6.5 - École de l'Art Oratoire 21/02/2013

Partagez la page :

 " Qu'est-ce que l'Art Oratoire"

École communautaire du Fle / Attica - Paris

Librairie Pédagogique du Fle
15 rue Boussingault 75013

Google maps

par Stéphane André - Directeur de l'École de l'Art Oratoire

   

Jeudi 21 février 2013,  (Paris)

SOMMAIRE de la PAGE :

1 - Introduction : Art Oratoire, Vie Publique, Dire grâce au Public
 
2 -
Quelle école ? : la Comédie et l'Art Oratoire - Fraternité mais
                                   pas Gémelléité.

3 -
Un sens civique      
 
4 - Les 3 grandes règles

5 - L'art de l'esthétique      
 
6 - La Méthode : La verticalité Dorsale   

7 - La Méthode : Le Regard intéressé et aléatoire

8 - La Méthode : La Voix     
 
   


Vous pouvez cliquer sur les MOTS en bleu (liens internes)
pour vous rendre directement à la rubrique concernée.

Mr Stéphane André
à la Librairie Pédagogique du Fle

 

2 - Quelle école ?

Dans son approche technique l'Art Oratoire a beaucoup à apprendre aux enseignants en langues, comme professionnels tout d'abord, mais aussi en tant qu'individu pour le bien-être personnel et sa réalisation dans la communication.

La première notion à bien saisir est qu'un comédien n'est pas un orateur et inversement. S'il y a fraternité, il n'y a pas gémelléité.

En tant qu'ancien comédien et metteur en scène d'opéra, Mr Stéphane André a suivi l'ESCE (École Supérieure de Commerce International implantée à Paris et Lyon) permettant une première rencontre avec l'Entreprise.
Il a commencé à donner des cours de communication, pour "parler en public" et il a très rapidement pu se rendre compte qu'être un bon orateur n'avait rien à voir avec être un bon comédien.
Il a dû élaborer une technique spécifique. Il a fait des essais et des erreurs, mais après 40 ans, il peut en tracer l'aire d'épure, une méthode pour former des gens qui veulent apprendre à parler en public..
Il a formé une équipe, puis une entreprise qu'il a vendue il y a 5 ans et où il enseigne désormais sa technique.


------------------------------------------------------------------

École de l'Art Oratoire

27 boulevard des italiens
75002    Paris


retour au sommaire

 

Mr Stéphane André
à la Librairie Pédagogique du Fle

 

5 - L'art de l'esthétique

La nature est belle, elle ne fait pas de fautes de goût.


L'art oratoire, destiné aux personnes soucieuses d'améliorer leur impact lors des représentations orales, d'oublier leur stress et de laisser une trace pérenne dans l'esprit de leur auditoire, est un art écologique, qui respecte la nature


La forme est un effet et pas une cause. Il ne faut pas essayer "d'être beau". Les gens qui utilisent mal leur corps, en essayant d'y mettre la forme, ne parviendront pas à être beaux.

Il y a deux problèmes spécifiques en France :
- le trac : Il s'agit d'une peur acquise. Un môme de 5 ans n'a pas peur de parler.
La trac est beaucoup moins présent dans la culture américaine.
Toutes les peurs acquises dans notre éducation ont généré les principaux défauts d'expression
- Le défaut de relation : Il ne s'agit pas d'un défaut affectif mais intellectuel, marqué par la fuite du regard. L'exemple typiqe en est Mr M. Rocard. Il est trop dans son cerveau et pas dans la relation et personne n'arrive à le suivre.Ses idées, aussi interressantes soient-elles, ne passent pas.
En France, on a appris à avoir une pensée positive, logique, cartésienne mais on a acquis une peur.


retour au sommaire

 

Mr Stéphane André
à la Librairie Pédagogique du Fle

563466_354699291310611_996970089_n.jpg
 

7 - Méthode : 2°- Le Regard intéressé, aléatoire

2 fautes sont couramment commises

1- La rupture du regard

Cela se produit lorsque l'on cherche un mot. Mais on cherche un mot indépendemment de l'état du public et ça ne sera pas un mot adapté.

