Fichier 25-01-2016 18 35 47
2016-01-11 15.10.23

 
 
 
 
 
 

Tous Cyclistes en Yvelines 2017

Bon il faut dire les choses comme elles sont, ce n'était pas très raisonnable de participer par ce temps à la Rando VTT "tous cyclistes en Yvelines" à Bois d'Arcy. Il pleuvait déjà toute la semaine de plus les prévisions défavorables pour l'après-midi se sont concrétisées. Bref il tombait des hallebardes. La rando n'étant pas fléchée c'est au GPS qu'il fallait suivre  le parcours. Tout ça pour dire, qu'il en faut pour que nous déclarions forfait. Au dernier pointage du départ: 8 inscrits. Belle participation de notre club qui n'alignait pas moins de 25% des inscrits.
Sols détrempés, GPS illisibles sous la pluie c'est la volonté chevillée au corps que nous nous lançâmes. La première partie du parcours plutôt tranquille coté difficultés nous a fait "craindre" une balade bucolique. La seconde partie démentit cette impression, les singles sont devenus bien plus techniques.Les montées, tant par leurs inclinaisons que par le manque d'adhérence au sol, se sont révélées parfois impossibles à franchir, même à pieds. Quelques soucis techniques et plusieurs atermoiements de navigation nous ont quand même ramenés à l'arrivée, trempés comme des soupes et heureux d'en avoir finit avec ces 20 km.
Notons que le suivi parcours uniquement GPS n'est pas forcément facile pour le VTT. Les orientations se succèdent rapidement, les sentiers sont parfois sommairement cartographiés, et la géo localisation de l'appareil peine parfois parfois à suivre.
Ouais, je vous entend déjà " les petits vieux ne sont pas familiers de ces appareils". Je ne vous dit pas ce qu'ils vous disent, les petits vieux. Sachez simplement jeunes impertinents que nous avons croisé un groupe de jeunes qui avait pris le circuit dans le sens contraire persuadés que nous, nous nous étions trompés.
C'est quand même crottés trempés et frigorifiés que nous somme rentrés, heureux malgré tout de l'avoir fait.

Rando a paris

C'est le 18 septembre, 3ème dimanche du mois que la mairie de Paris organise sa rando mensuelle dans les rues de la capitale. Exit les petits oiseaux, les ornières boueuses, les pierriers, les montées ou descentes infernales. Pas de branche a éviter, pas de singles virevoltants, là nous somme dans l'urbain, le bitume, la pierre de taille et le paradis du feu rouge.
Ça y est, je vous entends : « ha quelle horreur, quel intérêt, moi jamais » mais laissez moi vous expliquer.
D'abord, regroupement à l’hôtel de ville, je passe sur le coté historique du bâtiment, depuis le XIVéme siècle il y aurait trop à dire. Donc le staff est là à nous attendre. Le staff et les « staffeurs » clé de voûte de cette manifestation. Les consignes sont données et nous voilà partis pour un vingtaine de kilomètres.
Nous roulons en peloton , deux staffeurs ouvrent le parcours. À chaque intersection des staffeurs se portent aux avants poste pour bloquer la circulation pendant le passage du peloton, puis remonte la colonne pour recommencer la manœuvre pendant tout le trajet. Nous franchissons ainsi stops, feux tricolores (je n'ai même pas regardé la couleur). Bravo et merci aux staffeur. Sacré boulot !
Coté sportif c'est quand même calme, une petite montée, un faux plat rien de vraiment physique. Il faut dire que le peloton est constitué de toutes les catégories de cyclistes comme l'illustrent leurs montures : du vélib, du vélo pliant, du VTT mais aussi du vélo de ville électrique ou pas, du vélo de route, de tout.
Nous rentrerons avec une moyenne de 12km/h c'est pas beaucoup mais dans Paris j'en connais qui paieraient pour faire une pareille moyenne.
D'abord la rive gauche jusqu'au 13éme. Après la pause sur l'esplanade de l'Institut du Monde Arabe nous traversons a nouveau la seine pour passer place de la bastille dont la colonne est en restauration. Nous montons dans le 11éme pour finir par nous perdre dans le marais. Nous traversons les marchés du dimanche matin, longeons les files de personnes qui tentent de rentrer dans les institutions ouvertes en cette journée du patrimoine.
Tout ça pour dire c'est autre chose, petite balade atypique, dans une atmosphère. Permet de mieux connaître la capitale. C'est gratuit mais il vaut mieux etre autonome coté biscuits.
Nous avons bien aimé, refaire de temps en temps une ou deux fois pas an.
 

Rando VTT Buchelay 5 juin 2016

c'est sur un terrain bien gras que Jean Jack et William ont participé a cette rando VTT; Ils ont ainsi bénéficies des bienfaits des cures thermales. Avec les enveloppements de boue ces deux braves sont désormais a l'abri des rhumatismes pour quelques temps.
 

Les sentiers de rando ne sont plus surS.

          Déjà écumés pas le samouraï armé de son rock raider le voici désormais épaulé de son épouse tels des Bonnie & Clyde du Vexin. C'est à la RANDO de Flins sur Seine , la Gino, que le grand timonier et votre serviteur furent témoins de leur premier méfait.
Des 8:00 ils fourbissaient leurs armes. En effet Bonnie s'est équipé d'un Lapierre Overvolt, de quoi faire parler la poudre comme on le verra.
          8:30 l'inscription, il y a déjà du monde, le succès de la Gino ne se dément pas. Là nos deux délinquants du VTT résistent à la tentation de se faire la caisse. Est-il trop tôt ou ils respectent-ils les nobles causes?
           Nous voilà partis, 20km pour tester la nouvelle machine et son amazone. Il nous en faudra moins pour se rendre compte que ce sera facile pour les deux. Le samouraï tire le train comme d'habitude et Bonnie suit sans difficulté. Le Grand Timonier en homme d'expérience ménage sa monture tout comme moi qui économise ma batterie. Le terrain est gras comme d'habitude en cette saison. Le soleil tarde à poindre, mais on le sent. Bref tout va bien et les km s'enchaîne tranquillement.
          L'embranchement du 20/35km Bonnie &Clyde n'hésitent pas et nous voilà partis sur le 35. On ne tiens plus Bonnie qui se porte en tête de l'équipe et mène le train. Une descente caillouteuse et là ...c'est le drame. J'arrive trop vite sur le Biker qui me précède freine un poil trop et je m'étale dans les feuilles. C'est du moins ce que je croyais, c'était sans compter sur une souche sournoisement tapie sous ces feuilles qui attendait patiemment sa proie: moi. La rencontre fut douloureuse, surtout pour moi. Le souffle coupé, vite que je me relève avant que le grand timonier décide de me faire le bouche à bouche. Un seul traumatisme par jour me suffit. Bon, ça va aller je rentre prudemment en suivant Comme je peux nos deux écumeurs de sentier.
         La Gino reste une bonne RANDO le parcours est varié et non dénuée d'intérêt tant sportif que technique. A ce sujet j'ai remarqué que rien ne freinait vraiment Bonnie, pour Clyde on le savait déjà.

