6.10 - CASNAV de Paris - 15/05/13 - Biographies...

Partagez la page :

 "Les biographies langagières au coeur du développement de compétences plurilingues

et de lien social "


le mercredi 15 mai 2013

Conférences du CASNAV du rectorat de Paris n° 11
Auditorium
de l'AF PIF

Mme Diana-Lee Simon,

Maitre de conférence à l'université de Grenoble Alpes - LIDILEM

F 38040 Grenoble

 

AVERTISSEMENT

Ce compte rendu de présentation est rédigé à l'aide de notes prises par un seul auditeur non spécialiste dans le domaine.
Le transcripteur ne peut prétendre être absolument fidèle aux idées exprimées.

Gardez un esprit critique !

et n'hésitez pas à faire des commentaires
ou proposer des compléments d'informations
dans la "boite de dialogues" en bas de page.

Lien vers la  Boite de dialogue  <-- Cliquez pour accès direct !
SOMMAIRE de la PAGE :

1 - Présentation de quelques partenaires
 
2 - Résumé
: notion de biographie langagière et nouvelles pratiques.


3 -
Établir sa propre biographie langagière : séquence filmée, remue-méninge, activité et mise en commun

4 - Définitions : Biographie langagière, plurililinguisme

5 - Compétences partielles 

6 - La biographie de Chaska
: application pédagogique

7 - Démarches didactiques et pédagogiques


8 - Matériel Pédagogique disponible

9 - Exemples pratiques

10 - Pour conclure
 
   

Vous pouvez cliquer sur les MOTS en bleu (liens internes)
pour vous rendre directement à la rubrique concernée.

1 - Pésentation des partenaires.

Le CASNAV du rectorat de Paris (Centre Académique pour la Scolarisation des enfants allophones Nouvellement Arrivés et des enfants issus des familles itinérantes et de Voyageurs) organise régulièrement des conférences ancrées dans l'actualité des sciences humaines et destinées à apporter des éclairages sur des thématiques liées à ses champs d'activités.
Ces conférences s'adressent à tout public : enseignants, chercheurs, étudiants, parents d'élèves... Elles sont en accès libre et ont lieu le mercredi, à l'Alliance Française Paris IdF.

Des compte-rendus sont ensuite mis à disposition dans les descriptifs de chaque conférence.



L'AFEF (Association Française des Enseignants de Français) est partenaire de l'organisation de cette conférence et a été présenté par sa présidente Mme Viviane YOUX. Fondée en 1967 sous le nom initial de l'AFPF, cette association s'adresse à l'ensemble des enseignants, de la Maternelle à l'Université et s'appuie sur un certain nombre de valeurs pour promouvoir une conception renouvelée de l’enseignement de français. Elle a été marquée un an plupart par le Manifeste de Charbonnières, publié en février 1970 comme n° 9 de la revue Le Français Aujourd'hui. Ce manifeste, considéré comme visionnaire, rappelle encore aujourd'hui les valeurs des l'enseignement du français, à tous les élèves en luttant contre les inégalités.

Ceci passe par la formation des professeurs de français quelque soit leur niveau d'exercice, afin que leur action ne soit pas seulement de professer, mais plutôt d'être "à coté des élèves", avec l'émergence d'une nouvelle approche.

Enfin, la librairie "LES YEUX OUVERTS" est régulièrement partenaire de ces conférences.


retour au sommaire

 

4 - Définition de Biographie Langagière

Comme cela a été mis en évidence dans les remarque précédentes, une biographie langagière est une notion qui vit et évolue tout au long de la vie, avec des réactivations aux grés des besoins de situations de communication.

la définition retenue est celle qui apparait déjà dans le dictionnaire de J.P. CUQ en 2003. La biographie langagière d'une personne est :
« Ensemble des chemins linguistiques plus ou moins longs et plus ou moins nombreux qu'elle a parcourus et qui forment désormais son capital langagier: elle est un être historique ayant traversé une ou plusieurs langues, maternelles ou étrangères, qui constituent un capital langagier sans cesse changeant. Ce sont, au total, les expériences linguistiques vécues et accumulées dans un ordre aléatoire qui différencient chacun de chacun.»


