ADAI 44
Association Départementale des Anciens et Amis de l'Indochine
 
 
 
 
 
 
 

chronologie de la présence française en indochine

La Conquête:
 
1615 - 1630 : Installation de missions catholiques au Tonkin par le jésuite Alexandre de                                     Rhodes
01/07/1858: Débarquement de troupes Françaises et prise de Tourane.
18/02/1859: Prise de Saïgon et conquête du delta du Mékong par l'amiral Rigault de                                            Genouilly.
15/07/1867: Signature du traité reconnaissant le protectorat Français sur le Cambodge.
1874:               Protectorat Français sur l'Annam.
25/04/1882: Prise de la citadelle de Hanoï  par Henri Rivière.
09/06/1885: Suite à la guerre du Tonkin, par le traité de Tien Tsin, la Chine après ses
                         défaites de Son Tay et Bac Ninh, reconnaît le protectorat Français sur le                                            Vietnam.
1887:              Création de l'Union Indochinoise (Tonkin - Annam - Cochinchine - Laos -                                        Cambodge) et signature du décret instituant un gouvernement général de                                        l'Indochine
 
Naissance du Nationalisme - Perte de l'Influence Française.
 
1923:              Fondation à Saïgon du parti constitutionnaliste par Bui Quang Chien.
1927:              La paix fragile est ponctuée de nombreuses révoltes conduisant à la création à                            Hanoï du parti national du Vietnam (Vietnam Quôc Dan Dang).
03/02/1930: Unification par Nguyen Ai Quôc plus connu sous le nom de Hô Chi Minh (celui                              qui éclaire) des mouvements nationalistes et communistes et création du parti                              communiste Indochinois.
1932:              L'Empereur du Vietnam Dao Daï se soumet à l'autorité de la France.
1937:              Hô Chi Minh entre en clandestinité.
1939:              Insurrection communiste en Conhinchine, suivie d'une sévère répression.
19/06/1940: Premier ultimatum Japonais au Général Catroux.
30/08/1940: Traité Franco-Nippon accordant des facilités militaires au Japon qui reconnaît la
                          souveraineté Française sur la péninsule Indochinoise.
22-26/09/1940: Conflit armé Franco Japonais au Tonkin avec l'attaque de Don Dang et                                      Langson et débarquement de troupes Japonaises à Haïphong.
19/01/1941: Après la victoire navale Française de Koh Chang sur la marine Siamoise le                                        16/01/1941 les Japonais imposent un cessez le feu Franco Siamois aboutissant                            le 09/05/1941 à la perte par la France d'une partie des territoires Laotiens et                                 Cambodgiens.
12/05/1941: Création du Viet Minh par Hô Chi Minh, dans son réduit de Pac Bo.
08/12/1941:Après l'attaque par le Japon de la base navale  Américaine de Pearl Harbourg, la                           France libre par la voix du Général de Gaulle se déclare en état de guerre contre                             le Japon et appelle à la résistance en Indochine.
09/03/1945: Coup de force Japonais: attaque des garnisons Françaises de Saïgon, Hué,                                      Hanoï et Langson, mettant fin à l'autorité administrative et militaire Française                                en Indochine.
11/03/1945: L'Empereur Bao Daï proclame l'indépendance du Vietnam.
13/03/1945: Le Cambodge proclame son indépendance.
08/04/1945: Le Laos proclame son indépendance.
14/08/1945: Capitulation Japonaise et début de l'insurrection Vietnamienne.
15/08/1945: L'Amiral d'Argenlieu est nommé Haut Commissaire en Indochine.
02/09/1945: Hô Chi Minh proclame à Hanoï l'indépendance du Vietnam et la création du                                      gouvernement provisoire de la République Démocratique du Vietnam dont il                                    assure la présidence avec Nguyen Giap à la défense et à l'intérieur et                                                    Pham Van  Dong aux finances.
 
La Guerre et la Reconquête.
 
12/09/1945: Débarquement à Saïgon des premiers détachements du Corps Expéditionnaire                              Français en Extrême Orient (CEFEO)
05/10/1945: Arrivée à Saïgon du Général Leclerc.
06/03/1946: Insurrection Vietminh à Hanoï: 30.000 Viets attaquent les garnisons du Tonkin                            et de l'Annam de Langson à Hué. Hô Chi Minh, dans le maquis lance l'appel à la                              lutte à outrance contre la France. Echec des Viets, le CEFEO après 2 mois de                                  combats dégage Hanoï, Tourane et Hué.
07-10/11/1947: Opération Léa au Tonkin conduite par le Général Salan et 12.000 hommes                               pour la reconquête du réduit national Viet en haute région où se trouve Hô Chi                             Minh et son gouvernement à Bac Kan. Malgré un coup sensible porté à la                                         logistique Viet, son corps de bataille reste à peu près intact, et surtout                                             l'objectif premier Hô Chi Minh et Giap ont échappé aux troupes Françaises.
05/06/1948: Accord de la Baie d'Along entre l'Empereur Bao Daï et le Gouverneur Général                                Bollaert par lequel  la France reconnaît l'indépendance du Vietnam qui adhère à                            l'Union Française.
19/07/1948: Indépendance du Laos dans le cadre de l'Union Française.
08/11/1948: Indépendance du Cambodge dans le cadre de l'Union Française.
 
Le Tournant de l'Histoire.
 
22/01/1950: Les troupes communistes chinoises de Mao Tsé Tong entrent à Pékin,                                              s'assurant la victoire sur les nationalistes de Tchang Kaï Chek, le 01/10/1949.                              Dès le début de 1950 le Vietminh va disposer en Chine de refuges et recevoir un                                      important matériel de guerre.
22/05/1950: Les Viets attaquent Dong Khé.
Août 1950:    Le plan d'évacuation est décidé par le Général Carpentier.
02-10/10/1950: Désastre de la RC4, suite à l'évacuations des postes de Cao Bang, Dong                                   Khé, That Khé et Langson. Les colonnes Lepage et Charton soumises aux                                       attaques incessantes de la 308ème division Viet, perdent 7 bataiillons et un                                   armement considérable.
17/12/1950: Arrivée à Saïgon du Général d'Armée de Lattre de Tassigny, nommé Haut                                        Commissaire et Commandant en Chef de l'Indochine.
12/01-30/05/1951: Giap lance les divisions Viets 304 et 308 à l'attaque de Hanoï et du                                      Delta, qui se solde  après 3 offensives par un échec militaire Viet à Vin Yen,                                    Dong Trieu et au Day. Les pertes Viets sont de 3.000 tués 4.ooo  bléssés et                                            400 prisonniers.
14/11/1951: Les divisions 304, 308 et 312 attaquent tous les postes de la rivière Noire,                                  afin  de réduire le saillant de Hoa Binh. Ces tentatives se soldent par un échec                              de Giap, les pertes étant éstimées à 3.500 tués et 7.000 blessés.
17/10/1952: Chute du poste de Nghia Lo et vaste offensive en pays Thaï.
23/11-02/12/1952: Après l'installation de la base aéro terrestre de Na San les divisions                                      Viets 308,312 et 316 subissent un échec perdant plusieurs milliers de                                              combattants ce qui oblige Giap à reporter son intention de faire mouvement en                            direction du Nord Laos.
03/04/1953: Invasion du Nord Laos par le Vietminh.
08/05/1953: Le Général Navarre est nommé Commandant en Chef de l'Indochine.
07-12/08/1953: Evacuation de la base aéro terrestre de Na San.
09/10/1953: Début d'une opération de dégagement de Luang Prabang et de la Plaine des                                  Jarres.
20/11/1953: Opération Castor le 6ème BPC et le 1er RCP sautent sur Dien Bien Phu                                            permettant le début de l'nstallation du camp retranché destiné à barrer la route                            du Laos.
 
Après des Revers les Français quittent l'Indochine.
 
07-12/12/1953: Evacuation du poste de Laï Chau.
25/12/1953: Début de l'offensive Viet au Laos.
13/03/1954: 1er assaut Viet contre Dien Bien Phu. les centres de résistance Béatrice et                                         Gabrielle tombent rapidement.
26/04/1954: Ouverture de la conférence de Genève.
07/05/1954: Fin des combats de Dien Bien Phu. Après 56 jours de lutte les troupes                                             sont   submergées par les Viets.
23/06/1954: Début de l'évacuation du Tonkin.
24-30/06/1954: Repli de la garnison d'An Khé. Le GM 100 est à moitié anéanti dans une                                    gigantesque embusquade.
21/07/1954: Signature des accords de Genève, prévoyant un cessez le feu s'étalant sur                                      l'ensemble de la péninsule Indochinoise du 27/07 au 07/08/1954.
09/10/1954: Les troupes Françaises évacuent Hanoï.
11/10/1954: Entrée des troupes Vietminh dans Hanoï.
30/12/1954: Signature à Paris des accords entre la France, le Laos et le Cambodge.
04/05/1955: Les dernières troupes Françaises présentes au Nord Vietnam évacuent                                          Haïphong.
26/10/1955: Suite au référendum en faveur d'un régime républicain déposition de l'Empereur                            Bao Daï et Proclamation de la république du Sud Vietnam par le président Ngo                                Dinh Biem.
28/04/1956: Le haut Commandement Français est dissout.
14/09/1956: Les derniers éléments du Corps Expéditionnaire Français en Indochine quittent                              l'Indochine.
                                                                               J-L. 31/10/2018
 
 
 
 LA  COMPLAINTE  du TU-BINH   de la  R.C.4
 
Aigris, cocus et mécontents allez donc en Extrême-Orient !
 Belle carrière !
Voilà comment de bons enfants , se sont retrouvés pour longtemps
 en zone frontière .
Le Tonkin était commandé par un poireau bien fatigué ,
 Intérimaire.
Car pour rassurer les inquiets  Alessandri , en France , était
 permissionnaire.
Trois colonels il y avait :
un toubib et puis un goumier , un légionnaire.
Ils se sont si bien débrouillés qu’à eux trois ils ont fait merder
 toute l’ affaire.
Et tout ça était commandé par un gazier qu’était resté
loin en arrière.
C’était Constant qu’il s’appelait.
Grâce à lui nous avons paumé la zone frontière.
L’affaire fut rondement menée .
A  Coc-Xa , ça s’est terminé , dans les calcaires .
Et après par petits paquets , on leur dit :
regagnez That-Khé , par les rizières.
Pour que la manœuvre soit corsée , That-Khé était évacuée .
Tant pis derrière !
Quelques cocus ont pu passer .
Pas mal de copains sont restés dans la rizière.
Les colonnes enfin regroupées ,ont fini par se rencontrer Camp du Grand-Père
et tous ceux qui furent coxés ,sont devenus hôtes forcés et millionnaires .
Notre ministre a rouspété , puis limogé l’père Carpentier , très en colère .
Et puis tout ça , ça s’est tassé .
Parait même que ça l’a aidé  dans sa carrière .
L’école de guerre aux aguets , comme exemplaire .
C’est un exemple , en vérité , de ce qu’on peut intituler :
 à ne pas faire..
Aux pauvres bougres ainsi gaulés , le ministre a décerné
des tas d’croix d’guerre.
L’assemblée nationale s’est levée ,bien qu’au fond elle s’en foutait
de cette affaire .
Nos enfants seront extasiés devant l’histoire enjolivée
de leurs grands-pères .
Ça prouve aux plus désespérés , que tout finit par s’arranger ,
  Sur cette terre.
Par les lieutenants  PLANET , GRAZIANI et CHAUVET 
3e BCCP prisonniers au camp N° 1
                       Extrait du livre de CYRIL  BONDROIT.
3e  BATAILLON COLONIAL DE COMMANDOS PARACHUTISTES
                        3e   BCCP INDOCHINE 1948-1950
                            HEXAGONE PUBLICATIONS
                                                                                                    JL.  Juin 2018
 
 
 

3éme bataillon colonial de commandos parachutistes.

