6.3 - Expolangues Paris 2013 : du 6 au 9/02/13

" Expolangues Paris 2013 "

les langues du monde, le monde des langues

31e édition du salon.

   

Paris expo porte de Versailles - pavillon 5.2
du 6 (journée professionnelle) au 9 février 2013

 
.
.

 
Voici un lien sur l'agence de promotion du Fle qui expose les principaux thèmes du salon : Expolangues en 3 minutes

Parmi les nombreuses maisons d'Éditions ayant des stands sur le salon et les différentes présentations commerciales de méthodes, l'une d'entre elles a retenu tout particulièrement notre attention. Il s'agit de celle concernant la méthode Mobile, de la maison Didier, car associée à un Labo de langue. Ce labo est un outil multimédia de préparation et d'animation de cours, avec deux interfaces, l'une pour les élèves et l'autre pour les enseignants, représentant un véritable espace d'échanges interactifs élève-enseignant, avec des ressources extrêmement riches et modulables.

Nous tenons tout particulièrement commencer cette page avec cette communication, car cela n'a rien à voir avec la plateforme que nous avons pu connaitre au cours de notre formation. Si seulement le "pôle d'excellence" qu'est censé être le Cned, avait un tant soit peu évolué dans ce sens, avec une plateforme aux interfaces intuitives et conviviales, possédant des fonctionnalités étendues et multiples, multimodales et multicanalaires, "aux goûts du jour", nous aurions pu profiter bien davantage de notre temps de formation. Mais malheureusement, il est resté - et le demeurera jusqu'au moins 2014, m'ont assuré des personnes représentant le Cned sur le salon - à l'heure du minitel des années 80-90 ! La cour des comptes vient d'ailleurs de l'épingler (Le Monde le 12/02/13) !

De très nombreuses autres communications ont eu lieu, dans différents espaces. Nous essaierons de vous en communiquer les principales. Nous n'étions pas très nombreux et il nous était matériellement impossible d'être présents à différents endroits et à tout moment.
Nous vous recommendons cependant tout particulièrement de prendre connaissance de ce qui a été dit lors de la conférence "Donner du sens à l'enseignement du fle" et surtout les propos tenus par Mr François Mangenot.


Pour RÉAGIR, noubliez pas de laisser un commentaire en bas de cette page !
 

Le 07/02/13 - SpeedLingua et le "blended-learning" :
retour sur 10 ans d'expérience.

Le "blended learning" : comment allier efficacement des méthodes en ligne aux méthodes traditionnelles d'enseignement linguistique ? Quand innovation technologique et expertise des formateurs se rencontrent, des solutions pertinentes naissent !

À l'heure de la rationnalisation et du zapping, les formations linguistiques ont l'obligation d'être multimodales, motivantes et modulables afin de s'adapter aux besoins spécifiques de l'apprenant. Il ne suffit plus d'assembler les différents composants (en salle, en autoformation...) mais leurs interactions et complémentarités sont critiques.
Pour l'organisme de formation, la conception et la mise en oeuvre n'est pas aisée. Pour l'entreprise, le suivi de l'apprenant doit être facile.
Cette conférence organisée par speedLingua, avec Antoine Fatio (directeur général) et Cécile Pires (directrice France&Benelux) présente un cas pratique de dispositif de blended learning dans un contexte international à travers la société Bell.

1- Quelques constatations de départ.

Un bébé entend dès sa naissance des féquences entre 2 et 20 000 Hz. Ce champ ample d'écoute va progressivement et rapidement diminuer en fonction des sons et stimulis qui lui sont adressés, correspondant progressivement à ceux qu'il doit percevoir pour "comprendre" sa langue d'échanges maternelle. Car chaque langue a ses dominantes et si l'on n'entend pas les sons d'une autre langue, on ne peut pas les reproduire. Il faut donc permettre aux oreilles de se réadapter aux bonnes fréquences. C'est ce principe qui est à la base de la méthode SpeedLingua.

Actuellement, c'est le CHAOS dans le monde des langues, car de toutes parts surgissent des communautés sur l'internet, mais aussi avec diverses méthodes ou logiciels, de la part des éditeurs ou différents organismes, ce qui finalement est une bonne chose dans la mesure où cela fait naitre ou entretien des envies d'apprentissage des langues.

Nous vivons dans un monde de plus en plus connecté, mais qui est de plus en plus individuel, qui attend des solutions individuelles auxquelles il convient de répondre.