Rendez-vous l'année prochaine, mais cette fois je prends les descentes en premier.
 
C'est vrai, c'était le dimanche de Pâques. Ce qui n'empêcha pas 4 vaillants mousquetaires de partir en reconnaissance du parcours de la RANDO Porcheville du 5 juillet. A l'ordre du jour: la traversée de Seraincourt, de Damply et le passage du bois de la Chartre où il nous avons projeté d'explorer un nouveau passage. Hélas nous avons dû nous résoudre à ne rentrer qu'à trois. Notre gets star de Dordognie déclarant forfait devant la puissance (parfois électrique, il faut le reconnaître) et la fougue des franciliens. La Cote Denise eu raison des dernières ressources périgordines . Une crevaison et un service de rapatriement extrêmement réactif emportèrent la décision, la Dordognie abandonne au 16eme kilomètre. (Yvelines 1 Dordognie 0 ). 
Prochain épisode : la MANTEVILLOISE dimanche prochain.    
 

La Mantevilloise: Toujours réussie Bravo

Recette de la Rando VVT à la Guervilloise


Pour faire une bonne rando VTT prenez plusieurs parcours de tailles différentes de 20 à 60km, s'il y a des des enfants prévoyez un 10km, choisissez les variés de préférence avec des singletreack techniques des montées dantesques voire un ou deux portages, des chemins agricoles de liaison, de grandes allées cavalières sans oublier une ou deux descentes pour l'adrénaline.
Accommodez ces parcours d'un fléchage rigoureux, ne lésinez pas sur la rubalise et les flèches de couleur, il n'y en a jamais trop(*). Les marquages au sol à la craie ou à la bombe rehausse cet assaisonnement.
Pour la garniture, des ravitos conviviaux s'imposent de 2 à 3 selon la distance. Pour les deux premiers de la boisson à divers parfums, des fruits secs pruneaux bien sur mais aussi abricots, raisins sont les bienvenus. Gâteaux, brioche ou pain d'épices et même pâte d'amende complète bien cette prestation. Mais c'est au troisième que l'on voit la patte du chef, saucisson, jambon, chorizo agrémenté de rosé. Si ça c'est pas de la convivialité ?! Car le ravito est un art délicat, il ne suffit d'étaler les ingrédients encore faut-il les présenter avec le sourire, donner l’impression au biker qu'il est bienvenu, attendu. Sinon la garniture tourne au fade à l’insipide.
Pour le service mettez des staffeurs aux carrefours délicats, à patrouiller sur les parcours ou les zones délicates.
Après avoir lancé les invitations sur tout support, presse, réseaux sociaux, affiches et revues spécialisées, laissez mijoter le tout pendant 4 heures le dimanche matin sous une météo clémente.
Vous pouvez également ajouter quelques fioritures, tombola, stands sponsorisés, sono d'animation.

Soyez sûr qu'avec cette recette vos convives en redemanderont chaque année.

Vivement l'année prochaine

merci à toute l'épuipe de Guerville

(*) sauf le lundi,
 
Quelle bonne idée d'organiser cette manifestation le jour du changement d'horaire.
Il a fait beau, ciel bleu et température clémente, pas de vent, météo idéale vous dis-je. En arrivant les permanents nous orientent sur le parking, visiblement nous sommes attendus et il y a du monde. L'inscription ne traduit pas cette impression d'organisation. Trois disciplines, marche route et VTT. Il faut remplir le bulletin, passer à la caisse pour le faire tamponner, puis passer a un autre guichet pour se faire attribuer un numéro d'inscription et une carte. Le tout dans un espace restreins ou les flux se croisent, se chevauchent, bref on doit pouvoir faire plus simple. Mais l'essentiel n'est pas là. Je croise Raouf et Franck qui s'inscrivent au 80km nous en profitons pour ouvrir une fiche inscription club.
Me voila parti pour le 38km on sait qu'il va y avoir du dénivelé et d'ailleurs nous commençons par monter sur une zone plutôt agricole avant de changer de versant pour plus de foret. La piste nous conduit jusqu'aux faubourgs d'Orgeval. Belle petite rando le sol pas encore détrempé, les couleurs d'automne, un parcours varié. Je rencontre William qui est venu avec un de ses potes. Une erreur technique et c'est la chute. Pédale basse j'accroche une souche, faute de débutant, et je découvre les avantages des protections rigides et du tapis de feuilles. Bref tout va bien jusqu'aux Km 20~25 le peloton s’inquiète « mais où on-t-il mis le ravito ? Il faudra attendre le km 28 pour avoir la réponse. Pas de quoi s'attarder. Quelques petits singles étroits et pentus conclurent cette sympathique et caritative Retina.

A l'annee prochaine.
 

Rando. VTT OINVILLE /moncient 27/09/15

C'est un beau dimanche qui s'annonce et pas question de faire l'impasse sur la RANDO de Oinville-sur-Moncient, organisée au profit de la fondation PREMup (Prévention du handicap à la naissance).
Pas moins de 4+1 valeureux bikers représentent notre club ce matin là. Jean-Francois et Julien équipé de son magnifique Scott 29", notre Grand Timonier votre serviteur et David. Ces deux derniers venant directement de Juziers sont déjà chauds de 6km à l'inscription. L'examen du parcours nous laisse tous un peu perplexe. Il va y a avoir du dénivelé.
C'est parti, comme d'habitude David mène le train en direction de Seraincourt par le plateau. Un bout de la côte Denise et nous redescendons longer le "Ru de l'eau Brillante". Il nous faut bien grimper, pardon escalader pour arriver sur le plateau. Julien David passent les autres poussent. Arrivés en haut du bois de la Renardière nous décidons de faire l'impasse sur la boucle du GR2. Peut être sentons déjà que aujourd'hui ça va monter et qu'il vaut mieux en garder un peu sous la pédale. Nous longeons le haut de Gaillon que nous contournons a l'Est pour revenir le long de la Moncient. Encore un sentier pittoresque ignoré de tous, même du Grand Timonier. On longe le Golf de la chouette, nous Voila revenu dans notre jardin pour, à Gaillonnet, remonter sur le golf de Seraincourt que nous longeons. Et nous plongeons sur Dalibray. C'est bizarre de faire ce parcours dans ce sens, pour nous c'est une première tant on est habitués à tourner autour du golf dans l'autre sens. Enfin le ravito. Autant le parcours nous a paru séduisant par sa variété sa nouveauté ses difficultés et son originalité autant le ravito nous a semblé banal voire anémique. Pas de quoi s'attarder! Là nous décidons de prendre des libertés avec le tracé et de finir la RANDO par nos propres chemins. On est quand même sur nos terres, non!
463m de D+ sur 35km on peut rentrer et sans honte envisager l'apéro du dimanche midi.
Prochaines randos au calendrier le 4 à Plaisir et le 25 à MAULE.
 