En janvier 1948, création du 3éme Bataillon Colonial de Commandos Parachutistes à Saint Brieuc caserne Charnier puis en mars le bataillon dont le premier chef de corps est le commandant Ayrolles s'installe à Vannes Meucon.
En juillet, départ pour Pau Idron pour être breveté. Le 13 juillet cérémonie aux Invalides pour la remise du drapeau et le 14 juillet défile à Paris.
Le 22/10/1948 le 3éme BCCP embarque sur le Pasteur pour l'Indochine.
A son arrivée le bataillon est séparé. Le GC ( groupe de commandos ) n°3 est au Cambodge et le GC1 en Conchinchine tandis que le GC2 du capitaine Bigeard opère au Tonkin jusqu'en septembre 1949 puis le bataillon est réuni sous les ordres du capitaine Cazaux et s'ensuit les opérations Junon, Anthracite et Diabolo.
Le 11/02/1950 le 3 saute sur le poste de Pho LU, puis s'ensuivent les sauts sur Nghia Do, Don Khé et le 11/06/50  sur Cao Bang puis viennent les opérations Albatros, Evantail et Phoque.
Le 8 octobre 1950 rentré la veille d' opération usé et fatigué, rapatriable à la fin du mois le bataillon est largué pour une mission de sacrifice sur That Khé pour porter secours aux colonnes Lepage et Charton sur la RC4 ( route coloniale n°4 ) surnommée et à juste titre la route de la mort.
Là, ce prestigieux bataillon disparait dans la tourmente.
Seuls neuf paras du 3éme BCCP et 5 de la 3éme CIP ( compagnie Indochinoises de parachutistes ) s'en sortiront. Quant aux survivants, ils seront faits prisonniers et seront internés dans des camps Vietminh dont beaucoup ne reviendront pas.
91 hommes seront libérés , 77 décéderont en captivité, 16 seront exécutés et 17 portés disparus.
Total des pertes.110 hommes.
les noms des 9 paras du 3éme BCCP.                          les noms des 5 paras de la 3éme CIP.
Mourier Claude capitaine GC3                                       Ha Van Bang 1°classe matricule 47246
Bellamy René lieutenant GC3                                         Than Van Ngan 1°classe matricule 17103
Quéré Paul adjudant chef GC1                                      Le Van Hong 1°classe matricule 47294
Briant Gilbert caporal chef GC1                                    Nguyen Van Bay 2° classe matricule 58924
Jallamion Marcel caporal chef GC3                               Nguen Van Nghia 2°classe matricule 47235
Kergroac'h André caporal chef GC3
Guénard Claude 1° classe
Astruc Marius 2° classe
Forster Charles 2° classe
Le 3éme BCCP est dissout le 01/11/1950.
Durant son séjour , il aura au total perdu 289 hommes soit 46% de ses effectifs.
Citations.
4 citations  à l'ordre de l'Armée sur Croix de Guerre de T.O.E
dont une pour le GC2  et une pour la 3éme C.I.P 
Fourragére de la Crois de Guerre des T.O.E
 
Sources 3éme RPIMA  ,   Cyril Bondroit.
                                                                                                           J-L  Octobre 2018
 

 
 
 
 

SUR LA TRACE DE NOS AINES

                                         OPERATION CASTOR,
                                    20, 21, 22 novembre 1953
 Le vendredi 20 novembre 1953, à 5h du matin, décolle du terrain de Bach Mai, l'aérodrome militaire de Hanoï, le C-473B dakota n° 76356 de l'escadrille 2/64 Anjou. Il transporte le poste de commandement de l'opération aéroportée « Castor » : - Pierre BODET, général de corps d'armée aérienne (****), adjoint au commandant en chef en Indochine, le général de corps d'armée  Henri NAVARRE (****) qui a été nommé le 8 mai, en remplacement du général SALAN, par René MAYER, président du conseil, nomination qu'il n'a pas souhaitée, et qui a pour mission  de rechercher les conditions d'une sortie honorable pour la France . MAYER lui fait connaître son point de vue « cette guerre traîne. On reste là-bas trop attaché à des conceptions territoriales et coloniales. Il faut en finir en trouvant une solution à ce problème qui pompe nos finances, oppose les partis politiques. Il va falloir couper, à vous de voir et de me rendre compte ». A NAVARRE de comprendre. - Jean DECHAUX, général de brigade (**), polytechnicien, commandant le GATAC Nord, groupement aérien tactique nord. - et  Jean GILLES, général de brigade, commandant les troupes aéroportées, vainqueur de la bataille de Nasan, en  décembre 1952.
Leur mission est oh ! Combien importante, déterminer, en fonction des conditions météorologiques, le déclenchement ou non de l'opération de prise de Dien Bien Phu.
A 6h30, l'avion P.C. survole la plaine, le ciel est entièrement bouché. C'est le Q.G.O., terme de code en aéronautique : décollages, atterrissages et parachutages interdits. A 6h45, les nuages se fragmentent. A 7h00, la brume est en voie de disparition. Prenant un bloc message, DECHAUX rédige le texte donnant l'ordre pour déclencher Castor et le fait transmettre au général COGNY, commandant les forces terrestres du nord Vietnam. Celui-ci le transmet au colonel Jean NICOT, chef de l'aviation de transport. DECHAUX vient de donner le feu vert à l'opération de largage de plus de 4000 parachutistes en trois jours. « Aléa jacta est ».
 
Qui a décidé cette opération et quelle est son but ?
 
Au milieu de l'année 1952, il apparut que le Vietminh entend s'attaquer au Laos, notre allié fidèle, et atteindre par là les confins de la Cochinchine. Huit bataillons se sont emparés de Sam Neua, le 3 avril 1953, puis le 9 du poste de Sop Nao et le 17 mai de celui de Muong Khoua par deux régiments d'élite, après un siège de 36 jours. Au moment où NAVARRE arrive, l'adversaire a investi le nord, la capitale spirituelle, Luang-Prabang, se trouvait  menacée. Le problème de la défense du Laos et de notre maintien en haute région allaient se poser en priorité au nouveau commandant en chef. NAVARRE veut barrer la route au Vietminh. Mais, on ne barre pas la route au général GIAP.
Le site de D.B.P. n'est pas un nouveau venu dans l'histoire de cette région du Tonkin. Le nom du village, en thai, est MuongThanh. Devenu, en 1880, le siège de l'administration française, le village perd son nom thai pour celui de D.B.P. qui signifie « chef-lieu de l'administration régionale frontalière ». En 1889, c'est là qu'a été signé un traité mettant sous le protectorat de la France le pays thai. Son artisan en a été le consul de France au Laos, Auguste PAVIE. Une piste, reliant la vallée de D.B.P. à Laichau, porte son nom. En 1940, les japonais,  occupant l'Indochine, firent construire une piste d'aviation. En 1952, les Viets s'emparèrent de la position.
 
Orientée nord-ouest, c'est une belle plaine qui s'étend sur 20 kms de long, sur 5 kms de large. Une rivière, la Nam Youm l'irrigue, l'enlaçant de ses méandres paresseux. La R.P. 41 et la piste Pavie encadrent  le cours d'eau sur toute la longueur du val. Elle est encerclée de collines qui s'étagent entre 400 m. et 1300 m. ( pour le Phu Ya Tao).
Le général NAVARRE juge nécessaire d'installer une base aéroterrestre à D.B.P., considéré comme la porte d'entrée du Laos, et décide de son installation.
Il a été écrit, trente ou quarante ans plus tard, que plusieurs officiers généraux et supérieurs de l'armée de terre et de l'aviation ( BLANC, GILLES, BASTIANI, DECHAUX , NICOT), que le maréchal JUIN ( alors commandant en chef  des forces alliées du secteur centre Europe) étaient contre cette opération. Mais pourquoi, courant 1953, n'ont-ils pas jeté tout le poids de leur autorité dans la balance pour obliger le président AURIOL et le gouvernement à s'opposer à cette aventure ?. Les politiques et le chefs militaires ont laissé NAVARRE s'enfermer dans l'erreur avec un rare aveuglement.
Ce 20 novembre 1953, à 8h45, les troupes, en alerte depuis 4h du matin, sur les deux terrains d'Hanoï, Bach-Mai et Gia-Lam, terminent leur embarquement à bord de 65 douglas C 47 dakotas qui décollent toutes les 30 secondes. Ils déversent dans la cuvette les deux bataillons du G.A.P. 1, dont les commandants ont été prévenus le 19, à 18h, par BODET.
Le 6 B.P.C., 725 hommes, du commandant BIGEARD, saute sur la zone de saut baptisée « Natacha », au nord ouest de la cuvette. Certains éléments, tombant sur une compagnie viet à l'exercice, engage le combat. Le médecin capitaine Jean RAYMOND est tué lors de sa descente en parchute.
Le 2/1 R.C.P., deuxième bataillon du 1er régiment de chasseurs  parachutistes, 675 hommes du commandant BRECHIGNAC, est largué sur au nord de la zone de saut baptisée   « Simone », au sud du village.
Le P.C. Du G.A.P. 1, Lt-Cel FOURCADE, 150 hommes.
Un détachement de la 17è C.P.G., compagnie parachutiste génie, aux ordres du capitaine DUBOUCHET, dont la mission est de remettre en état la piste d'aviation, de l'allonger et de la drainer (mise en place d'un drain le long de la piste).
A partir de 15h00, arrivent en renfort, largués par 41 dakotas,
Le 1 B.P.C., premier bataillon parachutiste colonial, 750 hommes, commandant SOUQUET.  2 batteries de 75 s/recul du 35è R.A.L.P., régiment artillerie légère parachutiste.
la cie C.M.L.L.E.de mortiers de 120, cie de mortiers lourds légion,75 hommes.
L'A.C. P. N°1, antenne chirurgicale para, médecin-lieutenant André ROUGERIE. 
Le 21 novembre est largué le G.A.P.2, aux ordres du commandant Pierre LANGLAIS. Ce G.A.P. comprend :
      - le 1er B.E.P., bataillon étranger parachutiste, 675 hommes, commandant GUIRAUD.
       - le 8éme B.P.C, bataillon parachutiste colonial, 656 hommes,  capitaine TOURRET.
 Le 22 novembre rejoignent la cuvette :
       -  le 5è B.P.V.N., dit le « Bawouan », commandant BOUVERY.
      -  la 1ére C.E.P.M.L., cie étrangère parachutiste de mortiers lourds, 8 tubes de 120mm, Lt MOLINIER.
 Au soir du 22 novembre, l'effectif des T.A.P., Troupes aéroportées, s'élève à 4560 hommes.
 P.S. : une femme a été parachutée avec le 5è B.P.V.N., c'est Brigitte FRIANG. Résistante à 20ans, déportée, rédactrice pour le compte du magazine « Indochine Sud-Est Asiatique », elle a couvert pendant plus de deux mois la vie quotidienne du camp retranché, elle fut rapatriée sur Hanoï début mars.
 
