L'emergence et la diffusion du futsal en France

La découverte du Futebol de Salão au Brésil par Christian Botto et Amador Lopez

1980-Amador-Lopez-MJC-Frayere-CannesOn peut retrouver les premières traces de la pratique du futsal en France à partir de 1978 dans la ville de Cannes (département des Alpes Maritimes - région PACA), grâce au franco-brésilien Christian BOTTO et au cadre technique Almador LOPEZ (12 fois international de fooball français en Afrique du Nord, joueur du club de football la Perrégauloise Gallia Sports, le club le plus titré de la Ligue de football d'Oran - Afrique du Nord). Ils furent les premiers à enseigner le Futebol de Salão ou Fútbol de Salón aux jeunes du quartier La Frayère deCannes La Bocca

1978-Stade-Mineirinho-w280pxTout commença lorsqu'en décembre 1978, Messieurs Christian BOTTO etAmador LOPEZ alors éducateur sportif de football, accompagnent de jeunes joueurs issus de la MJC1 La Frayère de Cannes (06) pour représenter la France dans un tournoi international de Football de Salon (Futebol de Salão) organisé par la Ville de Belo Horizonte pour inaugurer le flambant neuf stade Mineirinhod'une capacité de 15.000 places (Estádio Jornalista Felipe Drummond) situé dans l'État brésilien du Minas Gerais.

Les petits français du quartier de La Bocca affronteront en rencontre amicale les redoutables équipes nationales du Mexique, du Paraguay et une sélection brésilienne de la Fédération de Futebol de Salão de Minas Gerais. Pour tous ceux qui ont eu la chance de vivre cet évènement inoubliable, il ne fait aucun doute que ce voyage insolite au Brésil, sera le point de départ de l'apparition du futsal à Cannes, dans le sud de la France.

L'enseignement et la diffusion du "football brésilien" en France

1980-Tournoi-Frayeres-de-Cannes-w300pxC'est en découvrant la formidable engouement pour le Futebol de Salão au Brésil, que Christian BOTTO et Amador LOPEZ décident de créer une école pour enseigner les règles de ce jeu, telles qu'elles leur ont été confiées par la FIFUSA. C'est ainsi qu'ils diffusèrent la pratique du "football brésilien" aux jeunes adultes de la MJC la Frayère de Cannes et qu'ils formèrent des élèves qui la diffusèrent à leur tour dans d'autres départements et régions du sud de la France.

Au fil des rencontres, initiations et autres tournois, Amador LOPEZ rencontra d’autres personnes,Jean-Jacques ROBERTAlain ARMANDOAlain HAUVETChristian QUINCHON et Dominique GARDEUR, qui tour à tour, vont développer et utiliser le futsal chacun à leur manière. C’est à partir de ce moment que le "football Brésilien" (car tel est le nom qu'on lui donne à cette époque) commence à prendre son essor en France, et en particulier dans les régions du sud de la France, PACA, Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées.

La fondation de l'Association Française de Futsal - AFFS

1988-logo-Association-Francaise-de-FutSal-w150pxDevant le succès de la diffusion du futsal en France, les premiers pionniers fondent le 21 mars 1988, la première fédération de futsal qu'ait connue la France, l’Association Française de Futsal – AFFS sous la présidence duDocteur Jean-Jacques ROBERT assisté d'Alain ArmandoAlain HAUVET (Alpes-Maritimes), mais aussi Christian Quinchon (Toulouse), Dominique Gardeur (Grenoble), Robin Durieux (Marseille), Jean-Louis Siniscalchi et Kamel Guidoum (Martigues).

Peu de temps après la création de l’AFFS, MM Jean-Jacques ROBERT et Alain ARMANDO dotaient le futsal d’une première organisation administrative nationale pour envisager le développement du futsal sur l’ensemble du territoire. Pendant ce temps, Amador LOPEZ affilie l'AFFS à la FIFUSA et participe à la fondation de l'Union Européenne de Futsal - UEFS en 1985.