On peut se déplacer de plus en plus, de plus en plus vite et de plus en plus loin, mais les gens sont de moins en moins mobiles et veulent une solution chez eux. Nous sommes dans un monde GLOBAL, mais on veut des solutions LOCALES !



2 - Les pièges du Blended-learning. Ils ont très bien été exprimés par les Monty Python (vidéo)

- faire attention à bien choisir les bonnes modalités et définir avec quel dessein on effectue cette démarche ?

- il faut que ce soit aussi adapté au contexte des apprenants

- les dispositifs doivent être liés entre eux

Nous disons tous que, dans tout apprentissage désormais, depuis le communicatif et le blended-learning également, l'apprenant est au centre. Or, quels sont les ingrédients pour réussir ? En fait, dans le blended learning, c'est le professeur qui doit être au centre.

Son rôle a changé ! Il a peur de la complexité des outils, du dispositif, du regard des apprenants sur son utilisation de la technologie.
Non seulement il doit passer son savoir, mais aussi l'orchestrer. Il y a donc des outils pour accompagner le professeur à se former.


3 - Comment garder l'apprenant motivé ?

          - l'appartenance : l'apprenant doit sentir qu'il fait partie de l'orchestre et qu'il va évoluer en son sein.

          - la pertinence : le vocabulaire doit être en relation avec les différentes activités des apprenants, leur vécu, avec un réagencement de

            l'ensemble du contenu.

          - l'empathie : l'électronique a beaucoup apporté à cela avec les "reminders". De même il y a des notifications qui permettent de rester en

            contact, auxquelles s'ajoutent bien entendu les rapports spécifiques hebdomadaires adressés à l'apprenant pour garder la motivation.



Exemple de l'introduction de SpeedLingua Web
dans une école de formation professionnelle suisse : Bell Switzerland.



Bell Switzerland est partenaire de speedLingua depuis quelques années. Il s'agit d'une école de langues qui a plus de trente ans, multilingue et qui s'adresse à des apprenants professionnels à Génève.
Les premiers contacts ont eu lieu en 2006 et les premiers essais effectués avec 100 étudiants sur CDrom en 2010 avec des résultats mitigés. Mais SLWeb est arrivé en 2012 et a tout révolutionné. Ce dispositif a pu être intégré avec des modules spécifiques permettant de bien mieux les adapter aux besoins des "clients". En 2013, un vrai partenariat  se développe, avec des responsables de projets, une équipe pédagogique dédiée à chaque module, des responsables clients et des professeurs enthousiastes et formés, permettant de mettre en oeuvre un contrat "blended-learning" associant une plateforme à un coaching.

Plusieurs types de cours sont proposés:


1 - des cours de conversation avec :

- 18 séances de 45 mn avec SLWeb selon le niveau

-  5 h de coaching individuel à distance (15 séances de 20 mn)

-  8 h de mini-groupes soit 12 séances de 45 mn à distance

2 - Cours French survival


3 - Cours modulaires spécifiques

- 18 séances de 45 mn avec SLWeb-module spécifique

-  5 h de coaching individuel à distance

Évaluation : Avant / Après et des rapports hebdomadaires


Les parcours sont proposés de A1 à C2 selon un schéma 10/20/30

Les coaching sont faits par téléphone , ce qui équivaut à un cours en face à face.

La reconnaissance vocale fonctionne bien en anglais mais n'est fiable pour aucune autre langue et n'est donc pas utilisable pour le français.

Un autre planning est proposé :

2+1+1 c'est à dire 2 jours de présentiel pendant 8 heures puis du travail en autonomie pendant un ou deux mois sur SLW, suivi d'un jour de huit heures en présentiel puis à nouveau en autonomie puis une nouvelle journée de présentiel.
Des schémas 2+1 ou 1+1+1 sont aussi possibles.

Dans tous les cas, le coaching est obligatoire avec un contact 1 fois/semaine minimum avec l'apprenant.





retour au sommaire

 

le 07/02/12 - Découverte d'EDO
(English Discoveries Online) :
la plateforme dernière génération pour
l'apprentissage de l'anglais en "Blended Learning"

EDO est une solution innovante d'apprentissage, alliant technologie d'enseignement interactif et contenus pédagogiques de qualité. Avec EDO, l'enseignant est au coeur du dispositif blended leaning...et l'apprenant devient acteur de son apprentissage !

