4.7 - Bibliothèque de l'apprenant

Vous pouvez laisser un commentaire sur cet ARTICLE.
CLIQUEZ sur la barre ci-dessous " voir / ajouter un commentaire "

« la bibliothèque de l'apprenant: qu'est-ce ? ».

Journées FLE de Madrid : Vendredi 5 et samedi 6 octobre 2012
1ère conférence pleinière par Mr
Alain Durand, conseillé pédagogique à l'IF de Madrid.

La "bibliothèque de l'apprenant" est un projet collaboratif initié en 2005 à l'Institut Français de Madrid. Il s'est progressivement étendu. Cette initiative a été reprise par le Ministère Français des Affaires Étrangères qui a ouvert un site internet.

Le projet qui est devenu réalité consiste à établir une grille avec un certain nombre de critères permettant de décrire des ouvrages, livres ou textes possiblement accessibles à des apprenants des différents niveaux du CECR, de A1 à B2.

La contrainte était que ces grilles devaient pourvoir
être simultanément utilisées par les apprenants mais aussi par des bibliothécaires, en calquant peu ou prou leurs habitudes de classement.

1- Quels critères pour établir la grille ?

Il a donc fallu inclure les critères habituels d’édition

1: nombre de pages ,

2: typographie ,

3: illustrations ,

4: découpage par chapitre/pages ,

5: découpage par paragraphe (ensemble de sens)

 

                       À ces critères ont été ajoutés ceux concernant:

6: la syntaxe ,

7: le vocabulaire ,

8: les temps verbaux .
  
              Mais cela n’est pas suffisant. Il a fallu également prendre en compte:
   9: les références socioculturelles (de la culture partagée aux implicites culturels)
10: les degrés d’abstraction (du quotidien, proche de la vie personnelle au

       secondaire, de l'ironique et à la pensée complexe)

            Des critères ont été considérés comme facultatifs (ils retirent des points)

                                                         ont été établis:
- la notoriété
- l’intrigue captivante
- existence d’une traduction
- critères de motivation


2- Un système de notes par ouvrage.

Chaque ouvrage c'est vu ainsi attribuer un nombre de points
et donc "une note" par les bibliothécaires.

Un ouvrage noté en dessous de 80 points est alors estampillé niveau A1,

une note entre 85 et 110 correspond à un A2,

une note de 115 à 160 correspond à un B1

et une note de 165 à 200 correspond à un B2.


Le système de points ainsi établi ne fonctionne cependant que pour l’Espagne et la plupart des pays occidentaux. Ainsi, la limite des 80 points instaurée pour A1 ne fonctionne pas en Chine et doit être revue.

Ce système de classement permet de rendre accessibles des documents à de petits niveaux et non plus seulement qu’à partir du niveau B2 (B2 = étude du passé simple, des temps du récit …).

C'est ce même système qui a été repris pour le classement des ouvrages et des vidéos au CRM (Centre de Ressources Multimédia) de l'Alliance Française de Paris, avec quelques modifications, afin d'adapter le classement à son public.
Le documentaliste du service CRM a eu la gentillesse de nous transmettre les grilles de classement. Nous pouvons ainsi mieux comprendre de quoi il s'agit.

- Grille pour les documents imprimés (livres...)

- Grille pour les documents Vidéos, DVD-CD

3- En savoir plus


Texte à faire ....

- lien bibliothèque

- procédure d'inscription

- aspect grille et navigation



La Bibliothèque de l'apprenant- FDLM n° 369

Bibliotheque apprenant FDLM 1.png
Bibliotheque apprenant FDLM 2.png
Pour agrandir la photo  des textes, cliquez dans le coin supérieur gauche de chaque page

Grille des critères de classement des documents imprimés
Revue par l’AFPIF 08/2012

 

Critères

Points

Définitions

Note basse

 Note  haute

Nbre de pages
(pour les recueils de nouvelles, considérer le nbre de pages moyen par récit)

5

 Moins d'une vingtaine de pages.

-- 

 

10

 De 20 à 40 pages.

15

 De 41 à 100 pages.

25

 Plus de 100 pages.

40

Plus de 170 pages.

  

  

Typographie

5

 Gros caractères, police très lisible (type livres pour enfants).

-- 

 

10

Caractères moyens, police lisible. Ensemble "aéré".