                   SOURCES :
                   Les 170 jours de D.B.P., Erwan BERGOT.Aviateurs en Indochine, D.B.P., P.Charles RENAUD.
                Pour une parcelle de gloire, Marcel BIGEARD.
                B.P., Pierre VALLAUD et Eric DEROO.
                Rencontres, lors du 50ème anniversaire de la bataille, avec d'anciens combattants et des personnes présentes à D.B.P.. Paris, Hôtel des Invalides, 7 mai 2004, caporal RAGOUILLAUX, Simon MARY, GRENAUD, LECHANTEUX.......Pierre SCHOENDOERFFER... .La Fin d'un Empire, t. 2, général SALAN.
                                                                                                                            Jean Marie LORE 
                                                                                                              NANTES, le 30 avril 2018
 

Dien Bien Phu le centre de résistance Béatrice

Lors du voyage organisé par l'ADAI 44, en mars 2018, les participants ont passé deux nuits à Dien Bien Phu dans un hôtel situé à Ban Him lam Nous devions donc être, sur ce qui était en 1953 et 1954, le C.R. Béatrice, Kim Lom pour les Viets.
Ce C.R. était positionné à 3 kms au nord-est de la position centrale, au point où, venant de Tuan Giao, la R.P.41 pénètre dans la cuvette. Il comprenait  trois points d'appui distincs, B1,B2, B3 et B4 contigus, instalés chacun sur un piton, entre la 41 et la rivière la Nam Youn.
Il était tenu par les cinq compagnies du IIIème D.B.L.E., pour un effectif de 437 combattants, aux ordres du Cba Paul Pegot. Arrivé en fin de séjour, Pégot avait souhaité rester avec ses hommes pour ce qui lui paraissait être la dernière bataille.
Le CR est bien organisé, des boyaux de communication relient les différents P.A. et des armes automatiques bien abritées couvrent toutes les voiess d'approche possible.Mais il est domminé par les contre-forts de la jungle montagneuse qui l'entoure. On a pas eu le temps de mettre le feu à la dizaines d'hectares de végétation environnante. De ce fait, une unité viet peu approcher à moins de cent mètres sans risque.
Le piton ouest, B2 B4 où sont positionnés :
*le PC.Cba Paul PEGOT (+13/03), avec pour adjoint le Cap Vincent PARDI (+13/03), D.L.O. Cap Chritian RIES (prisonnier), transmission Lt PUNGIER (+13/03), médecin Lt Jacques LEUDE (prisonnier), renseignement Lt Raymond Cruz (prisonnier).
* la 10ème  Cie, commandée par le Cap Philippe Nicolas (prisonnier, libéré en 9/54) Il prendra le commandement du bataillon après les tués du PC.
* la 12 ème compagnie, commandée par le  Lt André LEMOINE (+13/03), remplacé par le Lt CRUZ.
*la CCB.,Cie de commandement du bataillon, commandée par le Lt  MADELIN.
 
Le piton nord-est, B1 avec:
*la 11ème Cie, aux ordres du Lt BEDEAUX(+11/03), remplacé par le Lt TURPIN.
 
Le piton  sud-est, B3 avec:
* la 9ème Cie, 107 hommes, aux ordres du Lt André CARRIERE (+13/03).
Le 13 mars, à 17h30, après un violent bombardement," un matraquage" à coup de 105, quia surpris par son intensité,sa précision et sa terrible efficacité, l'infenterie donne l'assaut. Il est mené par deux trung-doan ( régiment) du dai-doan (division), le 141 et le 209, soit environ 3000 bodoid. dès le début du bombardement, un coup direct frappe le PC. du bataillon (la salle O.P.S.), tuant ou blessant tous les occupants.
Après de violents combats, avec toutes les armes, pour finir à la grenade et au corps à corps, à 20h30, B1 est conquis, puis B3 où il restait 25 combattants. Entre minuit et 0h15, B2 et B4 succombent. A 0h15 les liaisons radios se sont tues
Quelques 60 combattants réussirent à s'échapper de la nasse et à rejoindre, par un tunnel qui avait été creusé par ordre du Cpt NICOLAS, le CR.principal.
           
                BEATRICE avait sombré Pavillon Haut, fidèle à la devise " More Majorum"
                                                                                                                 
                                                                                                                            Jean Marie LORE, 05/2018
 




   L'Odissée du Lieutenant TURPIN sur Béatrice              
 
Sur le C.R. Béatrice, à minuit, le 14 mars 1954, les bombardements reprennent. Dans le blockhaus, où le lieutenant TURPIN se trouve avec le médecin Lt LEUDE, il perçoit de plus en plus les cris et les commandements ennemis à travers les rafales et les éclatements. Les Viets couvrent leur avance à la baïonnette et à la grenade, hurlant « Légionnaires rendez-vous ! ». Un obus frappe l'abri qui semble exploser avant de s'effondrer. TURPIN est projeté contre une parois et ressent une vive douleur au bras droit pendant qu'un jet de sang inonde son visage. Son coude droit est brisé, et le sang qu'il perd vient de sa tempe entaillée par des éclats. Pour ne pas être enfumé ou tué, il sort soutenu et guidé par LEUDE, et est fait prisonnier . Profitant du fourmillement humain des bodoïs, il s'écarte sans se presser, rêvant de s'esquiver, et va s'allonger contre un des blockhaus.
 
Après la prise du C.R. vers deux heures, les Viêts ont rassemblé les survivants et les ont obligés à passer devant l'un de leurs officiers afin de faire « l'inventaire », de procéder aux fouilles et aux interrogatoires. TURPIN  échappe à la fouille ?
 
Vers trois heures, le gros des forces viêts se retire du C.R. avec les prisonniers en laissant une garde qui poursuit la fouille du terrain. C'est ainsi qu'un soldat le trouve et s'assied sur le bord de la tranchée où TURPIN a trouvé refuge.  Ils échangent quelques mots. Le soldat n'insiste pas lorsque TURPIN refuse qu'il lui enlève sa montre. Il avait, au moment d'être pris, glissé son portefeuille et ses papiers dans le bas de son treillis contre l'un de ses  brodequins  et retiré les  galons métalliques de son épaule droite, mais son bras droit cassé l'empêche de faire de même pour l'épaule gauche. Le soldat viêt s'éloigne, mais revient un quart d'heure plus tard accompagné d'un responsable. Celui-ci parle couramment le français et l'interroge sommairement ; nom, grade (il se dit sergent), français, chef de section ou pas, blessures, combats menés, chefs tués lors des combats. Il lui demande s'il peut marcher malgré ses blessures, car il ne faut pas rester là les pitons vont être bombardés. TURPIN se prépare à descendre vers la R.P.41 où les bodoïs regroupent les prisonniers, mais l'officier le retient par la manche et lui dit « le président HO CHI MINH nous ordonne de faire preuve de clémence et de générosité envers les prisonniers blessés ». Après un temps de réflexion, il complète sa pensée « nous allons vous laisser rentrer dans vos lignes » . A cet effet, il lui remet - deux laissez-passer signés par NGUYEN QUANG HAI, chef d'état major du régiment 141 qui a détruit le poste de Kim Lom (Béatrice) - et des feuillets à remettre au colonel de CASTRIES,  commandant du G.O.N.O., par  les quels le Viet Minh autorise les Français a relever ce jour 14 mars au matin leurs tués et blessés, et demande une suspension  des combats de 08h00 à 12h00. Son premier interlocuteur détache la montre de son poignet . Il n'est pas fouillé, on lui demande simplement s'il n'a pas d'arme, pistolet ou poignard. TURPIN est libre.
 
Pour atteindre la R.P. 41, il franchit péniblement deux réseaux de barbelés.Il fait nuit et un silence pesant est tombé sur ce qui fut Béatrice. Il s'engage en direction de D.B.P., ne rencontrant ni amis ni ennemis. Peu à peu, le soleil se lève, il fait jour lorsqu'il atteint le camp retranché et arrive à l'antenne chirurgicale du médecin commandant Paul GRAUWIN. Les feuillets sont remis a de CASTRIES. Un geste humanitaire ! dont il soumet l'approbation à la décision de Hanoï qui la répercute à Saïgon. La proposition est accordée. Elle permet de récupérer  une demi-douzaine de blessés.
 
Vers 15h00, il a la chance d'être évacué par le premier avion qui se pose en ce 14 mars et repart sous les obus. Partent avec lui, Melle Paul BOURGEADE, la secrétaire de de CASTRIES et un blessé africain.
 
Voilà l'incroyable concours de circonstances auquel le lieutenant TURPIN doit la vie sauve.
 
Pourquoi cette trêve ? En réalité cette offre apparemment généreuse masque des dispositions tactiques visant à passer à la deuxième phase de l'offensive dont l'objectif est Gabrielle. Plus grave encore, l'aviation ayant reçu l'ordre de ne pas intervenir dans l'espace aérien de D.B.P. pendant la trêve, le général GIAP pourra déplacer ses canons de 75 à l'insu de commandant du C.R. .
 
P.S. : le lieutenant TURPIN est originaire du Loiret. De quelle ville ou commune ? Il serait né entre 1923 et 1928. Il a fait Saint-Cyr, était marié et père de deux fillettes, à l'époque. Il serait décédé en janvier 2001, âgé de plus de plus de 70 ans ?
 
Sources ; Lettres de Diên Biên Phu
 
« Puisse-t-il y avoir toujours quelqu'un pour honorer la mémoire de ces hommes »
 
Jean Marie LORE, Nantes, mai 2018
 

L'aviation à Dien bien phu


     - L'Aviation à Dien Bien Phu : l'Armée de l'Air et l'Aéronautique Navale -
 
La bataille de D.B.P. qui s'est déroulée du 13 novembre 1953 au 8 mai 1954 ( chute du C.R. Isabelle ) fut une bataille terrestre, mais c'est par air que tout est venu dans la cuvette : les hommes, les femmes, les armes, les munitions, les rations de corn-beef, les médicaments, un bulldozer de 6 tonnes et des chars Shaffee M24, parachutés en pièces détachées. Cent tonnes jour, assurées par largage dès le premier des 57 jours que dura la bataille.
 
