7.4 - Christian PUREN à Puebla

Partagez la page :

Christian PUREN

Conferencia en español: "Evolución histórica de las metodologías de enseñanza de lenguas-culturas, y situación actual"


Atelier (en français) : "La pédagogie de projet dans la mise en œuvre de la perspective actionnelle"

Faculté de Langues Benemérita Universidad Autónoma de Puebla (México).


par Xavier Lemerle

   

le Lundi 17 février 2014,

SOMMAIRE de la PAGE :
Vous pouvez cliquer sur les MOTS en bleu (liens internes)
pour vous rendre directement à la rubrique concernée.

1- Le CECRL en question

Salut à tous,


Suite à la venue du Dr. Christian Puren à Puebla (Mexique), je vous propose un petit compte-rendu des évènements et des grandes idées développées lors de cette journée, organisée autour d’une conférence et d’un atelier.


Grand défenseur de la perspective actionnelle, Christian Puren est très critique envers le CECR, qu’il considère comme inadapté et mal traduit (surtout vers l’espagnol : ils nous a bien montré, à travers plusieurs exemples concrets, comment la traduction en espagnol du CECR était défaillante et pouvait provoquer des incompréhensions et de mauvaises applications).


Il critique aussi l’approche communicative, mais sans jamais la remettre complètement en question. Il a beaucoup insisté sur le fait qu’une méthodologie ne devait pas venir en remplacer une autre, mais venir la compléter (ce qui rejoint sa position sur l’éclectisme en didactique du FLE).

C’est pour cette raison qu’il a construit sa perspective actionnelle en opposition à l’approche communicative de manière à la compléter (il utilise beaucoup la métaphore du puzzle, expliquant que pour que deux pièces de puzzle puissent être mises ensemble, elles devaient être complètement opposées).




retour au sommaire

 

3 - Pour une perspective actionnelle

Il construit donc la perspective actionnelle en s’opposant à toutes ces caractéristiques, une à une. Il préfère donc :

* Le répétitif plutôt que l’inchoatif.

* Le duratif plutôt que le ponctuel.

* L’imperfectif plutôt que le perfectif.

* Le collectif plutôt que l’individuel.

* Le langagier et le culturel plutôt que le

  langagier seulement.

Il insiste beaucoup sur la dimension collective de la PA et sur l’importance du projet (pédagogie de projet de Freinet).


C’est, selon lui, ce qu’il manque à l’AC : considérer les apprenants comme acteurs sociaux et leur donner de véritables objectifs concrets comme tâches finales (et non uniquement des tâches communicatives).



retour au sommaire

 

5 - Une journée enrichissante avec un regret

Toute cette journée (conférence + atelier) m’a semblé très intéressante, j’ai pu réaffirmer certaines connaissances, préciser certains doutes et apprendre de nouvelles choses…


j’ai surtout tout compris à une conférence que j’aurais trouvé très difficile il y a un an à peine !


Le seul petit bémol a été l’organisation, très peu professionnelle selon moi, de l’université (pourtant reconnue au Mexique). Tout a été un peu improvisé et je pense que lorsque l’on reçoit une personne comme C. Puren (surtout au Mexique où il ne vient pas tous les jours), on met les petits plats dans les grands et on s’arrange pour que tout soit très bien organisé.

Peu de professeurs ont été présents en raison du manque d’information sur l’évènement (et car bien souvent, les professeurs sont plus intéressés par les dîners qu’organisent les maisons d´éditions et les livres offerts, que par des conférences et des ateliers…).


En tout cas, cela a été pour moi une excellente expérience !



retour au sommaire

2 - Critique de l'approche communicative

Sa critique principale de l’approche communicative est surtout due au fait qu’elle n’ait bien souvent comme objectif que la communication, et non l’action réelle. Mais aussi que cette approche se base sur la langue du « voyage touristique », caractérisée par 5 points (ce qu’il appelle, « analyse génétique de l’approche communicative ») :


* L’inchoatif (l’action est considérée à son début) : dans les manuels communicatifs, les dialogues commencent toujours au début…cela pourrait sembler logique, mais dans une véritable situation de communication, on n’arrive pas toujours au début de la conversation. De plus, si on rencontre plusieurs fois une même personne dans une journée, on ne va pas recommencer un nouveau dialogue à chaque fois (« bonjour, comment ca va ? »…)

* Le perfectif (l’action se termine complètement). Les dialogues des manuels se terminent toujours, rien n’est laissé en suspens, comme c’est souvent le cas dans la communication réelle.

* Le ponctuel (l’action dure peu de temps).

* L’individuel (échanges d’une personne à une autre) : il n’arrive jamais, dans les manuels communicatifs, qu’une personne quitte la conversation, qu’une autre arrive en cours de conversation…en général, ce sont des dialogues entre deux interlocuteurs.

* Le langagier : L’action prise en compte se limite à l’interaction langagière, aux « actes de parole ».



retour au sommaire

 

4 - Rendre actionnelle une activité communicative

C’était tout l’intérêt de l’atelier qui a suivi cette conférence de 2h30 : nous amener à élaborer des activités dans une perspective actionnelle, et ce, à partir de documents ou d’exercices de type AC (Approche Communicative).


Ainsi, partant d’un exercice simple (consistant, pour les apprenants, à aller à la rencontre des autres étudiants pour remplir un agenda (Nom-Prénom-Moyen de contacter la personne-Motivation pour apprendre le français)), il nous a fallu élaborer une activité de type actionnelle en petites équipes. Il s’agissait donc, avant tout, de souligner les aspects « communicatifs » de cette activité puis de modifier la « structure génétique » de l’exercice pour le rendre actionnelle (passer de l’inchoatif au répétitif, du ponctuel au duratif, du perfectif à l’imperfectif, de l’individuel au collectif…).


On voit bien dans l’objectif de cette activité de groupe, la position de C. Puren sur les méthodologies. En effet, il ne s’agissait pas simplement d’élaborer une activité de type actionnelle, mais bien d’adapter une activité de type « AC », pour la rendre actionnelle, et donc de ne pas remettre en question cette approche communicative, mais de la prendre en compte et de la transformer selon nos objectifs.



 

6 - Pour aller plus loin

Je joins à ce mini compte-rendu un document qui vous éclairera sûrement mieux quant à cette perspective actionnelle (cliquez sur le lien pour télécharger le document au format PDF), et je vous invite à vous rendre sur le site personnel de C. Puren, où il partage très gentiment toutes ses publications (et il y a de quoi faire !)


http://www.christianpuren.com/


Bonne continuation à tous !


Xavier Lemerle


Page Facebook du    Français pour Tous


(très interessante page d'actualités sur le FLE que les admins vous recommande)


retour au sommaire

Vous pouvez aussi consulter :

- la construction de la perspective acionnelle : un processus en cours
  Conférence de Christian PUREN le 06/06/12 à l'AF PIF

- Quelques questions impertinente pour un Cadre Commun de Révérences
  Retranscription de la conférence enregistrés à Clermont-ferrand en 2007
Pour faire un commentaire
CLIQUEZ sur la barre ci-dessous
 
 
 
 
 
 
 
 
ce site a été créé sur www.quomodo.com