Un long périple pour clôturer la saison en beauté

Cette qualification pour les Pointes de Couleurs nous aura donc fait traverser d'Ouest en Est la nouvelle grande région AURA dont nous faisons désormais partie. Notre équipée quitte Aurillac samedi à 15h00, pour atteindre Voreppe en « banlieue » de Grenoble vers 21h30.  Ils sont 9 athlètes cantaliens à avoir répondu présent : dans le groupe benjamins, Lucy ASTORG, Noé DAUVER, Lucas ROUCHY, Joane ROUDIL-PRAT, Anaëlle SOIFIROU ; et parmi les minimes, Rémi NUMITOR, Axel GALIMARD, Léo DESSERRE et Théo THOMAS de La Sanfloraine, que nous avons emmené avec nous dans cette aventure. La nuit à l'hôtel est agitée et courte pour les plus jeunes qui ne savent pas encore gérer leur enthousiasme, malgré les recommandations de leurs aînés... qui en sont passé par là les années passées...
 
Malgré tout, dimanche matin, nous arrivons en forme à 9h00 sur le stade Bachelard, pour débuter les épreuves à 10h00 sous un soleil déjà haut et chaud. Après l'installation du campement, Dominique distribue dossards, horaires, consignes, jetons de boissons, épingles et autres chaussettes pour les têtes en l'air... chaque athlète sait ce qu'il lui reste à faire. Evelyne et Florence rejoignent leurs jurys de saut pour 8 heures de fournaise.
 
650 benjamins et minimes se sont donné rendez-vous ici pour en découdre. Les épreuves s'enchaînent jusqu'à 18h00. Nos jeunes athlètes donnent le meilleur d'eux-mêmes sous l’œil attentif et bienveillant de Dominique et Eric. 
 
Nous quittons Grenoble et le stade Bachelard au moment où il s'apprête à faire la fiesta, la musique bat son plein, le speaker annonce les podiums.
 
Pour nous, les aurillacois, ce sont 6 heures de voyage qui nous attendent. Pourtant, dans le car, on ne ressent pas la moindre frustration, nos athlètes sont ravis de leur journée, d'avoir amélioré ou maintenus leurs résultats, d'avoir côtoyé peut-être de futurs champions, d'avoir eu la chance de faire partie de cette aventure. Ils partagent les gourmandises offertes par Félicien SALA samedi avant le départ, revivent les bons moments de ce week-end spécial pour eux, qui leur a donné un avant-goût des grandes vacances.
 
Après quelques aléas techniques et une pause repas indispensable, nous arrivons non pas à minuit, mais à 1h30 à Aurillac, bien éveillés pour les uns, à demi endormis pour d'autres, voire complètement K.O. pour certains, mais tous fiers et contents de retrouver les nôtres, qui nous attendent impatients sous les lampadaires de la Maison des Sports.