1 - L'ESPAGNE: 5-6 Oct. 2012 à l'IF

Partager la page:

* Page refaite
   Ajouter 198

 

 
Toutes les photos ainsi que les textes sont protégés par le droit d'auteur
spain_hw.gif

                                                        


L E   F L E   E N  E S P A G N E


__________________________________________________________________



( Octobre 2012 )
par   Anne Marie C.

1 - Enseigner à contre courant:


1,3 millions apprenants de FLE réalisent leur apprentissage dans les :

. Lycées, collèges, publics, concertés et privés

. Ecoles Officielles de Langues

. Alliances et Instituts Français

. Centres de langues universitaires

L’anglais imposé en première option (LV1), est suivi à 98 %.

L’enseignement bilingue se trouve à tous les niveaux d’enseignement (maternelle, primaire, secondaire, bac et université) avec une offre en anglais, français et allemand, il est appliqué soit à l’ensemble de l’établissement soit  à une partie (section bilingue). Généralement, entre 30 et 50 % du temps est employé aux matières en LE.


Sections bilingues: Dans ce cadre le FLE est enseigné dans 99 établissements et compte un total de 9 276 élèves [1]. Dans ces sections espagnol-français, l’enseignement est donné en deux langues, principalement en espagnol et quelques matières en LV2 (FLE pour ce qui nous occupe). Il ne s’agit pas d’un enseignement DU FRANÇAIS mais d’un enseignement EN français.


Le Bachibac est le diplôme disponible dans les centres bilingues en Espagne et en France depuis 2008/2009 qui donne accès au diplôme espagnol « El bachillerato » et au diplôme français « Le Baccalauréat », ainsi qu’aux systèmes d’enseignement supérieur respectifs. L’objectif est d’évaluer les élèves des deux pays selon les mêmes critères en leur offrant une formation biculturelle. La première promotion sortait en 2011, 2000 à 3000 diplômes devant être délivrés chaque année.


En octobre 2012 la situation du Bachibac est la suivante :


Les régions de Murcie et Catamogne sont pionnères de ce système avec 50 et 30 élèves respectivement.
Les résultats de la dernière année scolaire ont donné en juin 2012 88% de réussite, soit un excellent résultat.
L'expérience va s'élargir à trois nouvelles régions en 2013, les autres suivront.


[1] Chiffre de 2009

don-quichotte-poster.jpg

2 - La place du FLE dans le système espagnol

Les compétences éducatives ayant été transférées du ministère aux régions, l’éventail est ample. Nous n’allons nous baser ici que sur les caractéristiques communes aux différentes régions, mais nous signalerons toutefois que l’Andalousie est la région pionnière dans l’implantation du système bilingue, le FLE y a occupé une très bonne place mais se trouve en claire décadence. La région de Madrid étant la plus récalcitrante à diversifier l’offre de LV2, car très généreuse avec la LV1, promouvant l’anglais en exclusivité, grâce à des accords avec le British Council.

Vue panoramique de la situation réelle


La LV2 quelle qu’elle soit sera toujours présentée en option dans tous les établissements, à tous les niveaux. Nous pouvons presque affirmer que LV2 = français car l’offre d’allemand est très rare et celle de portugais est très localisée dans les régions frontalières du Portugal. Nous n’avons pas connaissance de l’existence d’autres langues.

L’apprentissage de la LV2 peut démarrer dans les deux premières années de l’Enseignement Secondaire Obligatoire (ESO) mais il dépendra de bons résultats en espagnol et en mathématiques.

Les matières en concurrence avec le FLE sont, en fonction de l’année et des régions, plus ou moins nombreuses. Par exemple dans la région de Madrid en 3ème et 4ème de la ESO, elles sont très nombreuses.

Tout ceci restreint énormément le nombre d’élèves pouvant y accéder. Nous parlerions de 35 % des élèves qui poursuivraient des études de FLE à un moment ou à un autre.

L’ouverture de nouveaux groupes dépend du nombre d’élèves demandeurs, il en faut un minimum de 15. Les élèves commenceront cet apprentissage l’année de leur choix, ils le partageront avec leurs camarades qui pourront l’avoir débuté antérieurement. L’apprentissage n’est pas forcément continu, il peut être abandonné une année et repris postérieurement.

En somme : un nombre de plus en plus réduit d’élèves choisit le FLE. Au printemps dernier, le temps de travail des employés publics a été augmenté de ½ heure par jour, les enseignants n’y ont pas échappé, ceci a permis à l’administration de se défaire des employés contractuels, les enseignants titulaires se sont vus contraints de donner des cours de matières sans y être compétents pour compléter leur emploi du temps. C’est le cas du FLE et de ses enseignants qui, bien que motivés et souvent chevronnés dans l’enseignement de la langue et la culture françaises, se voient détournés de la fonction publique car on leur ferme toutes les portes.
ghdhdh.jpg

Ceci pour le circuit éducatif public. Mais il existe d’autres options.


La demande.


D’une part, les jeunes espagnols se montrent fatigués de l’anglais qu’on leur présente comme option unique (Où est le choix ? Le développement de l’élan personnel ?). Ils comprennent qu’il leur faut à tout prix une LV2, pour se différencier sur le marché du travail. D’autre part, ils ont très souvent débuté l’apprentissage de l’anglais comme activité extrascolaire dès un très jeune âge et arrivent à peine à s’exprimer plus de dix ans après. L’inscription aux cours d’anglais est un acte routinier, on s’y inscrit parce qu’il le faut, l’enthousiasme n’accompagne pas toujours.