Ce sont les équipages des chasseurs et des bombardiers de l'Armée de l'Air, surtout, mais aussi de l'Aéronautique Navale qui ont, comme il l'ont pu, intervenant à 300 kms de leurs bases (Cat-Bi, Gia-Lam et Bach-Mai), pour suppléer l'artillerie et assurer l'appui-feu.
 
On peut ne pas passer sous silence ce qu'a fait l 'Aviation à D.B.P. puisqu'elle l'a fait, y perdant 48 avions dont 19 abattus par la D.C.A. et près de 70 hommes tués ou disparus durant la bataille ou en captivité : pilotes, co-pilotes, mécaniciens, radio-navigants, navigateurs, mitrailleurs, mais aussi des équipages de l'Aviation Légère d'Observation d'Artillerie, des Compagnies Aériennes Civiles réquisitionnées, et même des pilotes américains.
 
Sans eux, la garnison n'aurait pu survivre et combattre. Outre les conditions météorologiques le plus souvent médiocres, les équipages ont du affronter une D.C.A. ennemie puissante, agressive et meurtrière.
 
L' Armée de l'Air
 
Elle comprenait :
 
- les groupes de transport, au nombre de quatre, sur Dakota ou C 47 :
GT 2/62 Franche-Conté, s/le commandement du Cdt DARDE.
GT 2/63 Sénégal, s/le commandement du Cdt Louis DENOIX de SAINT-MARC.
GT 2/64 Anjou, Cdt de MONTALEMBERT.
GT 1/64  Béarn, Cdt MARTINET.
 
- les groupes de bombardement, sur B26 et F8F Bearcat :
GB 1/19 Gascogne, Cdt ALIBERT, a perdu neuf équipages.
GB 1/25 Tunisie, Cdt BARRAS, a perdu quatre équipages.
 
- le groupe ou escadron  de reconnaissance photo :
ERP 2/19 Armagnac, Cpt GELIN.
 
- l'escadron de liaisons aériennes :
ELA 53, Cdt DEVOUCOUX
 
- Le Détachement de l'Armée de l'Air de la Garnison de D.B.P. .
                                                                                                
- les groupes de chasse : en 1953 quatre groupes :
GC 1/21 Artois, à Tourane.
GC 2/21 Auvergne à Tan Son Nhut près de Saigon.
GC 1/22 Saintonge, à Bach-Maï près de d'Hanoi, Lt-Cel  GUERIN, prisonnier à DBP le 7 mai 1954.
GC 2/22 Languedoc, à Cat-Bi  près de Haiphong,  Cne SAINT-MACARY en 1953, puis  Cne. AURIOL.
 
Les hélicoptères « les ventilateurs », moyens Sikorsky S 51 et S 55, et légers Hiller  feront, peut-être, l'objet d'un prochain article.
 
Les Flotilles de l'Aéronautique Navale
 
Au secours des combattants à terre, les marins de l'aviation embarquée sont toujours en première ligne. Les Flotilles sont basées sur le porte-avion Arromanches cédé par l'Angleterre à la France.
 
3F, sous les commandements du Lt de Vaisseau MARMIER, Lt V .Jean- Dominique ANDRIEUX (+31.03.54 abattu par la D.C.A. à 2km de Gabrielle), et Lt V PATOU, flotille armée de chasseurs bombardiers biplaces Helldiver.
 
11F, sous le commandement du Lt de vaisseau de CASTEBAJAC et KLOTZ (abattu par la D.C.A. sur Hellcat, saute en parachute, recueilli par les légionnaires de la 13è DBLE., prisonnier le 7.5.54, libéré en 9.54) , équipée de chasseurs Hellcat.
 
14F, sous le commandement du Lt de vaisseau MENETRIER.
 
28F, stationnée sur la base d'aéronautique navale de Tan-Son-Nhut, près de Saigon, sous le commandement du Lt de vaisseau LECLERCQ-AUBRETON, équipée de Privateer  (quadrimoteur,version navalisée du B 24 Liberator), sa devise était « à belles dents ».
 
Et la 24 F mise sur pied par le Lt de vaisseau LECLERCQ- AUBRETON.
 
Le porte-avion Arromanches avait été lancé en 1943, sous le nom de H.M.S. Colossus, à Newcastle (R.U.). Il est loué, en 1946, pour cinq années à la France qui l'achète à l'échéance de sa location. Le bâtiment de 14 .000 tonnes, long de 211m et large de 24m , pouvait embarquer 24 appareils et se déplacer à la vitesse de 24 nœuds.
Pour le servir, il fallait 42 officiers et 777 officiers mariniers et matelots, auxquels se joignait le groupe aérien embarqué de 200 personnels. Il a été ferraillé en 1978.
                                                                                         
Les pertes pour l'Armée de l'Air et pour les Flotilles.
 
Les groupes de transport vécurent une série noire : le 24 mars 1954, un dakota du Béarn est touché dans les réservoirs à 2100 pieds (640m.), l'aile droite en flammes, l'avion s'écrase faisant sept morts.Le lendemain, un autre dakota du Béarn est contraint de se poser en catastrophe, train rentré, un moteur en feu, au milieu des tranchées et des barbelés. Enfin, pour arrêter là la liste, le 27 mars, un dakota du Sénégal, qui a réussi deux jours auparavant  une évasan, est surpris au dessus d'un village de la cuvette par un tir nourri qui désempare l'avion, provoquant son crash et la mort de l'équipage.
Les Flotilles de l'Aéronavale, qui réalisent en permanence des raids sur la cuvette, sont également la cible de la D.C.A. Le 31 mars, le Lt de vaisseaux Jacques ANDRIEUX, commandant la 3e Flotille, perd la vie dans un raid au nord de D.B.P. .Le 1er avril, un B26 du groupe Tunisie est violemment touché par la D.C.A., aile droite et moteur gauche. L'équipage de trois membres décide de rejoindre Muong-Saï au Laos , l'appareil à court de carburant « amerrit » dans le Mékong, deux membres auront la vie sauve.
 
Officiers ayant eu des commandements en Extrême Orient.
 
Général de Division Aérienne André HARTEMANN (***), Colmar 1899, Tonkin 1951. En avril 1950, il prend le commandement des Forces Aériennes d'Extrême-Orient, succédant au général BODET. Le 28 avril 1951, un B26 Invader, pratiquement neuf, ayant à son bord un pilote, un mécanicien, une journaliste française et le général, part pour une mission de reconnaissance au dessus du nord Tonkin. L'appareil décolle de Cat Bi à 13h42 et prend contact cinq minutes plus tard en phonie avec la base. Ce message fut le dernier. L'avion étant absent au rendez-vous à Hanoi à 15h30, des reconnaissances aériennes  furent lancées sans aucun résultat.
En 1950, le Viet-Minh disposait de très peu de D.C.A., sans calibre supérieur à 20mm, la thèse de l'accident fut privilégiée. Mais le 30 avril, il annonça « il a été perdu par 21°N et 105°E, un français le général d'aviation HARTEMANN, au cours d'une mission suicide de reconnaissance », montrant même des objets ayant appartenu au général et à la journaliste. L'avion serait tombé à 2,5km au sud de Cao-Bang, à Na Phia. Malgré toutes les démarches, les dépouilles n'ont pas été rendues. Elles reposent, pour toujours, quelque part sur la terre tonkinoise.
 
Général de corps d'armée aérienne (****) Pierre Louis BODET, 1902-1987,  Saint-Cyrien, il se spécialise dans l'aviation. D'avril 1947 à mars 1950, il commande les forces aériennes d'Indochine. Il revient à Saïgon en mai 1953. De cette date à juin 1954, il est  adjoint au commandant en chef le général NAVARRE.
 
Général de division aérienne (***) Guillaume Jean Max CHASSIN, 1902-1970, remplaçant le général HARTEMANN, assure d'avril 1951 à juin 1953 le commandement de l'aviation en Indochine.
 
Général de division aérienne  (***) Henri LAUZIN, en juin 1953, remplace le général CHASSIN. Il dirige l'aviation lors de la bataille de D.B.P. et tente avec trop de précaution de réparer les erreurs que commettaient NAVARRE dans l'emploi de l'aviation. Il demanda, par message du 13 mars, à tous pilotes, navigateurs, mécaniciens, service général, de faire un effort exceptionnel au bénéfice du centre de résistance . En clair , il autorise ses équipages à prendre des risques exceptionnels pour D.B.P. .
 
Colonel Jean Louis Noël NICOT, 1911-2004, Saint-Cyrien devenu aviateur. Volontaire pour l'Indo, il prend le commandement de l'aviation militaire de transport en août 1953. A la tête de ses équipages, il organise et conduit les difficiles et pénibles opérations du transport aérien de la campagne 1953-1954, en particulier durant la bataille de D.B.P. . Une « anecdote » hors Indo, alors qu'il était général, il fut condamné à douze ans de réclusion criminelle  pour avoir, après hésitation, aidé le général Maurice CHALLE à quitter la Métropole pour Alger sur un avion militaire, lors du putsch des généraux en 1958.
 
Sources : - Patrick-Charles RENAUD « Aviateurs en Indochine, D.B.P. 1952-1954 » - Charles MAISONNEUVE « Diên Biên Phu les Chevaliers condamnés de l'Armée Coloniale » - recherches sur internet.
 
                                                                                               Juin 2018
                                                                                        Jean Marie LORE
 
- l'escadron de liaisons aériennes :
ELA 53, Cdt DEVOUCOUX
 
- Le Détachement de l'Armée de l'Air de la Garnison de D.B.P. .

