AS TIERCE CHEFFES FOOTBALL
 
 
 
 
 
 

Benjamin DESBOURDES


Présentation
 
Prénom, NOM, âge, commune de résidence : 
Je m’appelle Benjamin DESBOURDES. J’ai 32 ans et j’habite à Corné depuis presque 4 ans.
 
Métier/Études : 
Depuis Septembre 2019, je suis revenu à mon premier métier : Éducateur Sportif. En effet, je suis salarié à temps plein dans un club voisin, l’En Avant Baugeois, où j’ai pour mission de développer, coordonner et animer la partie technique au niveau des jeunes. Je suis aussi Responsable Technique de la Section Sportive Scolaire du Collège Notre Dame de Baugé qui est en lien avec le club de l’EAB. Pour pouvoir effectuer ce métier, j’ai passé plusieurs diplômes : un BPJEPS Activités Physique pour Tous et un Brevet d’Entraîneur de Football. Auparavant, j’ai travaillé pendant 9 ans en tant que Moniteur Éducateur dans un ITEP, établissement qui accueille des jeunes ayant des troubles du comportement.

parcours 
 
En tant que joueur : 
Formé au club de l’ASC St Barthélémy, ville où j’ai grandi, j’y ai joué à partir de 10 ans (poussins 2ème année à l’époque) jusqu’à ma dernière année de 18 ans où je jouais en Seniors (PH). Puis, je suis parti dans un club Angevin pour évoluer en DSR. L’équipe étant dissoute, je suis revenu à St Barthélémy pour des raisons professionnels puisque j’étais salarié du club et au niveau de la ville. L’équipe était alors en D1, cela a duré 3 ans. Ensuite, je suis parti à l’Intrépide d’Angers pour évoluer en DSR et DH. Enfin, mon parcours d’entraîneur m’a amené à plus rester sur le bord du terrain que dans le rectangle, à 27ans. Ça me manque mais je prends le plaisir ailleurs.
 
En tant qu'entraîneur :
Intéressé par l’encadrement dès mon plus jeune âge, dès mes 14-15 ans, j’allais encadrer les plus petits (poussins) le mercredi, puis très vite, les années se sont enchaînées et les missions aussi, j’encadre le mercredi, puis une équipe le samedi et me voilà à 32 ans avoir plus d’une quinzaine d’années d’encadrement (arrêt 1 an) derrière moi. J’ai encadré presque toutes les catégories. C’est ma sixième année d’encadrement d’un groupe Seniors.
 
Diplômes d'entraîneur : 
Ayant débuté l’encadrement assez jeune, j’ai eu la chance d’avoir à mes côtés des entraîneurs plus vieux que moi qui avaient tous passés leur diplôme, notamment parce que le club de l’ASC St Barthélémy était dans cette démarche de formation de ses éducateurs. J’ai donc commencé à 18 ans par passer l’Initiateur 1, puis ce sont enchaînés : l’Initiateur 2, l’Animateur Seniors et le Brevet d’État Foot, maintenant appelé BEF. Tous ces diplômes ont ensuite été remplacés par les modules catégories par catégories.
 
Palmarès (en tant que joueur et coach) : 
J’ai eu la chance en tant que joueur et coach de vivre de très bons moments et de très belles saisons, mais malheureusement peu de bonheur au final. D’abord à St Barthélémy en encadrant les jeunes, j’ai eu la chance d’avoir de belles générations et de monter plusieurs fois au plus haut niveau départemental. Malheureusement, nous avons finis plusieurs fois aux portes de l’accession pour la Région et nous avons échoué en Finale du Challenge de l’Anjou des U17 face au FC Beaupréau (malheureusement je n’avais pu assister à la finale pour cause de vacances programmée de longue date en famille à l’étranger).
 
En tant que joueur, j’ai connu une montée en DH (1 seule défaite sur la saison et seulement 11 buts encaissés) et 1 victoire en Coupe de l’Anjou avec l’Intrépide d’Angers. Mais pour le reste, plusieurs fois des 2ème places, qui ne permettait pas l’accession, avec St Barth en D1 puis avec l’Intrépide en DSR et de nombreuses participations aux quarts et demi-Finale de la Coupe de l’Anjou mais une seule Finale.
 
Depuis que je suis Entraîneur en Seniors, j’ai connu quelques places d’honneur, 2ème et 3ème mais pas de montée, de superbes tours de Coupe de France, de Coupe de l’Atlantique ou de l’Anjou mais aucun de ces parcours ne m’a permis d’atteindre le dernier carré.
J’espère que l’avenir proche me permettra d’inscrire une première ligne à mon « palmarès » de coach Seniors, la décision est entre les mains de la FFF (le groupe seniors le mériterait tellement).
 
Quand tu étais petit tu rêvais d'être : 
À ce niveau-là, je ne suis pas trop comme tout le monde car je ne suis pas sûr d’avoir eu le temps de rêver un jour de devenir ou d’être tel ou tel grand joueur de foot. J’ai des parents qui m’ont toujours suivi dans mes sports, d’abord la natation puis le football, mais qui ne sont pas des passionnés de sports à la base, qui ne pratiquaient pas et en regardaient peu à la télévision. Du coup, ils ont toujours préféré mettre ma scolarité avant le reste et dès qu’un club d’un meilleur niveau que celui de St Barth se rapprochait du club ou de mes parents, ils coupaient court, donc je rêvais surtout de jouer et de m’amuser avec mes copains avec qui ont avaient une superbe équipe sur le terrain et une belle amitié en dehors.
 