- des contenus adaptables aux objectifs et contenus

  pédagogiques
- des cours corrélés sur le CECRL
- des contenus variés, interactifs et mis à jour régulièrement.
- des contextes pratiques s'inspirant de situations réelles.
- des évaluations continues des progrès des apprenants

  (tests intermédiaires, bilans...)- une gestion simplifiée des

  classes (rapports automatisables et personnalisés).

Cette conférence-atelier organisée par ETS-Global consistait à présenter l'outil avec une démonstration en live de la plateforme, ainsi que ses possibilités pédagogiques.


ETS-Global est une organisation à but non lucratif spécialisée dans l'évaluation scientifique qui a développé de nombreux tests internationaux dont les plus connus sont le TOEIC, TOEFL, SAT, GRE ... (voir ci-dessous)

Qu'est-ce que le blending Learning ?


La définition est : une combinaison d'apprentissage à distance (e-learning)

                                           avec un enseignement en présentiel.

Pourquoi ?

- Sa disponibilité: la plateforme doit répondre aux contraintes des apprenants

   et être disponible partout et à n'importe quel moment.
- Forme : avec le canal le plus adapté aux besoins
- Efficacité pédagogique pour maintenir la motivation d'apprentissage

- Modulable, avec des contenus variés et actualisés que l'enseignant

  peut modifier, compléter, adapter
- Avec un coût abordable et adaptable à la structure qui le met en place

  (flexibilité)
- et une simplicité de mise en place.
 
Quels contenus : Ils correspondent 1200 h de formation réparties en 10 cours de 8 unités qui couvrent tous les niveaux et toutes les compétences, ainsi que des tests et minitests qui valident régulièrement les acquis.
Il y a deux accès principaux : d'une part pour les apprenants, d'autre part pour les enseignants-formateurs


Comment ? Schématiquement, utilisée en configuration blended learning, il y a trois modalités possibles d'utilisation d'EDO :


1 - Une école ou institution met en place EDO avec les ouvrages Educsoft qui

     sont déjà en relation avec le contenu de la plateforme.
2 - L'équipe met en place l'EDO en tenant compte des ouvrages déjà utilisés

     par l'institution en intégrant ou adaptant le contenu de la plateforme en

     créant un nouveau lien avec la méthode utilisée.
3 - EDO n'intervient que comme un complément aux manuels utilisés dans

     l'institution et c'est au formateur qu'il revient de faire le lien entre l'ouvrage

     utilisé et le contenu de la plateforme

Il y a cependant une dernière configuration possible, qui est l'utilisation de la plateforme seule à distance, avec son contenu on line, sans face à face. Il y a dans ce cas une grande variété de supports possibles (CD, DVD, Clé USB ....)


Accès étudiant: Comment l'apprenant va-t-il utiliser l'outil de façon optimale ?


Une fois son niveau connu et évalué à l'aide de tests internes (10 possibles), l'apprenant choisi son programme, avec des thèmes adaptés à ses besoins et envies, il apprend et il évalue ses progrès.

Un "guide tour" par une vidéo de 5 minutes lui présente l'outils et ses fonctionnalités de forum, chat en ligne et jeux.

- le test de positionnement : Ce test en ligne concerne les compétences de CO et CE ainsi que de la grammaire.
En fonction des résultats, l'apprenant va pouvoir décider de travailler sur telle ou telle compétence, mais l'enseignant y a aussi accès et pourra décider de lui faire faire aussi travailler telle autre.

- accès aux cours : soit 10 cours de 8 unités.
Dans chacun d'eux, l'apprenant peut travailler l'oral et s'enregistrer pour envoyer sa production orale à l'enseignant pour l'évaluer.
L'apprenant peut réécouter ou pas le dialogue avant de repondre au test de compréhension de 5 questions. Il peut également passer plusieurs fois le test s'il le désire.



Interface enseignant-formateur :


- le TMS (Teatcher Manager System) = connexion en tant qu'administrateur permet à l'enseignant de:

- suivre les progrès de l'apprenant, identifier les besoins de

  l'élève, évaluer son travail.

- Créer, enrichir, adapter le contenu de la plateforme.
Le formateur a de nombreux outils pour construire du contenant et le transmettre aux apprenants (envoi d'un module tout prêt pour sa classe ou personnalisable)

- Authering Tools : La philosophie est alors différente. Le formateur crée lui-même des exercices à partir d'un certain nombre de modèles proposés. L'aspect de l'activité ainsi crée aura le même "look" que celui des autres activités du système (l'apprenant ne le remarquera pas - ceci est important).