Amador LOPEZ décèdera malheureusement le 27 février 2000. Pour cet ancien joueur de haut niveau, passionné et amoureux du football, le futsal représentait un sport vivant, évolutif et dynamique. Il restait à ses yeux, formateur, compétitif et récréatif. À titre posthume, la FIFUSA (aujourd'hui l'AMF) et l’UEFS l’ont nommé membre d’honneur à vie.

1978-bdo-Amador-Lopez-w750px

La première Equipe de France de futsal (juin 1989)

Elle fut constituée par l'Association Française de Futsal - AFFS - qui organisa son premier tournoi amical international le 30 juin 1989 à Cannes dans les Alpes Maritimes (06) avec la participation de la redoutable Equipe d'Espagne de la Federación Española de Fútbol Sala (FEFS). Le résultat restera anecdotique, l'important était de faire découvrir cette pratique sportive en France et de permettre aux salonistes français de faire leur première expérience de la scène internationale.

1989-06-30-Tournoi-Int-France-Espagne-w750px

30 Juin 1989 - Tournoi International - France vs Espagne

1989-06-30-Tournoi-Int-France-Espagne-EdF-w500px 30 Juin 1989 - Equipe de France de futsal AFFS

Le ballon spécial de futsal

1998-ballon-futsal-w150pxLe ballon de futsal est très spécial. Il a fallu deux années et demi de recherche et de mise au point avec l'aide d'un spécialiste avant que Juan Carlos CERIANI ne parvienne à trouver la bonne taille et le bon poids de la balle pour favoriser le jeu à terre. Les jeunes surnommèrent le jeu inventé par CERIANI de "Bola Pesada" (Balle lourde). Les premiers ballons de futsal étaient beaucoup plus lourd et pesaient jusqu'à 800 grammes.

Aujourd'hui ils ont une taille entre 58 et 62 cm pour les Seniors hommes. Lorsqu'on le lâche d'une hauteur de 2 mètres, le premier rebond ne doit pas dépasser 35 cm de hauteur et il doit rester à terre au second rebond. Il ne rebondit donc pas et à une taille beaucoup plus petite. La taille est adaptée aux Jeunes et aux Feminines

Par ailleurs, ADIDAS qui était devenu le partenaire officiel de la FIFA, de l'UEFA et de la Fédération Française de Football, exerçait aussi une pression économique forte, puisque la firme allemande de Horst DASSLER ne détenait pas d'autorisation sur le brevet qui avait été déposé pour la fabrication du ballon spécial de futsal.

Au début, les membres de l'AFFS ont importé les ballons spéciaux de futsal depuis la Colombie, ce qui n'a pas manqué de poser des problèmes logistiques et notamment la destruction de ballons prélevés au hasard par la douane française pour vérifier qu'ils ne contenaient pas de cocaïne ! Ceci obligea Alain ARMANDO à les importer directement d'Espagne.

La demande d'Agrément de Fédération sportive par l'AFFS

Cependant et malgré le soutien international de la FIFUSA, l'AFFS ne parvient pas à obtenir l'agrément ministériel ni à faire reconnaître le futsal par le Ministère des Sports. Il faut savoir que la FFF ne souhaitait pas développer la pratique du football en salle dans les collèges, lycées et universités en France (cf. les revendications des acteurs du footbal en mai 1968) et qu'elle faisait pression sur le Ministère des Sports pour empêcher la reconnaissance et l'implantation du futsal sur le territoire français.

Découragés par le manque de volonté politique du Ministère de tutelle, ils durent se résoudre à intégrer le futsal dans une fédération reconnue pour poursuivre son développement et parvenir à isser le futsal français au même niveau des pays européens voisins (Belgique, Espagne, Italie, Portugal,…). C'est ainsi qu'en 1993 le futsal s'intégra dans une fédération multisportive, l’Union Française des Œuvres Laïques d’Éducation Physique – UFOLEP, qui disposait de l'agrément de fédération affinitaire et donc de subventions permettant son administration et la formation de cadres (arbitres et entraîneurs).

