AS TIERCE CHEFFES FOOTBALL
 
 
 
 
 
 
PRÉSENTATION 
 
Prénom, NOM, âge, commune de résidence : 
Je m’appelle Vincent LEFÈVRE j’ai 28 ans, j’habite à Étriché et je suis papa d’un petit Lucas qui a deux ans et demi.
 
Métier/Études :
Je suis mécanicien monteur dans une entreprise sur Daumeray qui fabrique en partie des panneaux publicitaires. J’étais à l’origine menuisier. J’ai obtenu un CAP et un BP menuisier, avec comme tuteur Julien Perrot et Michel Petrod. Après avoir eu ces diplômes, j’ai décidé de changer de voie et de devenir auxiliaire ambulancier, métier qui me tenait à cœur depuis quelques années. J’ai pu exercer ce travail pendant presque 5 ans, mais la boîte a été vendu. J’en ai profité, avec l’arrivée de mon fils, pour retrouver des horaires plus fixes et m’engager encore plus dans ce qui est une passion pour moi : le football. Cela m’a ainsi permis de devenir coach adjoint des U19, puis de l’équipe Séniors B.
 
PARCOURS
 
En tant que joueur :
J’ai commencé le foot à l'âge de 5 ans à Étriché, puis vers 8 ans, je suis parti en poussin deuxième année sur Tiercé. Je n’ai plus quitté le club jusqu’à mes 23 ans car j’ai pu faire un passage durant une année à Segré en jouant en R1. Je n’ai pas pu rester plus longtemps car mes longues blessures et mon travail en tant qu’auxiliaire ambulancier rendaient la tâche compliquée. J’ai effectué mon retour en septembre 2015 à Tiercé avant de devenir coach-joueur en équipe B cette saison.
 
En tant qu'entraîneur :
Ma toute première expérience de coach était au côté de Yannick Eusèbe lorsque je venais l’aider pour les entraînements en U19. Puis, très vite, j’ai consacré tous mes jeudis soir, pendant 3 ans, aux entrainements de l’équipe féminine sénior avec Geoffrey Bellanger. Il était impossible pour nous d’assurer le dimanche, puisque nous étions joueur en DRH à l’époque. La saison dernière, je suis devenue coach adjoint des U19 et depuis cette saison, coach de l’équipe B, en binôme avec « Djul » Julien Masson.
 
Diplômes d’entraîneur :
Quand j’étais adolescent, j’ai passé l’initiateur 1 (je crois que ça s’appelait comme ça). Sinon, j’ai obtenu pendant mon année de coach en U19, le module sénior. J’ai pour objectif de faire d’autres formations pour enrichir ma culture footballistique, acquérir d’autres compétences et connaissances dans ce domaine.
 
Palmarès (en tant que joueur et coach) :
J’ai gagné le tournoi régional de Sablé, un bon souvenir, tout comme les deux demi-finales de la Coupe de l’Anjou en moins de 13 et moins de 15 ans. Lorsque j’avais 14 ans j’ai également participé aux détections en Pays de la Loire où j’ai fini parmi les 18 meilleurs joueurs. Depuis mon adolescence, j’ai pu accéder à 2 demi-finales de Coupe de l’Anjou en équipe sénior avec Tiercé et au quart de finale de la Coupe des Pays de la Loire avec Segré, où l’on perd en finale contre Saumur. Étant blessé, je n’ai pas pu jouer les demi, ni la finale.
 
Quand tu étais petit, tu rêvais d’être ?
Lorsque j’étais enfant, je rêvais d’être footballeur comme beaucoup d’autres, je pense. Par la suite je voulais travailler dans le milieu du foot, comme préparateur physique. Mais, entre l’école, qui commençait à devenir un calvaire pour moi et mon corps à la Yohan Gourcuff ce n’était pas possible.
 
Quelles sont tes passions extérieures ?
J’aime le sport en général, j’aime le regarder, le pratiquer (vélo, course à pied, tennis…) et connaître les résultats dans différentes disciplines. J’apprécie également le bricolage car je n’aime pas rester sans rien faire. Mais l’essentiel pour moi est de passer du temps avec mes amis, ma famille et surtout auprès de mon fils qui grandit tellement vite et qui, je crois, aime déjà « jouer au footballeur » comme il le dit souvent.
 
 
 
 
 
 
LE FOOTBALL 
 
Le match de foot qui t’a marqué en tant qu’éducateur ou dirigeant ?
Un des matchs qui m’a le plus marqué, c’était le match de Coupe contre les U19 Nation de Cholet l’année dernière. Nous faisions un superbe match mais nous perdons 5-4 aux pénaltys. Les gars ont été incroyablement courageux, ils ont fait preuve d’abnégation et de solidarité. Ils auraient mérité de l’emporter au vue de toute l’énergie mise durant ce match.
 
Ton pire souvenir sur un terrain ou un banc de touche ?
J’en ai plusieurs. La première, ce sont mes nombreuses blessures (pubalgie, hernie discale et rupture des ligaments croisés au genou gauche). Quand tu veux faire ce que tu aimes et qui te passionne mais que tu passes plus de temps chez le kiné et l’ostéo, c’est rageant. Surtout qu’une carrière de footballeur amateur passe tellement vite... Mais bon, il y a plus grave dans la vie. Pour ce qui est du reste, ce sont les deux demi-finales perdues en Coupe de l’Anjou et le fait de ne pas avoir pu monter en R2 la saison dernière.
 
Quelle est ton habitude dans le vestiaire le jour d’un match ?
Je n’ai pas beaucoup de rituel, si ce n’est que je porte toujours le même caleçon les jours de match, c’est une sorte de porte bonheur. J’ai aussi un abonnement à la pharmacie, comme dise les gars, le STRAP est mon fidèle ami.
 
Quels entraîneurs t’ont marqué durant ta carrière ?
Plusieurs entraîneurs m’ont marqué. Le tout premier c’est Christophe Houdayer lorsque j’étais en moins de 13 et moins de 15 ans. Il m’a clairement fait évoluer dans la pratique du football et j’ai pu grâce à lui découvrir les détections. Sébastien Georges et Jean Pierre Amiot m’ont quant à eux donné la possibilité de jouer en DRH, super souvenir de pouvoir jouer à ce niveau, si jeune. Puis Vladimir Micetic, avec qui j’ai pu créer une relation amicale et de confiance et qui m’a attribué le brassard de capitaine en DRH à seulement 19 ans.

Sur un plan plus national, j’aime bien Didier Deschamps. Il a la faculté de faire gagner des équipes n’importe où, où il passe.
 
Quelles sont tes motivations ou objectifs pour la suite de la saison et la saison prochaine ?
Mes objectifs sont de progresser avec l’équipe B et de figurer dans le haut du classement en espérant peut-être même une montée en R3. Qui sait ce qu’il se serait passé cette année si nous avions pu finir la saison dans sa totalité… Tout cela bien sûr en continuant de progresser dans mon rôle de coach avec Ben Desbourdes, à mes côtés. Je tiens, notamment, à remercier Djul mon coach adjoint, Éric Poilane et Jacky Mignot, mes arbitres qui m’ont suivi tout au long de cette saison.