Dates à retenir

Congrès philatéliques:


- 2021 : Nancy.


- 2022 : Commercy.


- 2023 : Sarrebourg.


- 2024 : Eloyes.


Journées du timbre: Dossier de presse.


- 10 et 11/10/2020 : Fête du timbre à Eloyes à la place de Mirecourt.

Vous serez 87 villes à organiser cette 20ème édition : il y a toujours une ville près de chez vous. Rendez visite aux organisateurs, ce sera la meilleure manière de les remercier et surtout la meilleure façon de pérenniser cette manifestation. Et puis pour les soutenir ne partez pas sans avoir fait l’achat de quelques souvenirs. Ils sont dessinés par un artiste de talent : Alain BOULDOUYRE. Là encore une surprise vous est réservée pour fêter dignement les 20 ans de la Fête du Timbre.
Un Communiqué de Presse a été envoyé à toutes les associations via les Correspondants Communication.


- 2021 : Fête du timbre à Vittel.


- 2022 : Fête du timbre à Remiremont.


- 2023 : Fête du timbre à Saint-Dié-des-Vosges avec exposition compétitive.


- 2024 : Fête du timbre à Monthureux sur Saône.


SAINTE ODILE v.662-720

Le timbre et la feuille seront vendus en avant-première les vendredi 3 et samedi 4 juillet 2020 à Obernai (67) : Bureau de poste, 9 place des fines herbes, 67210 Obernai.

Le 6 juillet 2020, La Poste émet un timbre à l’effigie de Sainte Odile à l’occasion du 1300e anniversaire de sa disparition.
L’illustration rappelle une icône, Sainte Odile est vêtue de son habit d’abbesse bénédictine et tient une crosse dans la main ainsi qu’un livre où figurent ces yeux symbolisant le fait qu’elle ait retrouvé la vue le jour de son baptême. Au second plan on aperçoit le Mont Sainte-Odile.


Un peu d’histoire …
Sa légende se confond avec les pentes boisées du mont vosgien qui porte son nom et domine la plaine d’Alsace et la vallée du Rhin. Odile, officiellement sainte patronne de la région depuis 1946, était la fille du duc Adalric et de sa femme, Bereswinde. Le récit le plus ancien relatant sa vie date du Xe siècle, mais elle serait née à l’époque mérovingienne, aux alentours de l’an 662. Espérant un héritier mâle, son père renie l’enfant qui, de surcroît, souffre de cécité. Sauvée de la mort par sa mère, elle est envoyée grandir au loin dans une abbaye où saint Erhard, évêque irlandais missionnaire en Bavière, suivant une vision qui lui commande d’aller baptiser une jeune aveugle, lui fait recouvrer la vue et la nomme Odile, « fille de lumière ». Revenue en Alsace, elle crée avec l’aide de son père repenti plusieurs établissements religieux pour accueillir les malades et les nécessiteux, et meurt abbesse, entourée de ses moniales en 720.
Après sa mort, son culte se répand à travers la France et l’Allemagne et les textes hagiographiques se multiplient, ajoutant des éléments à la légende et permettant à d’autres lieux de s’approprier l’histoire de la sainte. Certains d’entre eux reprennent le récit après la guérison de la jeune Odile et racontent son retour au palais familial en compagnie de son frère Hugues : fou de colère, le père aurait tué son fils et pourchassé sa fille au-delà du Rhin, un rocher se serait alors ouvert devant elle, dans la Forêt-Noire, du côté de Fribourg, pour lui offrir refuge.
Odile est souvent représentée avec un calice contenant ses yeux, vêtue de son habit d’abbesse bénédictine, qui la distingue de Lucie, l’autre sainte des malvoyants, longtemps fêtée aussi le 13 décembre.
La basilique abritant son tombeau et celui de ses parents, reconstruite au XVIIe siècle sur les ruines de la première abbaye et qu’on appelle aujourd’hui l’abbaye du Hohenbourg, est le haut lieu spirituel de l’Alsace.










ce site a été créé sur www.quomodo.com