Le futsal comme moteur d’intégration sociale au sein de l'UFOLEP

logo-UFOLEP-new-w400pxL’UFOLEP est une fédération multisport qui organise la pratique de plus de 90 activités sportives, culturelles et ludiques pour les adolescents et les adultes sur l'ensemble du territoire français. Elle bénéficie du statut spécial de fédération affinitaire et considère le sport comme un moyen de développement social de l’individu. Fidèle à sa mission et considérant les vertus pédagogiques et sociales du futsal, l’UFOLEP souhaite accueillir le futsal pour favoriser l’intégration sociale des jeunes adolescents et adultes.

Le futsal vécu alors un formidable essor dans les années 1990 et l’UFOLEP s’affilia tour à tour à l’UEFS puis à la FIFUSA en participant à des compétitions européennes et internationales. Avec plus de 450 clubs et près de 5.000 licenciés, une Commission Nationale et une Sélection Nationale, le futsal semblait bien se développer en France.

Le début des difficultés

2010-image-ufolepDans un premier temps, une sous-commission de futsal est intégrée au sein de la Commission Football de l'UFOLEP, mais en septembre 1997, une Commission Nationale voit le jour, qui organise et planifie l’activité futsal en plan quadriennal. En 1996, c’était 229 associations pour 2.819 joueurs, répartis dans 26 départements. Cependant, en 1999, ils n’étaient plus que 165 associations pour 2.382 licenciés et 23 départements. L’objectif que s’était fixé la Commission Nationale UFOLEP pour l’an 2000 était loin d’être atteint (6.400 joueurs pour environ 450 associations).

Mais les premières difficultés apparurent à cause de l'esprit de compétition qui animait les équipes de futsal. Paradoxalement, si le niveau de jeu des joueurs s'améliorait et augmentait, l'arbitrage et l’encadrement disciplinaire était de plus en plus difficile à assurer.

La formation des cadres des équipes n'étant pas un objectif prioritaire de l'UFOLEP, divers faits de violence et des dérapages entachèrent les efforts de la Commission Nationale de Futsal de l'UFOLEP. Ainsi en 1995, les dirigeants de l’UFOLEP prirent la décision de dissoudre la Commission Nationale de Futsal pour des motifs politiques et d’orientation.

La délégation pour le "football en salle (futsal)" délivrée à la FFF

1999-jean-fournet-fayardAu niveau international et depuis la décennie 1980-1990, la FIFA cherchait à prendre le contrôle du futsal d'abord en concurrençant la FIFUSA avec son Football à Cinq puis en créant un clone du futsal en 1990 (le futsal FIFA). En mai 1985 (cf. circulaire FIFA n° 351), la FIFA ordonna à ses associations nationales de football d'intégrer de force les associations nationales de futsal pour remplacer le futsal de la FIFUSA par sa propre version du football en salle (qui était nommée à l'époque Soccer Five, en français : football à cinq).

Sur cette injonction de la FIFA et de l'UEFA, le président de la Fédération Française de Football Jean FOURNET-FAYARD, demande en 1993 un rapport sur le football en salle en France à deux membres du Conseil Fédéral dontGeorges VERNEY.

1998-logo-Association-France-98-w200pxSuite aux recommandations de ce rapport, la FFF met en place la Commission Centrale de futsal FIFA dirigée par Jacky ERNEST, puis elle lança la Coupe Nationale pour les clubs de football à onze.

La délégation pour le "football en salle (futsal)" sera accordée en 1997 par le Ministère des Sports français, alors même que la FFF avait auparavant empêché sa pratique sur le territoire français. Faut-il y voir une coïncidence avec l'attribution de l'organisation de la Coupe du Monde de football en France (World Cup France 1998) et les directives de l’UEFA et de la FIFA ? Quoiqu'il en soit le Ministère des Sports et le CNOSF accorde une nouvelle délégation à la FFF.

Les acteurs du futsal de l'époque s'étonneront que la délégation pour le "football en salle (futsal)" soit confiée à la FFF par le Ministère des Sports, alors même que ses dirigeants du football avaient marginalisé la pratique du football brésilien et que la demande d'agrément avait été refusée quelques années auparavant à l'Association Française de Futsal - AFFS.

