Jacques Lamoine

 


Jacquouille, vieille fripouille.


(C’est souvent en ces termes que nous t’interpelions )


TOI qui, à tes dires, connut Simone SIGNORET, Yves MONTAND, Georges MARCHAIS

TOI que BRASSENS promena avec des copains de ton âge dans une vieille voiture américaine,

TOI qui croquas la vie par les deux bouts,

TOI dont l’incroyable constitution fit un octogénaire flamboyant,

TOI gardien sans partage (et ça n’allait pas sans quelques algarades) du Jack’bar, (superbe appellation de Jean CHAPY le fameux journaliste de La Montagne )


C’est dans le cadre de cette gloriette que nous placerons ta mémoire.



90 printemps, c’est un petit exploit.

En terme tennistique c’est de la 2 ième série , du haut de la 2ième série.


Tu pouvais t’en satisfaire pour dire, jeudi matin, je prête à l’intellectuel que tu étais ce bœuf poétique :


Ô mort vieux capitaine, il est temps !

Levons l’ancre

Ce pays nous ennuie, ô mort

Appareillons.

Ici gît une feuille morte

Marquez dessus ma porte

Fermé pour cause d’enterrement

Je quitte la vie sans rancune

J’aurai plus jamais mal aux dents

Me v’là dans la fosse commune

La fosse commune du temps.


Adieu Jacquouille, vieille fripouille.                         


Michel ANDRIEU, Néris les Bains le 10 décembre 2014.


 


       Jacques LAMOINE (1924 - 2014)




141207_161246.jpg
ce site a été créé sur www.quomodo.com