Study planner :

Cet interface permet d'élaborer un plan du parcours d'apprentissage avec une estimation précise du nombre d'heures qui vont être nécessaires pour atteindre tel ou tel niveau en fonction du niveau de performences initiales ou alors de savoir quel niveau on pourra atteindre en fonction d'un certain nombre d'heures donné.



EDO Student Progress : permet d'avoir un profil complet de l'apprenant ainsi que celui de la classe, ce qui permet d'affiner les consignes et objectifs auprès des apprenants.
Il y a 6 types différents de rapports ("time on task, état de progression des modules, enregistrements envoyés par l'apprenants...)

Pour plus d'informations, mail to :  Edo-info@etsglobal.org





retour au sommaire

SOMMAIRE :

1 - Entrez dans l'ère du numérique : À propos de Mobile
 
2 -
Découvrez EDO : le 'Blended Learning"
 
3 -
SpeedLingua  et le "Blended Learning"

4 - Donner du Sens à l'enseignement du Fle : Médias
     et nouvelles technologies

5 - Évaluer son niveau d'anglais avec les tests TOEFL®
     et TOEIC® d'ETS Global.

6 - Des séquences vidéo de classe pour la formation des
      enseignants.


Vous pouvez cliquer sur les MOTS en bleu (liens internes)
pour vous rendre directement à la rubrique concernée.

 
.
.

 

Le 09/02/13 - Entrez dans l'ère du numérique
avec Mobile Premium,
le Labo de langue et l'appli iPad d'exercices.

Pack numérique Mobile Premium avec Le labo de Langue et l'appli iPad :
grands adolescent et adultes (A1 et A2)

Parue en 2012, la méthode Mobile s'enrichit du manuel numérique Mobile Premium avec le Labo de langue, directement accessible depuis la méthode. Ce labo de langue permet un échange facile entre le professeur et sa/ses classes, favorise l'entraînement en autonomie des élèves et permet de gérer rapidement les groupes et sous-groupes pour une pédagogie différenciée.

Mobile A1 et A2 pack numérique sont des méthodes qui représentent chacune 80h de travail, avec un apprentissage rapide et ciblé, intensif, pour grands adolescents et adultes.

Le choix méthodologique a consisté à associer des contenus linguistiques prioritaires et renforcés avec des documents authentiques, à dominante lexicale, au service de la communication en contexte, avec un traitement explicite et transversal de la culture, une progression intense, progressive et spiralaire, et une évaluation tant formative que sommative régulière.

L'organisation du livre de l'élève A1 consiste en 10 unités + 1 unité "0".
3 lecons par unité correspondant à environ 6h d'apprentissage.
1- Découvrir     
2- Exprimer: accès sur la grammaire
3- Echanger : pour l'interculturel
Dans chaque leçon, on retrouve 2 à 3 documents exploités en 4 étapes :
- repérer,
- comprendre,
- pratique,
- À vous! correspondant à une tâche intermédiaire.
S'y ajoutent différents paragraphes:
- la minute son (phonétique)
- Fil infos ( expressions idiomatiques, proverbes...)
- Un photo d'ambiance et un nuage de 10 mots
  essentiels pour la leçon.

Chaque unité se termine par une Grande Tâche de fin d'unité dans laquelle les étudiants pourront réinvestir leurs acquis.
Suit une double page d'Evaluation avec une préparation de type DELF, pour préparer au Delf mais aussi pour que l'apprenant évalue ses acquis. Ses activités permettent également de moduler les séquences selon les désirs du professeur et les besoins des élèves.


Le pack numérique permet des activités complémentaires pour dynamiser la classe permettant de choissir de très nombreux documents dans une banque en permanence actualisée, voire d'en insérer d'autres pour associer par exemple l'image d'une affiche à un exercice d'écoute, ce qui permet de contextualiser et poser la situation, ou de travailler un acte de parole comme "parler de ses préférences et de ses goûts", avec à chaque fois, la séquence habituelle de comprehension glogale, finalisée et conceptualisation sur différents documents.

les activités de systématisation en sous groupes et à partir de plusieurs documents sont égaement possibles en classe, ou en autonomie via les tablettes iPad.

A chaque fois, plusieurs entrées sont possibles et une large variété d'exercices de réemploi, de saisie, de tri sont possibles simplement.
Du coté de l'enseignant, le nombre d'essais effectués par l'apprenant est relevé, ainsi que le nombre d'exercices qu'il a effectué sous forme de visualisation statistique.

