7.2 - Deux observ. de classe Alpha et A1 en Mauritanie

Toutes les photos, ainsi que le texte
sont protégés par le droit d'auteur

Deux comptes-rendus d'observation de classe


niveaux :  alphabétisation et A1

 

par :    Judith C. (juin 2013)

Ne pas rester dans son coin

Bonjour,

J'ai eu la chance de pouvoir participer à des cours de FLE à l'Alliance Française de Nouakchott (Mauritanie) en tant qu'observatrice. J'ai pris des notes (quasiment chaque parole de l'enseignant...) que j'ai tapé sur microsoft word et vous propose d'en prendre connaissance.

Il s'agit de 4 jours niveau alphabétisation et de 5 jours niveau A1.1.


Judith.

AVERTISSEMENT

Ces compte-rendus d'observation proposés par l'une de vos collègues sont très intéressants et correspondent à des cours donnés dans un contexte socio-culturel et un public spécifiques.
Les objectifs, principes méthodologiques et exploitations des supports dépendent bien évidemment de ces paramètres qui ne sont pas strictement superposables à la démarche de cours dans un autre contexte, avec un autre public, dans une autre classe ou ... un contexte d'examen.

Gardez un esprit critique !

Encore un très grand MERCI à Judith pour ce très gros travail partagé.
N'hésitez pas à lui laisser un commentaire !

Cours de FLE – Alphabétisation
Groupe de 10 élèves – 4e semaine sur 6

 

Entrée du cours à 18 h.

« Vous avez passé un bon week-end ? »

Tour de table, présentation. 

 

Vous allez vous présenter, dire quelques mots de vous .

 

Votre adresse ?

C’est bien, ça. Vous voyez, quand on se présente, on peut aussi parler de ce qu’on aime.

« Je m’appelle Hassan, je suis mauritanien, je suis né à Tevragh Zeinah, je suis célibataire, … je parle arabe, anglais, un peu français.

J’habite au Ksar.

J’aime le football et la lecture.

 

P* les reprend quand il manque un mot, une date. Il les corrige lors des fautes de français.

  

Je vais vous distribuer un document. Regardez bien les dessins. Il y en a que vous connaissez, d’autres que vous ne connaissez pas. On va les identifier. Vous avez 6 séries de 3 dessins. On va mettre un nom sur chaque dessin.

Ca, c’est ?

P écrit le mot « chaise » au tableau 

Ca sert à quoi, une chaise ?

C’est bien. Je m’assois sur la chaise, je me lève de la chaise (il fait les gestes et répète 3 fois).  Attention, c’est un nom féminin.

Et ça, c’est quoi ?

Où est-ce que vous en avez déjà vu ?

C’est bien. P écrit le mot « tabouret » au tableau.

Et ça ? vous connaissez !

Attention à l’orthographe du mot « fauteuil » ! c’est un nom masculin. Où vous voyez un fauteuil ?

Paul, dans ton bureau de comptable, tu as un fauteuil ?

Bon, c’est bien.

Dans la 2e série, qu’est-ce que vous reconnaissez ?

Oui, une tasse, pour le café, le thé. Vous prenez une tasse de café le matin ?

Et là ? c’est quoi avec une quoi dedans ?

Oui, une cuillère. C’est de la soupe ! le dessin, c’est une soupière. Vous aimez la soupe ?

Et le 3e ? vous reconnaissez le légume dedans ?

C’est de la salade. C’est une saladière. Vous aimez les salades ?

 

 

 

Une chaise…

 

On s’assoit

 

 

Un tabouret.

Dans un bar, dans une boîte, dans un restaurant.

 

Un fauteuil

Au bureau, dans le salon, dans les salles de congrès.

 

(difficile de comprendre pour Paul, nouvelles explications de la part de P).

 

Une tasse.

Oui.

 

Une cuillère ?

 

Oui – non

Non

Oui - non

 

Un peu plus tard (une ½ h après) P se rattrape pendant que les A lisent les mots et se corrige : « c’est un saladier ».

3e série maintenant. Qu’est-ce qu’il y a là ?

Ca sert à quoi ? c’est un mot féminin

C’est bien.

Et le 2e dessin ? C’est un mot masculin. Ca sert à quoi ?

Oui, c’est ça. Vous mettez la sonnerie à 6 h ou 7 h et ça va sonner. C’est pour ne pas être en retard.

Ensuite, on a une pendule. On la met où ?

C’est bien.

4e série ? et ? et le petit ?

5e série, qu’est-ce qu’on a ?

Quel genre de chaussure ?

 

Bon. On commence par ce que vous connaissez.

On les voit où ?

Et les chaussures fermées ? Et les dernières, vous les portez où ? à la maison.

On appelle ça des pantoufles.

 

Dernière série : il y a plusieurs sortes de véhicules.

La 1ere, c’est ?

La 2e ? une camionnette. Là (montrant le coffre), on met les bagages.

Et ça, vous connaissez !

Ce sont donc des moyens de transport.

C’est bien.

Une montre.

A regarder l’heure.

 

C’est un réveil. Pour se réveiller le matin

 

 

Au mur. Ca montre l’heure.

 

Un coq – une poule – le poussin.


Une chaussure fermée

(les A ne connaissent pas les différents mots pour « chaussure »)

La botte.

À la plage ( ? étonnement de P), le maçon, le pêcheur, les militaires.

Avec un costume. (les A ne connaissent pas « pantoufle »)

 


Une voiture

(les A ne connaissent pas le mot « camionnette »)

 

Oui, un camion

 

Tous les mots ont été écrits au tableau.

P : Maintenant, on va lire des mots. On va identifier des dessins. Je vous dirai « qu’est-ce que c’est ? » il faudra me répondre « c’est une chaise ».

A : maintenant ?

P : non, la prochaine fois. Pour l’instant, on va relire les mots.

P relit tous les mots en les montrant au tableau et insiste lorsque les A lui demandent de répéter et ne savent pas prononcer.

 

Erreurs les plus fréquentes :    

un fauteuil = un vauteuil              P : non, un FAUteuil, FAU FAU FAU

une pendule = une bindule          P : non, une PENdule, PEN PEN PEN

un poussin = un bousset              P : non, un POUSSIN, POUSSIN POUSSIN POUSSIN.

 

Chaque A relit les mots.