Cette notion est à rapprocher d'autres comme le multilinguisme sociétal définit par le Conseil de l'Europe en 2009 comme la présence de plusieurs langues et le plurilinguisme qui concerne en revanche l'individu dans sa vie quotidienne avec des capacités des individus à utiliser à bon escient plus d'une langue.Dans la version française du Cadre européen commun de référence pour les langues on lit la définition suivante :

« On désignera par compétence plurilingue et pluriculturelle, la compétence à communiquer langagièrement et à interagir culturellement d’un acteur social qui possède, à des degrés divers, la maîtrise de plusieurs langues et l’expérience de plusieurs cultures, tout en étant à même de gérer l’ensemble de ce capital langagier et culturel. On considérera qu’il n’y a pas là superposition ou juxtaposition de compétences distinctes, mais bien existence d’une compétence complexe, voire composite, dans laquelle l’acteur peut puiser » (Cadre européen commun de référence pour les langues, 2001, p. 129)

retour au sommaire

 

5 - Les compétences parielles

« je considère aujourd'hui que l'italien fait partie de mon répertoire verbal, même si je n'ai que des compétences partielles, je ne l'ai jamais appris de manière formelle; je le parle en mélangeant des formes italiennes, espagnoles et françaises... »
Matthey, 2009 : 16 dans "Au plaisir de dire "           

Les compétences partielles sont des compétences actives et existant à part entientière; les enfants en font très bon usage.

Ce sont   - des compétences déséquilibrées et évolutives,
               - des compétences différenciées,

Toutes les compétences partielles jouent un rôle.
Elles permettent une prise de conscience et une dynamique de l'usage et de l'apprentissage,
Il s'agit de compétences partielles et pluriculturelles.

La version anglaise du Cadre européen commun introduit malencontreusement une erreur conceptuelle en proposant deux traductions différentes du concept en français : on y parle (à juste titre) de « compétence plurilingue et pluriculturelle » (2001, page 168) et (incorrectement) de « compétence plurilingue et compétence pluriculturelle » (page 133) (voir Zarate, 2009).

La notion de répertoire verbal a été initialement introduite par le sociolinguiste John Gumprerz,

« ...pour désigner l'ensemble des langues et variétés nationales, régionales, sociales et fonctionnelles qu'un locuteur ou un groupe utilisent au gré des situations de communication auxquelles ils sont confrontés. La notion se substitue à celle d'idiolecte qui est inapte à rendre compte du phénomène de contacts de langues chez les sujets multilingues (majoritaires dans le monde). Le répertoire verbal doit être conçu dans son aspect dynamique et évolutif, impliquant des compétences partielles, hétérogènes mais complémentaires pour les locuteurs »



retour au sommaire

 

7 - Démarches didactiques et pédagogiques

Il s'agit de démarches plurielles qui s'inspirent de
"l'éveil aux langues"


- Eric Hawkins en Angleterre 1984 -
Awareness of Language: An Introduction. - migrants et leurs développement langagier - langue de l'école. Il a beaucoup travaillé avec des enfants migrants et mis en place des "langues ponts" avec des activités qui prenaient en compte l'origine des enfants pour améliorer leur anglais.

- Courant développé en France à Grenoble par Louise Babène à la fin des années 80, prolongé par le projet européen SOCRATES/LINGUA 1977-2001 Candelier. Louise Dabène (décédée le 13 avril 2013) a fait construire des activités pédagogiques plurilingues avec de multiples langues, y compris des langues inconnues, donnant lieu actuellement à un grand projet européen avec une expérimentation de 22 modules.dans différent pays européens comme l'Allemagne, l'Autriche, l'Italie,la France.

- En Suisse, cette démarche est institutionnellement reconnue sous le nom d' EOLE (Éducation et Ouverture aux Langues Étrangères).
- Au Canada, le projet se nomme ELODILE


L'intérêt novateur de cette approche
réside en 3 fonctions ( Dabène 1989)

1 - Accueil des langues des enfants dans leur diversité et spécificité pour surmonter le décalage entre les langues de la maison et de l'école.

2 - Permet une structuration des connaissances métalangagières- langue-acquisition, fonctions cognitives très puissantes dans l'apprentissage.

3 - Légitimisation des langues des enfants, égales en dignité et développement d'une conscience identitaire du sujet.


Spécificité de cette approche

Le travail sur les langues et leur apprentissage se fait dans l'éveil aux langues, on réfléchit sur les langues.

Cela permet :
- le développement d'une attitude positive
- de developper des aptitudes métalinguistiques
- un apport au niveau des savoirs langagiers et autres
  savoirs



Avantages
Elle permet :
- d'inclure les langues des enfants dans l'espace
  scolaire et d'inclure l'espace scolaire dans la pluralité.

- aide à construire la langue de scolariation en
  reflechissant sur le français.

- effet de décentration
- attitude positive



retour au sommaire

 

9 - Exemples pratiques

2 - Résumé.