Le passage de relais impossible entre l'UFOLEP et la FFF

Entre 1997 et 1998, des membres de la Commission Nationale de Futsal UFOLEP proposèrent à la FFF de récolter les fruits de leur expérience du futsal, en intégrant ses membres (cadres, entraîneurs, joueurs,…) dans le dispositif technique de la FFF, en application des accords conventionnels passés entre l’UFOLEP et la 3F.

Mais ignorant le travail accompli par l’UFOLEP, les cadres techniques et la Commission Centrale de futsal de la FFF refusèrent cette offre et décidèrent de constituer la sélection nationale de futsal de la FFF, exclusivement à partir de joueurs de football recrutés parmi les ex-stagiaires professionnels ou évoluant en CFA.

L'Equipe de France de futsal FIFA (mars 1997)

En mars 1997, l'URBSFA (Fédération belge de football) cherche un adversaire pour son équipe Espoir U21 de football en salle et se tourne vers la France. Cette invitation contraint la Direction Technique Nationale de la FFF à mettre sur pieds son Équipe de France de football en salle.Jacques DEVISMES est nommé sélectionneur et responsable de la Direction Technique du football en salle. Le président du District de l'Isère (38) Michel MUFFAT-JOLY, membre de la Commission Centrale de futsal, est nommé chef de délégation, poste qu’il occupe encore à ce jour.

Le futsal Français se dote ainsi d’une Équipe de de France de football en salle pour répondre favorablement à la demande de l'URBSFA. Une détection est organisée au sein d'une poignée de ligues de football où se joue du football en salle (Alsace, Nord-Pas de Calais et Rhône-Alpes) qui permet de sélectionner un groupe de joueurs de football totalement profanes. Le premier rassemblement a lieu à Wasquehal dans le Nord de la France où la discipline est connue par sa proximité avec la Belgique.

À cette époque, Pierre JACKY est nommé adjoint de Jacques DEVISMES. Il raconte : «C’est surement le match le plus folklorique de toute notre histoire. Les joueurs ne connaissaient pas vraiment les règles du futsal puisque nous les adaptions dans nos championnats. Nous n’avions même pas de ballons puisque nous jouions encore avec les ballons en feutrine. Nous avions convoqué les joueurs le matin. L’après-midi, nous avons effectué une séance avec un arbitre qui nous expliquait les règles. Même nous, les entraineurs, ne connaissions pas les détails du règlement» (cf. Futsal Info).

Un autre incident montre bien la situation du football en salle français à cette époque. A l’heure de s’envoler pour la Belgique, Michel MUFFAT-JOLY, chef de la délégation France et Pierre BAUDOUIN, président de la ligue Nord Pas de Calais, doivent visiter un « Décathlon » pour acheter des ballons de futsal. Ni Adidas France, ni la FFF ne sont en mesure de les leur fournir.

1997-fff-france-futsal-fifa

Contre toute attente, l'Equipe de France de futsal FIFA remportera cette première rencontre amicale contre les Espoirs belges (3 - 1). Mais malgré cette victoire, le futsal FIFA ne décolle pas en France et végète très loin derrière ses voisins européens. L'expérience sportive et les championnats sont inexistants. Avec le départ de Jacques DEVISMES pour l'AS Monaco, l’aventure Française du futsal FIFA est mise entre parenthèse. Le titre de Champion du monde de football 1998 va modifier la donne.

Le chemin de croix de l'Equipe de France de futsal FIFA

La confusion des genres entre le "football en salle" et le futsal

Après France 98, Aimé JACQUET devient Directeur Technique National et nomme James DOYEN comme sélectionneur de l'Équipe de France de futsal FIFA. James DOYEN est en charge de l’animation des CTR et CTD pour lesquels il organise des séminaires, il est rédacteur en chef du magazine l’Entraîneur Français et multiplie les sièges au sein de diverses Commissions Centrales. Il précise : «Lors du premier séminaire de la Direction Technique, au mois d’Août, pendant lequel toutes les actions techniques sont étudiées pour l’année, Aimé Jacquet me demande de prendre en charge le projet de développement du Futsal. Ca a démarré ainsi. L’idée m’a plus tout de suite. Je connaissais peu le futsal, mais j’avais déjà, comme beaucoup de footballeurs, pratiqué le football en salle».

