historique

Le 26 mai 1908 (Journal Officiel du 06 juin 1908 page 3896) fut fondé par le Chanoine PEAN une société sportive qu’il appela d’un nom prédestiné « L’AVENIR »
Elle a pour but de développer par l’emploi rationnel de la  gymnastique, du tir et des sports et par la préparation militaire, les forces physiques et morales des jeunes gens. De préparer au pays des hommes robustes et de vaillants soldats et de créer entre tous ses membres les liens d’amitié et de solidarité.
Sa durée est illimitée.
Son premier Président fut Robert TRIGER de 1908 à 1914.
 
C’était à l’époque une société de gymnastique qui disputa son premier concours en 1909 à Fougères, puis vint s’y adjoindre quelques années plus tard une fanfare, qu’on appelait d’ailleurs «clique».
La Société grandissait lorsqu’en 1914 et le début de la Grande Guerre, ses activités se ralentirent pendant cinq longues années. Puis ce fut le retour des jours heureux et en 1924 on tenta timidement de lancer une équipe de basket-ball, c’était une première en Sarthe.
En 1928, on y trouvait une équipe de football qui prenait ses ébats sur le terrain militaire du 117è Régiment d’Infanterie, ainsi qu’une section à la préparation militaire.
Rien de ce qui pouvait intéresser les jeunes à cette époque ne restait dans l’ombre à L’AVENIR.
Le timide essai de football ne devait durer que quelques saisons et en 1933 cette activité disparut.
 
Avec des moyens extrêmement réduits l’Avenir, affilié à la Fédération Gymnique et Sportive des Patronages de France (F.G.S.P.F), connut un bel épanouissement.
D’excellents résultats étaient à l’époque enregistrés dans les concours de gymnastique régionaux et inter-régionaux. La fanfare remporta en 1937 le Grand Prix de France de musique sous la coupe de son chef Georges Rien.
Affilié à la Fédération Française de Basketball (F.F.B.B.) le 18 décembre 1934, L’AVENIR comptait déjà six équipes en 1937. La pratique du basketball avait trouvé audience favorable auprès des jeunes. 
 
Parallèlement, pour soutenir financièrement la société, une troupe théâtrale fut créée.
C’était une nécessité, car à cette époque, les efforts en faveur de la jeunesse et du sport en particulier étaient ignorés des instances officielles.
Puis la guerre, la deuxième dans la vie de la société, vint comme partout jeter le trouble et le désarroi. Moniteurs mobilisés ou prisonniers, disparition de deux jeunes membres tués durant les bombardements de la ville et des locaux réquisitionnés par l’armée d’occupation allaient contrarier les activités de la Société.
Cependant, ces évènements ne suffirent pas à éteindre la flamme de ceux qui restaient et, dès 1941 avec des moyens encore plus réduits la section de gymnastique et la fanfare reprirent leur activité. La troupe théâtrale poursuivit ses représentations dans une salle de spectacle comble chaque soir, mais après avoir obtenu au préalable l’autorisation de la Kommandantur !
 
