Elle s’inscrit dans le programme d’actions de la convention cadre : “ pour favoriser la réussite scolaire et promouvoir l’égalité des chances pour les jeunes immigrés ou issus de l’immigration ”, signée le 27 décembre 2007 entre le ministère de l’éducation nationale, le ministère de l’immigration, de l’intégration, de l’identité nationale et du développement solidaire, le ministère du logement et de la ville, l’Agence nationale de l’accueil des étrangers et des migrations (ANAEM) et l’Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances (Acsé).

 

 Objectif 

 

Permettre à des parents d’élèves volontaires, non ou peu francophones, d’accéder à une formation gratuite. 
Cette formation doit favoriser l’intégration des parents dans la société française ainsi que dans le monde du travail par :

• une meilleure maîtrise de la langue française ;

• une meilleure connaissance des principes de

  la République et de ses valeurs ;

• une meilleure connaissance de l’institution

  scolaire.

 

 Public 

 

Cette opération s’adresse à des parents d’élèves, étrangers ou immigrés, c’est-à-dire des parents nés à l’étranger, de nationalité française ou non.
Elle repose sur le volontariat des parents et répond aux objectifs suivants :

  • familiariser les parents avec l’institution scolaire,
  • leur permettre de maîtriser la langue française, afin de faciliter leur intégration ainsi que celle de leurs enfants dans la société française.

Les parents ne peuvent bénéficier en même temps de cette opération et des prestations proposées dans le cadre du contrat d’accueil et d’intégration (C.A.I.).

  

Dans un même groupe vont être accueillies des personnes aux profils très différents et dont les besoins, ainsi que les attentes, vont s’avérer très variables.

 

 

4 - Quelques pistes didactiques

- Mettre les apprenants en situation de parole authentique :

  • favoriser toutes les situations orales ;
  • rendre les activités écrites corollaires et simultanées à celles de l’oral ;
  • proposer la simulation de situations réelles à travers des dialogues ;
  • proposer des activités qui fassent sens, en lien avec le vécu ;
  • faire communiquer pour faire apprendre : aide à la construction de savoirs en interaction avec autrui.

- Utiliser des supports authentiques (écrits et/ou oraux) : horaires de bus, prospectus, recettes de cuisine, formulaires, bulletin météo, publicité, programmes TV, écrits de l’école ou du collège (emploi du temps, carnet de correspondance...).


- Valoriser le quotidien afin d’ancrer l’apprentissage dans du vécu.


- Utiliser l’écriture pour médiatiser l’apprentissage : l’écriture va servir de pont entre  le langage parlé et le langage écrit.


- Mettre en place une progression de type spiralaire.


- Pratiquer une grammaire implicite à partir de situations réelles, éviter les leçons formelles détachées de leur contexte.


- Mettre à la disposition des personnes des référentiels variés : lexiques, dictionnaires usuels ou bilingues.


- Travailler sur des textes très simples dans un premier temps (lexique connu à l’oral, phrase type S+V+C) puis de plus en plus complexes.

 

5 - Connaissance de l'institution scolaire

Le développement de la relation école/familles est indispensable. Afin de favoriser cette relation, les intervenants pourront tout particulièrement s’attacher à :

  • informer les parents sur le fonctionnement du système scolaire français ;
  • rassurer les familles ;
  • modifier leurs représentations.

Dans le cadre du cours de français, on pourra :

  •  présenter les différentes personnes de l'établissement (équipe éducative, intervenants extérieurs) en expliquant les rôles de chacun ;
  • aider les parents à lire un emploi du temps, un bulletin ;
  • leur faire connaître quelques outils de liaison utilisés dans les établissements (carnet de correspondance, cahier de texte...) ;
  • souligner l'importance de l'assiduité à l'école, de la régularité ;
  • présenter le matériel scolaire utilisé dans les écoles, les collèges ;
  • présenter le système scolaire français
  • expliquer le rôle des élections : les parents de nationalité étrangère bénéficient des mêmes droits que les parents français (droit de vote et éligibilité aux élections de représentants de parents d'élèves). Il existe, au CASNAV, un document traduit en 11 langues.
 