20

Texte intégralement en petits caractères et très peu "aéré".

 

  

Illustrations "explicatives"

5

 Systématiques (un texte = une illustration).

-- 

 

10

Dans le cas des documentaires, explication en image des aspects techniques ou spécialisés que peut aborder le texte

15

Dans le cas des fictions, présence récurrente mais non systématique des illustrations

20

 Aucune illustration.

 

 

Découpage du texte  

Découpage par chapitres

5


De 1 à 3 pages

 

-- 

 

10


De 4 à 10 pages

 

15


Plus de 10 pages.

 

 

Découpage par paragraphes

0

Une à trois phrases  (5 lignes maximum) par page.

 

 

 

--

 

5

Majorité de petits paragraphes, jusqu'à 10 lignes.

10

Majorité de paragraphes entre 10 et 20 lignes.

15

Majorité de longs paragraphes (plus de 25 lignes).

 

 

Syntaxe

10

Phrases courtes et syntaxiquement simples (sujet, verbe, complément).

-- 

 

15

Phrases assez courtes (1 à 2 lignes), pas ou peu de subordonnées.

20

Apparition récurrente de phrases plus longues (jusqu'à 4 ou 5 lignes), avec plusieurs subordonnées.

30

En grande majorité les phrases sont longues et complexes.

 

 

Vocabulaire

5

Mots simples et faciles à reconnaître du fait de la transparence de la langue et/ou vocabulaire relatif aux actions familières de la vie quotidienne.

-- 

 

10

Français standard (pas d’expressions imagées, argotiques ou soutenues), courant: très peu d'expressions imagées, familières ou techniques.

20

Présence ponctuelle mais non systématique d'expressions familières, imagées, techniques ou d'un registre soutenu, n'entravant pas cependant la compréhension du texte.

40

Présence fréquente (plusieurs par page) d'expressions familières, imagées, argotiques, techniques ou d'un registre soutenu.

Doc éliminé

Présence systématique (plusieurs par paragraphe) d'expressions familières, imagées, argotiques, techniques ou d'un registre soutenu.

   

Temps verbaux

5

Essentiel du texte au présent. Brèves apparitions du passé composé.

-- 

 

10

L'essentiel du texte est au présent, au passé, composé, à l’imparfait et/ou au futur.

20

 Présence des différents temps et modes.

Références

socioculturelles et culturelles

5

Références socioculturelles très simples relatives à des actions familières communes aux deux cultures.

-- 

 

10

Références culturelles de portée internationale et aisément identifiables : homonymie, notoriété, quelques références historiques très célèbres (Jeanne d'arc, la 2nde guerre mondiale, etc…)

15

Références géographiques, politiques, historiques et culturelles peu connues. Cependant elles n'entravent pas la compréhension globale du texte.

Également livres documentaires expliquant au lecteur des réalités peu connues afin qu’elles lui deviennent familières (culture inca, histoire de l’aviation, etc.).

35

Références politiques, historiques et culturelles "pointues". Leur maîtrise est nécessaire à la compréhension globale du texte.

 

Degré d'abstraction

5

Contexte concret relevant essentiellement de la vie quotidienne.

-- 

 

15

Contexte concret sortant du strict quotidien et/ou introduction ponctuelle de l'expression de l'opinion, des sentiments. Articulation simple d'événements et/ou d'idées.

30

Passages récurrents, mais non systématiques, amenant sur le terrain de la réflexion, de l’argumentation. Présence récurrente, mais non systématique de second degré (humour, ironie).

50

Présence systématique d'abstraction (réflexions théoriques, philosophiques, etc), de second degré (humour, ironie). Articulation d'événements et/ou d'idées complexes.

 

Critères facultatifs

-10

Oter 10 points si le document possède un lexique, un glossaire, des notes de vocabulaire, et/ou des exercices de compréhension clairs conséquents et faciles à utiliser.

-- 

 

-10

Oter 10 points si le récit possède une intrigue captivante (romans policiers ou d’aventure) ou un sujet général susceptible d'intéresser une majorité d'usagers (actualité, grand sujet de société).

 --

-10

Oter 10 points s'il s'agit d'une oeuvre traduite et d’un auteur jouissant sur place d'une certaine notoriété.