P : maintenant, je vais vous demander d’identifier les mots. (il montre les images). Par exemple, Hamza, qu’est-ce que c’est ça ? (Hamza répond : une montre). Paul, qu’est-ce que c’est ça ? (Paul a du mal : une voiture). Etc. Tous les A doivent identifier un mot à partir du dessin qui leur est montré par P depuis le tableau.

P contrôle les cahiers et l’écriture des mots. Chaque A doit avoir écrit le mot en-dessous ou au-dessus du dessin.

 

P : on va jouer maintenant. Vous allez m’écouter et me dire de quoi je parle. Vous regardez les dessins et me dire de quoi je parle. La réponse est dans le dessin. (explication à nouveau pour ceux qui n’ont pas compris). Je vais tous vous interroger.

 

Le renard va les manger  (explication sur ce qu’est un renard : un chacal)

Posez tout ça sur la table

C’est bien, Paul.

Je suis fatigué, je m’assois.

Il leur faut de l’essence.

Quelle heure est-il ?

On les met aux pieds.

C’est bien. Ça, c’était facile. Maintenant, vous allez me montrer un seul dessin. Ecoutez bien.

Qui a pondu un œuf ? (explication pour certains de ce qu’est un œuf)

Non, un poussin ne peut pas pondre un œuf.

Bien.

On est bien, là, pour regarder la télévision.

J’aime beaucoup la salade.

Allez, un peu plus difficile. Vous allez me montrer dans les dessins ce qui est plus grand et ce qui est plus petit dans chaque série.

Etc…

Le coq, la poule, le poussin.

 

Le saladier, la soupière, la tasse.

 

La chaise, le tabouret, le fauteuil.

La voiture, la camionnette, le camion.

Une montre, un réveil, une pendule.

La pantoufle, la chaussure, la botte.

 

  

Un poussin.

Une poule.

 

Un fauteuil.

Un saladier.

 

Le tabouret / le fauteuil.

Le plus grand la soupière, le plus petit la tasse.

 

P écrit au tableau : plus petit, plus grand, plus gros.

P : grand, c’est le contraire de petit.

Un A demande si on peut dire « court » et « long ». P répond oui.

C’est bon ? d’autres questions ? Alors on passe à l’écriture. (distribution d’un nouveau support).

P : bon, là, je change un peu la consigne. Dans chaque case, on écrit le bon mot. Si le mot contient [v], on met le mot dans la case [v]. Si le mot contient [f] on le met dans la case [f].

P : qu’est- ce que vous reconnaissez comme mot ?

A : lavabo, voiture, fenêtre.

P: si vous ne savez pas écrire le mot, vous me demandez.

1e dessin : un A va au tableau écrire le mot. Il écrit : lavabou.

P : non, il a écrit là Lavabou.

P corrige : lavabo et le fait répéter à l’A.

2e dessin :un autre A va au tableau et écrit : voiture.

P : c’est bien. Qui vient écrire fenêtre ?

Un A vient l’écrire, sans faute, avec l’accent circonflexe.

P : c’est bien.

Un autre A vient au tableau.

P : tu sais écrire valise ? vas-y. Valise. Hassan, tu as mal écrit le « v ». Recommence. Tu effaces avec le chiffon.

Un A épèle le mot valise.

P : c’est bien. Maintenant vous allez écrire, car c’est un problème l’écriture. Sur toute la ligne, vous écrivez « v », puis en-dessous « vi », et vous continuez l’exercice. Puis vous tournez la page et vous finissez.

P insiste auprès d’un A qui écrit très mal. « Il faut écrire tous les jours, c’est en t’entraînant que tu sauras écrire ».

 

Fin du cours à 19h40, heure de la prière.

Envoyer un message à Judith
Observation d'un cours d’alphabétisation

Cours de FLE – A1
Groupe de 10 élèves – 5e semaine sur 6

 

Entrée du cours à 18 h.

(à noter que P fait beaucoup de plaisanteries avec les élèves).

Chaque fois qu’un A fait une erreur, P lève la main, ou dit « non ! » et un autre A corrige la faute. Si personne ne peut corriger, P le fait lui-même. Le rituel est toujours le même.


Ce week-end, ça s’est bien passé ?

Tu as passé ton w-end à l’Alliance ???

Tu as passé ton w-end où ?

 

Qu’est-ce que tu as fait à la maison ?

L’exercice que vous aviez à faire ? Qui a rédigé quelque chose à  la maison ? Allez, écoutez ce qu’il a écrit.

 

 

 

 

 

 

 

 

Taisez-vous et écoutez !

 

Pourquoi tu dis « il travaille à Badia », c’est de l’hassania. Il faut dire « il travaille en brousse » !

Tu veux dire qu’il rentre le soir à la maison ?

Bon, c’est bien, c’est mieux que rien !

Oui, j’étais à l’Alliance (se trompe)

Non !

-A la maison.

-Je suis restée à la maison.

J’ai dormi.

Je m’appelle Benany, je suis fonctionnaire dans le Ministère (signe de P qu’il y a une faute, correction par un autre A) de l’urbanisme. J’ai a 35 ans (signe + correction). Je suis marié, j’ai un quatre enfants (signe + correction) , j’ai habite (signe + correction) au Ksar avec ma famille et mon père et mon mère (signe + correction du « et » et du « mon »). Mon père s’appelle Mohamed, il a 70 ans, il est commerçant. Ma mère s’appelle Fatima, elle est ménagère*. Mon grand-frère est gendarme, il est marié, il habite au Ksar avec sa femme et ses enfants. Mon petit frère est étudiant dans (signe + correction) l’université de Nouakchott.

(un autre A décrit sa famille).

Je suis à la maison (signe + correction) et mon frère (signe + correction). Il a 22 ans et il travaille à Badia.

Il est cultivateur. Il arrive à la maison. Oui !

*ménagère, en Afrique, signifie qu’elle ne travaille pas, qu’elle est « femme au foyer ». C’est un mot courant, qui n’est pas corrigé par P.

P installe sur le TBI le programme du manuel « Version Originale ».

 

(montrant le TBI) :

Le portait de… Qu’est-ce que ça veut dire ?

Bien. Vous allez vous mettre par 2, poser des questions. (explication de la consigne) Vous reprenez le modèle du tableau (il lit) : elle s’appelle Laura Fidecci, elle est italienne, elle a 17ans, elle est étudiante, son adresse électronique est laurafidecci@v-o.it, elle étudie le français pour…

Vous posez les questions, vous vous mettez 2 par 2.