Les apprenants eux-mêmes peuvent entrer des affiches par exemple, qu'ils ont eux-même créées, à partir d'une consigne, l'enregistrer et la comparer a posteriori à l'affiche-type "attendue".
Dans un autre exemple, l'apprenant peut donner son opinion sur une oeuvre d'art en choisissant dans un caroussel de tableaux célèbres une oeuvre sur laquelle il clique. il dépose le tableau dans la zone de choix et peut, suivant le niveau, soit le décrire et dire les raisons de son choix, ou bien donner son avis en attibuant un nombre d'étoiles par exemple, avant un travail en grand groupe pour choisir l'oeuvre la plus appréciée et la décrire.


Le Labo de langue : Son principe général est de mettre à la disposition des apprenants et du professeur des ressources textes, images, audio et vidéo pour travailler en autonomie ou permettant de prolonger les activités au delà du temps de classe. Il priviligie également une pédagogie différenciée avec un suivi à distance. Plusieurs médias sont sélectionnables permettant tous types d'échanges.
Il s'agit d'un espace d'échange élève et enseignant avec des fonctionnalités simples et intuitives, facilement accéssibles et conviviales.




retour au sommaire

 

Le 08/02/13 - Donner du sens à l'enseignement du français langue étrangère :
médias et nouvelles technologies.

Les médias affectent nos représentations du monde et d'autrui, ainsi que notre relation au savoir et donc aussi logiquement nos manières d'apprendre et d'enseigner. Le Fle a toujours été sensible à l'intégration des technologies dans les pratiques d'enseignement-apprentissage et nul aujourd'hui n'envisage sérieusement un enseignement digne de ce nom qui n'intègre ces médias, véhicules - et cela n'est pas le moindre- d'une image de modernité.
Mais la modernité dans notre enseignement se mesure-t-elle à l'usage de ces technologies ? Grâce à elles (l'utilisation du TBI en fournit un bon exemple), les spécialistes du Fle auraient-ils le sentiment de dispenser automatiquement un enseignement conforme à l'époque contemporaine ? L'usage des techniques les plus pointues dans la salle de classe aboutit-il à un creusement des inégalités ?
Qu'apportent au final ces technologies pour l'enseignement des langues : des réservoirs de cours, d'exercices, de ressources diverses, de soutien, de sources de diversification, de variations pour l'enseignant comme pour l'apprenant ? Comme telles, elles constituent incontestablement une puissante aide à la progression (pour l'élève), à l'enrichissement du cours (pour l'enseignant), à la multiplication des ressources (pour les deux) et fertilisent, potentiellement toujours, le métier d'enseignant en offrant à celui-ci une gamme de possiblités sans commune mesure avec ce qui existait auparavant.

Une conférence-table ronde organisée par l'Asdifle (Association de didactique du Français Langue Étrangère) réunit Mr François Mangenot de l'université de Grenoble, Mme Marie Christine Barrol de l'université de Lille, Mme Anne Navetere du Ciep et des représentants de TV5 monde et du Cacilam de Vichy pour débattre de ces questions.

Quelle place occupent les TICE à l'université ?

M. F. Mangenot commence à présenter l'évolution qu'il a pu constater depuis 26 années. 26 ans, cela peut paraître une éternité mais au cours de cette période, il y a eu une constance : l'intégration des TICE s'est toujours avérée difficile.
Pusieurs raisons peuvent être dégagées pour expliquer ces difficultés:
- une fuite en avant des technologies
- des postulats trop optimistes
- un accompagnement pédagogique indispensable.
1- Une fuite en avant des technologies

Dès 1988, il s'agit de ne pas céder au postulat-menteur selon lequel : tout nouveau dispositif est meilleur que le précédent.
Les technologies se sont développées avec un rythme incontrôlable et une puissance de diffusion qui prend le pas sur le souci de finalité de leur utilisation pour l'amélioration de nos actions pédagogiques et l'un de nos rôles est de savoir prendre du recul et de garder un regard critique sur ce qui peut prendre le visage d'une mode et d'un rêve. Il faut pour cela un analyse de ce qui a été, est et sera.