 
 
 
La Fontainebelleau, toujours une belle RANDO dans la forêt de Fontainebleau. Cette Année le sol sableux et  le temps sec depuis plusieurs semaines nous ont permis de faire connaissance avec le fech-fech aussi pénible que la boue, le nettoyage des vélos en moins. 38km et près de 1000m de dénivelé (du moins c'est que qu'annonce mon application GPS qui doit exagérer un peu) ont eu raison de notre enthousiasme du départ. Toujours cette trilogie: montées infernales, descentes vertigineuses et parcours de liaison sableux. Beaucoup de monde (près de 1000 personnes annoncé) pour une organisation cette année a la limite du débordement. Nous ne serions être complet sans souligner une dernière fois le décor majestueux de cette forêt. A l'année prochaine!  
 

départ de rando

C'est à peine l'aurore,🎵 le biker tombe du plum, 🎹son amour dort encore du sommeille de l'enclume🎼. 
Il convient d'évoquer ces petits matins de RANDO. 
Après une nuit souvent trop courte, la douche et un café trop vite avalé, il est temps, sans bruit car tout le monde dort dans la maison, de charger nos montures sur ou dans nos voitures en se disant qu'il faut vraiment aimer le VTT. "Je n'oublie rien? Le sac, la gourde ou le camel, mes gants, le casque...j'ai le sentiment d'oublier quelque chose" c'est l'heure il faut y aller! les potes doivent déjà y être. 
C'est au rassemblement quand le soleil point que l'on rentre vraiment dans vif du sujet. ce dimanche matin là, petite fraîcheur mais le temps est beau et prometteur. Notre grand timonier, forfait depuis sa dernière sortie, a tenu (si si, il a insisté) à nous apporter ses encouragements avec le café (ou l'inverse). Gloire lui soit rendue. 
Jean-Luc est déjà sur place quand David et moi arrivons. Jean-Francois et Laurent nous rejoignent et attendant Jérémy.  Salut ça va? Les vélos tombent des voitures, les gants le casque.. "T'as réparé ton dérailleur?" "J'ai changé la chaîne, ça passait plus" "Bon, on va où ce matin?"-"Pas trop vite les gars ce matin"-"la dernières fois j'ai eu du mal a m'en remettre". 
Et c'est parti. Ce matin c'est Jean Luc les cartes en mains qui fait la trace, objectif valider le nouveau tracé de la RANDO du club en juillet. 
Le tour du château d'Issou, le plateau de Gargenville, un peu du bois de la Chartre, Le golf de Seraincourt, après la traversée du parc de Mezy,  nous rentrons par les bords de Seine. Par cette magnifique matinée de printemps une vingtaine de km on été reconnus et révèle la nécessité de légères corrections. Il y a encore du travail de reconnaissance à faire entre les chemins qui disparaissent sous les laboures et ceux qui ne semblent pas être le meilleur choix. À suivre...

Sortie VTT du 08/02/2015

9 véttétistes au rendez-vous. 3 RATABOUR , 3 GOUPILLON , 2 BENOIT et Benoit un collègue à WILLIAM.
Départ de Porcheville jusqu'a la base de loisirs de Verneuil sur seine pour les plus jeunes (40km) en passant par le Giboin et pour les 3 + vieux ,
retour par Meulan , Juziers par les berges (25km). Temps frais mais pas froid comme on le prévoyait + soleil et quelques gouttes de pluie.

Poissy dimanche 16 novembre 2014

  • "Dessine moi une RANDO". Il y a du monde à "l'escapade du petit prince" de Poissy ce dimanche 16 novembre. 8:30. Nous, avec David rejoignons Phillipe et Jean-Jack (JJ) déjà sur place. C'est enthousiastes que nous prenons la piste du 35km, surtout Phillipe et David. JJ s'échauffe lentement, les séquelles de bricolages le font un peu souffrir. Il y a du monde sur la piste, nous doublons des groupes de randonneurs pédestres. Au hasard d'un ravitaillement d'un groupe de course à pieds, je m'entends interpelé, c'est Marc (dit Scarabée pour les intimes) il profite comme nous de cette matinée d'automne certes humide mais pas encore fraîche. Je dois écourter à regret notre entretien pour ne pas retenir trop longtemps notre groupe. Nous commencions juste à chauffer. 
  • Nous libérons Phillipe et David qui sont manifestement sur un rythme plus soutenu que JJ et moi. Rendez vous au prochain ravito. Rapidement nous prenons conscience que le terrain sera moelleux avant de nous apercevoir qu'il sera également escarpé. 
  • Vraiment beau circuit presque exclusivement en forêt, pas de chemin agricole. Très bien fléché. Même quand je fut seul ne je me suis perdu, pardon égaré sur le 45 q'une seule fois. 
  • Mais de nombreux raidillons courts et raides sur un sol détrempé nous ont fait perdre notre sourire. Les premiers, d'accord même si la majorité des participants les montaient en poussant, ça fait partie du jeu. Mais sur la fin du parcours tous se plaignaient de l'incompatibilité du tracé et de l'état du terrain. Je dois souligner que le poids du Patmobile se fait sentir quand il faut le pousser sur un sol glissant. Bien sur il y a l'assistance à la marche, mais il faut un minimum d'adhérence des pneus. Bref j'ai souffert dans ces maudites montées. 
  • Mes camarades sont partis devant, je laisse passer un groupe "motivé". Ai-je loupé quelque chose mais je me sent rapidement seul. Je suis bien sur le 35, ils sont devant, donc je roule. Le temps passe l'inquiétude grandit. Pas de tel pour cause de batterie subitement à plat (on est souvent trahis par la technique) et ce n'est pas Philippe qui a bloqué sont dérailleur qui me contredira. 
  • Je roule mais une petite musique s'installe. Il c'est passé quelque chose. S'ils étaient, devant ils m'auraient attendu, derrière ils m'auraient rattrapé. Que faire sinon rouler? Une crampe cuisse gauche s'installe il faut avancer. Les abords de Poissy et c'est l'arrivée. Il est déjà tard presque 13:00 la moyenne ne doit être terrible. Je patrouille le parking, la douche, l'organisation, pas de trace de mes compagnons. Je décide de prendre la file de la douche au moins une heure d'attente (2 tuyaux seulement) beaucoup abandonnent. Enfin je vois passer David. 
  • JJ a lourdement chuté et s'est demi l'épaule. Il ne peut pas bouger le bras. Ils sont donc rentrés par la route. Dans la douleur JJ a dû piloter avec une seule main. Il ne peut pas conduire. Il a laissé son sourire au fond de la forêt de Marly. Nous accrochons nos vélos crottés, pas de douche. Je prends la voiture de JJ et rentrons.14:30. JJ passera son après-midi de dimanche aux urgences pour remettre et immobiliser son épaule. 
  • Si nous ne retenions que le sol détrempé, et nos péripéties techniques ou le rapatriement sanitaire de JJ  nous n'aurions pas une vision objective de ce très beau terrain de jeu pour  VTT. Singles enchanteurs, descentes affûtées, montées sélectives bref du beau du bon dans un cadre grandiose on s'en souviendra du Petit Prince mais il ne faut pas en rester là on reviendra... par terrain sec.