-C’est comme si on met une statue !

-le visage. C’est le visage.

(après avoir obtenu l’autorisation deP, je me lève pour passer voir les A, où ils en sont, s’ils y arrivent. P fait de même). Les A travaillent 10 mn.

Nous allons voir ce que vous avez fait. Vous avez fini ? qui veut passer le premier ? vas-y, tu présentes ton voisin.

TB ! un autre ?

C’est bien.

 

Il s’appelle Ali, il est mauritanien, il a 22 ans, son adresse électronique est (…), il étudie le français pour le travail.

(un autre A fait la même chose et décrit son voisin, puis un autre A).

 

P présente au TBI un nouveau document, où les infos sont dans le désordre :

Laura Fidecci                                       elle a 17 ans

                        Aller vivre en France                       étudiante                                               laurafidecci@v-o.it

 

P montre les infos, les A doivent répondre à la question. Ex : il montre « 17 ans », un A doit dire « elle a 17 ans » .P le fait pour chacune des infos sur le TBI. Il y a aussi un dessin de visage de jeune fille.

 

Qui peut me parler de son visage ?

Un seul ? c’est mieux !

Oui, ses cheveux sont noirs.

 

Non, ses yeux. Oui, ses yeux ?

 

 

Ses yeux sont grands.

Oui, son nez est grand.

Elle a un cheveu.

Ses cheveux.

Elle a les cheveux noirs.

Son « zyeux » (transcription de la prononciation)

(plusieurs mauvaises réponses où l’E fait le signe d’erreur et attend la correction d’un autre A) :

Ses yeux est grands, ses yeux ont grands, ses yeux sont grandes…

Son nez, c’est grand.

 

 

Il y a beaucoup d’hésitation de la part des A, P les laisse à chaque fois chercher la réponse correcte. Il y aura presque toujours un A pour donner la bonne réponse.

À noter des difficultés entre féminin-masculin et singulier-pluriel.

 

Qu’est-ce que vous voyez d’autre ?

Non ! Et si ce n’est pas grand, c’est ???

Oui, c’est petit.

Sa bouche est rond.

Sa bouche est grande.

Petit ? mince ?

 

P : nous allons maintenant jeter un œil sur autre chose : les prénoms des pays francophones (mise en place du document sur le TBI).

(il lit) Dans les années 40 et 50, en France, beaucoup de personnes s’appelaient Gérard, Jacqueline, Robert, Monique.

(il parle face aux A) Avant, en Mauritanie, il n’y avait pas d’Oussama, de Saddam.

(il lit) En France, dans les années 60, sont apparus Marie-France, Jean-Luc. Ce sont des prénoms issus de la religion. 10 ans plus tard, il y a eu Valérie, Stéphanie. Il y a une mode des prénoms, vous voyez ? Ici aussi, la génération de vos parents, les gens s’appelaient Mohamed, Ali. Maintenant, on a Zara, Oussama.

 

P, sur le TBI, passe une vidéo : « la vie d’Hélène ». Hélène, une jeune femme d’environ 30 ans, sort de chez elle, prend un Vélib’, arrive à son bureau, salue ses collègues et leur fait la bise. Elle demande des infos à l’un d’eux sur un dossier en cours, on comprend qu’elle est architecte car on voit un plan de maison. Puis un client arrive, elle lui propose un café, le vouvoie (contrairement à ses collègues), ils discutent (on n’entend pas ce qu’ils se disent). Le client part. Elle quitte le bureau, retrouve une amie dans un bar, commande et boit un café, puis son fiancé arrive, ils s’embrassent. Puis elle rentre chez elle, joue du piano avec un casque. Fin. Durée : environ 2 mn.

 

Sur le TBI, apparaissent des questions sur la vidéo :

A : que pouvez-vous voir dans le bureau d’Hélène ? (avec une case devant chaque mot)

                  Un plan                                  un téléphone                     une personne                    une lampe         

                  Des dossiers     une plante                           etc….

B : quel est le métier d’Hélène ? (idem)

                  Chanteuse                           écrivaine                             actrice                  

                  Architecte                            dessinatrice                        professeur

 

La première question ? que voyez-vous dans le bureau d’Hélène ?

 

 

Oui, c’est bien. Je vais vous repasser la vidéo, (il la repasse)

maintenant, dites-moi ce que vous voyez dans le bureau.

Il est au bureau le piano ?

Bon, alors qu’est-ce que vous voyez d’autre ?

C’est bien. Qui a-t-elle rencontré après le travail ?

Non, elle a fait quelque chose avant d’aller à la maison.

C’est bien.

Un plan

Du café

Un client

Des dossiers

 

 

Un piano

Non, à la maison.

Un téléphone, un ordinateur, des livres.

Elle est partie à la maison.

Elle est allée au restaurant. Elle a vu une amie au café. Elle a bu un café. Elle a vu son fiancé. (quelques petites corrections  interviennent)

 

P : revenons aux prénoms. Dans les années 80, c’était Vanessa, Stéphanie, Jessica. En 2009, les 10 prénoms les plus donnés en France sont Mathis, Emma, Noah, Clara… (il fait lire les prénoms aux A et corrige la prononciation)

P : ici, dans votre pays, quels sont les prénoms à la mode ?

A : Oussama, Zara, Ouarda, Mourad, Meimet…

P: il y a beaucoup de prénoms turcs, ça vient des séries turques qui passent à la télé !

Un A dit « ça… » en parlant d’un autre A. L’E lui explique qu’on ne dit pas « ça » pour parler d’une personne, mais d’un objet.

(reprise des questions sur la vidéo).

 

(l’E lit) : question C : comment s’appelle le collègue d’Hélène ?

                  JB                              Gilbert                   Gilles

(réponse fournie par les A : JB, bonne réponse).

 

Comment vous saluez vos collègues ?

Oui, ça c’est quand on ne s’entend pas très bien ! les collègues de travail, vous les voyez tous les jours, vous vous connaissez bien.

À ton ministre, tu lui dis bonjour comment ?

C’est bien.

-Vous allez bien ?

 

Oui, on leur dit « salut tout le monde ! »

 

Bonjour M le Ministre, comment allez-vous ?

 

P éteint le TBI.

Réfléchissez à ce que vous avez fait hier et avant-hier. Qui veut passer le 1er ?

Hier ?