Sont tout d'abord apparues les Images, puis Hypertexte et on a dit qu'il s'agissait de ce que tout le monde attendait pour qu'il n'y ait plus de problème pour apprendre. Puis ce fûrent les premiers CDrom "multimédia" d'apprentissage qui simulaient le fonctionnement du cerveau et correspondaient tout à fait aux différents processus d'acquisition. Sont ensuite apparus les CDrom grand public. puis le TBI qui devait rendre la classe plus interactive et enfin les blogues, qui étaient aussi très prometteurs en permettant une écriture individualisée. Puis ce fut la bulle du e-learning, mais on n'a pas réfléchi à l'accompagnement. Suit la collaboration par internet, qui ne fonctionne pas et le Web 2 qui exerce une fascination pour des usages privés. Twitter bloqué à 140 caractères pour des réactions à chaud mais sans réelle réflexion et les MOOC, Massive Open Online Course. Tout le monde veut actuellement créer des MOOCs. Le MOOC est un format de cours original, inventé au Canada anglophone en 2008, qui n’aurait connu qu’un succès limité si de prestigieuses universités nord-américaines n’avaient décidé, en 2011, de distribuer certains de leurs cours de cette façon, c’est à dire gratuitement, à des dizaines ou centaines de milliers de personnes simultanément.

2- Des postulats trop optimistes

Par la collaboration, chacun pourra apprendre une langue. Mais il s'agit d'une fascination, d'un postulat infernal, car sans compter le caractère chronophage de la collaboration, seuls 3 à 4 % des individus peuvent réellement apprendre sans école. Il s'agit d'individus déjà très autonomes par eux-mêmes.

3- L'accompagnement humain

Il ne faut pas sous-estimer la complexité des outils. Ils sont très médiatisés mais l'accompagnement humain personnalisé, individualisé, n'a pas été prévu (exemple typique de TellmeMore qui revient cette fois avec une prise en compte de cet aspect)

Mais il faut des temps plus longs et une réflexion plus poussée pour pouvoir apprécier la véritable valeur et mettre en oeuvre ces technologies pour en évaluer les résultats et guider les pratiques.



Une  double modification récente des technologies du MOOC


Les reproches adressés au E-learning sont d'une part sa forte médiatisation et l'absence de véritable accompagnement avec une évaluation qui doit être faite non pas par des machines, mais avec des rapports humains.
Il est désormais apparu évident que les échanges entre les personnes sont essentiels pour les apprentissages en permettant de développer un apprentissage et savoir collectif, voire une intelligence collective.
Dans la nouvelle génération de MOOC, les MOOCCollectivistes, une part plus importante a été donnée à l'évaluation avec une centration sur le professeur (cf ci-dessus pour l'EDO, ou pour speedlingua, mais cela est également vrai pour d'autres plateformes, commerciales ou ... moins...  si encore "moins de commerce" est réellement envisageable dans le domaine et ne correspondrait malheureusement qu'à un voeu pieux).



Les TICE au-delà de l'ordinateur et du portable : Rfi et TV5 Monde


Les TICE sont souvent réduits à l'ordinateur et au téléphone portables, mais la radio (Rfi) et la Télévision (TV5 monde) sont également intéressées dans ce dispositif avec des applications pour TBI et Smartphones.

Concernant TV5 Monde, il y a deux sites avec deux interfaces différentes : l'une "Enseigner le Français" et l'autre "Apprendre le Français"
Le développement d'applications sur Iphone-Ipad pour apprendre du vocabulaire répond à une forte demande venant du terrain. Mais il est difficile de savoir qui utilise réellement ces applications, et avec quels résultats et indices de satisfaction. Ce qui est certain, c'est que ce dispositif est pris en main dans un certain nombre de cas par des enseignants qui conseillent l'usage de ces applications à leurs élèves et/ou les intègrent dans leurs activités de classe sur TBI.
Par ailleurs, concernant les applications Iphone, bien qu'une partie des ressources soit payante, ils constatent récemment des achats groupés en provenance notamment des Etats-Unis, des lots de 30 par exemple, sans qu'ils puissent en savoir davantage.



Un très gros besoin humain d'inter-actions et d'échanges avec un besoin de nouvelles technologies.


Les TICE permettent une variété de documents utilisables en classe, depuis les images, aux extraits de films en passant par les citations instantanées.  Mais quelles compétences va-t-on cibler avec ces documents en dehors des capacités de description orales puis la compétence de production écrite ?

Par ailleurs nous nous trouvons confrontés à deux questions essentielles:


- les élèves sont de plus en plus équipés d'écrans pour l'échange dans l'ICI et l'AILLEURS, et surtout l'AILLEURS qui présente de forts attraits. Or, l'un des enjeux du face à face pédagogique est que les élèves soient dans le "ICI et MAINTENANT"


- Un autre risque des TIC est de croire que parce que les matériaux se généralisent, les étudiants les maîtrisent sur le plan méthodologique pour une application pratique efficace. L'expérience montre qu'en réalité, ceux-ci ont souvent des lacunes importantes dans la capacité de faire une recherche fructueuse dans leurs usages.