 

>COLONEL TRAN DINH VY

 
ENTRETIEN AVEC LE COLONEL TRAN DINH VY
 
Le colonel Tran Dinh Vy est probablement le soldat français le plus décoré puisque 25 fois cités…
Ayant débuté son parcours de guerrier comme simple partisan, il est entré dans la légende quelques années plus tard en devenant l’adjoint du plus célèbre chef de commando d’Indochine (le Commando n°24), celui de l’Adjudant-chef Roger Vandenberghe. Décoré de la médaille militaire par le général De Lattre en personne, ayant suivi un stage d’officier para en France, il revient dans sa patrie pour y connaitre la seconde guerre du Vietnam qu’il fait de bout en bout comme

officier parachutiste puis colonel dans l’infanterie, enfin comme chef de la province de Qui Nhon. Commandeur de la Légion d’Honneur, il est titulaire des plus hautes citations de l’Armée Sud-vietnamiennes et de la bronze star américaine…





Sergent-chef Vy, adjoint de l'adjudant Vandenberghe
Mon colonel, à l’occasion de ce numéro consacré aux sous-officiers, il est normal d’évoquer l’histoire de ces nombreux « frères d’armes » qui ont combattu dans les rangs de l’armée française. Votre carrière dans ses gloires et ses malheurs est, à cet égard, exemplaire. Quelle fut votre carrière de sous-officier ?
En répondant à vos questions, j’espère pouvoir rendre hommage, à travers le récit de ma carrière de sous-officier, plus particulièrement dans le commando Vandenberghe, à tous mes compagnons d’armes, nés comme moi au Vietnam. Ils sont restés dans l’ombre de cette guerre. Pourtant nombreux sont tombés au combat, victimes de leur bravoure et de leur volonté de défendre un idéal de liberté et d’indépendance. Les autres durent abandonner leur pays, souvent une partie de leur famille. Cette déchirure les habitera à jamais.
Lorsqu’ils alliaient le sens du commandement et une aptitude à suivre une formation théorique et technique poussée, ils s’intégraient parmi les cadres des armées françaises et américaines.
Tous acquirent leurs premiers galons à l’épreuve du feu.
Devant l’afflux de soldats autochtones, dans cette guerre aux terrains et aux modes de combat bien spécifiques, ces sous-officiers se sont vus confier un rôle d’encadrement et de prise d’initiative essentiel. Pourtant à l’origine ils n’étaient pas des militaires expérimentés ni préparés.
Je suis né en 1928, au Tonkin, près de Nam Dinh, dans le delta du fleuve Rouge. Mes parents étaient catholiques, comme toute ma famille. Mon père était musicien militaire dans la Garde indochinoise. J’étais l’ainé de trois enfants. Je suis entré à l’école communale Jules Ferry à Nam Dinh, dès le cours préparatoire.
L’invasion puis l’occupation japonaise de 1941, ont bouleversé ma vie tant sur le plan spirituel que matériel.
Réprouvant une situation faite de désordre et de tueries, je pris la décision alors âgé de 14 ans, de quitter l’école Jules Ferry afin de me tourner vers l’ordre des Cisterciens ou je trouvais le réconfort et une nouvelle raison de vivre. Je rejoignis alors le monastère de Chau Son, situé près de Phu Nho-Quan, dans la montagne. J’y entrai comme novice et y reçus une forte instruction religieuse. Je voulais devenir moine. En 1945, le monastère fut successivement envahi par les Japonais, puis par les communistes. Tous ses occupants furent chassés.
Je devins dès lors instituteur dans mon village natal à 3km de Nam Dinh, assistant entre 1945 et 1946 à l’indépendance puis à l’insurrection viet-minh contre la domination française, point de départ de la première guerre du Vietnam.
Sous la pression constante des deux parties, les patrouilles françaises investissant le village le jour, les viet-minh la nuit, vivant dans une semi-clandestinité, je dus alors me résoudre à choisir mon camp. Et en accord avec mes convictions et mes espérances en un Vietnam libre et indépendant, je pris les armes contre la révolution. J’avais 19 ans quand le 1er mars 1947, je décidai de combattre aux côtés de l’armée française, poussé en cela plus par les évènements et les choix politiques que par vocation militaire.
Incorporé en tant que partisan au 10em bataillon du 6em Régiment d’Infanterie Coloniale, alors unité la plus proche de mon village, je fus envoyé de fin octobre au 18 novembre 1947, dans la Haute région du Tonkin, affecté dans la colonne du colonel Communal opérant à Cao Bang. Je subis là mon baptême du feu. J’y étais voltigeur dans une section mixte partisans-réguliers. Le tireur FM du groupe s’appelait Vandenberghe. C’est ainsi que nous nous rencontrâmes.
Dans cette section mixte partisans-réguliers, les partisans parlaient-ils français ou bien étiez-vous un des seuls à le faire ?
J’étais un des rares à parler correctement français. Je servais à la fois comme interprète et comme combattant. Le corps de partisan n’était à l’origine que de simples troupes supplétives, ou en tout cas considérées comme telles, cantonnées dans un rôle d’appoint. Le statut des partisans était pour le moins flou et évolutif, soumis aux décisions discrétionnaires des autorités françaises. Les promotions y étaient aussi rapides que fragiles. Intégré sans l’être dans l’armée française, ce corps était constitué d’enfants du pays dont un certain nombre de prisonniers « retournés », ce qui expliquait une certaine méfiance de l’Etat-major à leur égard.
Ces prisonniers « retournés » étaient-ils nombreux à l’époque ? Etaient-ils des ralliés volontaires ou des prisonniers qui décidaient de reprendre les armes avec la France, après une longue action psychologique ?
Il y avait peu de ralliés au début, seulement lorsque nous infligions des pertes sévères à l’adversaire. Les prisonniers (les PIM – Prisonniers Internés Militaires) étaient utilisés comme tels, selon les conventions de Genève. Ce fut plus tard qu’on essaya de les récupérer.
Les partisans, à l’origine, étaient considérés comme une sorte de milice jouant plus un rôle de protection et de surveillance que prenant des initiatives offensives. Comme d’autres unités françaises, les partisans contrôlaient les villages, ouvraient les routes chaque matin, protégeaient les passages à gué ou gardaient des points sensibles entre autres missions. Cependant, comme je viens de vous le dire, des partisans participaient aussi directement à des opérations de guerre.
Bien que considérés comme des « auxiliaires », sous-soldés, ces hommes étaient mus par des motivations, au moins à l’origine, essentiellement patriotiques et ils bénéficiaient des récompenses habituellement distribuées pour actes de bravoure ou autre. On allait jusqu’à distinguer, au sein de la Légion étrangère, un groupe de « sous-légionnaire » d’origine indochinoise.
Je devais rester dans ce corps des partisans jusqu’en 1949. Je fus nommé caporal en janvier 1948, puis sergent en octobre de la même année.



Le commando des tigres noirs défile le 14 juillet 1951 à Hanoï. Derrière Vandenberghe, Tran Dinh Vy.
Vous avez été nommé sergent partisans sans examen, sur vos seules capacités de combattant ?
Oui, j’étais à ce moment-là, affecté à la 5em compagnie du 6em RIC, commandée à l’époque par le capitaine Barral, que j’ai toujours plaisir à rencontrer. J’étais chef de groupe dans la section de supplétifs commandés par le sergent-chef Vandenberghe à Ha-Dong, entre le fleuve Rouge et le Day. C’est là que je me suis marié. C’est là que j’obtins ma première citation, le 3 juillet 1948, au cours d’une de ces opérations que la section avait l’habitude de mener dans le secteur de la compagnie.
Mais le statut de partisan ne conférant pas l’équivalence des grades, mon intégration véritable dans l’armée « régulière » ne put donc se faire que par l’intermédiaire d’un stage qui se déroula à Mao-Dien (entre Hanoi et Haiphong). Nous étions 147 sous-officiers partisans en stage de « régularisation. »
Sorti major du stage, je fus à nouveau nommé sergent, cette fois de l’armée régulière et je reçus mes galons du général Koch, alors commandant des troupes françaises en Indochine du Nord.
J’étais donc sous-officier sous contrat de l’armée française.
Le stage que j’avais suivi fournissait aux jeunes cadres une indispensable formation sur le plan technique, pour l’armement, les transmissions et sur le plan logistique pour les déplacements et le ravitaillement. Mais c’est face à l’ennemi que les qualités de sang-froid et d’organisation que le sous-officier se révélait vraiment. Citations et décorations constituaient l’élément essentiel pour l’avancement dans des grades de sous-officier.
C’est ainsi, qu’ayant rejoint la section, je fus remarqué de mes supérieurs dès le 8 février 1949, lors d’une action devant le village de My-Luong, au sud d’Ha-Dong. Mon chef de section Vandenberghe ayant été blessé (accidentellement par nos propres partisans d’ailleurs), je pris la direction de l’opération. Nous enlevâmes la position adverse, récupérant plusieurs armes et d’importants lots de munitions. Je pris garde par ailleurs d’assurer les liaisons radio et l’évacuation des blessés afin que je puisse continuer l’opération. Un mois plus tard, j’emmenai mon groupe à l’assaut d’une mitrailleuse rebelle. Nous nous emparâmes finalement de la pièce, j après un violent combat rapproché ou j’ai tué moi-même les deux servants de la pièce.
C’est alors que l’on décida de continuer ma formation de sous-officier et que je partis, en septembre 1949, à l’Ecole de perfectionnement des sous-officiers du Cap Saint-Jacques. C’était la deuxième promotion ; nous nous retrouvâmes à environ 182 sous-officiers vietnamiens. Je me souviens que la major du stage fut le sous-lieutenant Tich, ancien sous-officier promu au feu, et qui devait être tué quelques mois plus tard.
A mon retour de stage, je fus affecté au 8em groupe de spahis algériens à pied qui se trouvait en renfort du 6em RIC à Ha-Dong. Comme je le souhaitais, je pus réintégrer mon ancienne section Vandenberghe, qui renforçait la défense de Nga-Ba-Tha. Nommé sergent-chef le 1er mars 1950, je devins l’adjoint de Vandenberghe pour l’encadrement des supplétifs. En aout et septembre suivants, j’obtins successivement le CIA et le brevet d’infanterie du 1er degré. Le 1er janvier 1952, je fus promus adjudant. Mais entre-temps, il y avait eu le commando 24, le commando Vandenberghe, ses gloires et ses heures tragiques.
Pourquoi et comment fut constitué le commando 24, devenu célèbre ? Quel y fut votre rôle ?
Mon combat dans le commando Vandenberghe ne fut pour moi qu’une étape relativement brève dans le cours de ma carrière militaire, il me reste pourtant de cette terrible période le sentiment d’avoir participé à un moment exceptionnel et unique de la guerre d’Indochine.
En janvier 1951, alors que la section du 6em RIC ou je servais sous les ordres de l’adjudant Vandenberghe venait de s’illustrer dans la défense, à un contre dix, du poste de Nga-Ba-Tha, nous fûmes relégués, après le départ du capitaine Barral, dans une simple tache de protection d’un chantier de construction de casemates au long du fleuve Day. Dépités d’être écartés de tout engagement direct, nous allâmes Vandenberghe et moi-même, demander au colonel Gambiez, qui était venu inspecter le poste, de nous intégrer dans ses effectifs.
En effet, le colonel Gambiez, commandant la zone sud du Tonkin, avait été chargé par le général De Lattre de constituer à Nam Dinh une petite armée franco-vietnamienne avec pour objectif principal la pacification du Delta.
Elle devait servir de « barrage » aux infiltrations viet-minh de plus en plus pressantes dans ce secteur, en particulier dans la région nord de Thai Binh ou était basé un régiment régulier viet.
Ancien chef du Bataillon de choc, spécialiste des coups de commando, le colonel Gambiez opta pour des opérations de style indirect qui convenaient mieux au profil de cette zone couverte de rizières et largement arrosée par de grandes rivières venus se jeter dans la mer. « Pour atteindre l’adversaire, il faut non seulement lire dans son jeu, il faut également le pratiquer. » Cette maxime fut la base de l’organisation et de la préparation des commandos. Il s’agissait de battre l’adversaire sur son propre terrain, avec ses propres armes.
Notre section transportée à Nam Dinh devint d’abord la 11em Compagnie Légère de Supplétifs Militaires, avant que le colonel Gambiez ne lui donne le nom de commando 24. En effet, un chapelet de 30 commandos à l’origine, qui augmentera jusqu’à 120 par « dérivation », fut disposé à la périphérie du Delta et chargé des missions de harcèlement et de renseignements. Grâce à l’action coordonnée de toutes ces petites unités, le sentiment d’insécurité put être temporairement déplacé au cœur des régions contrôlées par l’ennemi.
Le commando 24 (ou Vandenberghe) faisait partie des quelques commandos mieux rodés que d’autres et qui exécutaient des raids profonds à l’intérieur de la zone non contrôlée par nos forces. Un des commandos voisins, basé à Phu-Ly, était le commando 33 ou commandait Rusconi, que j’ai d’ailleurs rejoint quelques semaines après la destruction du commando 24 et que j’avais quitté lorsqu’il subit ce sort tragique.
Pour moi, j’avais trouvé dans cette unité le moyen idéal de combattre un ennemi en train de détruire mon pays. Le jour de notre arrivée dans la zone sud du Tonkin, je dessinais notre insigne, une tête de tigre, la gueule féroce, largement ouverte, couvrant une ancre de marine dorée. Sur la partie supérieure s’inscrivait la devise que j’avais faite mienne : « Plutôt la mort que la honte » en vietnamien.