Quelles sont tes passions extérieures ? 
J’aime beaucoup le sport en générale, et un peu plus jeune, je passais mon temps à faire des activités sportives (foot, tennis, natation, course à pied, squatch…) et passer du temps avec mes amis. Puis, la vie de famille est arrivée, et j’ai fini par apprendre qu’on ne pouvait pas tout faire dans la vie, donc maintenant mes passions se résument à passer du bon temps, en famille, au foot, et dès que j’ai un peu plus de temps, en profiter pour refaire un peu d’autres activités, en ça, merci le confinement on peut prendre 1H pour courir.
 
 
 
 
 
 
 
LE FOOTBALL
 
Le match qui t'as marqué en tant qu'éducateur ou dirigeant ? 
Je n’ai pas 1 match qui m’a plus marqué que tous les autres, mais certains, de par leur issu positive ou négative laissent des traces. Je me souviens de ce parcours en Challenge de l’Anjou avec les U17 de St Barth, victoire aux tirs au buts grâce à notre gardien, qui avait fait une erreur pendant le match mais qui s’est rattrapé. Sur ce même parcours, ce joueur qui fait un gros match, marque le but de la qualification en finale sur une tête où il se fait percuter et enfoncer la pommette, ce qui le prive de Finale. Ce maintien en seniors acquis à la dernière journée, victoire 1-0 contre le leader incontesté du groupe. Cette qualification pour les quarts de finale de la Coupe de l’Atlantique contre l’armada de l’ES Segré sur une « madjer » d’un défenseur sur coup franc. Ces qualifications à l’arrachées en Coupe contre des équipes inférieures ou ces éliminations amères contre des équipes supérieurs au bout du temps réglementaire ou des prolongations… Ces matchs où tu te dis que tu n’as peut-être pas fait le bon choix, que tu as manqué d’ambition, que tu as été trop prudent, que tu aurais dû prendre plus de risques, ils restent, tu apprends ! Et puis, il y a ces matchs où tout va bien, où ton équipe déroule, mène au score, parfois rapidement mais surtout largement à la mi-temps et où tu prends du plaisir à les voir évoluer et s’amuser car cela reste la base même si nous devons rester exigeant. C’est vrai que depuis 2 saisons, j’ai (eu) la chance de voir plusieurs fois ce scénario et c’est plaisant.
 
 
Ton pire souvenir sur un terrain ou un banc de touche ? 
Là encore, pas de faits particuliers mais des scénarios qui malheureusement se répètent, les graves blessures arrivées pendant un match qui amènent le joueur à partir avec les pompiers, c’est particulier, difficile de se remobiliser après.
Mais ce qui me dérange le plus, se répète souvent malheureusement, ce sont ces matchs avec de la tension, où tu as le sentiment qu’il peut y avoir un mauvais geste, un mauvais coup qui amène un débordement ou pire une blessure. Je n’aime pas cette sensation que tu ressens, c’est pourquoi j’essaie toujours d’apporter du calme et de la sérénité à mes coéquipiers ou mes joueurs. Et pourtant je suis un compétiteur qui n’aime pas perdre et qui était rancunier petit, mais de par mon éducation et mes métiers que j’ai exercé, je pense avoir appris à contrôler et maîtriser tout ça du mieux que je peux.
 
Quelle est ton habitude dans le vestiaire le jour d'un match ?
Mon habitude c’est de rentrer aux vestiaires avec les joueurs, puis de les laisser se changer, seul dans l’ambiance qu’ils souhaitent et pendant ce temps-là de chercher un coin pour m’isoler, pour pouvoir relire mes objectifs du match. À la mi-temps, c’est d’abord de gérer l’ambiance, la tension suite à la 1ère période, puis à la fin de clôturer le match.
 
Je ne suis pas de base quelqu’un de superstitieux mais au fil du temps je me rends compte que je fais beaucoup de choses de manière répétée, presque ritualisé, et quand je m’en rends compte, je me pose la question si je peux changer cette habitude-là, si ça ne va pas porter « préjudice » à l’équipe.
 
Quels entraîneurs t'ont marqué durant ta carrière ? 
Pas d’entraîneurs professionnels en particuliers, même si comme j’aime bien Arsenal, j’admirai la longévité d’un Arsène Wenger et sa philosophie de jeu.
Je me suis plutôt construit avec les entraîneurs que j’ai croisé durant mon parcours de joueurs, pour beaucoup des éducateurs calmes et posés, finalement je leur ressemble peut-être…
 
Quelles sont tes motivations ou objectifs pour la suite de la saison et la saison prochaine ? 
Mes objectifs pour la fin de saison vont être de revoir tout le monde sur le terrain ou aux abords pour un moment de convivialité car ça manque tout ça. Pour ce qui est des objectifs sportifs, je pense fortement que nous n’irons pas au bout de cette saison, donc nous ne sommes malheureusement plus maîtres de notre destin, la décision appartient aux instances, espérons qu’elles ne nous déçoivent pas trop.
 
Pour les saisons à venir, mes motivations vont correspondre à être acteur dans l’évolution du club, de toujours vouloir avancer, aller chercher toujours plus, que ce soit dans le lien avec les catégories pour que chacune avance. Mais aussi, pour le groupe seniors, pour qu’il continue de vouloir grandir ensemble et il pourra encore gravir des marches.