Il s'entoure de Pierre JACKY comme entraîneur adjoint, mais James DOYEN n'a pas de réels objectifs sportifs. L’idée est de promouvoir cette discipline inconnue et de répondre à la directive émanant des instances internationales de l'UEFA et de la FIFA. Il conservera ce poste pendant 6 ans, sans pouvoir combler les lacunes techniques et tactiques de l'Equipe de France de futsal FIFA qui accumulera de nombreuses défaites humiliantes, comme au fameux tournoi du Tiger 5s futsal en 1999 à Singapour, où les organisateurs croient inviter l’équipe championne du monde ... de football.

logo-tigers5Avant le Tiger 5s futsal, l’équipe de France de futsal FIFA a participé à 4 rencontres et connu 4 défaites (4 buts marqués et 30 encaissés). Malgré deux victoires sur 8 matchs, la France n'en sort pas grandie et les statistiques se confirment avec 6 défaites pour 2 victoires (11 buts marqués et 44 buts encaissés).

Aujourd'hui encore, après une quinzaine d'années de développement du futsal FIFA en France, la situation n'est guère plus glorieuse. On ne recense aucune qualification des clubs FFF en phase finale de l'UEFA Futsal Cup, ni aucune qualification de l'Equipe de France futsal FFF dans les Championnats d'Europe UEFA ou les Championnats du Monde de Futsal FIFA.

Le complexe de supériorité de la FFF

Persuadés qu’il suffisait de sélectionner quelques bons joueurs de football pour constituer une solide Equipe de France de Futsal, les dirigeants 3F de l’époque n’ont pas jugé utile d’accepter les conseils et les propositions pourtant louables des membres de l’UFOLEP. La sentence ne se fit pas attendre et c’est par de nombreuses défaites cinglantes, qu’ils finirent par comprendre qu’ils avaient pêché par orgueil. De 1997 à 2007, o­n compte seulement 6 victoires pour plus de 50 défaites en rencontres officielles.

Bien qu’on puisse se consoler en pensant qu’il ne s’agit que d’une équipe amateur, la France n’en sort pas grandie et on occulte le futsal français dans tous les médias. En réalité, aucun cadre technique de la FFF ne dispose d’expérience vécue du futsal dans sa dimension internationale et européenne, et plutôt que d’intégrer les acteurs du futsal, o­n préfère les ignorer et les exclure, quitte à perdre plusieurs années de développement. À la 3F o­n a le temps et pour s’occuper du futsal, il faut faire partie de la maison.

Le futsal FIFA, un ersatz du football à 11 ?

La FFF a obtenu la délégation de service public pour la pratique sportive du football en salle (futsal), selon la codification mise en place par la FIFA. La confusion des genres entre le football en salle et le futsal, dont le terme futsal a été mis entre paranthèse pour créer la confusion dans l'esprit du législateur, permet à la FFF d'utiliser son monopole acquis dans el football pour confisquer en France les droits historiques du futsal originel (FIFUSA, aujourd'hui AMF).

La FFF a inscrit le futsal dans le cadre du football diversifié de la Ligue Française du Football Amateur (L.F.F.A.). Le futsal FIFA est donc considéré comme un sous-produit du football et relégué au sein du Département du football diversifié. Malgré les obligations liées à la délégation de service public, aucune obligations relatives au fonctionnement (statuts) ou aux aspects disciplinaires (règlement disciplinaire) ne sont respectées.

Les clubs de futsal affiliés à la 3F sont considérés comme des clubs de football, sans distinction aucune et ne peuvent pas prétendre à la reconnaissance de leurs spécificités (tarifs, formations, licences, subventions, gymnases, arbitres,…). Les Statuts et les règlements généraux du football leur sont appliqués sans reconnaître leur spécificité. A la 3F, force est de constater que le futsal c’est d’abord et avant tout du football en salle.