Le fanion du commando 24.
Mon travail déborda rapidement les responsabilités déjà importantes d’un sous-officier affecté dans une unité « ordinaire ». En effet, les sous-officiers en Indochine remplissaient le rôle traditionnel dévolu à tous les sous-officiers. Complètement indispensables à l’officier, ils étaient à la fois serre-files, marchant à l’arrière afin de stimuler le pas et en même temps garants de la discipline. Pourtant, sans attendre la création de ces commandos, avec l’augmentation des effectifs, certains sous-officiers se virent confier des missions de commandement et une autonomie identiques à celles d’officiers dans une unité classique.
L’adjudant Vandenberghe n’était pas en cela un cas particulier. Par contre, je crois que je fus l’un des rares vietnamiens d’origine à être placé à la tête d’une section.
Des frictions apparurent parfois entre des sous-officiers rompus au combat, à la géographie très particulière du Tonkin et certains jeunes officiers fraichement sortis d’écoles.
Dans les commandos, les dons et qualités nécessaires à tout sous-officiers pouvaient s’exercer dans un cadre idéal. Le type de combat donnait sans aucun doute l’occasion à des jeunes sous-officiers d’exprimer toutes les qualités de commandement et de prise de décision sur le terrain. Il leur permettait de mettre en valeur les dons d’exécution tant au niveau de l’agilité et de la souplesse que de la connaissance des terrains et de l’adversaire.
Dès notre désignation pour la zone sud, il nous fallut travailler, réfléchir, nous informer pour présenter notre « plan d’action » au colonel Gambiez. En effet, il ne s’agissait plus seulement d’opérer avec une grosse section dans un secteur relativement limité, mais avec une véritable compagnie d’opérer dans une région immense et très différente géographiquement. D’une région montagneuse, nous passions dans une région de rizières, de fleuves, et très plates. L’ennemi aussi était différent, plus fanatisé. Or j’étais originaire de cette zone ou j’avais vécu toute mon enfance.
Pour faciliter nos missions, nous dûmes accumuler les renseignements. Nous avons dû apprendre à nous déguiser comme les Viets, soit en tenue noire, soit en tenue verte avec un casque en latanier ou en liège recouvert d’un carré de tissu ou de nylon, avec le même gilet matelassé et piqué de kapok et les mêmes sandales locales fabriquées avec des pneus usés. Tous ces déguisements dépendaient de la zone d’action et des unités qui se trouvaient en face. Nous cherchions à connaitre les noms des cadres des unités adverses, leur histoire et traditions et leurs mots de passe. Vous imaginez le rôle du sous-officier adjoint originaire de la zone et seul des cadres à parler la langue locale.
Sous le commandement de Vandenberghe, après une concertation approfondie, nous proposâmes tous les deux, sous la forme d’une synthèse, au colonel Gambiez, ce qui devait être la « stratégie » et la tactique du commando : l’un des traits les plus nécessaires du commando 24 devait résider dans une volonté constamment tournée vers l’anéantissement de l’ennemi. Nous étudiâmes les documents de l’ennemi, ses tactiques de guérilla et nous cherchâmes à les appliquer à notre tour. I l serait trop long de réexpliquer ici tous les procédés utilisés, mais qu’il nous fallût le plus souvent redécouvrir.
En opération, sur le terrain, je prenais une des trois sections du commando, Vandenberghe gardant les deux autres ou confiant l’une d’elles au sergent-chef Puel, l(autre adjoint, qui était plus particulièrement chargé des questions administratives.



Le général de Lattre interroge Vandenberghe. Juste derrière, le sergent-chef Vy.
Vandenberghe et Puel étaient-ils les seuls Français du commando 24 ?
D’autres sous-officiers français ont été affectés, mais ne sont jamais restés longtemps : ou Vandenberghe les renvoyaient aussitôt, ou ils demandaient très vite à quitter le commando. Puel fut le seul à s’entendre avec Vandenberghe. Un caporal français, Chazelet, nous était détaché à chaque opération par le groupe d’artillerie du secteur, comme DLO. C’était toujours le même. Il adorait barouder.
En opération, je devais marcher en tête avec ma section, car il était difficile de faire passer les deux Français pour des autochtones, en cas de rencontre inopinée. Les sections pouvaient être aussi amenées à agir de façon autonome. C’est ainsi que j’ai échappé au massacre du commando le 5 janvier 1952 : j’étais sur le terrain avec ma section.
Enfin, ma qualité de Vietnamien, ma connaissance du terrain, et surtout de la langue me désignèrent comme le complément – souvent indispensable – du chef de commando. Il fallait surtout quand le commando passa à 180 hommes, organiser le vie dans la base de Nam Dinh, régler les nombreux problèmes psychologiques, sociologiques…entre supplétifs qui avaient leur famille avec eux.
Il fallait négocier les « ralliements », les provoquer. Il fallait garder le contact avec les anciens du commando qui « sentaient » les nouveaux recrutés. Il fallait assurer les « relations publiques » avec les autorités locales. Il fallait étudier les documents pris à l’ennemi.
En somme, avec la préparation tactique, le combat, de préférence de nuit, pendant plusieurs jours de suite, la vie au poste, le commando pour moi, comme pour tous les hommes, était devenu le centre de ma vie. Une étrange amitié se noua entre ses membres toujours prêts au combat, plus particulièrement entre les cadres, tous sous-officiers.
Votre femme vous a-t-elle suivi à Nm Dinh ?
Non, elle est restée à Ha-Dong. Elle n’y était pas menacée, bien protégée dans son milieu, en ville. Par contre mes parents, à Nam Dinh reçurent de nombreuses lettres de menace tant que j’appartins au commando Vandenberghe.
La personnalité de votre chef de commando, l’adjudant Vandenberghe, autre image de sous-officier, est devenu légendaire, dans tous les sens du terme. Il est maintenant encore difficile d’en saisir tous les traits dans leur vérité. Pourtant, en dehors de la légende créée autour de lui, qui était cet adjudant devenu véritable commandant de compagnie ? Quels furent les rapports mutuels ?
Il est toujours difficile d’évoquer, après tant d’années, au-delà des polémiques ou parfois des excès d’hommages, la mémoire d’un homme qui fut à un tel point d’intimité votre chef et votre ami, d’un homme avec lequel vous avez eu des moments si intenses, et dont la fin fut si tragique. J’ai peur de le juger désormais à partir des expériences et responsabilités qui furent les miennes par la suite. Finalement, puisque je partage totalement son sentiment, pourquoi ne pas vous proposer ce qu’écrivait il y a quelques années, celui qui fut notre capitaine au 6em RIC, le capitaine Barral : « Roger Vandenberghe était un homme sans culture, sachant à peine lire et écrire, à qui il fallait des circonstances assez extraordinaires pour révéler ses talents. Ceux qui l’ont connu ne se sont jamais expliqués comment ce garçon lourdaud et taciturne pouvait devenir soudainement subtil et exubérant dès qu’il sentait approcher la bataille. Un pouvoir mystérieux le saisissait. On disait de lui qu’il devinait sans comprendre.
Son ascension ne s’est pas faite sans un dur apprentissage qu’il s’est volontairement imposé pour parfaire ses connaissances techniques. Son insertion dans l’environnement « partisan-supplétif » a été en revanche immédiatement acquise.
Dans le cadre d’une unité régulière, aussi longtemps qu’il a été commandé et contrôlé, Vandenberghe est resté le sous-officier modèle, discipliné et hardi. Mais plus tard, à la suite de ses succès, a acculé un chemin sans retour une publicité tapageuse, des encouragements ma venus, et des complaisances contraires aux traditions de l’armée. »
En effet, à l’époque où j’étais son adjoint avec le grade de sergent-chef, Vandenberghe n’était au fond qu’un adjudant sans grande instruction, qui comme beaucoup, s’était engagé en Indochine parce que, après la défaite allemande, il ne trouvait pas de véritable place pour lui en France.
J’ai admiré en lui, et je m’inspirais au mieux de son exemple, de son sens du commandement, son sens tactique, sa volonté d’apprendre. Il préparait ses opérations avec une très grande minutie et avec force entrainement. Dans la préparation, il avait un sens aigu du terrain et des possibilités de l’adversaire. Dans l’exécution, il avait de rares qualités de mimétisme et d’adaptation qui déroutèrent tant de foi l’ennemi. Il reste pour moi, comme un exemple, de par son sens tactique et sa science des hommes face au combat. Il faut aussi reconnaitre, que dès le début, il fut doué du sens de l’Asie.
Hélas, il m’apparut assez vite, lorsque nous fûmes « livrés » à nous-mêmes, à Nam Dinh, qu’il avait des limites. Très souvent, avec le sergent-chef Puel, nous l’avons mis en garde contre certaines « dérives », certains excès, ou les précautions élémentaires qu’il ne prenait plus. Il était devenu trop sûr de lui et n’écoutait plus guère nos conseils. Il s’était isolé et, lui qui était si à l’aise dans le commandement d’une section dont il pouvait connaitre chaque homme, il eut de la peine à s’adapter au commandement d’une véritable compagnie de 180 hommes. Il ne put pas maitriser sa haine pour l’adversaire, en particulier après la mort de son frère, également sous-officier, et nous dûmes parfois mettre un frein à ses violences, quelques fois gratuites qui nous furent préjudiciables auprès des populations, en certaines circonstances. Vandenberghe ne pouvait partager mon amour pour ce pays qui est ma patrie et non la sienne. Il n’avait pas mon souci de nous attirer par une démarche psychologique les bonnes grâces de la population. Il faisait la guerre loin de toute considération sentimentale envers ces gens qui restaient pour moi des compatriotes. Ma désapprobation le dissuada parfois de laisser libre cours à se haine des « rouges », parfois trop cruelle.
Enfin, et surtout, il fut victime de l’ambiance créée autour de lui. A la suite de ses succès, il fut à la fois victime des encouragements quelquefois exagérés qui « gonflèrent la tête » de cet homme sans instruction et venu de l’Assistance publique, et des critiques que s’ingéniaient à distiller ceux qu’il dérangeait. Il fut amené à en faire plus pour se justifier et faire taire ses détracteurs.
Roger n’a pas su ou pu résister à ceux qui l’ont poussé à toujours accroitre ses effectifs. Avec Puel, nous avons cherché à le convaincre de se méfier de ses trop nombreux ralliés, anciens prisonniers « retournés », qui maintenant constituaient le gros des effectifs du commando. Il ne nous écoutait plus. Il avait une méthode très particulière de recruter. Dans un camp de PIM, il faisait d’abord sortir des rangs les grands. Puis, parmi ceux-ci, il départageait ceux qui avaient tenu des fonctions de commandant de compagnie, de chef de section, de commissaire politique. Et il faisait son choix. Il les intégrait ensuite dans le commando. Et la confiance aidant, il leur confiait des responsabilités. C’est ainsi qu’il poussa KhoÏ au commandement d’une section, malgré mes conseils. Je me méfiais de cet homme, malgré tous les gages qu’il avait donné de sa fidélité. Et ce qui devait arriver arriva. Le 5 janvier 1952, dans leur cantonnement de Nam Dinh, Roger, Puel et 27 commandos parmi les plus fidèles furent massacrés en pleine nuit, par KhoÏ et tous les anciens PIM du commando qu’il avait retournés une deuxième fois. Je n’échappai à la mort que parce que j’étais en opération avec ma section.
Je prie pour eux ! Si un jour « la paix réelle » règne sur mon pays et que je puisse y revenir, ma première action sera de retourner sur la tombe numéro 263 (celle de Vandenberghe) au cimetière militaire de Nam Dinh et d’y déposer une gerbe de fleurs.