Le thème rtenu pour cette conférence est la notion de biographie langagière, développée par Mme Diana-Lee Simon, Maitre de conférence à l'université de Grenoble Stendhal - LIDILEM (Laboratoire de linguistique et didactique des langues étrangères et maternelles).

Focaliser sur les biographies langagières composites des élèves et de leurs enseignants du point de vue de leur diversité plurilingue et pluriculturelle, offre aux acteurs du système éducatif une voie novatrice forte pour reconnaitre, légitimer et développer les compétences plurilingues des élèves allophones et de tous les élèves.

Cette conférence permet une prise de conscience de la nature riche, dynamique et mouvante des répertoires de langues des acteurs. Elle aborde les démarches pédagogiques inspirées de l’éveil aux langues, ainsi que les outils didactiques et pédagogiques concrets qui permettent de développer les compétences plurilingues, avec un effet de retour positif sur la langue de scolarisation et les apprentissages scolaires en général.

Des exemples de mise en oeuvre de tels projets en primaire et au collège soulignent les bénéfices aussi bien pour l’individu dans la construction d’une identité plurielle, que pour la création de lien social dans et hors de l’espace scolaire, oeuvrant ainsi à une école de l’inclusion et à une cohésion sociétale.



retour au sommaire

 

3 - Établir sa propre biographie langagière

La notion de biographie langagière est essentielle en révélant des compétences plutilingues et en établissant un lien social, élément essentiel pour l'éducation au langage.
En effet, il s'agit d'accueillir tous les enfants, quelque soit leur origine, avec leur pluralité, qu'elle soit exogène ou endogène.
Cela permet de développer leur compétence en langue française, langue véhiculaire qui leur permet d'accéder aux savoirs, mais aussi langue commune de socialisation.


Examiner tout d'abord la façon par laquelle chaque enseignant a abordé les langues permet de mettre en évidence un certain nombre de caractéristiques dans un groupe.

Mme Diana-Lee projette une courte séquence filmée : il s'agit d'un dialogue entre deux enseignantes l'une de secondaire et l'autre d'une classe d'accueil. Elle s'interrogent sur leurs biographies langagières.

Elle interroge ensuite l'auditoire sur les éléments qu'il a relevé dans cette séquence puis demande à chacun de réflechir à sa propre biographie langagière et d'échanger les caractéristiques avec son voisin.


L'auditoire a relevé les caractéristiques suivantes:


1 - L'exposé est non-chronologique


2 - De nombreuses langues sont disponibles mais pas toujours activées de la même façon. Ce sont les évènements, les impulsions de la vie qui déterminent quelle langue va ressurgir. La notion de besoin de communication dans les situations de vie est une dimension essentielle.


3 - L'affectivité : nos rapports aux langues est affectif. soit "on aime", soit "on déteste"


4 - L'enseignante mentionne des contacts avec un certain nombre de langues qu'elle ne maitrise pas. Pour de nombreuses personnes, la biographie langagière est riche et plurilingue. Elle constitue un répertoire de langue connues à des dégrés divers, des ressources langagières sur lesquelles elles s'appuient pour faire des hypothèses, des liens vers ces nouvelles langues. 


5 - certaines langues sont intégrées, mais parlées avec difficultués, notamment l'allemand ou l'anglais, langues apprises à l'école.


6 - La notion de bilinguisme se fait avec un certain équilibre et un système fermé, clos. Dans le plurilinguisme en revanche, c'est la pluralité qui intervien avec une beaucoup plus grande souplesse dans l'utilisation, de façon beaucoup moins normée.



retour au sommaire

 

6 - La biographie langagière de l'enfant
La biographie de Chaska

Cette activité en est une application pédagogique concrète.

Description :
Chaque enfant dessine une fleur dont les pétales rendent compte de sa biographie langagière et des langues avec lesquelles il est ou a été en contact. Elle lui permet de faire le point sur ses langues.
Cette activité ne concerne pas que les enfants allophones car même l'enfant francophone est en contact avec d'autres langues par ses copains et amis, par les produits commerciaux.

Les objectifs principaux :
1 - valoriser et légitimer en le visualisant le potentiel langagier de
     chaque élève,
2 - développer une attitude positive par rapport à son propre potentiel
     langagier et par rapport au potentiel langagier des autres élèves,
3 - réagir de façon positive à la diversité des langues et des cultures,
4 - s'intéresser à l'apprentissage ultérieur d'autres langues que celle(s)
     dont l'enseignement lui est actuellement dispensé,
5 - s'intéresser à l'apprentissage de langues moins ou peu répandues
     dans l'enseignement,
6 - disposer de certaines connaissances quant à la diversité des
     langues et à leur dénomination.


