4.3 - Langue française, terre d'accueil.

RÉPONSES :

1 - azimut et zénith viennent d'un même mot   arabe  qui signifie "le chemin"

2 - esquisse et sketch viennent d'un même mot  italien,
mais le second est passé par le
 néerlandais  et l' anglais  avant d'être emprunté par le français.

3 - gazette et pie viennent aussi d'un même mot  italien  (gazza "pie"), la gazzetta étant à l'origine la "petite pie" gravée sur la pièce de monnaie qui servait à payer le première gazette, créée à Venise au XVIIIe siècle.


Vous pouvez laisser un commentaire sur cet ARTICLE.
CLIQUEZ sur la barre ci-dessous " voir / ajouter un commentaire "

La dynamique du lexique : apparition et évolution des mots

Il suffit de voyager quelques jours hors de France pour se rendre compte du nombre impressionnant de mots français qui ont cours dans les différentes langues étrangères, à commencer par hôtel, mot d'origine latine, mais dont la forme française s'et imposée sur le plan international, tout comme menu (au restaurant) ou encore l'amusant crème de la crème, inconnu en français mais usuel en anglais ou en allemand, ainsi que le double entendre, compréhensible mais inusité en français, où c'est sous-entendu qui est la forme normale.

Il est beaucoup plus difficile à un francophone d'identifier immédiatement tous les mots dont la langue française s'est enrichie au contact des autres langues car, à coté de pizza, paella, fado, sauna, putsch, zakouski ou foot-ball, où l'on reconait sans peine, respectivement de l'italien, de l'espagnol, du portugais, du finnois, de l'allemand, du russe et de l'anglais, il existe des milliers de mots venus d'ailleurs, que la langue française a accueillis sans modération au cours des siècles

A vous de jouer !!!

"Le français, langue hospitalière.

Tout en donnant volontiers ses mots à ses voisines, la langue française accueille aussi avec grâce les mots venus d'ailleurs : un bel exemple de tolérance, qui est également un premier pas important sur le chemin d'une meilleure compréhension entre les peuples."

                                               d'après Henriette Walter,
                                               délégation générale à la langue française et aux langues de France,
                                               www.dglf.culture.gouv.fr
À votre avis, qu'y a-t-il de commun entre les couples de mots suivants :
1 - azimut      et    zénith
2 - esquisse   et    sketch
3 - gazette     et    pie
                  
 ?
Réponses :  1 - ...........
                    2 - ...........           (Cliquez ICI)
                    3 - ...........
Février-mars 2013

Des échos de langues disparues

En réalité, c'est à des millénaires qu'il faudrait remonter pour trouver l'origine de certains mots qui n'ont pas l'air tellement vieux : baraque, d'une racine ibère, qui a été introduit en français par l'intermédiaire de l'espagnol, caillou, en passant d'abord par le normand ou le picard, ou encore avalanche, venu par le savoyard mais dont l'origine est ligure.
Les mots d'origine gauloise sont déjà plus proches, puisque c'est au cours du premier millénaire avant J.-C. que des tribus celtiques ont occupé le territoire que les Romains appelaient Gallia, la Gaule. Mais l'apport des gaulois a été modeste en dehors des innombrables toponymes comme Ambroise ou Amiens(tous deux formés sur une racine celtique signifiant "cours d'eau"), Nantes, Nantua, ou Dinan (tous trois issus d'une racine signifiant "vallée") ou tous les noms de lieux formés sur dunum "forteresse élevée", comme Autun, Melun, Verdun, Issoudun, mais aussi Lyon ou Laon.
Il faut aussi remarquer que sont d'origine gauloise les noms de l'alouette et de la braguette, ceux de la charrue, de la carriole et du carrosse, de la lotte et de la limande, ainsi que ceux du chêne et du sapin.
Lors d'un précédent bulletin (Newsletter n° 7), nous avions déjà souligné le lien entre le lexique et la diversité culturelle en notant que les emprunts représentent un phénomène tout à fait naturel, commun à toutes les langues en contact avec d’autres, et bien sûr… enrichissant !

Heinz Wismann insiste dans son livre, "Pensez entre les langues", sur l'absolue nécessité de la connaissance de la richesse historique d'une "langue de culture", avec ses valeurs conotatives.

Nous reproduisons ici une plaquette écrite par Mme Henriette Walter de la Délégation générale à la langue française et aux langues de France qui approfondit cette même notion et lui confère une bien plus ample étendue.