 

Pourquoi on ne dit pas « puis je vais au marché ? »

Ah bon ? tu as fait l’exercice ???

Un autre élève ?

 

 

Arrête les mauvais commentaires, ça ne sert à rien.

 

Qu’est-ce que tu as mangé ?

Hein ???

 

Hein ???

C’est bien.

 

-Je me suis réveillé à 7 h 30.

Non, avant-hier. Puis, je me suis levé. Après, j’ai prié, puis je suis parti au marché.

Parce que c’est le passé composé.

Après, j’ai fait l’exercice.

-Hier, je me suis allé (signe + correction d’un A)

Je m’ai réveillé (signe + correction)

Je me suis réveillé à 8h30 et j’ai prié.

(un A : c’est tard !)

Après, j’ai mangé.

Du riz au poisson.

-j’ai resté à la maison (signe + correction). Je suis resté à la maison jusqu’à midi. Ca c’était vendredi. Je suis sorti à midi. Je me suis revenu.

Je suis revenu à 13h30. J’ai fait le prière (signe + correction). Je ne suis pas sorti après.

 

L’exercice  est interrompu par des A qui disent que c’est l’heure de la prière.

P : Pour demain, faites-moi une invitation pour le w-end prochain. Vous m’invitez à manger, et pour l’après-midi.

 

Fin à 19h45.


 

2e jour – début du cours à 18h.

 

P s’adresse à l’ensemble de la classe (une douzaine d’élèves) (la veille, il leur avait demandé de préparer pour aujourd’hui une invitation de leur professeur pour un déjeuner le w-end).

 

Bien. Qu’est-ce que vous avez fait comme exercice hier soir ?

(à la classe) Quel est le problème d’Ali ?

Oui ! ça va se passer vendredi prochain. Il ne faut pas utiliser le passé simple, c’est une action future, pas une action passée. Ensuite, qui fait l’exercice ?

 

Non, plus simplement : parler français.

C’est bien.

Tu vas aller te promener avec moi au marché ?

 

Moi, j’ai 2 pieds !

 

Ca me va comme programme !

Le raccompagner. C’est TB. Quelqu’un d’autre ?

 

 

 

C’est bien. Un autre ?

Qu’est-ce qu’il y a « à » ?

Je vais inviter mon professeur au restaurant. Après j’ai pris un plat de poisson.

Il n’a pas utilisé le futur proche !

 

 

Nous allons commander du riz au poisson, puis nous allons parler la langue de France.

Nous allons boire le thé.

Ensuite, nous allons regarder la télévision. Et après je vais promener mon professeur au marché.

Oui ! Après, je vais acheter un belle boubou (signe + correction) pour lui, avec un joli chaussures (signe + correction).

De belles chaussures.

Enfin, je vais l’accompagner.

Je vais me lever à 8h, je vais me laver et je vais prier. Ensuite, je vais au marché acheter du poisson. Ensuite je vais à la plage avec mes amis, ensuite je vais rentrer, je vais manger de la viande. Enfin, je vais aller me coucher.

Je vais inviter à mon professeur.

Non ! je vais inviter mon professeur. Nous avons partir (signe + correction) à la plage. Nous allons respirer de l’air propre. Et pour s’amuser et jouer avec mes amis. Et nous mangeons (signe + correction : futur proche) des fruits et des pâtisseries. On boive du thé (signe + correction) . Enfin, nous partons à la maison (signe + correction)

 

Préparation du TBI.

Pendant ce temps, un A pose une question à P : « une chanteuse (il prononce « chantése ») et un chanteur ? ». Les autres A lui répondent en prononçant correctement. Suit un petit exercice de phonétique sur les sons EU/é/è.

P : On va voir quelques célébrités françaises.

Apparaissent sur le TBI les noms de : Marion Cotillard, Amélie Nothomb…

 

Marion, c’est féminin ou masculin ?

Et Renaud

Féminin !

Masculin !

 

P : D’accord. Là, vous avez des noms de personnes célèbres, ça veut dire connues. A votre tour, remplissez les fiches de 2 personnes célèbres que vous connaissez.

Fiche :

Nom :

Nationalité :

Date de naissance :

Lieu de naissance :

Profession :

Moctar Dadah

Mauritanie *

1902

Boutilimit

avocat

 

*correction : « ça, c’est le pays. Comment on dit ? (un A vient corriger au TBI) : mauritanienne (plusieurs essais, plusieurs étudiants se relaient au tableau pour corriger) (P écrit au tableau : MALI-EN-ENNE / ALGERIE-N-NE.

 

Un autre élève vient faire au TBI une autre fiche de célébrité. Il s’agit d’une chanteuse mauritanienne décédée l’an dernier, très connue.

Pour que les A comprennent bien la différence entre les sons AU EU OU AI, il présente des exercices oraux de prononciation. Puis au TBI, il écrit : UN –DEUX.

P : attention aux syllabes !

P affiche au TBI la page « entraînement à l’examen de DELF A1)

P: A1, c’est le premier niveau pour apprendre le français (il lit ce qui apparaît au tableau : « quelques conseils pour l’examen » p. 34)

P : on va faire l’exercice.

C’est le morceau de page de quel document ?

Bien. C’est classé dans quel ordre ?

Oui, A B C D. Là, nous avons une partie de la liste des clients dont le nom commence par D. Lisez attentivement les questions.

Un annuaire téléphonique.

L’ordre alphabétique !

 

 

P lit la question 1 de l’exercice 1 page 34.

Cette page est une page d’un carnet d’adresse ? une page d’un annuaire téléphonique ? une page de dictionnaire ?

Vous avez déjà répondu que c’est une page d’annuaire téléphonique. TB.

2e question : (il lit) quel est le numéro de téléphone de M. Demy ?

C’est bien. 3e question (il lit) : quelle est l’adresse de Mme Demoulin ? Il faut trouver le nom sur la page, et ensuite regarder les prénoms.

Non, ce sont des prénoms masculins.

 

Bien. 4e question : qui habite rue des capucines ?

 

 

 

 

 

04.66.47.99.45

 

Vincent ?

Antoine ?

Sophie ! son adresse c’est 6 place du 14 juillet.

 

 

Interruption d’environ 5 mn car un A demande la différence entre « riz » et « rue »

A : ça s’écrit pas de la même façon.

P : ok, et puis ?

A : le riz, c’est de la nourriture.