"Donnez-moi cent Vandenberghe et l'Indochine est sauvée !" -Général de Lattre
Pendant votre séjour au commando 24, dans l’année 1951, vous vous êtes illustré particulièrement à Ninh-Binh, puis à Cho Ben, lors de l’opération de Hoa-Binh. Vous êtes discret sur ces faits d’armes que je trouve cités dans le décret vous attribuant la médaille militaire, qui d’ailleurs vous a été remise, sur le champ de bataille, par le général de Lattre de Tassigny. Pouvez-vous nous parler de Ninh-Binh ?
A Ninh-Binh, deux postes de surveillance étaient installés dur le Day. Le poste du piton sud était commandé par le lieutenant Bernard de Lattre de Tassigny. Le poste a été submergé par une attaque viet et l’adversaire s’y est installé. Des contre-attaques ont échoué. Le colonel Gambiez nous a convoqués dans son bureau et nous a dit : « Seul votre commando est capable de reprendre le piton. » Nous avons dû franchir le Day à la nage, puis parcourir un terrain de 300 mètres de long, à découvert, dominé par le piton. A mi- pente, Vandenberghe, blessé au genou, m’a passé le commandement. Nous avons réussi à coiffer le piton, à dégager le poste et à récupérer le corps de Bernard et de ses chasseurs. Nous avons perdu dans cette opération 19 morts et 10 blessés.
Après cette fin tragique du commando 24, qu’êtes-vous devenu ? En quoi l’expérience acquise comme sous-officier vous a-t-elle servi ?
Je dois avouer que pour moi, la nouvelle fut un choc terrible qui me laissa, plusieurs semaines, complètement hébété. Je cherchais refuge dans un des commandos voisins et amis. Mais je devais constater les mêmes lacunes. Grisé et trop sûr de lui, le chef du commando (Rusconi) ne prenait plus de précautions, en particulier pour le recrutement. Je ne dormais plus, sans cesse me levant pour faire des rondes, écouter les nombreux bruits suspects de la nuit. N’en pouvant plus, je décidai d’arrêter ce genre d’expériences. Je fus muté à Saigon, à la Mission militaire française près de l’armée vietnamienne et je devins l’aide de camp du général Hinh, chef d’état-major général de cette armée. J’y retrouvai le commandant Barral alors chef de cabinet du général.
A la fin de mon contrat, je demandai à être intégré dans l’armée vietnamienne en constitution et à la recherche de cadres sous-officiers et officiers.
Je respectais la mémoire de mes compagnons et continuant le combat d’une autre façon.
Mon intégration eut lieu le 21 septembre 1952 avec le grade de sous-lieutenant. En effet, nous avions tous reçu dans l’armée vietnamienne le grade supérieur à celui que nous détenions dans l’armée française. Mais mon expérience de sous-officier, surtout dans les circonstances très particulières ou j’ai dû la mettre en pratique, fut pour moi une base de départ très solide et très utile pour servir l’Armée nationale. Je ne fus pas seule dans ce cas.
Je me souviens, plus particulièrement, de l’adjudant Cao Van Vien issu de la première promotion du Cap Saint Jacques qui, devenu général d’armée, fut pendant de nombreuses années le chef d’état-major de l’armée sud-vietnamienne. Emigré aux USA, il vient d’écrire un livre, Final collapse sur les dernières années de notre combat. Je me souviens aussi du général Hanh, de ma promotion, dont les communistes ont su utiliser les compétences !
En 1955, devenu capitaine d’active, je suivis en France un stage à Pau, à la Base Ecole des Troupes Aéroportées (BETAP) un stage de saut, un autre de commando parachutiste, un troisième de transport aérien et fut affecté à l’issue à un bataillon parachutiste. Après trois stages dans diverses écoles de formation aux usa (*) et divers postes, je reçus le commandement d’un régiment d’infanterie, puis commandant en second d’une division, enfin l’inspection des centres d’instruction de l’infanterie. C’est en tant que colonel (le 1er octobre 1972) que je fus placé comme gouverneur civil et militaire de Binh-Dinh, en cumul avec les fonctions de maire de Qui-Nhon, au Centre-Vietnam.
Après la défaite des armées vietnamiennes et américaine le 30 avril 1975, l’ensemble de mon pays fut envahi et contrôlé par l’ennemi. Toute la partie de la population restée fidèle à l’idéal de liberté et de démocratie, dut fuir ou se préparer aux pires souffrances, quand ce ne fut pas l’extermination. La séparation avec le pays auquel j’avais tout donné et avec mes amis, fut terrible. Déchirure si profonde que nous la ressentons encore chaque jour. Avec mon épouse et mes huit enfants, nous fîmes partie des premiers « Boat people » à nous élancer sur l’océan sur des frêles esquifs vers les côtes américaines.
Nous arrivâmes aux USA au début du mois de mai 1975, et ce n’est qu’en octobre de cette même année que nous pûmes rejoindre notre deuxième patrie, la France.
Le 26 février 1976, je fus réintégré comme chef de bataillon dans le cadre de l’armée française, au 1er Régiment Etranger.
Promu au grade de lieutenant-colonel à compter du 26 février 1981, je fus affecté, comme commandant militaire adjoint du Château de Vincennes, au Service historique de l’armée de terre.
Ma carrière aujourd’hui se termine ! Mes décorations témoignent de l’intensité de ma vie militaire dans les armées que j’ai servies : chevalier de la Légion d’honneur, médaillé militaire, croix de guerre TOE avec 6 citations, 2 fois blessé dans l’armée française, et 15 autres décorations dans l’armée vietnamienne, l' « Army commendation with V divice » et deux fois cité au titre de la « bronze star » pour les Etats-Unis.
Cette carrière militaire, pourtant remplie de danger et de vicissitudes, fut pour moi le cadre idéal d’une l’instruction toujours renouvelée au service, avant tout, de la liberté.
Du poste de chef de groupe à celui de commandant de division, je n’ai cessé de découvrir, apprendre et compléter mes connaissances.
De plus, la vie avec les troupes de combat fut certainement un cadre unique d’amitié et de fraternité. Nulle part ailleurs, ne peuvent se trouver des hommes plus soudés, plus unis dans un même idéal !
Nous combattions tous, et tant moururent, pour préserver notre conception de la liberté !
Un destin tragique voulut que nous ne puissions continuer de vivre dans le pays que nous aimions tant : notre honneur n’y aurait pas survécu.




Le colonel Tran Dinh Vy en béret vert, le 7 mai 2017. A ses côtés en béret rouge, son camarade de combat, le conel Hoang Co Lan. Entre eux deux, éternelle amitié.



Pour en savoir plus, n'hésitez pas à acheter cet ouvrage chez Indo Editions, 61 rue de Maubeuge, 75009 Paris (www.indoeditions.com)




(*) Association infantery officer advanced course, à Fort Benning, Georgia, Air-Ground Operation, au Air-Force-Kissler, Colorado, CAMG ( Civil Action Military Government) officer course, à Fort Gordon, Georgia.
 
PROPOS RECUEILLIS PAR LE LIEUTENAT-COLONEL Claude CARRE.
REVUE HISTORIQUE DES ARMEES N°2 - 1986
Plan du site-Crédits-Contact-Liens-ANAI © 2007
Association Nationale des Anciens et Amis de l'Indochine et du Souvenir Indochinois
ANAI, anciens indochine, vietnam, laos, cambodge, tonkin, annam, cochinchine, chine, asie du sud-est, indochine francaise, guerre indochine, memoire indochine, souvenir indochine, anciens combattants, conquète,
                       Les Hélicoptères dans le ciel de l'Indochine
 
Faire un papier sur le sujet n'est pas aisé, car rien n'a été publié sur le sujet, à part « Rotors dans le ciel d'Indochine, les opérations 1950-1954, S.H.D. » . Et pourtant, le rôle des rotors pendant la guerre d'Indochine a été très important, et en particulier pendant la bataille de Dien Bien Phu, où ils ont participé à de nombreuses missions.
 