Le Latin deux fois présent

Mais c'est seulement avec l'arrivée des Romains, quelques siècles plus tard, que commence réellement l'histoire de la langue française, langue issue du latin, qui lui a transmis une partie de l'héritage gaulois et pré-gaulois.
Cette langue latine, adoptée par des populationsnqui parlaient autrefois d'autres langues, a pris des formes un peu différentes selon les lieux. Elle a ensuite évolué au point que, vers le IXè siècle après J.-C., elle ne ressemblait plus que de loin à ce qu'elle était à l'origine : mater, par exemple, était devenu mère et vinum, vin, provoquant de nombreux cas d'homophonie.
La relatinisation du français a alors été ressentie comme une nécéssité au cours de la "renaissance carolingienne". C'est ainsi que sont nés des dizaines de doublets, comme chance, forme évoluée du latin cadentia, et cadence, forme relatinisée du même mot latin, comme droit et direct, croyable et crédible ou encore poison et potion, ce qui justifie de dire que la langue française est deux fois latine : tout d'abord par l'évolution naturelle à partir de ce latin, dit "vulgaire", qu'avaient importé les légionnaires romains, et ensuite par emprunts ultérieurs au latin classique.

L'apport des populations germaniques

Si cette langue latine parlée de Gaule avait tellement changé en quelques siècles, c'est qu'elle avait aussi subi, surtout à partir du Ve siècle après J.-C. l'influence de la langue germanique des Francs, dont les marques sont profondes dans le vocabulaire français, qu'il s'agisse :
- de noms, comme hâche, banlieue, fauteuil, troupe,
   soupe, jardin, groseille...

- d'adjectifs, comme hardi, frais, riche, bleu, blanc, gris,
   brun...

- de verbes, comme danser, déchirer, guérir, gagner,
   garder...

- ou même d'adverbes, comme trop ou guère...
Un peu plus tard, d'autres populations germaniques, venues cette fois des pays nordiques, devaient laisser des traces bien moindres dans le vocabulaire français. Parmi les mots apportés per les Vikings, signalons toutefois flotte et vague, homard et turbot, ainsi que marsouin et surtout l'adjectif joli, qui dérive du nom d'une fête païenne scandinave du milieu de l'hiver.

L'arabe, mais aussi le persan et le turc

Le Moyen Âge est aussi l'époque où la langue française puise abondamment dans toutes les langues régionales de France mais également dans l'arabe et le néerlandais. Il faut surtout souligner l'importance des emprunts à l'arabe dans le domaine de la science, car les Arabes étaient au Moyen Âge les plus grands savants d'Europe : les mathématiciens ont laissé, par exemple, algèbre, chiffre et zéro; les alchimistes, alambic et alcali mais aussi élixir, mot grec par lequel les Arabes nommaient la pierre philosophale, ce produit magique qui était censé pouvoir changer les métaux en or. Il s'agit là d'un mot où l'on reconnait l'article défini arabe al et le grec kséron "médicament fait de poudres sèches".
De multiples autres exemples pourraient être trouvés dans le domaine de la vie domestique (matelas, alcôve, carafe ou jarre... ), de la cuisine (sirop, sorbet, artichaud, escabèche... ), de l'habillement (jupe, coton, jaquette... ) ou encore de la musique (luth, nouba... ). L'arabe a également été le truchement - ce mot aussi est un mot arabe - par lequel des mots d'autres langues de l'Orient se sont introduits dans la langue française, comme par exemple, babouche, nénuphar, azur ou aubergine, qui viennent du persan.
Les emprunts du français au turc ont une particularité originale : celle de conduire sur des fausses pistes. Ainsi, on est tout naturellement porté à penser que caviar est d'origine russe ou hongrois d'origine... hongroise, mais tous deux viennent du turc. Sous hongrois, il faut reconnaître le mot turc ogrun, qui désigne la flêche : ce nom vient de ce que les Turcs avaient occupé au XVIe siècle le pays Magyars - c'est-à-dire Hongrois - et qu'ils avaient pris l'habitude de les nommer "les hommes aux flèches".