 Pour plus de développements, 
 vous pouvez consulter : 


- L'expérience de Linda dans des associations
  
- Le dossier FLSco de Claudine  sur les CASNAV

 
-
Les circulaires et cartes du CASNAV sur le site de
   l'académie de Paris
( lien externe )

2 - Difficultés prévisibles

Principales difficultés qui peuvent se présenter relèvent de trois grandes catégories :

1 - une adaptation fragile due à :

  • l’isolement des personnes (grandes difficultés dans toutes les situations de la vie courante non maîtrise de la langue française)
  • des difficultés pour entrer dans les appren- -tissages (absence d’habitudes scolaires, scolarisation antérieure difficile voire douloureuse, absence de scolarité antérieure pour certains).

2 - une compréhension orale et écrite insuffisante :

  • problèmes de discrimination auditive, de
       perception des sons ;
  • difficultés de compréhension ;
  • compréhension en lecture : code graphique
       équivalent ou différent ;
  • incapacité à lire dans sa propre langue.

3 - une expression orale et écrite également rendue difficile par :

  • manque de confiance en soi, peur de
       prendre la parole ;
  • difficultés d'ordre syntaxique (ordre des
       mots dans la phrase) ;
  • difficultés d'ordre phonétique (nombreuses
       voyelles en français, liaisons) ;  
  • difficultés d'ordre lexical (homophones,
       synonymes, registres de langue) ;
  • difficultés d’ordre morphologique
       (pronominalisation, genre, nombre) ;
  • systèmes d'écriture différents.
 

3 - Maîtrise de la langue française :
compétences à viser

Le degré de connaissance de la langue française constituant un facteur d’hétérogénéité dans les groupes, il va s’agir pour chacun d’apprendre à communiquer dans une langue partiel- lement ou pas connue et de s’appuyer sur les compétences déjà construites en langue d’origine ou dans une autre langue : maîtrise des actes de langage, communication verbale et non verbale...


 1- La compétence de communication 


L'acquisition de la langue parlée est indispensable à la communication sociale et relève donc des priorités d'apprentissage, d'où la nécessité :

•  d’acquérir très rapidement la capacité à entrer en relation oralement avec les différents interlocuteurs et de pouvoir accomplir des actes de paroles courants (saluer, vouvoyer, prendre congé, demander des rensei- gnements, parler de soi...)
• de comprendre et lire les écrits de base en prenant en considération la place et l'usage de l'écrit comme vecteur d'information dans notre société.

Importance des compétences de lecture

 
Les difficultés inhérentes à l’apprentissage de la lecture en langue maternelle le seront davantage encore en langue seconde puisqu’une personne non francophone n’a pas à l’oral la maîtrise phonologique et syntaxique du français. Il ne dispose pas des mêmes références culturelles, ni du lexique approprié.

 

« Le traitement sémantique de l’écrit est essentiellement commun à l’activité de lecture dans toutes les langues. Il n’en est pas de même du traitement linguistique. » (Jean-Charles Rafoni)

   

•  Cas des personnes qui ont déjà appris à lire dans une langue alphabétique. Elles ont besoin d’apprendre les spécificités du système phonologique francophone.
•  Cas des apprentis lecteurs ou lecteurs experts dans leur propre langue sur caractères non latins (alphabet arabe, tamoul, khmer, idéogrammes chinois...). Ces person- nes ont acquis des stratégies de lecture mais doivent réapprendre à lire dans notre système alphabétique. L’apprentissage initial du code sera incontournable.
•  Cas des non lecteurs dans leur langue d’origine
Certains adultes sont parfois confrontés pour la première fois à un encodage de la langue. Pour eux, l’entrée dans la culture écrite va être un véritable enjeu. Il va s’agir de mettre en place à la fois des activités d’alphabétisation et de découverte détaillée du système écrit du français : système grapho-phonétique,  accès au sens par la lecture...

 2 - La compétence linguistique (ou la compétence formelle) 

Des compétences linguistiques orales et écrites en réception et en production vont devoir être développées :

- Lexique
- Phonologie
- Morphosyntaxe

Les outils de la langue vont être au service des activités de lecture, d'écriture et d'expression orale. En outre, les activités favorisant les apprentissages implicites et d'autres développant des phases d'explications devront alterner.
Les personnes allophones abordent l'acquisition des règles à partir de leur propre système linguistique. L’intervenant FLE va les aider à s’appuyer sur les connaissances langagières déjà détenues en langue d’origine, afin de les amener à déceler les points communs et les différences entre les langues, à développer des stratégies de transfert. Un travail d'ajustement progressif va se révéler nécessaire avec la participation des personnes elles-mêmes (métalangage, comparaison des langues...). L’intervenant FLE va ainsi pouvoir se décentrer par rapport à ses évidences linguistiques.