P: non, c’est pas ça. LE RIZ – LA RUE (plusieurs mauvaises réponses).

A : c’est masculin et féminin.

A : ce n’est pas la même prononciation.

P : le riz – la rue. Quelle est la différence ?

(je leur demande ce qu’ils entendent comme voyelle).

A : un i et un u.

P : écoutez bien, c’est important. Ca, c’est (il écrit au TBI) RI, et ça ? (il écrit RU) 

A : RU

P écrit MI – TI (les A lisent)

P: on prononce le i les dents serrées et le u la bouche en avant.

(il avance au TBI à la page suivante, exercice 2).

P : lisez toujours les questions. Si vous lisez bien, vous voyez écrit « école de langue » donc, la première question, vous pouvez répondre.

Question 2 : combien  y a-t-il d’élèves ?

Combien y a-t-il d’hommes ? et de femmes ?

11

 

 

P souligne les prénoms féminins au TBI, les A lisent les prénoms et les nationalités pour trouver la réponse. J’interviens à la fin de l’exercice pour leur dire qu’en cas de doute, on peut aussi regarder la profession car les métiers sont écrits au masculin ou au féminin selon le sexe de l’étudiant inscrit.

P explique encore combien il est important de bien lire les questions avant le document lui-même.

P : maintenant, tournez-vous et regardez de l’autre côté. (tout le monde se tourne vers le tableau Velleda normal).

P écrit au tableau :

Dire qu’on aime                                

Dire qu’on n’aime pas                   exprimer ses goûts.

 

A : j’aime le travail. J’aime le poisson. J’aime la musique classique. J’aime le football, le tennis. J’aime lire le Coran.

P : un peu ? moyennement ? beaucoup ?

A : j’aime beaucoup. J’aime beaucoup lire le français.

P écrit au tableau :

1 – J’aime            un peu                                     2 – j’adore

                                   Peu                                            P : j’adore, c’est plus fort que j’aime

                                   Bien                                   3 – je suis passionné de… (être passionné de…)

                                   Beaucoup                          4 – je suis fou de… (être fou de…)

                                   Trop                                          P : ce sont les différents degrés de l’amour. C’est de plus en plus fort.

 

Fin du cours.


3e jour – début du cours à 18h.

P allume le TBI.

Affichage de la page « compétences visées »

P s’adresse à un élève :

 

Est-ce que tu peux saluer quelqu’un ?

Bien. Qui a des difficultés à saluer quelqu’un ?

 

Ok, qui n’est pas capable de saluer quelqu’un ?

Bon, dans l’ensemble, tout le monde peut saluer. Donc, grosso modo, seul un élève a des difficultés.

Ensuite, qui peut se présenter avec le verbe s’appeler ?

Oui, je peux dire : bonjour, comment s’est passée ta journée ?

Aminatou ! (elle répond) Non, moi je connais 2 ou  3 phrases : bonjour, comment ça va ?

 

 

L’exercice demande plusieurs explications de la part de P car les A ne comprennent pas la consigne : se présenter en utilisant « je m’appelle ».

 

 

Voilà, c’est ça, se présenter à quelqu’un en utilisant s’appeler. Je m’appelle… Qui a des difficultés avec ça ?

Personne, ok.

Maintenant : présenter quelqu’un avec s’appeler, ç’est ???

 

 

C’est bien. Cet exercice, ça sert à connaître vos problèmes. Je sais, moi, quels sont vos problèmes. Mais vous, ça vous permet de savoir quels sont vos problèmes. Aminatou et Said, vous avez des problèmes avec je et il. Les premières leçons, rappelez-vous, tout ce qu’on peut dire avec je, on peut le dire avec tu, il, nous, etc… Je m’appelle, il s’appelle – tu es marié, vous êtes marié – tu t’appelles Sidi, elle s’appelle Valérie.

Ensuite, demander les coordonnées de quelqu’un. Alors, c’est quoi ?

Oui, c’est tout ça, le nom de la rue, le numéro de la maison, tout ça.

Qui veut demander les coordonnées de quelqu’un ?

 

Il n’y a pas de verbe ! quelle EST votre adresse électronique.

C’est bien.

Je me présente, je m’appelle Ahmed. Je me présente, je m’appelle Moussa, je m’appelle Valérie, j’habite… j’ai… je suis…

 

 

 

Il s’appelle Sidi, il est marié, il est 3 enfants (signe + correction) il est étudiant.

Je m’appelle (signe + correction) – il s’appelle Benany, il travaille au ministère du plan, il est marié.

 

 

 

 

 

 

C’est quoi les coordonnées ? l’adresse électronique ? le numéro de téléphone ? l’adresse ?

 

Tu habites dans quel quartier ? quel est ton numéro de tél ? quelle est ton adresse électronique ?

Valérie, quelle ton adresse téléphonique ?

Quel ton numéro de téléphone ? (signe + correction)

Messaoud, quelle est ton adresse ?

 

Je propose un exercice : 2 élèves vont au tableau, face aux autres A. L’un des 2 doit présenter au reste de la classe l’autre A. L’exercice est très bien réalisé, pratiquement sans fautes. Puis, je propose de me joindre et l’autre A doit me présenter le 1er élève qui lui à son tour doit me demander mes coordonnées. Un peu plus difficile, mais les élèves y arrivent. Ils ont inventé une histoire de prof et d’assistant, présenté à une classe. Exercice très intéressant.

 

 

Pourquoi tu dis mon cher ? Il faut que  ce soit un très bon ami à toi, quelqu’un que tu aimes beaucoup, qui est proche de ton cœur.

Les coordonnées permettent de rentrer en contact avec quelqu’un.

Ensuite, épeler, ça veut dire quoi ?

Non, c’est pas ça.

Oui, c’est ça. C’est dire un mot ou un nom lettres par lettres.

Compter, c’est bon pour tout le monde ? TB

Il nous reste « communiquer en classe ». qui me donne un exemple ?

 

Oui, c’est ça, c’est bien.

Mon cher Abderramane, tu habites dans quel quartier ?

 

 

 

 

Prendre une pelle ? appeler ?

C’est faire M.O.H.A.M.E.D ? dire les lettres ?

 

(les A comptent les uns après les autres, jusqu’à 100)

 

Monsieur, comment on écrit ça ? Monsieur j’ai trouvé la réponse ! monsieur, expliquez-moi ce mot dans l’exercice !