Matériel :
- le code des couleurs à afficher
- un "document séance 1" par élève
- une grande feuille par groupe
- des crayons de couleurs rouge, violet, bleu, jaune
- des feuilles de dessin blanches

Modalités de travail :
- individuel pour le dessin de la fleur
- groupes de trois ou quatre élèves

Durée: 45 min.

Déroulement de la séance

Mise en situation :
1 - Distribuer à chaque élève le document "séance I" qui permet la 
   compréhension du code des couleurs symbolisant les types de
   contacts avec les langues.
2 - Afficher le ciode des couleurs au tableau
3 - Demander au groupe classe d'établir lescorrespondances entre les
   énoncés encadrés avec les couleurs appropriées

Situation de recherche :
1- Faire compléter la seconde bulle par les élèves à partir de leur
   propre vécu langagier
2 - Donner la consigne : "Chacun(e) de vous va dessiner une fleur.
   Vous devez reprendre le nom des langues que vous avez inscrit
   dans votre bulle et les écrire dans les pétales. Écrivez un seul nom
   de langue par pétale. Puis coloriez les pédales en respectant le
   code des couleurs. Vous pouvez avoir plusieurs pétales de la même
   couleur. Enfin, chacun(e) signera et datera sa fleur"

Remarques: ne pas intervenir dans le dessin des fleurs et dans la désignation des langues par les élèves. Ne pas se décourager : une classe en apparence monolingue peut cacher des expériences linguistiques inattendues.


Synthèse - structuration :
1 - Une fois les fleurs terminées, les afficher au tableau ou dans la classe.
2 - Former des groupes de trois ou quatre élèves.
3 - Faire défiler les groupes pour qu'ils observent les dessins de leurs
   camarades. Puis détacher les fleurs.
4 - Distribuer à chaque groupe quatre ou cinq fleurs. Indiquer aux élèves
   que volontairement ils ne retrouveront pas leur fleur. Faire dessiner sur les
   affiches de chaque groupe quatre colonnes qui correspondent aux quatre
   couleurs du code. Dans ces colonnes, inviter les élèves à établir la liste
   des langues qui figurent sur les fleurs et à indiquer à côté de chaque
   langue, le nombre de fois où elle apparait.
5 - Afin de susciter des remarques sur la diversité des langues avec
   lesquelles les élèves sont en contact et éventuellement sur le bilinguisme
   des élèves, demander aux groupes: " Qu'est-ce qui vous surprend le plus ?
   Qu'est-ce qui vous surprend le moins ? Qu'est-ce que vous aimeriez savoir
   encore ? "
6 - Poser la questio "Quelles sont les langues que vous voulez apprendre ?"
   et invitez les élèves à les reporter sur leur document.

Prolongements :
1 - L'activité de la fleur pourra être reprise en vue d'un bilan en fin d'année.
2 - Matérialiser les fleurs afin de construire le jardin des langues de la classe
     dans des activités d'arts plastiques.


retour au sommaire

 

8 - Matériel Pédagogique disponible

- Le module "Éveil aux langues" avec le matériel "clef en main"

- Les langues du monde au quotidien (Martine Kervran 2006) - Chaska, I live in New York but... je suis né en Haïti

- EOLE ( Christiane Perregaux etal. 2003)

- ELODIL en ligne


retour au sommaire

 

10 - Pour conclure

Il s'agit d'une éducation langagière inclusive

1 - Prise en compte de la diversité singulière avec des acteurs valorisés et légitimés

2 - Pour les enseignants, la prise en compte de leur propre pluralité leur permet de " muer en professeurs de la pluralité " dans leurs disciplines-empowerment (Cuimins 2012 : 45) renverser un certain déterminisme social avec une relation collaborative de pouvoir

3 - Cohésion sociale à travers le tissage de nouveaux liens sociaux.

Les langues, s'est aussi le "vivre-ensemble".
Certains élèves sont en risque d'échec, mais l'école peut fonctionner en produisant de l'exclusion malgré la bonne volonté des enseignants.

Actuellement, plusieurs expériences en UPE2A (anciens CLIN) sont en cours avec cette approche

retour au sommaire

Voir aussi :

- la Revue N'autre École, 2011 vol 12 n° 2 (n° 35) "L'enfant plurilingue à l'école"

- la page le Français Langue de Scolarisation par Claudine
Vous pouvez laisser un commentaire
 
 
 
 
ce site a été créé sur www.quomodo.com