Tir campagne en Corse

Le tir campagne autrement ou ROBERT le passionné

L'accueil du club de Lecci et le tir campagne Arrow Head que nous y avons disputé nous ont tellement interloqués et passionnés que ce récit un peu long se décomposera en 4 parties. La compétition se trouve ci dessous, la lecture complète peut se faire dans l'ordre chronologique à partir des liens ci-contre.
Christian et Nelly
 
 

2- Un tir campagne dans le maquis

Le soleil est au rendez vous ce samedi. Après quelques kilomètres sur les routes locales étroites et tortueuses, un chemin poussiéreux mais aménagé pour nos berlines - on pense à tout - nous conduira au greffe que l'on peut apercevoir de loin puisque le drapeau corse à tête de maure dépasse fièrement de la végétation.

Le parcours est tracé en trois pétales de huit cibles ce qui permettra de passer trois fois à la buvette où café et eau fraîche seront gracieusement à disposition des 51 concurrents pendant les deux jours !!! On est assez loin de nos pratiques franciliennes... Des seaux d'eau sont également proposés pour se rafraîchir car s'il fait un peu moins de 30°, arpenter le maquis souvent en plein soleil pendant 5 heures, ça finit par donner des couleurs.

Le terrain proposé est idéal pour disposer un parcours de tir campagne : vallonné, spacieux, aéré avec une végétation méditerranéenne alternativement dégagée ou plus compacte. Chaque cible sera un plaisir pour l'œil et pour l'archer. Dès la première cible je suis gratifié d'un magnifique "Robin" par l'un de nos deux partenaires. La flèche est ouverte sur 2/3 de la longueur : les risques du métier.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans ce magnifique décor l'on côtoiera les lentisques aux fruits rouges et la myrte aux baies bleues. Là, l'ombre d'un immense chêne liège sera la bienvenue. Ailleurs, les variations de vert des feuilles d'oliviers dans le vent viendront agrémenter un parcours où toutes les cibles auront, pour les passionnés de tir campagne que nous sommes, la bonne déclivité, des jeux de lumière intéressants. Dans tous les cas, il faudra découvrir ce petit plus qui donne à une cible anodine ce piment pour bien apprécier les corrections à apporter en vue d'un tir si possible gagnant.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après cette superbe première journée, Robert et son compère Guy vont piqueter le nouveau parcours pour le lendemain. Ici le marteau pour enfoncer les piquets dans un terrain qu'on pourrait espérer sableux est inapproprié. C'est à la perceuse équipée d'un gros forêt que l'on fera les avants trous, de même que la pose des buttes de tir, toutes solidement fixées, a nécessité la même approche.

Le tir est une chose, le convivialité en est une autre. Il n'est pas question de s'éparpiller dans les différents restaurants de la région mais c'est autour d'une paëlla géante que sera articulé le repas du soir où archers, organisateurs, et accompagnateurs se retrouveront. Les réserves de myrte et limoncello n'avaient pas été épuisées la veille et l'achat de billets pour LA tombola bat son plein.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En ce dimanche sans le moindre nuage il faut réitérer. L'échauffement est mouvementé car la dizaine de chevaux aperçus hier n'ont plus grand-chose à se mettre sous la dent en cette fin d'été corse et ils ont jeté leur dévolu sur la paille des égertons. Leur opiniâtreté tourne à l'indécence.

Nous retrouvons avec grand plaisir nos deux chasseurs de la veille. En effet, nos deux partenaires de pelotons tirent en arc chasse qui n'est autre qu'un arc classique à peu près dépouillé de tout hormis… la corde. L'un d'eux, également chasseur à l'arc, nous a fait vibrer par le récit de sa passion que vous retrouverez par ailleurs.

Les buttes sont implantées au même endroit. Le terrain est aéré, les blasons ont été permutés, les piquets déplacés, on n'a pas l'impression de tirer le même parcours. Encore un tour de magie de Robert le passionné !

Le hasard nous affecte la première cible à 60m : ça réveille. Au-delà, je sens bien que je n'ai tiré qu'une bonne centaine de flèches depuis 40 jours. De ce fait les branches ont dû durcir pendant la nuit. Pour autant nous avons le plaisir de recroiser dans leur enclos nos amis sangliers d'élevage qui se prêtent volontiers à quelques clichés alors que plus loin il faudra attendre que nos compagnons chevaux daignent aller brouter ailleurs avant de lâcher nos flèches.

L'ensemble du parcours est parsemé de fenouil ou de férule mais nulle crainte puisque les 3 km du tracé ont été débroussaillés sur au moins trois mètres de large. Robert est passionné mais aussi perfectionniste. Cela donne une perspective très sympathique aux cibles des longues distances, surtout lorqu'on entrevoit la mer dans le fond ! On échange nos impressions en croisant les pelotons au greffe et tout le monde a l'air de souffler quelque peu hormis peut-être Benjamin le tout nouveau vice champion du monde par équipe qui est parmi nous.

Espérons que ces quelques photos vous ferons rêver et vous donneront l'envie si ce n'est déjà le cas de pratiquer cette si sympatique discipline.

 

 


Robin.jpg
Vue generale.jpg
Myrte.jpg
Lentisque.jpg
Paella.jpg
 

Vos commentaires

 

Le drapeau flotte sur le greffe

Drapeau.jpg
 

Le seau d'eau si bien venu

Seau eau.jpg
 

Le chêne liège séculaire

Chene.jpg
 

L'indécence des chevaux

Chevaux egerton.jpg
 

...aéré, ensoleillé, la mer au loin...

Aere.jpg
 
Sanglier.jpg
 

...dans le fenouil, les cibles au loin

Fenouil.jpg
 

Les beaux chênes liège

Liege.JPG
 
 
 
ce site a été créé sur www.quomodo.com