Naissance du syndicat "Union Nationale des Clubs de Futsal"

03-logo-UNCFs-DeZ-w200x100pxLe futsal FIFA tel que proposé par la 3F, est entièrement contrôlé par les Comités Directeurs des Ligues et des Districts de football, sans que les conditions et les obligations de la délégation de service public soient respectées (élections démocratiques, représentation des acteurs du futsal, projets de développement, présentation des budgets et des financements…).

Devant de tels dysfonctionnements qui nuisent au développement de la pratique du futsal, des dirigeants de clubs de futsal se sont associés pour fonder, en juin 2002, un syndicat nommé Union Nationale des Clubs de Futsal – UNCFs. Il fut baptisé du surnom évocateur de Défense en Zone, parce qu'il s'était donné pour mission de fédérer et défendre les droits des acteurs et des clubs de futsal au sein du football 3F. Son premier président fut M. Adrien TAQUET, dirigeant du club de futsal KAMELEON (Garches), club qui fut constitué bien avant l'introduction du futsal FIFA en Ile de France. Le club KAMELEON organisait un championnat de futsal d'une vingtaine d'équipes à Garches (92) et participait depuis de nombreuses années (1995) à celui de Sèvres (92). Ces championnats de futsal étaient organisés depuis les années 90 avec les règles du "football brésilien" enseignés à l'UFOLEP.

Des questions qui fâchent les dirigeants de la 3F

L’argent que les clubs de futsal versent à la 3F (affiliation, licences, frais d’arbitrage, Amendes diverses et variées, frais d’engagement,…), sert à alimenter les caisses du football. Il n‘existe aucun contrôle de son utilisation au bénéfice du futsal, puisqu'il n’existe pas de ligne budgétaire propre au futsal.

  • Quelles sont les recettes et les dépenses qui concernent le futsal FIFA au sein de la 3F ?

La formation des cadres techniques et le développement des compétences est réduite à sa plus simple expression et quasi-inexistante. Le recyclage des arbitres du football dans le futsal se fait sans programme de formation digne de ce nom et accentue encore la "footbalisation" du futsal.

  • Pourquoi n'existe-t-il aucun diplôme de futsal qui soit reconnu par l'Etat ?

L'absence d'élection et de représentation des acteurs du futsal, empêche tout renouvellement naturel dans les instances dirigeantes de la Fédération, de ses Ligues régionales et de ses Districts départementaux ?

  • Pourquoi n'existe-t-il aucune élection démocratique ni de siège prévu dans les instances dirigeantes pour représenter les acteurs du futsal ?

Autant de questions laissées sans réponse depuis 1997 par la FFF.

Vers une Fédération Française de Futsal – FFFs

2002-adrien-taquet-ph1Désirant apporter son aide au développement du futsal FIFA, le syndicat UNCFs remet un rapport sur la saison 2002-2003 à la Ligue de Paris Ile de France de Football, rédigé à partir de propositions d'amélioration des compétitions formulées par les clubs de futsal engagés dans le championnat régional francilien.

Ce rapport fut classé sans suite par la Commission régionale de futsal de la LPIFF qui invita les membres de l'UNCFs a proposer leur candidature pour siéger dans cette Commission régionale. Toutes les candidatures furent écartées, ce qui incita le président de l'UNCFs, Adrien TAQUET, à demander audience auprès des instances fédérales de la FFF pour faire reconnaître le syndicat des clubs de futsal en son sein.

2010-ph-jp-escalette-w590x405pxMais le 7 juillet 2003, le Comité Directeur de la FFF présidé par Jean-Pierre ESCALETTE refusa la proposition de reconnaître l'UNCFs comme une "Union d’associations" représentative des clubs de futsal. Il motiva son refus par le fait qu'il n'existait aucun club de futsal affilié comme tel à la FFF et que par conséquent, l'UNCFs ne représentait rien ni personne.

Ce refus de la reconnaissance de l'UNCFs, amena Adrien TAQUET à démissionner parce qu'il portait le projet de représenter les acteurs du futsal au sein de la FFF. Les membres de l'UNCFs se réunirent pour élire un nouveau Bureau et définir un nouveau projet. Après délibération et suffrage, l'UNCFs conserva le projet de poursuivre la syndication des acteurs du futsal, avec comme nouveau président Jérôme BRACHET pour porter ce projet.