Ces quelques années jusqu’en 1945 permirent de revivre un peu l’atmosphère d’avant-guerre, mais c’est surtout à la fin des hostilités dans l’euphorie générale que l’Avenir allait se développer avec le retour des nombreux prisonniers, qui pour la plupart allaient reprendre leur place.
Jusqu’en 1948 la section de gymnastique et la fanfare tinrent bon avec des palmarès souvent éloquents. Mais les beaux défilés d’antan, le travail individuel obscur du gymnaste ne trouvaient plus place dans l’emploi du temps des jeunes. Les dirigeants de l’époque durent se résoudre à la dissolution des deux sections en 1950.
Les bouleversements engendrés par la guerre amenèrent une évolution ou révolution des esprits et des mœurs. Ce qui était valable en 1939 ne l’était plus après la guerre et c’est alors que le basketball prit un essor sans cesse grandissant.
En mai 1942 L’AVENIR reçu l’agrément ministériel du Secrétaire d’Etat à l’Education Nationale et aux Sports sous sa dénomination actuelle AVENIR SAINT PAVIN
Il apparut très rapidement à ceux qui avaient la charge de conduire les destinées de cette Société, qu’il leur fallait améliorer et moderniser les conditions de jeu des pratiquants.
Les projets étaient faciles à élaborer mais leur réalisation restait très utopique. Malgré tout, le terrain de basket-ball bosselé et boueux devint une aire plane et agréable. Les poteaux en bois supportant les paniers furent remplacés par une installation métallique plus moderne, le pauvre éclairage désuet laissa place à dix lampes judicieusement disposées au pourtour du terrain. Enfin, à la grande satisfaction des pratiquants une équipe de bénévoles installa dans un réduit cinq douches distribuant provisoirement de l’eau froide
Autant de réalisation qui ne purent voir le jour qu’avec le bienveillant appui d’un Président, qui montrait tout l’intérêt qu’il portait à sa Société.
Mais, il apparaissait déjà que lors des longs hivers humides et froids, tout entrainement sérieux devenait impossible et l’utilisation d’une salle de gymnastique exiguë ne permettait aucun débouché pour le basket-ball.
Un projet de construction d’une salle d’entrainement fut élaboré en 1950 et grâce à l’implication du Curé de la paroisse de Saint Pavin les travaux débutèrent en janvier 1951.
Certes, ce n’était pas une réalisation colossale mais cette salle représentait tant de dévouements, de générosité, de travail obscur et acharné de la part de bénévoles que son avènement fut célébré le 6 février 1953 par une inauguration en présence de nombreuses personnalités de la ville du Mans et de la presse locale.
Grâce au développement de ses structures et à l’arrivée en 1952 d’un entraineur de renom, Jacques Perrier (International), les résultats sportifs allaient permettre à l’équipe fanion d’évoluer très rapidement du championnat départemental au championnat régional, puis en 1956 d’atteindre le niveau National. Ce qui fera de l’Avenir Saint Pavin le premier club manceau représenté en championnat national dans cette discipline.
Pour des raisons de commodité, notre formation évoluera quelques saisons à la salle Léopold Gouloumès que Mr Gasnal, Président du Sporting Club Moderne, mettra aimablement à disposition.
Souhaitant toujours diversifier ses activités l’Avenir Saint Pavin va s’affilier le 19 décembre 1957 à la Fédération Française Haltérophile et Culturisme (F.F.H.C.)
 
Sous la tutelle du Clergé depuis sa fondation l’Avenir Saint Pavin pris, bon gré, mal gré, son indépendance en 1959, le Clergé refusant désormais toute aide ou implication.
Grâce à une poignée d’anciens et de bénévoles, l’Avenir Saint Pavin pris la décision de poursuivre sa mission en continuant d’accueillir les jeunes sans aucune discrimination afin de ne pas les priver de la pratique de leur sport favori dans un quartier privé à l’époque de toute autre activité.
L’évolution de l’équipe fanion étant toujours aussi prometteuse les dirigeants de l’époque décidèrent en 1957 d’ériger une salle de sport de 750 m2 afin d’apporter encore plus de confort aux joueurs et aux spectateurs. Le pari était audacieux puisque aucune subvention ne sera sollicitée. La réalisation du projet sera entièrement financée par de généreux donateurs et par la vente de bons de souscription. Ceux-ci furent remboursés progressivement à une longue liste de souscripteurs, dont certains biens connus localement dans le monde du basketball local : Léopold Gouloumès, Bernard Gasnal. Le bâtiment sera inauguré pompeusement le 17 octobre 1959 en présence de nombreuses personnalités lors d’une rencontre du Championnat de France opposant l’Avenir Saint Pavin au CEP Lorient.
Les salles de sport étaient rares à l’époque et profitant d’un engouement du public pour le basket-ball, les dirigeants multiplièrent l’organisation de rencontres amicales ou de tournois avec des clubs de l’élite nationale composés de nombreux internationaux, comme les Clubs Parisiens du Racing, du Stade Français, de l’Alsace de Bagnolet, les Yougoslaves de Karlovac et l’équipe de France Militaire.
 