Le français est l’option la plus cohérente (même frontière au nord, pays francophones du Maghreb au sud).

Les programmes d’échanges marchent bien, bien qu’il vienne plus de français en Espagne que le contraire (attrait principal : le climat).

Dans cet état de choses, les élèves appartenant à un milieu privilégié sont les seuls en disposition d’apprendre le FLE à Madrid, ils le font dans des institutions comme les Lycées Français (environ 4 600 euros annuels dans le premier cycle : http://www.lfmadrid.net/fr/admission-a-tarifs ) ou comme l’Institut Français (4 mois, 400 euros : site de l'IF Sevilla ).
Pour un étudiant appartenant à un contexte socioculturel moyen, les options pour apprendre le FLE sont de plus en plus réduites : soit il essaie d’entrer dans une École de Langues (Escuela Oficial de Idiomas-EOI) où la demande est énorme et les places limitées ont encore été réduites pour la rentrée 2012 (suppressions de postes et multiplication par trois des droits d’inscription). Ils peuvent aussi s’adresser aux « Academias » (écoles privées donnant des cours du soir) mais là aussi l’offre de FLE est très restreinte.


Quant au public adulte de +40 ans, il n’a étudié que le français dans son étape d’étudiant. Libéré des obligations familiales, il en reprend souvent l’apprentissage pour profiter de ses réminiscences, par plaisir, pour la culture (les arts français occupent une place importante). Il se porte beaucoup sur les EOI, les IF et les AF, en fonction de ses possibilités économiques.


Réponse de l’Administration


Les institutions font la sourde oreille à une demande croissante.

Il existe plus que jamais un décalage entre l’offre institutionnelle pour les langues étrangères (qu’elle vienne de l’Etat ou des régions) en défaveur de la LV2 et la demande privée qui ne cesse de croître dans les AF, les IF et les centres de langues universitaires.

gfufduh.jpg

3 - Quelques revendications
des enseignants de FLE

1º. La perte de priorité en 1º et 2 º de la ESO soumet sa consistance comme discipline à dure épreuve.

 

2º. Le nombre d’élèves chute  en 3º et 4º de ESO en raison d’une offre excessive d’options. Renforcement ou amplification des maths, de la biologie et de la géologie, de la physique et de la chimie, géographie économique, théâtre, initiation au monde du travail, initiative entrepreneuse et littérature universelle, ainsi que tout un éventail de matières à caractère d’initiation professionnelle prévue par les centres et préalablement autorisées.

 

3º. Marginalisation de la LV2  comme option au Bachillerato, n’étant pas notée au même niveau que les autres options lors des épreuves d’accès à l’université.

 

4º. Restriction des possibilités de formation  en LV2 en fonction du nombre de places, mise en jeu de la continuité de l’apprentissage. Dans cette ligne et avec les réductions de postes en raison de la crise, des heures et des groupes de FLE ont été donnés à des enseignants peu qualifiés, diminuant ainsi la qualité de l’enseignement.

 

5º. Progressive amputation de la LV2  incompatible et en contradiction avec les initiatives et les intentions manifestées par les autorités régionales.

 

6ª. Eloignement progressif de la convergence européenne en matière linguistique  notre avenir et ses possibilités pour le développement personnel, culturel et professionnel sont compromis. La situation étant particulièrement grave dans la capitale et sa région.

 

Etude Européenne de compétences Linguistiques

 

L’Espagne a obtenu de meilleurs résultats en LV2 qu’en LV1. Elle a atteint une bonne position en LV2. Des 13 pays participants, seuls la Belgique et les Pays-Bas la devancent et elle se trouve au même niveau que Malte. En outre, l’Espagne obtient de meilleurs résultats que le reste des pays ayant choisi le français comme LV2 (la Grèce et le Portugal).

Mais, ces bons résultats en FLE sont dus, entre autres raisons, à ce que seulement 35 % des élèves suivent cet enseignement. Ce sont des élèves avec un bon rendement académique, un taux réduit de redoublants et un meilleur indice socioéconomique et culturel. Des études montrent que hormis ces considérations, le rendement des élèves espagnols en langue française est meilleur que celui atteint en langue anglaise.

 

Il ne convient cependant pas d’isoler l’enseignement du FLE du contexte éducatif public espagnol. Les professionnels du secteur parlent déjà de marché éducatif sur lequel le public est mis en concurrence avec le privé.

Vous pouvez laisser un commentaire sur ce DOSSIER.
CLIQUEZ sur la barre ci-dessous " voir / ajouter un commentaire "
À noter: un COLLOQUE INTERNATIONAL prévu pour les 8-10 Mai 2013
 à Valence (Espagne)

PROMOUVOIR et DIFFUSER le FRANÇAIS aujourd'hui en ESPAGNE

Sous-titré
« enjeux et perspectives de la coopération
et de l’action linguistique, culturelle, éducative et universitaire »

Vivre en Espagne, la vie de l'expatrié ,
les bons plans, la "crise" ...

. Vivre en Espagne : Comment vivez-vous la crise ? témoignages d'expatriés en Espagne ...
Toutes les photos ainsi que les textes sont protégés par le droit d'auteur
 
 
 
 
 
 
 
 
ce site a été créé sur www.quomodo.com