En revanche, vous constaterez qu'il n'y aura jamais de "euhhhhh" ni même "euh" chez une personne qui vous regarde dans les yeux.

Les intuitions : il s'agit d'un phénomène mystérieux qui permet de prendre une décision sans passer par le raisonnement. Quand on garde le regard, on empêche le cerveau d'être en mode réflexif et on l'oblige à passer dans celui de l'intuitif (cf la conférence de Mr François Makowski et la théorie des 5 cerveaux).

Le sens de la répartie : c'est savoir garder le regard.

Les seules raisons valables pour rompre le regard et donc le contact sont d'ordre académiques : prendre des notes ou aller au tableau pour écrire quelque chose.
C'est une faute classique chez les européens qui portent le cerveau aux nues et ils regardent en l'air pour voir ce qu'ils pensent. C'est une faute sportive, plus que morale, car dans ce cas, ils sortent du ring.

2- Le regard sélectif

C'est le cerveau reptilien qui en est responsable et on n'en est pas conscient.

Le souci est que cela correspond à une descente dans l'arêne. Or , lorsqu'on enseigne, on est César, et Cesar ne doit pas descendre dans l'arène.

Il faut donc savoir garder un regard global et ne pas focaliser sur un seul élément du tableau de bord.

Alors comment regarder ? car tout part du regard ...

- Dans la vie privée, les relations ne peuvent pas être obligées. On regarde comme on veut.
- En vie publique, on peut décider "d'aimer", "de prendre soin de...", "de s'intéresser à...", d'avoir cette émotion ...et parce qu'on s'y intéresse, le dos se place tout seul, naturellement droit.

Le regard doit être aléatoire

Lorsque l'on parle on commence une phrase en regardant une personne et on la finit en regardant une autre. Une phrase ou un mot. mais on change de façon aléatoire. Les gens aiment les surprises, l'inattendu, sinon on les ennuie.
L'aléatoire capte leur attention car personne ne sait quand le regard va être porté sur elle. La personne sait dans ce cas qu'il va arriver de façon imprévisible mais certaine, elle souhaite même le devancer, l'appeler.


retour au sommaire

1 - Introduction

L'Art Oratoire commence là où commence la vie publique.


Qu'il s'agisse de s'exprimer dans le monde professionnel, le milieu associatif ou le combat politique, en face à face, au sein d'un groupe,  devant un auditoire ou encore dans une classe, chaque fois on le fait au titre d'un rôle écrit par la société des hommes.

On doit alors construire un personnage qui soit la juste traduction physique, vocale et intellectuelle de ce rôle.

Les styles d'expression changent à l'infini en fonction des orateurs et des situations. Invariante, la technique permet l'adaptation pertinente des styles.

Cette technique est enseignée à l'École de l'Art ORATOIRE Stéphane André, première École d'Art Oratoire en France.
Trente-cinq années de recherche et d'enseignement dans tous les milieux d'entreprise et dans le monde politique ont conduit à l'ouverture de cette école.

La technique qui y est enseignée est physique. Elle respecte et développe le style de chacun. Elle peut-être pratiquée par tous car elle utilise chaque organe du corps tel que la nature a prévu qu'on l'utilise, elle est écologiquement juste.


Parler en public ne consiste pas pas à dire ce que l'on a prévu de dire,

mais à aller au-delà, grâce au public.


C'est ce que nous a magistralement démontré Mr Stéphane André au cours de cette présentation. Mais également au-delà de l'entreprise, des débats politiques ou autres orateurs de renom, Mr Stéphane André a pointé du doigt certaines idées préconçues (et donc fausses) de notre société occidentale et plus particulièrement européenne et française (au regard des apprentissages et pratiques en Amérique) et démontré l'implication de quelques règles simples par des exemples très concrets dans les relation enseignants/apprenants.