2003-Reunion-UNCFs-AMF-Roissy-en-France-w250pxEn août 2003, profitant de la tournée européenne du Président Rolando ALARCON RIOS fraîchement élu en décembre 2002 à la tête de l'Association Mondiale de Futsal - AMF (ex-FIFUSA), le nouveau président de l'UNCFs, reçoit de ses mains les nouvelles Règles du jeu futsal de l'International Futsal Board AMF (ex-FIFUSA) qu'il traduira et adaptera en français pour permettre sa diffusion dans l'ensemble de l'héxagone et de l'espace francophone.

En septembre 2003, l'UNCFs modifie ses Statuts pour proposer la pratique sportive du futsal original sous le nom de "futsal AMF" (pour éviter toute confusion avec le futsal FIFA de la FFF,) aux groupements sportifs situés sur le territoire français qui souhaitent initier, enseigner et pratiquer le futsal en loisir ou en compétition.

L'UNCFs se dote notamment d'une police d'assurances collective multirisque (AGF - Groupe ALLIANZ) qu'elle mutualise à l'ensemble de ses membres affiliés pour couvrir l'ensemble des risques liés à la pratique sportive et notamment leur responsabilité civile, leur protection juridique, l'insolvabilité des tiers, les accidents corporels et les infrastructures sportives (cf. Code du Sport).

Les nouvelles technologies de l'information au service du futsal

L'UNCFs s'est doté de plusieurs outils médiatiques pour communiquer les informations sur l'évolution du futsal AMF en France, pour aider et accompagner ses acteurs et leurs clubs à diffuser les actualités et se faire connaître du grand public, en France, comme à l'international.

Le Site Internet Futsal France (août 2003)

2005-08-site-internet-futsal-france-w250pxDès 2003, Défense en Zone, alias UNCFs, publie son premier site Internet d'informations et d'actualités sur le syndicat du futsal. Mais c'est en août 2005 que la version dynamique deFUTSAL FRANCE voit le jour, permettant le travail collaboratif des acteurs du futsal. A cette époque, il n'existait que peu d'informations concernant le futsal disponibles sur Internet, en dehors de sites anglophones comme Futsal Planète.

Très rapidement, Futsal France devient une référence pour les acteurs du futsal français, grâce au travail assidu de l'équipe de rédaction composée essentiellement de trois journalistes sportifs Mikael BOURDARAUD (United Colors of Paris), Antoine MANGA (Créteil Futsal) etJérôme BRACHET (FC Sèvres puis Issy Futsal).

Lorsqu'en octobre 2011, l'UNCFs publie l'actuelle version 3.0 de Futsal France basée sur le CMS Joomla!, l'ancienne version 2.0 totalisait 12.057.261 pages vues par 7.513 abonnés enregistrés qui ont pu prendre connaissance de 1.211 articles parus depuis Août 2005.

Un succès qui favorisera l'essor du futsal français puisque depuis 2005, il a permis de diffuser régulièrement des informations auprès d'un large public qui recherchait parfois en vain des informations sur la pratique de cette activité sportive sur leur territoire. Via l'Internet, ces informations ont fait le tour du monde des territoires français, en Métropole mais aussi en Outre-Mer, et plus largement dans l'espace francophone. La lettre d'actualités envoyée quotidiennement à plus de 7.500 abonnés a permis de tenir informé les acteurs du futsal sur l'évolution de l'activité sportive.

Fidèle à la mission que lui a confié l'UNCFs, le site Internet Futsal France est devenu un média de référence dans l'espace sportif francophone, ce qui en fait un outil incontournable en faveur du développement du futsal AMF. Le succès remarquable de Futsal France à fait naître tout récemment de nouveaux sites concurrents.

En 2010, profitant de l'essor des réseaux sociaux, la Fédération de futsal AMF en France ne tarde pas à être présente sur la toile. Tout d'abord via Facebook sous le nom de Fédé Futsal France, puis sous le nom de Tweeter Futsal France sur le réseau social Tweeter.