Des améliorations suivirent au fil du temps avec la création en 1965 de vestiaires de douches et de sanitaires, l’installation du chauffage au fuel en 1966. Un foyer fut aménagé pour accueillir le jeudi les jeunes de l’association afin de leur proposer des activités autre que le basket-ball (tennis de table, baby-foot, cinéma).
En 1968, l’équipe masculine remporta à Paris le titre de champion de France des Patronages face aux Alsaciens de Schiltigheim. La même année nos locaux seront mis à la disposition de nos voisins du collège des Mûriers et le club féminin des Myosotis sollicitera son intégration à l’Avenir Saint Pavin. Avec la naissance d’une section féminine les effectifs ne cesseront de croître pour atteindre près de trois cents licenciés au cours des années 1970. Vingt-deux équipes seront engagées lors de la saison 1974-1975. C’est l’apogée du club et de l’équipe fanion qui évolue dans le championnat National III
Avec le renfort de deux joueurs américains Willie Watson (ex SCM le Mans) et Graig Leider, en provenance de Virginie (meilleurs marqueur du championnat); l’Avenir Saint Pavin échouera d’un rien pour l’accession en National II (pro B actuelle) face à Saint Brieuc. Cette année-là, nos joueurs eurent l’honneur de disputer et de gagner le match aller dans la salle de la Rotonde devant près de deux milles spectateurs. Le résultat du match retour  en Bretagne sera malheureusement insuffisant pour assurer l’accession.
Pour faire face à toutes ses charges de fonctionnement et frais de déplacement l’Avenir Saint Pavin organisera au cours des années 1970 de nombreux bals et galas de catch avec plus ou moins de succès.  
Cette période faste sera malheureusement difficile à gérer. Le club connaîtra par la suite quelques revers et des divergences amenèrent les dirigeants historiques à prendre du recul.
C’est alors qu’un groupe de "jeunes anciens" reprit le flambeau afin de perpétuer ce qu’ils avaient vécu au sein de leur Société.
Après de nombreuses saisons passées dans les championnats nationaux, l’Avenir Saint Pavin va progressivement rejoindre les championnats régionaux au début des années 80, avec quelques remontées épisodiques dans le championnat national durant les deux décennies qui suivirent.
Toujours dans le souci d’améliorer l’accueil de ses adhérents et des équipes adverses les dirigeants s’efforcèrent de moderniser les installations avec l’appui précieux des collectivités locales.
Ainsi en 1981 le bon vieux terrain en bitume sera remplacé par un revêtement plastifié, avant d’être complètement refait en 1989 pour être recouvert d’une résine.
En 1985, aménagement d’un bureau pour le secrétariat et d’une salle de réunion inaugurés par le maire, Mr Robert Jarry.
Le raccordement au réseau d’assainissement collectif sera réalisé la même année.
En 1988, pour fêter le 80ème anniversaire et la venue du CSP Limoges des Beugnot, Monclar, Ostrowski coaché par Michel Gomez, les panneaux bois seront remplacés par des panneaux plexiglas.
En 1992, le système de chauffage installé en 1966 fut complètement remis à neuf.
En 1997, les lampes à mercure d’origine seront remplacées par des néons moins gourmands en énergie et plus performants.
Pour alimenter la trésorerie et faire face à ces travaux, des soirées cabaret seront organisées. Elles connaîtront autant de succès que les soirées théâtrales des années 1940. Près de deux cents personnes assistent aux représentations et Mr Robert Jarry, acceptera notre invitation à l’une de celles-ci.
En 2000, un tableau d’affichage électronique mural sera installé pour permettre au public de mieux suivre l’évolution du temps de jeu et du score.
En 2005, un nouveau bâtiment sera érigé pour y accueillir des vestiaires, douches et sanitaires. En effet, jusqu’à cette date un seul local est partagé avec les équipes visiteuses.
En 2013, toujours avec l’appui des collectivités locales, les vestiaires et douches construits en 1965 seront remis à neufs ainsi que l’aménagement de sanitaires accessibles aux personnes à mobilité réduite. En 2014, les structures des paniers sont renouvelées pour installer des paniers reglables en hauteur. 
Les travaux les plus importants de ces dernières années ont eu lieu durant l'été 2015. L'aide financière de la Ville du Mans et du Conseil Général ont permis la réfection de la toiture et du sol ainsi que l'installation de 4 paniers latéraux pour les entrainements.
 
L’Avenir Saint Pavin qui a fêté ses 100 ANS en mai 2008, reste un club familial dont la mission première est toujours d’accueillir sans discrimination toutes les personnes qui souhaitent pratiquer le basketball
L’Avenir Saint Pavin est l’une des plus anciennes associations sportives encore en activité sur le plan local. Ses effectifs et le niveau de jeu où évolue actuellement ses équipes premières masculine et féminine en font un des cinq premiers clubs de la Sarthe.