------------------------------------------------------------------

" On naît poète, on devient orateur "

Cicéron


retour au sommaire

 

3 - Un sens civique

Messieurs A. Montebourg, J-L. Mélenchon, Ch. de Gaulle, le buste droit, le regard droit et direct, la main sur le coeur, c'est aussi ça les grands orateurs.
On estime que c'est de la grandiloquence, avec de l'emphase, des discours pompeux. C'est une erreur !
Ce n'est pas une exagération dans le ton et la voix qu'il faut voir, mais c'est aussi savoir se mettre au service d'un public. Il s'agit donc un très grand sens civique.

L'art oratoire, c'est savoir disparaître à l'avantage du personnage ou de l'idée qu'on souhaite transmettre. c'est également à l'avantage du public auquel on transmet. L'acteur n'est qu'un médiateur, un tuyau de transmission, et ce qui apparait sur scène, c'est le concept.

Bien sûr, l'acteur, ou l'enseignant, est aussi une personne qui parle en revendiquant son style propre, sa vision, mais il est - et doit être - le représentant de quelque chose, une idée de la langue française et il est chargé de la transmettre.

L'Art Oratoire ne consiste donc pas à vouloir se montrer, se mettre en avant, être exhibitioniste. C'est au contraire savoir disparaitre au service de l'idée.

Selon certains, l'Art Oratoire serait l'art du savoir bluffer, épater, intimider ou manipuler, tromper, quelqu'un qui parle bien pourrait convaincre n'importe qui de n'importe quoi !
Lorsqu'il s'agit de parler en public, cela est faux !
Un acteur aussi bon soit-il n'a jamais pu faire passer un mauvais texte.
Tenir de tels propos serait également mépriser et mésestimer la valeur du public. On ne trompe pas facilement et impunément le public. Il sait faire la part des choses.

Certains disent également que "les paroles s'envolent et que seuls les textes restent". Mr Stéphane André leur répond alors volontiers : "très bien, alors taisez-vous ! "



retour au sommaire

 

4 - Les 3 grandes règles.

Vous êtes orateur dans toutes les situations où vous parlez de votre métier, que ce soit en situation professionnelle d'exercice, pour rechercher un emploi ou au cours d'un repas entre collègues.

Dans tous ces cas, il y a trois règles constantes :

1- LE CONTRAT DE LA RAMPE

Dans le langage du théâtre, une rampe est une rangée de lumières placée sur le devant de la scène qui permet d'éclairer les acteurs en train de jouer ou lors des répétitions. Auparavant il s'agissait de bougies. C'est l'avant-scène, au théâtre, ce qui sépare les acteurs du public et qui signifie qu'il y a un contrat entre le/les acteur(s) et le public : l'acteur est à 100% responsable de l'état de sortie du public.


Cela veut dire qu'il faut savoir être à la hauteur du public. Quand on parle, on est à 100 % responsable de l'attitude des autres.
Si au cours d'une représentation, une dame parle avec son voisin. l'acteur ne doit pas arrêter de jouer pour aller s'adresser à la dame en question et lui demander de bien vouloir se taire car cela le dérange. C'est à lui de faire en sorte de s'améliorer, de revoir ses actions de façon à capter son écoute.

Le public est un tableau de bord ! Grâce à lui, on peut capter, par son attitude ou ses réactions, des indices de performance et ce qui permet de s'adapter en permanence.

2- Le RESPECT du MASQUE

L'acteur nous doit un personnage, une logique de pensée en public.

L'acteur doit comprendre ce qu'est "Don Juan" avant d'interpréter une pièce ou son rôle. Il doit avoir une empathie ( pas une sympathie !), une compréhension du personnage pour incarner cette logique de pensée. D'ailleurs il est courant d'entendre dire les acteurs au cours des premières répétitions "ça y est, je le tient".