 

 3 - La compétence culturelle 

La personne allophone arrive parfois avec une connaissance de la culture du pays d’accueil parcellaire et stéréotypée : codes sociaux, moraux  ou esthétiques. Une approche interculturelle peut  être une réponse transversale à l’hétérogénéité du groupe. Elle va  permettre de créer des ponts entre les différentes cultures qui se côtoient : chacun  apprend le français à partir de ses repères culturels propres.



Quelques  CONSIGNES  de navigation ( FLI/FLS/FLSco )
 
Cliquez sur "CONSIGNES" pour les lire


Vous pouvez "naviguer" comme vous le souhaitez en consultant les onglets à menu déroulant, en
haut de page .

Vous préférez une navigation plus linéaire ?
Vous pouvez le faire, en utilisant les boutons directionnels situés en haut et bas de page : 
   
"< page précédente"  ou  "page suivante >".

Mais sachez que vous pouvez également choisir des listes de rubriques les thèmes ou sujets qui vous conviennet. Par exemple, puisque vous êtes dans la rubrique FLI/FLS/FLSCO, vous pouvez sans doute trouver de l'intérêt en consultant :
  La liste de la rubrique FLI/FLS/FLSco : pour y retrouver les pages plus spécifiquement relatives à ce sujet
  
•  La liste de l'onglet  " ESPACE Étudiant "  :  pour y chercher des informations pratiques pour la formation, que ce soit pour l'examen final ou des témoignages d'Expériences d'apprentissages vécues par vos collègues.
Pour de nombreuses pages, nous vous proposons des "SUGGESTIONS pour continuer", en fonction de la page que vous consultez. Elles comprennent des liens directs, afin de faciliter votre navigation.

N'oubliez pas toutefois que vous pouvez être "acteur" dans l'élaboration de cet outil et qu'avant de quitter une page, vous pouvez laisser dans la boite de dialogue une information, une appréciation ou tout autre commentaire qui pourra toujours être utile aux autres, leurs faisant peut-être percevoir quelque chose qu'ils n'avaient pas imaginé auparavant.

Vous pouvez aussi laissez un message à  "vos ADMINS"
en cliquent sur  CONTACT  afin de proposer vous aussi un témoignage, quelque soit votre situation d'apprentissage ou professionnelle.



Pour fermer cette fenêtre, cliquer sur "CONSIGNES" en Haut de la note
Quelques  SUGGESTIONS  pour continuer.
 
Cliquez sur "SUGGESTIONS" pour visualiser  LES LIENS DIRECTS conseillés


En dehors du lien externe sur les circulaires des CASNAV cité ci-dessus, nous vous invitons à découvrir ou à relire les autres pages de Linda sur un sujet proche qui sont :
   
   • ASL : ateliers socio-linguistiques
     
   • 
"Une riche expérience en association"
  
   • Un stage de formatrice FLE en EMT


Dans cette rubrique vous pouvez également prendre connaissance des pages suivantes :
 
" Français Langue de Scolarisation"                   par Céline
       
Le FLI : petit aparté d'Anne Alice ...                    par Anne
-A.
  
FLI : décrets et référentiels                               par "Collectif"  
  

La page de Ressources FLI                              par "Collectif"


Mais vous pouvez consulter
également :
 
Deux observations de classe...                       par Judith
    
Observatrice bénévole pour comprendre ...     par Consse
   
La piste humanitaire                                       par Myriam

   
Traduire le monde                                         par Valérie

 
Quand l'audace permet de dépasser...          par Consse
 
Tranche de vie                                              par Stéph.
  

Des cours particuliers en Asie                      par Sylvie


ou choisir dans les onglets à menu déroulant en haut de page une rubrique et un thème qui vous convient, que ce soit dans le dossier PAYS, formation continue ou une autre rubrique.


N'oubliez pas non plus que si vous avez apprécié la démarche de Linda et le contenu de sa page, très riche en informations diverses, avant de quitter cette page, vous pouvez laisser un commentaire dans la boite de dialogue ci-dessus.


Pour fermer cette fenêtre cliquez sur " SUGGESTIONS " en haut de la note
 
 
 
 
 
 
 
 
ce site a été créé sur www.quomodo.com