 

: monsieur, commenter, ça veut dire quoi ?

P : réfléchis…

A : parler ?

P : oui !

A : compétences, ça veut dire quoi ?

P : ce qu’on est capable de faire. (P explique par plusieurs exemples, car c’est difficile à comprendre pour les A).

Allez, on continue…

L’alphabet, qui ne connaît pas son alphabet ?

Ok, c’est bon.

Les articles ? vous les oubliez souvent, mais ce n’est pas trop grave.

Les terminaisons des verbes en er ?

C’est bon.

Le présent des verbes être et avoir ?

 

Le féminin des adjectifs de nationalité, qui a des problèmes avec ça ? un français ?

Un malien ?

D’accord.

Le lexique des objets qui sont dans la classe ?

Ca c’est quoi ? et ça ? et ça ?

Bien.

Le lexique de l’identité

De toi, de lui.

Bon, ça va. Nous allons faire le bilan de ce que nous avons déjà vu.

C’est ce que tu fais en français. Quand tu lis, quand tu écoutes, quand tu parles… ce sont les choses qu’on peut faire avec une langue. Toi, tu veux faire quoi avec le français ?

Qui a des problèmes de lecture ? à votre niveau, A1,c’est normal, il y a des problèmes.

Est-ce que vous pouvez lire ce que vous écrivez dans votre cahier ?

L’écoute…

Mais quand tu écoutes ce qui se passe en classe ?

Et quand vous parlez ?

C’est bien.

Ton magasin ? c’est ton lexique de français. Il n’est pas vide, tu vois, tu peux dire plein de choses, tu peux dire tout ça !

A, B, C.. (ils connaissent tous l’alphabet)

 

 

Un, une, des…

Je mange – e, tu manges- es, … (petite difficulté sur ils mange-nt).

Je suis, tu es, etc.. nous sont (signe + correction)

J’ai, tu as, il a…

 

Une française.

Une malienne.

 

Une table, une chaise, un marqueur …

 

De qui ?

 

 

C’est quoi l’usage du français ?

 

 

Je veux écrire, lire, parler en français.

 

 

Moi, je lis ce que j’écris, ça va. Par contre, je ne lis pas vite quand ce n’est pas moi qui écris.

La radio, ça va.

Ca va aussi.

Je parle un peu.

Moi, je veux parler, lire bien. Mon magasin de français est vide. Je n’ai pas d’amis français pour parler.

 

P écrit au tableau l’adresse d’un site web où les A peuvent écouter des exercices en français et se familiariser avec la langue.

Qui a des idées pour améliorer son vocabulaire, sa grammaire, sa prononciation  ?

Pour le vocabulaire, il faut lire et parler. En classe, il faut écouter, laisser aux autres le temps de parler. Il faut écouter les autres. Il y a toujours des mots qu’on apprend en écoutant les autres.

Pour la grammaire, écoutez ce qui se fait en classe, soyez attentifs. Pour la pratique de la lecture, il y a des livres pas difficiles, des journaux.

Dans l’ensemble, vous n’avez pas beaucoup de problèmes.

 

 

Fin du cours.


 

6e semaine – dimanche 16 juin. 13 élèves

P distribue des supports. Il s’agit d’exercices sur support papier et audio. Les A vont écouter des dialogues et devront ensuite cocher les bonnes réponses sur leur document.

 

P : voici 4 exercices, lisez les questions de l’exercice 1, puis de l’ex 2, etc… Bien sûr, la bonne réponse à toutes ces questions est dans ce que vous allez entendre. Allez, liez les questions du 1er exercice.

(Pause avant l’écoute, pendant laquelle les A lisent les questions et interrogent P sur des éléments non compris).

(l’exercice semble difficile, les A ne sont pas habitués).

P : prêts ? (l’écoute démarre puis pause). Bien. Prêts pour la 2e écoute ? (écoute puis pause). Allez, 3e écoute (certains A disent « non », ils n’ont pas besoin de la 3e écoute et veulent faire l’exercice).

P : c’est bien, car pour l’examen, vous n’aurez que 2 écoutes. Mais là, comme c’est un exercice, je vous fait écouter une 3e fois. (3e écoute).

(pause pour que les A se relisent et finissent leur exercice).

P : bien, maintenant regardez ce que vous avez écrit et ensuite on passe à l’ex 2… Maintenant, lisez les questions de l’exercice 2 (une pause pour que les A lisent bien). Vous avez 4 questions, lisez bien les questions de l’exercice 2 (P s’approche d’une A qui ne comprend pas le système : écoute + questions. P doit lui montrer sur la feuille chaque détail des questions et ajoute « là tu coches, là tu écris »).

(1e écoute de l’exercice 2)

P : approchez-vous si vous n’entendez pas bien. (pause) On y va pour la 2e écoute ? (pause). 3e écoute maintenant.

Vous avez fini ? « oui ! » alors passez au 3e exercice. (P explique la consigne). Attention, il y a 4 situations, mais 5 images. Ecoutez bien. Vous allez entendre 4 dialogues, mais il y a 5 images, il y aura une image où vous ne mettrez pas de numéro dessous. Ecoutez. (écoute + pause).

(cet exercice est assez difficile, bcp d’A lisent trop longtemps la consigne, qui ne sert pas à grand-chose, et ne regardent pas assez les images qui seront plus utiles pour faire l’exercice et « coller » le son qui correspond).

P : allez, on y va pour la 2e écoute (pause). Ne faites pas de commentaires, s’il vous plaît, on travaille en silence, pour soi. (3e écoute + pause).

(l’exercice 4 est aussi difficile que le 3, je vois bien que certains A ont des difficultés, j’essaie de leur dire de bien lire, je leur explique certains mots (billet par ex).

P : écoutez bien la voix et cochez la bonne réponse de la situation 1, de la situation 2 et de la 3. (écoute + pause). 2e écoute ? (écoute + pause). On essaie de le faire sans 3e écoute ? (les A refusent et P met en route la 3e écoute).

(Pause pour cocher et se relire).

P éteint l’ordinateur pour utiliser le TBI. Il reproduit les exercices au tableau et reprend les questions.

P : exercice 1, qui a répondu numéro 6 ? numéro 16 ? numéro 5 ? (tous lesA ont donné la bonne réponse)

(si les A donnent tous des réponses différentes, P met un point d’interrogation devant l’ex au TBI et y reviendra plus tard).