Malgré les fortes critiques concernant l'usage de Twitter faites préalablement, les tweets sont possiblement un objet d'apprentissage dans le fait que 140 caractères peuvent être une contrainte interessante. Tout dépend de l'usage qu'on veut en faire.

Le E-learning présente une forte croissance au sein de toutes les universités et se pose la question de sa qualité et celle du FOAD, tout en sachant que ce qui est proposé en France ne semble pas si mal.




retour au sommaire

 

le 06/02/12 - Des Séquences de vidéo de classe pour la formation des enseignants

Cette conférence portait sur les ressources d'autoformation qui proposent des vidéos de moments de cours de langue ainsi que des témoignages et des analyses d'enseignants, d'élèves, de formateurs, de didacticiens ou d'inspecteurs. Ces ressources rendent compte de manière très concrète des spécificités d'une pratique en cours de langue, de ses difficultés éventuelles et de ses conditions de mise en oeuvre. Elles ouvrent des pistes de réflexion, en se gardant de toute volonté modélisante ou normative, et permettent à chacun de mettre son expérience en perspective.
Les propos ont été illustrés par la présentation de plusieurs ressources du SCEREN [CNDP-CRDP]  notamment:
- le site Banque de séquences didactiques (qui requiert une simple inscription),
- le DVD Teaching English with Carolyn Graham,
- le DVD les langues en cycle 3,
- et le site Enseigner et apprendre les langues au cycle 2.

Nous vous invitons tout particulièrement à visiter les deux sites cités qui donnent des exemples concrets de classe.

retour au sommaire

Le 09/02/13 - Évaluer son niveau d'anglais avec les tests TOEFL® et TOEIC®.

Nous rapportons ici les informations données au cours de cet atelier car il nous parait important de pouvoir connaitre ce qui se fait ailleurs afin de comparer avec nos modèles.
Cette conférence-atelier était animée par Mme Marine Condette, correspondante TOEFL d'ETS Global, filiale depuis 2001 d'ETS - entreprise américaine fondée elle en 1947- en vue de promouvoir les tests ETS, d'établir et de renforcer les relations avec les leaders européens en matière d'éducation et d'évaluation, ainsi que de proposer des évaluations personnalisées.

Les deux principaux tests de niveau d'anglais proposés par ETS Gobal sont aussi les plus connus : le TOEFL et le TOEIC.
ETS Global propose également d'autres tests, dont le TFI, qui est aussi une certification du niveau de français pour la naturalisation française, ou encore le test GER pour les études de second cycle de commerce, le PPI (personal potential index).

1- le test TOEIC® Listening and Reading

C'est la référence de l'évaluation des compétences de compréhension écrite et orale en langue anglaise, pour les niveaux intermédiaire à avancé, utilisé dans un contexte professionnel.
Il s'agit d'un test qui a été crée en 1979 à la demande du ministère du commerce japonais, qui s'est généralisé par la suite dans le monde.

Le Format du test est celle d'un test QCM crayon-papier à l'ancienne, constitué de 200 questions sur 2 heures, chronomètré, avec 45 mn pour 100 questions de compréhension orale et 1h15 pour 100 questions pour évaluer la compréhension écrite

L'échelle est comprise entre 10 et 990 points.
Le nombre de points répond aux différents niveaux du CECRL, un niveau B2 correspondant à 785 points, c'est à dire un niveau requis pour une école d'ingénieur


Section I : compréhension orale Section II : compréhension écrite
Les candidats écoutent différentes questions et courtes conversations
enregistrées en anglais, puis répondent à des questions sur ce qu'ils
ont entendu.
Les candidats lisent différents documents, puis répondent à des
 questions sur ce qu'ils ont lu. 
  • Partie 1 : question sur des descriptions d'images
  • Partie 2 : écoute de questions-réponses (conversations courtes)
  • Partie 3 : écoute de dialogues (conversations longues)
  • Partie 4 : écoute de courts exposés/ annonces orales
  • Partie 5 : phrases à compléter
  • Partie 6 : textes à compléter
  • Partie 7 : lecture de plusieurs contenus rédigés
Dans la 4ème partie, il s'agit de longues conversations telles qu'elles sont enseignées et parlées en milieux professionnels et au niveau international. Il est important de prendre des notes car il n'y a pas de ré-écoute possible. Ces discussions ont lieu avec différents accents.


