AG du 10 Octobre 2014

20141010_220657.jpg

 

 AG du 10 Octobre 2014




















AS Néris tennis .Michel Andrieu.


* Le 8 novembre 1991:


 (j’avais 45 ans), j’ai remplacé Marie Françoise Rigaudière, présidente durant 5 ans. Nous lui devons une réalisation exceptionnelle et qui fait le plus de notre club : elle avait su négocier avec la Municipalité du Docteur Yermia la construction du court couvert (opérationnel en 1990 et baptisé en 1997 « André Florentin » , nom du président fondateur).Un excellent partenariat scellait cette négociation : la Ville finançait les travaux (environ 100000€ (traduction en € de la somme en F)) et le club s’engageait à verser 3810€ par an pendant 20 ans. Ce qui fut fait.

Le club tournait bien, avec 180 licenciés et une école de tennis d’une trentaine d’enfants et deux enseignants.



*meilleur souvenir: 


  Je dois le mettre au pluriel tant ils fourmillent et je ne peux choisir.


        - Début 1996, Jacques Salsa, président de l’Union des Commerçants nérisiens nous fit une demande qui nous sembla abracadabrantesque : transformer notre couvert pour y accueillir en septembre l’élection de Miss Auvergne ! Sa pugnacité eut raison de notre scepticisme. Le 29 septembre 1996 Geneviève de Fontenay couronnait chez nous la lauréate. Les 7500F que nous rapporta l’opération couvrirent le quart de la dépense de transformation du sol de ce court couvert en une vraie terre battue. Elle revint les deux années suivantes ; un festival d’accordéon en 1999 et deux réceptions finales d’Equirando en 2002 et 2003 s’y déroulèrent aussi.


         - La venue de Julie Halard (alors n°1 française) le jeudi 27 juin 1996. Sous l’égide de Gaz de France partenaire du tennis féminin français (et de notre Grand Prix !), un temps superbe, une foule d’enfants des écoles de tennis locales pour échanger avec la très sympathique championne, la présence du président de Ligue Jean Claude Tronc et du Comité Pierre Tortel et bien sûr du directeur de Gaz de FranceEric Labrou qui nous offrit au soir de cette journée une réception haut de gamme.


          - La participation d’Andréi Chesnokov et la foule qu’il déplaça en 2000, à l’occasion du 6 ième Grand Prix 

(alors n°29 français, cet ancien n°9 mondial, eut du mal en ¼ à se débarrasser de Cyrille Monet(-30) et subit une déroute en ½ contre le futur et jeune vainqueur Marc Gicquel(n°48). Nous avons retenu sa gentillesse et sa disponibilité.)


          - La finale de la coupe du monde le 12 juillet 1998, lors du 4ième Grand Prix, 70 personnes réunies devant la télévision autour du barnum, une fête, une ambiance extraordinaire.


          - La 1ière accession de notre équipe 1 en promotion pré nationale en 1995 avec Bertrand Beaune, Olivier Brugière, Michel Garcia, Bernard Leroy et mes fils Frédéric et Jérôme.


          - Le parcours exceptionnel en championnat de France (courte défaite en 1/8) des +45 de Gilles Duboisset en 2003.



 

 

*Des «pas bons» souvenirs:


           - un ancien : le vol le jour de la finale du tournoi de juillet 92 (ma première…) de 4 enveloppes contenant au total 3500Fen espèces . Jamais retrouvées.


          - un plus récent : en juillet 1999, Marion Bartoli (future vainqueur en 2013 à Wimbledon), originaire de Retournac(43), alors âgée de 14 ans et classée -4/6, accompagnée de son père et de son chat participa au 5ième Grand Prix ( elle fut battue en ½). Pour marquer d’un évènement exceptionnel le 20ième Grand Prix, cette année, j’ai cherché à la contacter. Elle est licenciée au club de Divonnes les Bains. Comme on me l’a conseillé j’ai écrit (2 lettres), envoyé des mails, le tout sans réponse…l’ingrate !



*les réalisations dont je suis le plus fier:


           - En tête la construction du club house du couvert ; lors de l’édification de ce couvert une travée avait été fort opportunément prévue à cet effet. Les services techniques employaient alors un maçon. Le club s’engagea à payer tous les matériaux nécessaires. Une dizaine de membres du club, bricoleurs avertis, sous la direction de «  l’architecte » et technicien Guy Poget assurèrent le second œuvre (électricité, plomberie, plafonds, peinture). Il en coûta près de 11500€ aux finances du club.


           - Le tournoi d’été, Grand Prix de tennis de la Ville de Néris, depuis 1995, avec le juge arbitre international Georges Micheau. Inscrit au Circuit Nationaux des Grands Tournois (CNGT).L’occasion de voir évoluer sur nos terres des joueuses et joueurs de niveau national.

           - les multiples améliorations des installations (merci aux Municipalités de Jean Claude De Pin) :

Changement des grillages et du calcaire des terres battues, prise en charge de leur rénovation annuelle, construction de la superbe gloriette, réfection des durs (les « bleus »), la baie vitrée du club house, suivi de sa rénovation par la jeune équipe.



*Regrets:


En 2011 le club avait fini de payer les annuités du couvert. Les durs, vieux de 30 ans, avaient besoin de réfection. La Ville envisageait de prendre l’un d’eux pour agrandir le parking du Pavillon du Lac. Avec mon trésorier Pierre Saint Lèbes nous avons essayé de négocier un nouveau partenariat pour la construction d’un 2ième couvert. Le coût exorbitant (500000€) exclut cette solution. La sage opération de rénovation des durs s’est imposée.



*Je souhaite à mes successeurs:


de mettre en œuvre la nouvelle organisation plus collégiale que nous souhaitons tous; que nos équipes fonctionnent toujours aussi bien (en particulier les dames, brillantes); que notre école de tennis soit encore plus performante en nombre et qualité grâce à notre moniteur Pierre Nicolas Gigon et ses six initiateurs; qu’ils réussissent à convaincre les autorités municipales de mettre le gymnase à la disposition des compétiteurs le dimanche.



*Que vais-je faire? 


 Je reste au bureau avec un rôle de secrétaire pour une passation en souplesse, je jouerai en double deux fois par semaine avec mes vieux complices, je serai plus souvent dans la maison familiale du Cantal, le lirai, apprendrai d’autres chansons de Brassens, je m’amuserai à vieillir, occupation de tous les instants (j’emprunte à Paul Léautaud).



*Quelques anecdotes:


Le 29 juin 1997, à l’occasion du 50ième anniversaire du club, Jean Claude De Pin présidait le baptême du couvert André Florentin (président fondateur). L’orage menaçait. Il éclata.

La foule présente se réfugia à l’intérieur. La forte averse provoquait (toit en bacs acier) un bruit infernal qui noya les nombreux discours dithyrambiques. La modestie d’André Florentin avait elle commandé à Saint Pierre ce déluge perturbateur ?



*Quelques autres points: 


         - 23 ans de présidence ; le record à battre était 21 ans (Docteur Baron). Et 23 est un nombre premier ; j’aime les nombres premiers, briques de l’arithmétique.


          - 39 membres ont appartenu aux différents bureaux de ces 23 ans.


          - J’archive beaucoup, en particulier tous les articles de La Montagne relatant la vie du club dont la dizaine consacrée chaque année au GP, pour la plupart fruits savoureux de la plume de Jean Chapy.


ce site a été créé sur www.quomodo.com