Les missions :
 
  • évacuations sanitaires de blessés d'un poste ou d'un lieu de combat vers une antenne chirurgicale.
  • évacuations directement vers les hôpitaux ( Cdt RAFFALI le 1/9/1952, Lt CABIRO le 5/3/1954 ) .
  • prise en compte de blessés amenés par avions sur les terrains aériens , d'où un hélico prend le relais pour les déposer dans les hôpitaux.
  • -missions de recherche et de sauvetage de membres d'équipages tombés en zone ennemie . Trois pilotes ont pu être récupérés en zone ennemie.
  • missions de récupération de combattants isolés ou de prisonniers évadés.
  • en juin et juillet 1954, après la chute de D.B.P., ce sont 28 missions qui réussirent au profit de 59 évadés.
 
Les types d'hélicoptères :
 
Jusqu'en avril 1950, il n'y avait pas de rotors en Indochine et jusqu'en février 1952, il n'y en avait que deux, deux HILLER 360. Le Service de Santé en Indochine finança sur son propre budget l'acquisition aux E.U. de ces deux HILLER . Les appareils livrés en avril 1950 armèrent la section hélico de l 'ELA  52 qui venait d'être créée et qui était commandée par le Lt Alexis SANTINI.
 
  • HILLER 360UH, appareil construit par la firme HILLER, à rotorLA bipale en balancier et train tricycle. Deux exemplaires furent livrés en mai 1950, suivis de dix autres. En un an et demi, ils ont évacué plus de 300 blessés  en 200 missions. Ce « ventilateur » pouvait accueillir deux blessés ou malades couchés grâce à ses  deux paniers sanitaires le long du fuselage. Il fut utilisé par le médecin capitaine Valérie ANDRE première femme pilote d'hélicoptère qui évacua 165 blessés.
  • WESLAND-SIKORSKY S51, hélico d'évacuation. Neuf appareils furent livrés en 1962 et 1953 aux forces aériennes d'Indochine, les ELA 52 et 53. En vingt et un mois d'utilisation, ils ont accompli 1000 heures de vol, en missions de sauvetages des vies humaines, sauvant 825 blessés et membres d'équipages, grâce à son treuil de levage. Ils n'aurait pas été utilisé à D.B.P. ?
  • SIKORSKY S55, l'arrivée de cet appareil va bouleverser les conditions de l'appui sanitaire en raison de ses capacités d'intervention, rayon d'action de 700kms, treuil et échelle de corde, transport de 8 à 10 blessés assis ou 6 blessés couchés. Appareil très bien adapté au théâtre d'opérations d'E.O., en Cochinchine et dans le delta tonkinois. Douze appareils furent livrés par le E.U., ils furent des plus utiles à D.B.P. de novembre 1953 à début mars 1954. Après le début de ce mois aucun avion ou hélico ne put se poser et donc décoller. Un des derniers, pris sous le feux ennemi, s'embrasa au décollage, le fils du général GAMBIEZ périt.
 
                                                                                          Jean Marie LORE
                                                                                         Péniscola, août 2018
 
Sauvetage du sous-lieutenant  SAINT-LAUX par hélicoptère en zone ennemie
 
La mission
Le sous-lieutenant SAINT-LAUX devait décollé de Bach-Maï, la base aérienne d'Hanoï, ce samedi 16 janvier 1954, à 8h00, mais le crachin très dense sur le delta a différé son départ. La mission qui lui est dévolue consiste à se rendre à D.B.P. en exécutant une reconnaissance le long de la R.P. 13 bis (?) et la R.P. 41 à partir de Conoï. La R.P. 41 relie Hanoï à D.B.P. en passant par Hoa-Binh et Sonla. A D.B.P., il laissera son Bearcat et ramènera à Bach-Maï, pour révision, l'avion du Lt PARISOT en fin de potentiel.
 
Le crachin s'est dissipé , il a déjeuné plus tôt , il s'équipe et décolle à 13h01, contact radio rapide car la discrétion est de rigueur. Au dessus de Tu-Vu, au nord de Hoa-Binh, le Bearcat  remonte vers le nord-ouest, pour observer les pistes empruntées par les convois viets et scruter les berges de la rivière Noire, pour repérer le bac assurant la traversée  de la rivière pour rejoindre la R.P. 41  près de Moc-Chau, R.A.S., cap sur Conoï où la deuxième partie de la mission commence.
 
Le crash
Soudain le moteur claque deux fois de suite et de la fumée sort des tuyères d'échappement, un petit coup de décrassage et le moteur reprend son ronronnement habituel. Quelques minutes plus tard, nouveaux claquements. De fortes vibrations secouent l'avion, des bouffées de fumée s'échappent des pipes et le moteur tourne par saccades de plus en plus lentes. « Hanoï contrôle, ici Rita 9 j'ai des difficultés » . Le moteur risquant de prendre feu, SAINT-LAUX décide de l'arrêter. Il dirige son Bearcat vers une petite vallée boisée au fond de laquelle il repère le lit d'un ruisseau asséché. Il ouvre la verrière, coupe la magnéto et l'essence, et vise le lit du ruisseau. Il arrondit, mais l'aile droite percute un arbre à la vitesse de 160 à 170 km/h. L'avion part en embardée que le pilote essaie de contrer avant de recevoir un violent coup sur la tête qui lui fait perdre connaissance.
 
Le périple
Le sous-lieutenant retrouve lentement ses esprits, la montre de bord indique 13h50. De l'essence s'écoulant d'une tuyauterie, SAINT-LAUX extrait la trousse de secours, détache sa carabine U.S. de 9 mm, emporte sa carte de navigation et s'éloigne en titubant. Il enfouie le tout, en prenant soin de déchirer la carte, mais en conservant le secteur  où il est tombé. Il constate alors qu'il est à environ cinq kms à vol d'oiseau de la 41 et à environ 12 kms de la rivière Noire.
 
Ce dimanche 17, le temps est beau. Soudain, au fond de la vallée, s'élève un ronflement sourd . SAINT-LAUX se faufile entre les hautes herbes.Il aperçoit des Viets qui ont découvert l'épave de l'avion et qui y mettent le feu. Ramassant ses affaires, il s'enfuit vers un bois dans lequel il progresse lentement. Dans l'après-midi, il aperçoit un Dakota et deux Bristol. Seulement, du fond de la forêt, ses appels au miroir ne sont pas repérés. Avant la nuit, terrassé par la fatigue, il sombre dans un sommeil profond, malgré la faim et la soif qui le tenaillent, et aussi l'angoisse d'être débusquer par l'ennemi.
 
A l'aube du 18 janvier, SAINT-LAUX ramasse son matériel et entame l'ascension d'un piton, afin de se faire plus facilement repérer par les avions partis à sa recherche.L'escalade est pénible, sous un soleil de plomb. Il est 14h00 lorsqu'il s'écroule au sommet, sur une étroite plate-forme dégagée. Epuisé, il s'endort .
 
A 17 heures, il est brusquement réveillé par un bruit de moteur d'avion. Levant les yeux, ils reconnaît un Dakota qui survole sa position. Il agite l'héliographe en visant l'appareil avec le point lumineux rouge qu'il projette ( l'héliographe est un appareil télégraphique optique qui utilise la lumière solaire réfléchie à l'aide de miroirs alternativement occultés ou découverts ). L'avion est le C-47 n° 937 du G.T. 2/64 Anjou qui se dirige vers D.B.P. pour y livrer 2 tonnes et demie d'obus de mortier. L'équipage se compose du cpt ROUSSELOT, pilote commandant de bord, du sergent-chef SECHAUD, mécanicien et de deux sergents observateurs. Le bimoteur vole à 8500 pieds, au cap 263, en excellente vue du sol.
 
« Je viens d'apercevoir des éclats lumineux dans les trois-quarts arrière gauche de l'avion » révèle un des observateurs ». Le capitaine ROUSSELOT fait demi-tour pour identifier la source de ces éclats. Au bout de quelques minutes, l'avion décrit deux virages complets et survole le naufragé à deux reprises à très basse altitude. Le Dakota est rejoint par un autre et les deux avions se dirigent à la queue leu leu vers le piton de SAINT-LAUX. Deux containers sont largués. Le premier va se perdre au pied du piton trop loin pour être récupéré, tandis que l'autre touche le sol à quelques mètres, c'est celui qui contient dix boites d'un litre de jus de fruit. Les avions s'éloignent en battant des ailes pour donner du courage à l'aviateur.
 
Le sauvetage
L'aube du 19 janvier le trouve transi de froid mais avec un moral du tonnerre. Le crachin empêchant toute activité aérienne, l 'opération de sauvetage se déroulera dans l 'après-midi. Vers 14 heures, un Bearcat de l'E.R.O.M. 80 ( escadrille de reconnaissance outre-mer ), piloté par le lieutenant BIGAY , passe au-dessus de la tête de SAINT-LAUX, il largue un message lesté , annonçant l'arrivée d'un hélicoptère . Soudain, trois avions arrivent encadrant un Sikorsky H-29 qui tente de se mettre en stationnaire au-dessus de SAINT-LAUX, mais les fortes rafales de vent contrarient plusieurs essais,  contraignant le H-29 à s'éloigner avec toute sa protection pour refaire le plein  de carburant. A  D.B.P., un briefing est improvisé entre le cdt GUERIN adjoint air de de CASTRIES, le cpt PAYEN du G.C. 1/22 Saintonge et l'adjudant-chef DUFEU, pilote d'hélicoptère. Une nouvelle tentative est décidée avec obligation de résultat. « vous escorterez le H-19 jusqu'au bout » ordonne GUERIN à PAYEN. Toute la patouille reprend l'air, à 17 heures elle est sur site. Le H-19 repère l'aviateur, il se présente à la verticale et parvient à se mettre en vol stationnaire à environ quatre mètres au-dessus. Une échelle de corde est dépliée, SAINT-LAUX saisit un barreau et commence à grimper. Ne pouvant plus tenir en place en raison du vent, l'hélicoptère dégage au dessus de la vallée. Voici SAINT-LAUX, suspendu dans le vide, à 300 mètres du sol. Il ne s'agit pas de flancher, car sa vie ne tient qu'à un fil, à trois mètres d'échelle à grimper dans le souffle de l'énorme ventilateur. Afin une main l'agrippe pour l'aider à basculer sur le plancher. Un médecin capitaine le relève, l'installe sur un siège, prend son pouls.et lui donne un verre d'eau à boire. SAINT-LAUX avec humour lui demande « si c'est tout ce qu'il a à lui offrir comme remontant ».
 
Vers 18 h 30, le H-19 plonge dans la cuvette de D.B.P. . Le rescapé est soigné à l'infirmerie du C.R.  Avant de s'envoler dans un Dakota à destination de Bach-Maï où il sera pris en main par le médeçin-commandant SALVAGNAC.
 
Quelques jours plus tard, les services d'écoutes apprendront que les viets avaient retrouvé la trace de l'aviateur et récupéré le second container parachuté, rempli d'affaires  et de grenades.
 
                                                                                                                        Jean Marie LORE
 
                                                                                                                
 
 
 
 
La Page Histoire sera animé par Jean Luc et Jean Marie