P : exercice 2. (même type de correction que pour l’ex 1)

P : exercice 3 (réécoute).

Dans la situation 2, que disait le dialogue que vous avez entendu ?

 

Oui, c’est bien.

Une maman et son enfant.

L’enfant voulait partir et il presse sa maman.

Et la maman veut faire une photo ?

 

 

Et la correction continue selon le même plan pour l’exercice en entier.

 

P : on continue, l’exercice 4 ? La situation 1 est facile, non ? (oui !).

Alors, la situation 2 ? Aminetou, tu dis quoi ?

C’est bien.

Il dit qu’il a 50 %, c’est un billet.

 

La situation 3 ne pose pas de problème.

P: on va reprendre les corrections des exercices pour lesquels vous n’êtes pas tous d’accord. Exercice 2, question 4.

Alors, il parle à un garçon ou à une fille ?

Comment vous pouvez savoir ? On ne peut pas le savoir, on n’entend pas de prénom. La bonne réponse est : on ne sait pas.

La réponse à la question 1, c’est quoi ?

Pourquoi tu dis que la bonne réponse est le cinéma ?

Il propose d’aller au ciné. Le ciné, c’est le cinéma. Némo, c’est le nom du film.

à une fille !

à un garçon !

on ne sait pas !

 

le cinéma.

… c’est quoi Némo ?

 

 

J’explique les mots abrégés : télé = télévision – ciné = cinéma – restau = restaurant. L’E écrit les mots au tableau en faisant des flèches.

P : donc, conclusion pour ce type d’exercice, à quoi faut-il faire très attention ? aux dialogues, aux situations, aux questions qu’il va falloir cocher. Il y a parfois des pièges, comme ici quand il y a 4 situations et 5 images. Si vous entendez une situation « zéro », il ne faut pas l’écouter, ça veut dire qu’il y a un piège, que cette situation ne correspondra à aucune image. Les profs vont essayer de vous piéger !

 

Tout le monde se retourne vers le tableau normal. J’en profite pour écrire pour adresse mail et explique aux A qu’ils peuvent m’écrire pour s’entraîner et que je leur répondrai pour qu’ils lisent. Tout le monde a noté mon mail !

 

P écrit au tableau :     je n’aime pas…

                                                     J’aime…

                                                     J’ai horreur de…

P: C’est de plus en plus fort. J’ai horreur de, ça veut dire que je n’aime pas du tout.

Et toi, qu’est-ce que tu détestes ?

Les calomnies, c’est quand on dit du mal de quelqu’un.

 

Des gens mal quoi ???

Ce n’est pas très clair…

 

 

 

 

Ah bon ?

Tu as des problèmes, toi !

 

Tu habites à quel étage ?

 

Tu veux dire des voitures ?

Je déteste les calomnies.

J’ai horreur des grosses femmes.

J’ai horreur des gens mal…

Mal à la tête, au cœur

 

Moi, je déteste les politiques.

J’ai horreur de frapper les femmes.

 

Je n’aime pas les chiffons.

Je déteste la télévision. J’ai horreur des armoires.

 

J’ai horreur des escaliers.

Au 1er.

J’ai horreur de la conduite ici.

Oui, ils conduisent mal.

 

Ok. On va faire un autre exercice, je vous donne un mot, et vous allez faire des phrases avec ce mot. Qui commence ?

 

voiture

train

banque

télévision

professeur

Paris

Nouakchott

Cinéma. Non, je VAIS au cinéma.

soleil

Moi !

J’ai une voiture

Je monte dans le train

Je travaille dans une banque

Je regarde la télévision

J’écoute ce que dit le professeur

Je n’aime pas visiter Paris

J’habite à Nouakchott

Je pars au cinéma

Le soleil se couche

 

P : TB. Ce que nous venons de faire, ce sera un exercice de votre oral. Vous devrez prendre 5 papiers, sur chaque papier il y a un mot et il faudra faire une phrase. Vous pouvez piocher « vélo » et dire « j’ai un vélo ».

Un autre exercice de votre oral, c’est « se présenter ». Il faudra vous présenter et dire quelque chose que vous aimez ou que vous n’aimez pas. Qui veut essayer ?

: je m’appelle Messaoud, je travaille au Ministère des Transports, je suis né en 1975. Je suis marié, j’habite à Tevragh-Zeina. Je déteste les paresseux.

P : voilà, c’est bien. Au plus vous donnerez des informations, au plus vous aurez une bonne note.

 

Fin du cours pour la prière.


 

Lundi 17 juin 2013 – 6e semaine.

 

P distribue une feuille d’exercices, sous forme de fiches à remplir par les A.

Exercice 1 : une fiche d’inscription d’hôtel.

Exercice 2 : une carte postale à envoyer à un ami.

Sans explications, P a distribué les supports et les A commencent à travailler. Ceux qui arrivent en retard s’assoient et l’E leur fait passer le document.

Lorsqu’un A a besoin d’aide, P les envoie vers moi directement.

Je me lève pour leur expliquer le fonctionnement d’une carte postale. L’intitulé adresse est un espace formel : ce n’est pas parce qu’on écrit à Monsieur Jean Dujardin – 3 rue du Parc – 75008 Paris qu’on va écrire sur la carte Cher Monsieur Jean Dujardin. Je leur explique que si j’écris à ma mère, je ne vais pas écrire « maman – 1 rue de l’orme – 06000 Nice ».

P rit et me dit « tu vas avoir des problèmes ! » parce que mes explications ne sont pas claires et que les A n’ont pas compris…

Les A ont environ 45 mn pour faire les 2 exercices. Ils sont tous venus me voir au moins une fois, souvent 2 ou 3 fois. Certains d’entre eux ont compris, mais il y a beaucoup de fautes de français. La fiche d’inscription d’hôtel est en majorité bien remplie, la carte postale présente plus de difficultés.

D’ailleurs, il n’y a pas de correction collective de la fiche d’hôtel, car après mes corrections, tout le monde a le corrigé.

 

Correction au tableau de la carte postale :

P : dans cette carte postale, vous avez déjà l’adresse, il ne manque que le message du texte. On vous demande 3 choses : le temps qu’il fait, les activités que vous faites, et la date de votre retour.

D’abord, on va saluer. Qu’est-ce qu’on peut dire ?

 

Si on s’adresse à un ami, on ne dit pas Monsieur.

Bonjour Jean !