Dimanche 9 novembre 2014 VTT Gino - Flins-sur-seine

  • 1000 bornes. Et voilà après plusieurs semaines d'inactivité forcée par le corps médical, retour du Patmobile sur les pistes de la région. Ce dimanche 9 novembre nous nous alignons avec David sur la VVT Gino de Flins sur Seine, 35 km.
  • Les augures météorologiques ne s'annonçaient pourtant pas favorables et les pires pluies nous étaient promises en cette matinée. Dans tous les sports il faut savoir faire fi des prévisions météo, d'autant qu'elles sont souvent aussi alarmistes qu'imprécises. Si nous en avions tenu compte nous aurions annulé cette sortie. Fort de notre expérience nous savons que ce n'est qu'au pied du mur que l'on voit le maçon voire en haut. Bref, nous nous sommes levés et préparés malgré la pluie annoncée. 
  • Ce fut une belle matinée de vélo, temps couvert mais pas une goute de pluie, à peine frais, idéal. Le circuit bien fléché (on ne s'est pas égaré) était sympa et varié pas encore détrempé. Deux ravitos sur 35km, bravo. Ravito qui nous donne l'occasion de rencontrer au service, un de nos voisin qui roule avec le club de Flins. Le monde du VVT est plus petit qu'on ne le pense.
  • David au mieux de sa forme tire le train dès le début, il envoi du lourd le bougre et tire bénéfice de sont entraînement actuel, je doit solliciter l'assistance pour le suivre après cette période de repos. Ai-je plus tiré sur la batterie que d'habitude ou un effet du froid mais je m'inquiète assez rapidement de l'autonomie. A ce sujet il faut constater qu'avec un réservoir de carburant plus vous roulez plus il est léger, avec une batterie j'ai le sentiment que c'est le contraire elle me semble plus lourde à la fin du parcours.  
  • Mes nouveaux pneus font merveille, je constate en le suivant qu'où David patine moi j'accroche.
  • Satisfaction générale à l'issue de cette sortie de reprise, même s'il ne me restait plus que 8km d'autonomie, mon niveau de batterie le plus bas jamais atteint en rentrant d'une randonnée.
  • Tout ceci pour dire que le Patmobile a franchit au cours de cette rando le cap des 1000 km en six mois (dont un d'abstinence).  À suivre...
 

La Guervilloise -14septembre 2014

Dimanche 14 septembre David et moi sommes de bon matin sur le pied de guerre. L'arrimage des vélos sur la voiture n'a plus de secret pour nous. Arrivé à Senneville (Guerville) le parking est déjà bien chargé et nous apercevons au loin un autre parking déjà plein, c'est sûr il y a du monde. David ne peut pas s'empêcher à chaque sortie de rencontrer un collègue. Je me suis pré-inscrit dans la semaine ce qui me fait économiser non seulement 2 € mais aussi quelques minutes d'attente dans la file d'enregistrement. Malgré un fléchage soigneux nous nous égarons au second carrefour, ça nous apprendra a suivre les plus enthousiastes qui pédalent sans regarder. On peut dire qu'il y a du monde sur la piste, à aucun moment nous ne sommes seuls. Le parcours  est agréable et varié. Quelques montées pour faire parler la puissance, je veux parler de la puissance électrique bien sûr. David ne lâche rien comme d'habitude et c'est toujours sur la selle qu'il arrive en haut. C'est dans les descentes de singletreack qu'il s'amuse le plus. Moi, plus prudent ou moins aguerri je loupe deux ou trois épingles à cheveux. Mon bagage technique laisse a désirer même si je me juge en progrès. 
Au ravito nous discutons toujours VVTAE, les mêmes questions prix, autonomie. Alain Mas est là, il n'a pu résister au plaisir de sortir le magnifique Scalpel Cannondale qui trônait cette semaine au cœur de son show-room. Nous repartons, au km 18, descente en single, David est devant, et là... c'est le drame. Un horrible bruit de ferraille me laisse sans illusion sur l'état de mon frein ar. Voilà un VVTiste, qui se fait fort de bichonner sa monture, qui dans la semaine change ses pneus pour être tranquille dans la Rando du dimanche, et malgré les 850 km affiché à son compteur ne pense pas à regarder l'état de ses plaquettes. Bien sûr j'ai des plaquettes de rechange...mais à la maison, sans doute pour ne pas alourdir le sac. Pas question de poursuivre avec un seul frein. L'état de mon disque me confortera dans cette sage décision. David refuse de poursuivre il dit "nous partons ensemble, nous rentrons ensemble". Retour à la voiture par la route la plus courte. Un crochet par l'organisation où David découvre qu'il a gagné une pompe à la tombola. Nous rentrons tôt, un peu dépités. Je m'en veut de cette négligence qui a écourté une si belle Rando. 
 