L'enseignant incarne aussi une logique de pensée dans sa classe et il doit la comprendre, la saisir, l'identifier parfaitement.

3- L'OBLIGATION SCÉNIQUE


Il faut théâtraliser !
L'acteur entre en scène en ressuscitant la pensée de l'auteur et il doit faire mener celui-ci pour le faire se rencontrer avec le public.
L'acteur est un canal, un tuyau de transmission entre une pensée et le public.

L'orateur dans cette fonction n'est pas conscient de sa mimique, de ses gestes, de la forme. Son seul souci, c'est de faire passer une idée et de regarder les indicateurs du public, le tableau de bord, pour se reprendre, corriger son action.

L'orateur qui cherche ses mots commet une erreur technique. Chercher des mots est un procédé d'auteur, avec un pensée déductive et réfléchie et non un rôle d'acteur, car celui-ci ne fait pas que gérer des mots. Il gère aussi une tonalité et une certaine rythmique qui doivent être pertinentes.

L'art oratoire est l'art de la maitrise de la pensée dans l'action.

C'est une négociation intuitive. Ce n'est pas l'art de la forme.



retour au sommaire

 

6 - Méthode : 1°- La verticalité dorsale

Le premier signe qui caractérise un bon orateur, c'est qu'il est équilibré, la verticalité, la tenue dorsale, pour trois raisons:

1- Écologique : Nous sommes la seule espèce bipède, à marcher droit ! Il faut respecter mère-nature.

2- Vocale : La voix est musicale en tenue droite, elle est sourde et neutre chez l'orateur affalé ou penché.
Ce qui interesse le public, c'est de percevoir comment l'orateur ressent le mot qu'il dit, il attend de lui une interprétation. Avec une voix neutre, il y a de l'information, mais pas de message.

3- Efficacité :

Voici 6 personnages.

De Gaulle

Mitterrand

Giscard

Seguin

Fabius

Rocard

 

Ceux qui sont verticaux, ce sont ceux qui ont gagné.


S'en est suivi un exemple visuel typique d'entrée d'un enseignant de français qui va dire bonjour à une directrice d'établissement ou une apprenante.

- dans une première apparition, Mr Stéphane André a une démarche rapide et  d'un pas sûr, mais penché en avant, légèrement voûté, le regard vers le bas.
- dans un second temps, il recommence l'entrée et les salutations mais avec le buste bien droit et le regard bien vers l'avant.

Qui sont ces personnages ?

- Dans le premier cas, c'est un vulgum pecus, une personne, mais ce n'est pas l'incarnation "du français", de l'idée de la langue française qu'il est chargé de transmettre.
- Dans le second cas, il y a un personnage, avec un rayonnement ! Il transmet l'idée.


retour au sommaire

 

8 - Méthode : 3°- La Voix

Plus une voix est harmonique ( les signaux de parole voisés),
plus elle est musicale.

Les harmoniques enrichissent le son sans modifier la note.
Les grands violons comme les Stradivarius (dont la grande qualité vient du savoir-faire des luthiers) ont de telles caisse de raisonnance qu'ils ont des millions d'harmoniques possibles.

Plus on a d'harmoniques, plus on a une nuance dans les sons émis lors de la parole, plus on transmet du sens. Dans ce cas, la voix diffuse du sens, mais aussi de l'émotion... et plus la voix va ramener du regard  (de la part du public !)

Notez ceci :                 Regard                     R

                                    Dos                          D

                                    Voix                          V

RDV : c'est la rencontre de la pensée de l'auteur avec le public,
           par le tuyau de l'orateur.


retour au sommaire

Pour faire un commentaire sur cette page
CLIQUEZ sur la barre ci-dessous
 
 
 
 
 
 
 
 
ce site a été créé sur www.quomodo.com