Résultats : sont donnés sous forme d'un score global avec des commentaires sur les différents niveaux de performance.
Ces scores ont une validité de 2 ans.

Pourquoi ?

- Entreprises : c'est la références pour les performences de compréhension orale et écrite. Il est utilisé lors du recrutement, la

                         formation en langues, le DIF, une promotion interne, une mobilité internationale.

- École de langues : utilisé pour le placement des apprenants, le suivi des progrès et l'évaluation sommative de la formation.


- Écoles de commerce et d'ingénieurs : Il est le test de référence d'entrée et/ou sortie


Comment se préparer ?

- Utiliser des test-échantillons en ligne  : www.etsglobal.org

- des ouvrages papier :  - Target score

                                       - Tracks for TOEIC

                                       - Complete test of TOEIC

Où le passer ?

- en établissement

- en candidat libre en session publique.

A Paris, le centre se trouve près de l'opéra Garnier. Il y a 3 sessions par jour et le planning est déjà plein à ce jour jusqu'à fin Mars 2013. Il faut donc s'y prendre tôt. Le prix est de 108 € pour les étudiants,  pour les demandeurs d'emploi il est réduit à 80€.


Ce test peut être complété en même temps par le TOEIC® Speaking and Writing permettant alors d'évaluer les deux autres compétence d'expression orale et écrite en milieu professionnel.



2- le test TOEFL®.


Ce test permet d'intégrer à l'étranger un cursus universitaire dans de nombreux pays. Il permet d'évaluer la capacité de l'étudiant à suivre des cours en anglais depuis les niveaux intermédiaire à avancé. Il peut être aussi demandé par certains organismes pour des demandes de visas (Australie, Royaume Uni...) ou des bourses de formation. C'est le test le plus utilisé dans le monde avec 130 pays et 27 millions de personnes concernées.


Le format : Ce test va permettre d'évaluer les 4 compétences de compréhension et d'expression orale et écrite. D'une durée globale de 4 heures, il est formé de deux parties : 1- la première partie teste les compréhensions orale puis écrite sur une durée de deux heures à deux heures trente à l'aide de QCM. Il est très important de prendre des notes pour les questions de compréhension orale. 2 - la seconde partie teste les compétences d'expression orale et ecrite à l'aide de tâches qui sont de deux types: soit des tâches dites "indépendantes" ne testant que la compétence concernée, soit des tâches "intégrées" c'est à dire faisant appel à des compétences de compréhension orale et/ou écrite, intégrée à une compétence d'expression orale ou écrite simultanément.

Sections du test TOEFL

Section DuréeQuestionsTâches
Compréhension écrite* 60 à 80 minutes 36 à 56 questions Lire 3 ou 4 passages de textes universitaires et répondre à des questions.
Compréhension orale* 60 à 90 minutes 34 à 51 questions Écouter des conférences, des discussions et conversations en classe, puis répondre à des questions.
Pause                       10 minutes    —                      —                                                                                                                                          
Expression orale 20 minutes 6 tâches Exprimer une opinion sur un sujet connu ; parler en s'inspirant des tâches de compréhension écrite et orale.
Expression écrite 50 minutes 2 tâches Écrire des réponses sous forme d'essai en s'inspirant des tâches de compréhension écrite et orale ; justifier une opinion par écrit.


Pour les tâches concernant une compétence d'expression écrite, il s'agit d'un clavier QWERTY, comme partout dans le monde.

Résultats : sont donnés sous forme d'un score global avec des commentaires sur les différents niveaux de performance.
Ces scores sont considérés comme valables pendant 2 ans. Il sont en ligne sous 10 jours et sont envoyés directement aux universités demandeuses. Comme pour le TOEIC, il n'y a pas de score seuil. Chaque université fixe des scores minimum.

Ces scores sont en relation avec les niveaux du CECRL : B1 :  57-86,  B2 : 87 - 109,  C1 : 110-120
Une attestation comporte un descriptif complet par compétence.



Comment se préparer ?

- Utiliser des test-échantillons en ligne  : www.TOEFLGoAnywhere.org (c'est le site officiel)

- Services payants :  - the official guide of the TOEFL test

                                     - TOEFL Practice On Line

- Services gratuits :  - TOEFL test Sampler

                                     - sur le site: questions test et TOEFL test

                                     - TV Channel sur YouTube


 Le prix du test est de 185 €





retour au sommaire

Vous pouvez réagir à cette page !
laisser un commentaire ICI!
 
 
ce site a été créé sur www.quomodo.com