sortie ASP du 24 août 2014

Il a fait beau ce dimanche 24 août 2014. Jean-Jack avait proposé un départ de Juziers, notion assez floue puisque 3 sur membres de cette équipée de 4 sont venus de Porcheville en vélo. Dès le premier km déjà, une aiguille d’acacia plus sournoise que les autres fut a l'origine de la crevaison de Jean Francois. L’équipe d’assistance intervient et tout rentre dans l'ordre. Nous repartons, passons devant la «Villa Poiret» pour atteindre Apremont et gagnons ainsi le plateau, le Arras de Mezy et nous contournons le golf de Gaillonnet par l'Est. Descente sur Gaillonnet et là, quelqu'un propose de quitter la route pour descendre par un sentier parallèle. Sentier? Moi j’appelle ça une gouttière : une rigole étroite dans laquelle glisse un filet d'eau. A Gaillonnet il nous faut remonter pour gagner le GR1. Le Patmobile donne la pleine mesure de sa puissance, moi aussi, j'arrive quand même en haut dans le rouge mais a une vitesse... Je suis prêt pour quelques clichés souvenir. Descente sur Seraincourt et là c'est le piège JJ tourne sournoisement et nous fait longer par des passages étroits le «Ru de l'eau Brillante ». Il connaît mon aversion de l'eau quand je suis a vélo et s'en amuse. Remontée sur Jambville par la « Côte Denise ». Ouf content d’être sur le plateau. Longue avec des portions abruptes, la montée n'est pas facile pour ceux qui ne peuvent compter que sur leurs jambes. A Jambville JJ nous fait visiter son sentier, celui qu'il établit jour après jour dans son « jardin ». le bois de Jambville et sa descente sur Montalet-le-bois que nous contournons par « les Ferets ». nous prenons le chemin du retour en longeant le Bernon. Il ne peut pas s'en empêcher dès qu'il voit un sentier qui longe un ruisseau, JJ se fait un plaisir de nous y entraîner. Nous remontons sur Oinville-sur-moncient. Descente par le petit Single de Oinville (cette fois j'ai bien négocié l’entrée), le « Moulin Brûlé » et nous remontons sur la Chartre. Une dernière difficulté avec la montée dans un pierrier instable que nous franchissons sans honte à pied. Nous voilà sur la route de la Chartre descente sur Juziers par le chemin du « Mesnil aux Granges » nos routes se séparent a l’entrée de Juziers. Une belle sortie de découverte de nouveaux sentiers, par beau temps en bonne compagnie.  

Toutes les photos:
 

Dans notre jardin


C'est le mardi 5 août fut un retour dans ce qu'il convient de nommer mon jardin. Les hauts de juziers, gargenville, et Issou en passant par Guitrancourt et Oinville sur montient. Mais ce fut quand même l'occasion de découvrir de nouveau sentiers. A signaler une chute sans gravité dans le Maïs sur l'épaule gauche cette fois, ça change un peu. Une profonde ornières couverte d'herbe humide. 
C'est aussi l'occasion de passer de Runmeter a Runstatic. La gestion du cardio est plus accessible. Par contre, il me semble que cette dernière application à tendance a minorer les distances: Runmeter > Bosch > Runstatic. Il me faut trouver un moyen d'étalonnage fiable.
Cette sortie fut agréable et j'ai travaillé un peu la technique et l'équilibre. Un pierrier complètement instable m'a quand même forcé a mettre pied a terre. 
 

La Grve - Frémainville - 29 juillet 2014

C'est sur des chemins connus que le Patmobile s'élança de bon matin. Temps frais direction Frémainville. Le tour du golf du Prieuré de Gaillonnet. Montée, à Gaillonnet sur le Gr2 et le bois des renardières avec une pensée compatissante pour ceux qui prennent  ce GR dans ce sens: belle montée. Direction Rueil que nous contournons à l'est par le   Passage Derrière St. Jean, Les Grès, et au nord par les Grouettes et Frémainville le but de notre sortie. Je cherche la Ferme de la Grue: Grand complexe du XIXe siècle se démarquant surtout par une grande tour-porche crénelée, d'inspiration médiévale. Cette ferme a été construite pour le comte Vitali, propriétaire des châteaux de Frémainville et de Vigny[7]. C'est aussi pour moi le lieu de souvenirs de pic-niques de mon enfance. En bordure de la forêt régionale du Bois de Galuis. Je note au passage que cette forêt a la forme de l'Afrique. A travers la forêt jusqu'à Montalet-le-bois. Il y a de vrais opportunités sportives dans cette forêt qui n'a pas l'air exploitée par les forestiers. Damply et nous remontons par l'Arrière Côte sur les hauts de Oinville-sur-Montcient. Le moulin brûlé, a mi montée je bifurque sur la gauche pour passer au dessus de l'église. Retour classique avec une petite boucle sur le Clos Renard et son panorama pour finir par une exploration du sentier des Belles Vue de Mezy-Sur-Seine. 
 
 

Autour de la maison du parc régional du Vexin 25 juillet 2014

C'est une fois de plus de bon matin que le Patmobile partit a l'assaut de la  Rando VTT "Autour de la maison du parc régional du Vexin" Parcours de père de famille sans difficulté majeur avec une ou deux zones un peu technique, mais essentiellement agricole. Départ de Vigny, le GR1 nous conduit à Longuesse et Sagy. Nous bifurquons avant Saillancourt vers les bois de Fauquet et Maugréon puis les Plantes et les Sablons. Le parcours emprunte ensuite le PR du "chemin du bois du héron" vers Condécourt et les chemins agricoles du Vexin. A Avernes , dans le hameau de Chanteraine, nous prenons la direction de Théméricourt avant de retrouver Vigny. 
Perturbé sans doute par les moissons en cours les rencontres avec le gibier furent nombreuses: l'envol lourd de deux hérons a mon arrivée sur l'Aubette, des lapins, une perdrix qui courut bien 200m devant moi avant de prendre son envol, pensant certainement m'avoir suffisamment éloigné de sa nichée. Trois lièvres, une joggeuse en survêtement fluo  (n'ai cure, Uma Thurman de la concurrence), bref de la diversité. 
J'entends d'ici les beau esprits: VAE, Rando facile, alors ou est le sport dans tout cela? Je joint mon relevé cardio pour témoigner que même dans ces conditions que je qualifierais d'optimales le côté sportif reste et fait partie du plaisir avec de la brume d'un matin d'été ou de la poursuite par jeu du gibier. A ce sujet, de tous les gibiers de ce matin là je n'ai pu en rattraper et dépasser qu'un seul à la course.
 

