9 - Une "expérience FLE" au QUÉBEC

Partager la page :
 

Drapeau quebec.gif
.
Une expérience de professeur de FLE

à MONTRÉAL (Québec)

.
............................................................................................................................
............................................................................................................................

.
par  Djette C.
.
( 1er juin 2013 )


....
.
.




1 - Qui suis-je ?


Je suis arrivée à Montréal en décembre 2012, avec en poche, un VISA Programme Vacances Travail.

 

Avant le DAEFLE, j'ai fait 5 ans aux Beaux arts et j'ai aussi été fondatrice d'une association où nous donnions des cours de peinture à des groupes d'adolescents, en collaboration avec des maisons de jeunes. J'ai également été "assistante d'éducation" dans un lycée de zone prioritaire pendant 1 an.

J'ai passé mon examen du DAEFLE en décembre 2012, donc j'ai dû attendre le mois de février pour avoir le résultat du diplôme.

Cependant j'ai commencé à démarcher des écoles avant d'obtenir le résultat. J'ai envoyé des candidatures spontanées aux écoles qui me semblaient les plus intéressantes pour moi, je voulais travailler avec des adultes en entreprise et même si possible avec des TICE (c'était l'option que j'ai choisie au DAEFLE).

 

3 - Le FLE en promotion au Québec.


Montréal est une excellente ville où débuter une carrière en FLE, à mon avis. De nombreux étudiants étrangers y débarquent, apprenant le français dans des grandes écoles de la ville, mais il y a aussi par ailleurs des entreprises dont la politique est d'intégrer au mieux leurs employés issus de l'immigration et qui donc leur payent des cours. Cela passe par des écoles privées, qui recrutent des professeurs, soit salariés (plus rare ), soit en freelance (comme moi).

 

Le but du gouvernement du Québec étant quand même que la population parle français, le plus possible, cela a pour conséquence que la demande pour ce type de poste est large. J'ai une grande fascination, il faut le dire, pour ce qui se passe linguistiquement à Montréal entre anglophones, français et québécois.

Après, il faut assumer l'hiver !!

 

Le travail en lui même reste
cependant légèrement précaire.
Pourquoi?

Parce que pendant l'été il est plus difficile de trouver des écoles qui recrutent: les écoles travaillant avec les entreprises font une pause estivale pour reprendre à la rentrée et les écoles qui recrutent pour l'été sont apparemment peu nombreuses ou manifestement ont déjà formé leur équipe. À voir.

À noter aussi: j'accumule plusieurs contrats à divers endroits de la ville, donc beaucoup de déplacements.

....
.
.

 

2 - Un début en fanfare !


J'ai eu des réponses assez rapidement, le mois de janvier étant à Montréal le commencement de plusieurs sessions de cours de langues dans beaucoup d'écoles.

Mon DAEFLE a été un atout pour moi, pour les entretiens d'embauche par exemple, ou même si je n'avais pas vraiment d'expérience dans le FLE, j'ai pu expliquer quelle démarche et quelle méthodologie nous apprenions avec le DAEFLE.

J'ai été embauchée très vite par une école pour qui je travaille en freelance. Je leur fais des factures, car au Canada, pas besoin de s'enregistrer en tant qu'indépendant si tu gagnes moins de 30 000 $ à l'année.

Au début je ne travaillais que 10 h / semaine, mais rapidement, j'ai trouvé d'autres petits contrats et remplacements dans d'autres écoles: c'est simple, au bout de 6 mois, je suis complètement débordée et je finis ma session en juin avec des contrats par dessus la tête: je culmine
à 27 heures d'enseignement par semaine, donc beaucoup de préparation aussi en amont.

 

4 - Le DAEFLE, tremplin du Bonheur


Au niveau du salaire je suis payée brut entre 20 et 25 $ de l'heure, ce que je trouve pas si mal pour un début de carrière. Les horaires sont souvent : entre midi et deux ou alors le soir, après 17h.


Je travaille avec tout type de niveaux, du A1 au C1, en leçons privées ou par groupes (le maximum étant des groupes de 8 personnes pour ma part).


J'ai énormément appris après 6 mois d'expérience en intensif, par exemple par rapport à la gestion des classes mais aussi faire travailler les apprenants sur toutes les compétences : CO/CE/PO/PE/INter- action et pour cela, je me bénis d'avoir étudié par le biais du DAEFLE, qui, malgré que j'ai pu le trouver trop théorique pendant la formation, m'a beaucoup aidée à préparer et à être en confiance.


Tous mes cours sont orientés ou influencés par la méthode du DAEFLE et même si je ne construis pas forcément la séquence "comme il se doit", je me réfère toujours et sans cesse à accomplir mes objectifs linguistiques, communicatifs et culturels en confrontant les élèves à tout type de documents les plus authentiques possible, en attisant la curiosité et l'intuition de mes apprenants…


J'ai encore beaucoup de choses à apprendre mais j'aime vraiment ce que je fais ….



Adressez un message à Djette !
carte-plan-quebec-canada.png
2012_12_3_Quebec_classe_de_FLE.jpg
Vous pouvez également consulter la page d'Adeline

Toutes les photos et textes sont protégés par le droit d'auteur
 
 
 
 
 
 
 
 
ce site a été créé sur www.quomodo.com