L'apport des langues régionales

C'est encore au Moyen Âge que les foires de Champagne ont joué un rôle important dans la constitution du lexique français : Troyes, Provins, Lagny et Bar-sur-Aube ont été des lieux privilégiés où se rencontraient des marchands venus du Nord pour y vendre leurs draps et leurs produits de la mer et de la terre, et ceux du Sud qui, par l'intermédiaire de Venise, apportaient sur le marché des produits venus d'Orient : les épices odorantes, la soie précieuse et les mots pour les désigner. Ces foires internationales étaient aussi devenues des places financières, où le banc du changeur tenait un rôle important, donnant ainsi sa première forme rudimentaireà la banque moderne. C'est là que se rencontraient à dates fixes les marchands venus d'ailleurs et leurs homologues des diverses régions de France et leurs échanges commerciaux se sont aussi manifestés sous forme d'échanges de mots, dont la langue française a gardé de multiples traces. On sera peut-être surpris d'apprendre que sont d'origine régionale :
- cassolette, nougat, cadenas (du provençal)
- cèpe, barrique (du gascon)
- béret (du béarnais)
- airelle (du cévenol)
- reblochon (du savoyard)
- darile, canevas (du picard)
- brancard, rancard (du normand)
- lessive, crachin (des parlers de l'Ouest)
- bijou (du breton)
- vidange (du flamand)
- quiche (de l'alsacien)
- bizarre (du basque)
On a également du mal à accepter que sont d'origine néerlandaise des mots aussi bien intégrès au reste du lexique français que les verbes affaler ou amarrer,grommeler ou frelater, les noms du crabe et du boulanger, ceux du ramequin ou du mannequin...

L'appel irrésistible de l'italien

Dès le Moyen Âge et surtout à l'époque de la Renaissance, l'italien est le grand favori, ce qui explique la quantité de mots italiens dont le français s'est enrichi vraiment dans tous les domaines:
- les arts, avec dessin, balcon, arpège ou virtose et ritournelle
- la table, avec festin et banquet, avec vermicelles et gélatine, semoule et chou-fleur
- la guerre avec sentinelle et alerte, embuscade et soldat, attaquer et investir
- les vêtements avec camisole et caleçon, mais aussi crinoline, escarpin ou veste
sans parler de ombrelle et parasol, pommade et lavande, avec toute une série d'adjectifs : fantasque, gigantesque et pittoresque, brusque, ingambe ou jovial ou encore les verbes caresser, réussir, esquisser, batifole.

Langue française, terre d'accueil

 
Mme Henriette Walter

Les autres langues d'Europe

Lorsqu'on passe de l'italien aux autres soeurs latines, il faut distinguer, pour l'espagnol et le portugais entre les apports directs et les autres mots venus de loin et dont ces langues ont été les liex de passage. C'est ainsi que sont venues directement de l'espagnol vanille, cédille, résille, moustique, camarade ou sieste mais c'est le nahuati, langue des Aztèque du Mexique qui est en dernière analyse la langue d'origine de cacao, cacahuète et de chocolat, ainsi que de tomate, ocelot ou coyote, mots que l'espagnol a rapporté d'Amérique, tout comme caoutchouc ou vigogne venus du quechua (langue du Pérou) ou encore maïs ou hamac de l'arawak.

De son côté, le portugais nous a transmis directement les mots pintade, caravelle ou marmelade mais aussi les noms de l'ananas, du cajou ou du sagouin venus du tupi, langue amérindienne du Brésil, cachou, cari ou mangue, du tamoul, langue du sud de l'Inde ou encore bambou ou sarbacane du malais et banane ou macaque du bantou, groupe de langues africaines.

Les apports des autres langues de l'Europe (en dehors de l'anglais) ont été moindre mais il faut remarquer que sont venus de l'allemand à la fois des mots un peu familiers (trinquer, loustic, chenapan) et au contraire des mots savants comme pragmatisme (d'origine grecque) ou statistique (d'origine latine). L'allemand a aussi été l'intermédiaire par lequel se sont introduits dans la langue française des mots tchèques comme calèche, hongrois comme coche, serbes comme vampire ou des mots suédois comme nickel.
En outre, les langues slaves ont laissé quelques mots comme steppe ou zibeline venus du russe, tandis que baba, mazurka et polka nous sont venus du polonais.

Enfin, une grande partie des mots venus d'Asie comme bungalow de l'indoustani ou shampooing du hindi ont d'abord transité pr l'anglais, la langue qui, depuis le milieu du XIXe, a apporté le plus de mots à la langue française.

L'attirance de l'anglais


ce site a été créé sur www.quomodo.com