Circuit Epone Tour 2009- 33 km le 17 juillet 2014

17 juillet, il était temps de reprendre les sentiers après plus de 10 jours d,abstinence . Je choisis donc "l'Epone tour 2009" -33km. Après avoir chargé le fichier .gpx .De bon matin (si! si!) car la chaleur est annoncée. Rando classique, bien que pour des raison techniques je ne sois pas arrivé a brancher l'IPhone sur le Patmobile ce qui m'obligeait à m'arrêter tout les 500 m pour vérifier ma position. Les jambes sont lourdes, mais bon, rando agréable dans l'ensemble. Mais il faut parler de ce mur à la sortie de Guerville (voir graphique dénivelé ci joint km 23). Même le Patmobile en voyant cette côte a été effrayé, il a immédiatement rendu les armes, même pas essayé. Même à pieds, c'est dur. Heureusement que le Patmobile est doté de la fonction assistance à la poussée "Walk". Vous n'imaginez pas tout ce que le Patmobile peut faire pour vous. J'aurais aimé être là le jour de la Rando ou 500 personnes devaient s'agglutiner sur ce mur. La batterie de l'iPhone m'ayant lâchée avant la fin, km26 je me résous, de peur de m'égarer, à rentrer par la route. Je traverse Mezieres, Epone, en me faisant la réflexion que les centres de nos villages ressemblent de plus en plus à Disney-land, du vieux neuf, c'est beau propre vide et artificiel! 

Si ça vous dit : 
http://​runmeter.​com/​ff2​9e0f​74ee​08fb​5/​Mou​ntai​nCyc​le-​20140717-​0809
 

Petite sortie de repérage. Porcheville le 22juin

Grace mâtiné aujourd'hui dimanche 22 juin ce n'est qu'à 8:00 que nous apprêtons a partir pour un ultime repérage du parcours de 38km avec pour objectif de préciser les particularités du fléchage. Jérémie et Julien sont attentifs, du moins je le crois. David, mon voisin a accepté de tenter la Rando VVT. Équipe de Tornado I (mon premier vélo). JJ notre coach a troqué sa GoPro pour un sécateur, les ronces qui débordent sur le chemin n'ont qu'à se planquer. William mène l'équipée en tête. Beau temps.
Les premiers contreforts du plateau le Patmobile passe a l'action. David suit plus que bravement, souvent aux avant-postes il fera la totalité de la Rando sans se plaindre du décalage matériel par rapports aux autres membres de l'excursion. Quelques coups de sécateur plus tard et nous sommes sur la ligne droite du retour et là Tornado se paye le culot de deux crevaisons consécutives a 100 m d'intervalle. 
A noter que même les chemins forestiers sont presque sec, enfin je ne les ai jamais connus aussi praticables.
Rentres de bonne heure après 31km une excellente matinée. 

ASP PORCHEVILLE Rando annuelle 6 juillet 2014

Mais qu'avons nous fait aux dieux du vélo? 
On attend 300 personnes ce dimanche 6 juillet à notre Rando VTT de l'ASP Porcheville. Les semaines  précédentes les affiches ont été collées, les banderoles déployées et les tracs distribués. L'organisation et la mise en œuvre d'une telle manifestation requière un travail sous-jacent considérable, souvent ignoré, tant administratif que technique qui a déjà été réalisé au cours des mois précédents. Je découvre progressivement un peu tout ça.

Après les approvisionnements de vendredi, Samedi c'est jour de fléchage du parcours. Ma mission: apprendre l'art du fléchage avec Jean François, vieux briscard dans le domaine. Nous faisons le départ du 25 km. Un poteau électrique, du fil de fer, quelques piquets à planter avec parcimonie, quelques coups d'agrafeuse nous servent à placer ces flèches jaunes marquées ASP. Mais toujours garder à l'esprit qu'il faudra enlever tout ça. Ah, j'oubliais la base, le Rubalise que nous accrochons ça et là sur une branche, une clôture pour rassurer les participants qu'ils sont bien sur le bon chemin. Deux averses sont venues rafraîchir notre ardeur,  Mais qu'avons nous fait aux dieux du vélo? Au hasard d'un chemin, deux chevreuils tapis dans les blés jusqu'à notre arrivée nous défient à la course avant de disparaître dans les fourrés. A fontenay-saint-père je charge le Patmobile dans la camionnette déposée là par l'autre équipe de fléchage et je pars faucher un passage repéré la veille, encombré de ronces et d'orties. Jean-Francois continue seul pour faire la liaison avec le 38. Là on sent une organisation quasi militaire. Au moment de rentrer Jean Jack m'appelle il a cassé et ne peut plus rentrer en vélo, Mais qu'avons nous fait aux dieux du vélo? Je vais le chercher a Brueil-en-Vexin. Il pleut encore. Devant cette situation météo notre inquiétude grandit quant à la participation du lendemain. Les jeunes ont un doute sur le fléchage,on les rejoint. Retour au local. Préparation des tables et des chargements des "ravitos" pour le lendemain.

Dimanche 6:00 aïe aïe, ça fait mal. La soirée du samedi soir a laissé des traces sur les visages mais personne ne manque à l'appelle. Charger la camionnette de ravitaillement, tables, Barnum.  Brancher le compresseur, la fontaine...📷  Le reste de la troupe arrive. Tout se met en place, visiblement chacun connaît son rôle. Les plus jeunes et vigoureux sont partis pour une dernière reconnaissance du parcourt. Le ciel n'est pas trop chargé et nous espérons une matinée sèche. 
Installation du ravitaillement et là on découvre que j'avais chargé le Barnum sans sa bâche, mais qu'avons nous fait aux dieux du vélo? Jean François repart avec le sourire du tueur chercher cet élément indispensable à notre installation. 📷 7:30 nous sommes installés et attendons de pieds fermes les premiers participants. Que dis-je participants, les premiers guerriers sur leur montures Lapierre, Scott ou autre Cannondale prêts à en découdre malgré les éléments et la boue. Le premier arrive, debout sur les pédales 9:00 je me renseigne auprès de JJ qui est resté à l'organisation, au départ. Les inscriptions sont closes et le nombre de participants est  décevant. 11:00 la pluie s'invite. Mais qu'avons nous fait au dieux du vélo? Il nous faut remballer sous la pluie devenue douche. Nous rentrons pour trouver les derniers participant réfugiés dans le local en attendant la fin du déluge 📷. Le décorateur de casques "Cisdesings" a un stand où il expose quelques unes de ses créations. Les nouveaux casques coque lui permettent manifestement plus de liberté que les casques vélo classiques.

La participation est en deçà de nos espérances, la météo sans doute, mais pas que. Mais qu'avons nous fait aux dieux du vélo?
Ce fut pour ma part une expérience intéressante, la réalisation d'une telle manifestation requière une organisation et un travail considérable, pas forcément perçu quand on participe à une Rando. 
 