--

-20

Oter 20 points si le document est accompagné d'un enregistrement sonore de bonne qualité.

-- 

 

 

 

 

 

Total

-- 

 

Moins de 80 points[1]:

 

A1

 

 


de 85 à 110 points :

 

A2


de 115 à 160 points :

 

B1


de 165 à 200 points :

 

B2

 



[1] On pourra, si l’on estime que les documents rentrant dans le A1 sont trop difficiles, baisser le score maximum du A1 à 70 voire 65.



Retour au Sommaire

Grille des critères de classement des documents Vidéo-DVD
Revue par l’AFPIF 08/2012

 

Critères

Points

Définitions

Note

 

 

 

 

Sous-titrage

5

sous-titres en espagnol

-- 

20

sous-titres uniquement en français

40

aucun sous-titres

 

 

 

 

 

Durée du document

 

 

5

moins de 30 min.

 

--

 

10

entre 30 et 90 min

20

plus de 90 min.

 

 

 

 

Qualité sonore de l'édition

5

écoute parfaite

-- 

10

écoute moyenne

20

Son saturé

 

 

 

 

Registre de langue

 

10

Français standard (type RFI), courant: les expressions imagées, familières ou techniques sont pratiquement absentes.

--

20

Présence ponctuelle mais non systématique d'expressions familières, imagées, techniques ou d'un registre soutenu (tendance à un allongement des phrases), n'entravant pas cependant la compréhension.

40

Présence fréquente d'expressions familières, imagées, argotiques, techniques ou d'un registre soutenu.

Eliminatoire

L'ensemble des  dialogues/commentaires est construit sur un registre familier, argotique, technique ou soutenu.

 

 

 

 

Rythme et prononciation

10

Les acteurs ou les locuteurs s'expriment lentement et/ou avec une élocution particulièrement claire (c'est le cas de nombreux films documentaires).
La voix est rarement couverte par d'autres sons (musique, scènes de rues, etc.)

--

20

Les acteurs ou les locuteurs s'expriment de façon plus naturelle et spontanée, rendant la compréhension parfois moins claire. La compréhension peut être rendue difficile par l'environnement sonore.

40

Le débit vocal est rapide. Les paroles sont souvent difficilement compréhensibles, voir inaudibles du fait de l'environnement sonore, du volume de la voix, d'une mauvaise prononciation, ou d'un accent très prononcé.

 

 

 

 

Références socioculturelles et

culturelles

5

Références communes aux deux pays

-- 

10

Références à des aspects plus pointus, mais leur maîtrise n'est pas nécessaire à la compréhension.

30

Références culturelles difficilement repérables et peu connues. Leur maîtrise est importante voir nécessaire pour saisir l'intérêt du film

 

 

 

 

Rapport entre l'image et le discours

5

Rapport direct entre l'image et le discours (cas de nombreux documentaires).
Le film repose principalement sur l'action. L'image est le principal vecteur de sens.

 --

20

L'action n'est pas le vecteur principal de sens. Présence récurrente de scènes parlées (dialogues, monologues, commentaires en voix off) qui font avancer l'action ou l'information mais non accompagnées des images illustrant ce discours.

40

Le discours est pratiquement l'unique vecteur de sens. Le scénario est complexe et présente souvent des situations difficilement reconnaissables.

 

 

 

 

 

Critères facultatifs

 

-10

Notoriété, succès, etc

 --

 

 

 

 

 

 

 

Total

 

-- 

 

Moins de 75 points :

 

 

A1

 


de 75 à 90 points :

 

A2


de 95 à 125 points :

 

B1


de 130 à 170 points :

 

B2

 

 

NB : Nous attirons votre attention sur le fait que nous avons décidé que les documents classés en A1 et en A2 devaient contenir des sous-titres en langue locale (i.e. ici en espagnol).




  Retour au Sommaire

Vous pouvez laisser un commentaire sur cet ARTICLE.
CLIQUEZ sur la barre ci-dessous " voir / ajouter un commentaire "
SOMMAIRE

1- Quels critères pour établir la grille ?

2- Un système de notes par ouvrage

3- En savoir plus

4- Le FDLM n° 369

5- Grille des documents imprimés au CRM
    de l'AF PIF

6- Grille des documents vidéos-DVD au
    CRM de l'AF PIF
ce site a été créé sur www.quomodo.com