Salut Jean

Monsieur Jean ?

 

P : Bon. Ensuite, on va parler du temps. Il fait… chaud, froid, beau (écrit au tableau). En 2, on vous demande de décrire vos activités.

 

Cette semaine à Nouakchott, ces jours-ci à Nouakchott…

En 3, vous devez donner votre date de retour.

Hein ?

(P écrit au tableau) je retourne le… je rentre le… je reviens le…

Je travaille tous les jours.

 

Je reviens la semaine passée ?

(les autres A corrigent : la semaine prochaine !)

 

 

P : Alors, il y a une chose sur laquelle je veux revenir. Vous avez à chaque fois : exercice 1, exercice 2 etc… Faites attention à ce qui vient juste après, il y a toujours une phrase où on vous demande de faire quelque chose. Regardez : vous êtes en vacances. Donc, (s’adressant à un A) tu habites en France, tu écris à un ami en France, tu es en vacances, peut-être au pays. Tu dois parler de 3 choses : le temps qu’il fait, tes activités, ta date de retour.

Un A lit la consigne, P l’explique à la classe au fur et à mesure.

P : parlez bien des trois choses.

P : Allez, on va passer à autre chose.

P : je vais vous montrer une feuille, vous allez voir, il y a des mots avec un point d’interrogation. Ca veut dire qu’il faut poser une question en utilisant le mot.

Un exemple : nationalité ?

TB. Situation de famille ?

Non. Ca veut dire quoi situation de famille ?

Non, la situation de famille, c’est pour savoir si tu es marié, divorcé, célibataire, etc…

OK. Enfants ?

 

Oui. Téléphone ?

TB. Sport ?

 

Télévision ?

 

Week-end ?

C’est bien.

Déjeuner ?

Non, je n’ai pas dit « petit-déjeuner », j’ai dit « déjeuner ».

C’est bon.

Quelle est votre nationalité ?

Quelle est la situation de votre famille ?

L’adresse ?

 

Quelle est votre situation de famille ?

Est-ce que tu as des enfants ? est-ce que tu aimes les enfants ?

As-tu un téléphone ? quel est ton numéro de téléphone ?

Quel est ton sport préféré ? où fais-tu du sport ? tu aimes quel type de sport ?

As-tu une télévision ? est-ce que tu regardes la télévision ?

Quel est ton programme du w-end prochain ? qu’est-ce que tu fais le w-end prochain ?

Est-ce que tu prends un petit-déjeuner ?

 

Qu’est-ce que tu manges au déjeuner ? dans quel restaurant tu prends ton déjeuner ?

 

P fait passer un support avec des images de boissons, aliments, etc… et un autre avec des pièces et des billets.

P : vous aurez ça à l’oral. Vous allez acheter des choses et le professeur sera le commerçant.

Quand vous entrez dans une boutique, vous voyez quelqu’un, non ? vous dites quoi en premier ?

 

Oui, mais si tu es en France, tu peux trouver une dame dans un magasin ! On va faire comme si je suis le commerçant et vous le client. Bonjour, vous désirez ?

2e rayon à droite ! qu’est-ce que vous cherchez ?

Ensuite, je vous dis le prix, et vous devez me payer.

OK ?

 

Bonsoir. Bonjour. Je salue, bonjour M ou Mme

Non, il n’y a pas de Mme dans les magasins ici !

 

Où se trouvent les boissons ?

Du jus d’orange et 2 boîtes de coca.

 

Fin du cours, heure de la prière.

Envoyer un message à Judith
Observation d'un cours de niveau A1.1
Quelques  CONSIGNES  de navigation
 
Cliquez sur "CONSIGNES" pour les lire


Vous pouvez "naviguer" comme vous le souhaitez en consultant les onglets à menu déroulant, en haut de page .

Mais vous pouvez allègrement préférer une navigation plus linéaire. Et bien, faites-le donc en utilisant les boutons directionnels de haut ou bas de page : "< page précédente"  ou  "page suivante > ".


Sachez cependant, que sous pouvez également CHOISIR dans les listes suivantes pour varier et enrichir votre voyage en sélectionnant les thèmes et sujets qui vous conviennent. Nous vous proposons ici quelques rubriques, mais les autres sont possibles.
dans l'onglet  " ESPACE Carrière " :
   - une des Pages-PAYS proposées par vos
     collègues,
  - ou encore une  Expérience professionnelle
    particulière,

dans l'onglet  " ESPACE Étudiant "  :  
  - une des Expériences d'apprentissages
    vécues  par eux.

Encore mieux, comme Judith et bien d'autres l'ont fait au cours de leur formation, lors de différentes sessions antérieures, vous pouvez vous aussidevenir "acteur", proposer une information, un "billet", un témoignage et bougez.
  
Judith le suggère en le disant au début :
   

Laissez donc un message à  "vos ADMINS" en cliquant sur  CONTACT .


Enfin, avant de quitter cette page, peut-être pour toujours, sachez que vous pouvez vous aussi être utiles à Judith et à vos collègues en laissant ne serait-ce qu'un petit message dans la boite de dialogue ci-dessus.

Judith vous répondra avec grand plaisir.



Pour fermer cette fenêtre, cliquer sur "CONSIGNES" en Haut de la note
Quelques  SUGGESTIONS  pour aller plus loin
 
Cliquez sur "SUGGESTIONS" pour visualiser  LES LIENS DIRECTS conseillés


Nous vous suggerons de consulter les pages suivantes :

Une expérience en EMT par Pôle Emploi     par Josie
  
Observatrice de classe pour comprendre     par Consse


Vous pouvez consulter également :

"Quand l'audace permet de dépasser...     par Consse
  
Une riche expérience en associations         par Linda
 
La piste humanitaire                                    par Myriam


Mais, vous pouvez également  CHOISIR  parmi les listes suivantes :
dans l'onglet  " ESPACE Carrière " :
  - une des Pages-PAYS proposées par vos collègues,
  - ou encore une  Expérience professionnelle
    particulière,


dans l'onglet  " ESPACE Étudiant " 
  - une des Expériences d'apprentissages vécues
    par eux


Mais avant de la quitter, si vous avez apprécié cette page très riche en iformations diverses, n'oubliez pas de le dire à Judith.



Pour fermer cette fenêtre cliquez sur " SUGGESTIONS " en haut de la note
 
 
 
 
ce site a été créé sur www.quomodo.com