Saint Illier Le Bois - 31 août 2014

Ca y est on va mettre Kitt dans le grand bain.(Knight Industries Two Thousand, de la série K2000).Un vélo c'est comme un navire on en change pas le nom en changeant de propriétaire. Nous avons décidé avec David de nous inscrire à la rando de « Saint Illier Le Bois » 35km. Les préparatifs de la veille nous ont, non seulement permis de déterminer l'arrimage de nos machines sur le porte vélo de David, mais également de constater qu'une fois de plus sa dernière sortie s’était soldée par une crevaison. C'est incroyable ce qu'il peut crever souvent. D'un autre coté c'est plutôt rassurant pour moi, s'il y a une épine sur le chemin elle sera pour lui. D'ailleurs, bien conscient il s'est équipé d'une chambre anti-crevaison et de 3 chambres neuves de réserve.
Dimanche matin 7h le jour se lève a peine en cette saison. 30Km de voiture nous amène sur place. Peu de monde encore, mais déjà une équipe sympathique nous accueille. Si le parcours peu sélectif, agréable, pas détrempé comme nous pouvions le redouter nous a fait traverser la vallée de l'Eure, d'en apprécier ainsi le charme à deux reprises, c'est la gentillesse de l'équipe organisatrice que nous retiendrons. Ils avaient l'air content d’être là, de nous recevoir. Le ravito plutôt banal, est compensé par le casse-croûte de fin où nous trouvons diverses canettes au choix, des sandwiches avec barbecue et une gentille tombola. La station de lavage avec des jets puissants, complète le tableau d'une belle petite rando. Petite ?! Je crois avoir discerné chez Kitt vers la fin du parcours, des signes d'une certaine fatigue mais aussi la satisfaction d'une belle matinée sportive.

 

Séjour aux "4 Vents" à Aubusson d'Auvergne.

1 - Mercredi 25 juin, nous arrivons au site de la ffct "les quatres vents" à Aubusson d'Auvergne. A l'accueil ça discute déjà fort devant un Vélo à Assistance Électrique. Je ne pouvais pas naturellement, ne pas ramener ma science. Le coach de la fédération souligne avec pertinence qu'à ses yeux on insiste pas assez sur le caractère sportif des VAE en laissant croire qu'aucun effort n'est nécessaire sur ces machines. Je suis d'accord. 
Après m'être installé dans une chambre certes sobre mais pourvu de tout le confort, dans un endroit dont on ne soulignera jamais assez le calme et la vue (photo).
J'avise un VTTistes qui lave sa machine dans la zone dédiée à cette activité et entreprend d'en savoir plus sur les environs. Charly est là depuis presque une semaine et s'est déjà beaucoup égaré sur les chemins du Forez et il connaît donc la région pratiquement comme sa poche. Il en parle déjà longuement avec un certain enthousiasme. Je découvre, sous la tignasse exubérante un homme posé, calme et prudent. Nous convenons donc de faire dès le lendemain matin, route, pardon, chemins ensemble.
Le temps de sortir le Patmobile de son écrin (photo), de l'assembler et après un repas frugal ( la restauration n'étant pas le point fort du site) je me lance a l'assaut des monts du Forez. Le tour du lac d'Aubusson. Là, je découvre des chemins transformés en pierriers encombrés de troncs et de branches d'arbres par les derniers orages (photo). Le risque est réel, je suis seul, je ne sais pas où je suis, je me résous donc à la prudence, d'autant moins difficilement que c'est plutôt dans mon tempérament. Je me perd une dizaine de fois avant d'arriver au lac. Petit tour touristique autour du plan d'eau (photo) et retour. 

2- Le lendemain 8:30 mon camarade de jeu est prêt et ne manquant pas d'ambition nous optons pour le circuit N° 15, 33km, le plus long. Je ne sais pas comment ils font pour tracer des circuits qui montent tout le temps. Bref ça monte, jusqu'à la croix celtique de Vollore-ville (photo). Au fond d'un vallon isolé un moulin, un chien aboie, le maître sort et nous entamons la conversation. Il fait de l'huile de noix comme on le fait depuis le moyen-âge. Il nous invite a visiter son installation, nous goûtons a même le sceau une huile douce et parfumée (photo). Visiblement il n'a rien a nous vendre, il nous parle d'un voisin qui a bricolé lui même un VAE très performant, sans doute. Nous repartons, traversons des hameaux plus ou moins délabrés. Ça monte toujours. Au hasard d'une coupe claire c'est toute l'Auvergne, avec la chaîne des puys dans le fond qui s'offre a nous. Enfin la descente, de quoi nous faire regretter les montées. La voie romaine(photo), la galère romaine devrions nous dire (photo)  faite de grosses pierres instables, érodées pas les passages des années. Descente rapide, technique. Par manque de vitesse certainement je reste bloqué sur un pavé plus gros et c'est la chute. Genou, main et surtout l'épaule droite (encore). Je me relève mais je sent que la fin du parcours sera laborieuse. L'épaule endolorie j'ai perdu, dés qu'une difficulté se présente mon peu d'assurance. 12:00 Nous rentrons enfin. Ce fut un beau circuit pleins de souvenirs.

3 - Déjà vendredi 9:00 départ pour le circuit N°7 15km autour du lac. Si la veille, l'expérience de Charly nous a évité de nous perdre, notre navigation s'est affinée. Je suis mieux rodé que la veille, au fléchage de la fédération, mais aussi, ayant obtenu les fichiers .gpx, mon GPS (iPhone) installé (voir rubrique matériel) reste allumé en permanence car désormais alimenté par la batterie du Patmobile. J'ai ainsi en permanence sous les yeux notre position sur la carte par rapport au circuit. La descente vers le lac est sans histoire, quelques kilomètres de route pour rejoindre la piste autour du lac, j'en profite grâce à l'assistance électrique pour tirer le rythme. Nous voilà sur le sentier du lac. Petites montées, petites descentes, petits ponts quelques joggeurs et nous sommes à Aubusson. Sur la place, un groupe de motards qui préparent la compétition de moto qui aura lieu le lendemain sur les chemins que nous empruntons. Il sont intrigués par le Patmobile, ils en font le tour se renseignent (photo). Le VAE reste encore aujourd'hui un objet de curiosité. La montée derrière l'église s'avère infernale et même le Patmobile dût renoncer. Nous continuons notre périples, hameaux, champs, forêt de chênes ou de sapins et même un mûrier de plus de 400 ans (photo). Les décors sont grandioses changeants, modestement habités par des gens sympathiques qui au passage vous parlent spontanément. Le relief est animé. Bref de la grande Rando VVT. Pour rentrer nous faisons étape dans une bergerie pour acheter du fromage que Charly compte le lendemain ramener dans sa Normandie. La bergère ne ressemble pas à celle des contes de fée, elle a dû s'échapper du Larzac des seventies (photo). Elle roule elle même ses cigarettes (ça doit être des cigarettes). Elle a l'air très à l'aise dans ses baskets. Sa ferme ressemble a celles que j'ai connu dans mon enfance, le matériel aussi. Je me pose sur la roue d'un tracteur en attendant que Charly négocie son fromage. C'est curieux mais je ne le sent pas de taille a négocier avec cette bergère. Nous rentrons. Ramener du fromage en Normandie, drôle d'idée!

Trois sorties en compagnie de Charly agréable compagnon de route qui ne lâche rien dans les montées et assure dans les descentes, m'ont fait aimer ce coin d'Auvergne fait pour le VVT, voire même pour le tourisme en VVT. Des vues spectaculaires, des hameaux isolés où le temps semble s'être arrêté, des piste très intéressantes physiques pour tout les niveaux techniques, des gens sympathiques. Le tout à des tarifs très raisonnables. Bref je reviendrai. 

 
 

Les bosses du Vexin - Issou - le 8 juin 2014.


7h30 sur le parking du stade d'Issou. Ce que je déteste le plus dans ces randonnées c'est l'heure matinale. Bon, mais le plus dur est fait. Je suis le premier inscrit sur la liste des 30km, pas étonnant à cette heure là, seuls les 60km sont au départ, comme Jean Jack qui est déjà sur le parking en train de distribuer sur les voitures les tracs de notre randonnée de Porcheville du 6 juillet. 
Le temps incertain se dégagera en cours de mâtiné comme l'a annoncé la météo. JJ passe par le centre de Issou pour diffuser encore quelques tracs, quant à moi je me lance sur le parcours. Nous nous retrouvons au creux de la vallée aux cailloux. Le parcours est sans surprise, un peu notre terrain habituel. JJ casse sa chaîne avant Guitrancourt (photo), mais la caisse a outils est bien fournie. Sailly, Maigremont, Nous nous séparons sur le haut de Oinville. Une carence de fléchage et je me retrouve avec un petit groupe en bas du village. Un coup d'œil a la carte et il nous faut remonter. Là, le petit groupe apprécie la performance du VTT a assistance électrique. Le ravitaillement avant la descente sur Hardricourt: classique. La montée face au carrefour d'Hardricourt fera souffrir les "malheureux" qui ne peuvent compter que sur leurs jambes. Le plateau là aussi dans notre cour, avec un passage toujours aussi chaotique dans la zone "du bois de Gros Antoine", le dépassement sous leurs applaudissements d'un groupe famillial de randonnée. Montée dans le bois de la charte et la descente sur Gargenville: "le canyon" détrempé. Mon niveau technique n'est que ce qu'il est (faible) mais on peut s'interroger sur la nécessité de cette descente, d'ailleurs shuntée, comme je l'ai appris sur le parking du retour par quelques participants. A qui ça fait plaisir? Aux organisateur? A quelques concurrents téméraire? Mais pour la grande majorité je reste dubitatif. Certaines Rando proposent deux niveaux pour de tels passages. Un passage classique et le passage avec difficultés techniques.
Retour classique sur Issou. Il me reste a distribuer les quelques tract de notre prochaine Rando. Une mâtiné encore bien remplie. Bien que je n'ai pas les chiffres, mon sentiment est, assez peu de participants, à moins que ce soit l'heure matinale du départ. 
 

La Bucheloise 30km.

Dimanche 1er juin toujours aussi très trop tôt, temps maussade malgré l'espoir suscité pas la météo de la veille. 7h30 parking Auchan Buchelay quasi désert. En route pour la "Bucheloise". Il n'y a pas foule. J'opte pour 30 km mes soucis de santé (tendinite, capsulite) m'ont conduit à limiter cette année mes ambitions à cette distance.

La piste commence tranquillement et le parcourt est essentiellement agricole, la forêt de Rosny n'étant pas au programme. L'embranchement 60/30 voit la scission générationnelle du groupe auquel je m'était joint, la jeunesse continue sur le 60 les autres bifurquent sur le 30. Le ravitaillement arrive assez tôt, simple sans extravagance. Celui-ci fut suivi par une zone de forêt marécageuse quasi infranchissable sur la selle. En suivant l'exemple de mes prédécesseurs je me retrouve aussi très rapidement couché dans la boue. Bref 500m de parcours à oublier, qui à mon sens n'apportent rien  dans la satisfaction physique ou technique, mais il faut bien passer. Le reste du parcourt, agricole et quelques petits sentiers en sous bois plus techniques. A noter une montée impossible dans l'herbe, même à pieds, mais il faut bien passer. 
A noter également, ici aussi, un fléchage précis, au point de peindre (orange) les obstacles sournois, racines et surtout troncs de petits arbres qui à l'ombre des sous-bois dépassent du sol et peuvent s'avérer dangereux tant pour le pilotage que pour le matériel. Bravo pour ce travail de fournis.
Donc, un parcourt classique sur lequel je me suis senti du fait d'une faible participation, sur ce parcourt, à cette heure, souvent seul. Le stand de lavage et la pluie conclurent cette sortie. 

La semaine prochaine: les bosses du Vexin à Issou. 

 

Les Chemins de Vincent

Ce dimanche matin 25 mai, une fenêtre météo. Le temps a été maussade toute la semaine. Hiers soir encore il pleuvait. Bien que je préssentais un terrain gras, j'optais pour "les chemins de Vincent" a Auvers-sur-Oise, bien sûr. De bon matin, même si c'est très dur, je me présentait à l'inscription. Les autres participants tournaient autour du Patmobile: "alors c'est bien?" "C'est le premier que je vois en vrai". "Et pour l'autonomie?" "Combien ça coûte? "Bref on ne m'a jamais tant adressé la parole dans une Rando. Et ça a gentiment continué sur la piste. Le VAE outil de socialisation, du moins tant que ce n'est pas trop répandu. 
C'est parti pour 45 km. Beau parcourt. De tout, roulant au début, du technique surtout dans les sous bois et 3 ou 4 murs ou le Patmobile a fait démonstration au risque de se faire jeter des pierres. Les ravitaillements furent corrects, classiques. Une bonne note pour le fléchage: un pré-indication de la direction, le fléchage et tout au Long du parcourt des fanions (ruban de signalisation) nous confortaient dans la direction. Un fléchage aussi précis sur 60 km: bravo. Ajouter à cela, pas une goutte de pluie, pas un pet de vent et le soleil et vous avez le tableau d'une Rando réussie.
Ah, en ce qui concerne l'autonomie je suis rentré, après 49 km de piste (700m de dénivelé et un PTC que la décence m'interdit de mentionner ici) avec 11km d'autonomie restante pour une assistance de 120%. (Niveau 2) Il vaudrait mieux tester les 60km avec un circuit en boucle.
La prochaine a Issou, là aussi des bosses sont au programme.