En septembre 2012, l'UNCFs a lancé deux nouvelles plateformes Internet pour permettre aux dirigeants des clubs de futsal (Net.Futsal.Club) et aux responsables des Ligues et des Comités (Net.Futsal.Ligue) de publier et gérer leur propre sites web à partir de la technologie Wordpress.

Le Magazine Futsal Spirit (mai 2005)

2007-05-couv-Mag-FS09-200pxEn avril 2005, l'UNCFs publie le premier magazine français spécialisé sur le futsal, FUTSAL SPIRIT (ISSN n° 1954-3875). Sa publication est bimestrielle et disponible au format numérique PDF.

La rédaction des premiers numéros de Futsal Spirit est initiée par deux journalistes spécialistes du futsal qui pratiquent et dirigent régulièrement ce sport dans différents clubs parisiens, Mikael BOURDARAUD(United Colors of Paris), Antoine MANGA (Créteil Futsal) et Jérôme BRACHET (FC Sèvres, Issy Futsal et Paris Futsal XVe). Les éditions suivantes seront le fruit d'un travail commun effectué par les acteurs du futsal engagés au sein de l'UNCFs. Ils utiliseront la tribune de Futsal Spirit pour faire connaître leurs actions sportives et informer le public des avancées du futsal sur leur territoire, dans leur département, leur région.

Si le magazine Futsal Spirit est particulièrement suivi dans le petit microcosme du futsal, il n'a jamais pu bénéficier de soutien financier de la part de partenaires. Le nombre d'abonnés, malgré le faible prix de l'abonnement (une trentaine d'Euros par an) ne permettra pas d'envisager la poursuite de son édition. Après cinq années de publication régulière, la dix-neuvième édition du Magazine Futsal Spirit, clôturera l'expérience (le dernier numéro est daté du 14 Mai 2010).

S'il est possible qu'un jour l'édition de Futsal Spirit ressuscite et reprenne vie, ce que nous appelons de nos voeux, cela ne sera possible qu'avec le soutien financier de partenaires souhaitant associer leur image aux valeurs du futsal AMF.

La décentralisation de la Fédération de futsal UNCFs (de 2004 à aujourd'hui)

2006-07-france-comites-ligues-uncfsA partir du début de l'année 2004, l'UNCFs propose aux groupements sportifs et à leur adhérents de se fédérer pour constituer des organes déconcentrés sous la forme de sections départementales ou régionales de futsal (les Comités départementaux et les Ligues régionales), pour gérer et organiser des manifestations sportives de futsal AMF, selon la Charte des responsables locaux de l'UNCFs et les modalités des Règles du jeu futsal AMF.

C'est ainsi qu'entre 2004 et aujourd'hui, de nombreux Comités et Ligues indépendantes et autonomes de futsal verront le jour sur le territoire de la Métrople mais aussi dans les territoires d'Outre-Mer. Les régions du Sud de la France sont les premières à se fédérer et le premier Comité départemental fut le Comité du Var (83) en septembre 2004, à l'initiative de M. Maurice FABRE, qui fondera un peu plus tard l'Academy des Gentlemen Futsaleurs (A.G.F.).

Suivront ensuite les Alpes de Haute-Provence et les Hautes-Alpes (05-06), le Gard (30), les Bouches-du-Rhône (13), les Alpes-Maritimes (06), la Guyane (971), l'Hérault (34), la Seine-et-Marne (77), la Haute-Savoie (74), le Rhône (69), le Nord (59), Paris (75), puis la Ligue d'Ile de France et celle de la région Centre, le Comité du Maine-et-Loire et la Ligue des Pays de Loire, la Haute-Corse (2B) et la Corse du Sud (2A) puis la Ligue de Corse, la Ligue de Bretagne et celle d'Aquitaine, la Ligue de Polynésie Française, la Ligue Réunionaise ainsi que la Ligue de Guadeloupe et de la Martinique et enfin la Ligue Nord-Est, incluant la Champagne-Ardennes et la Lorraine.

L'enregistrement du futsal AMF comme Sport Ethique à l'UNESCO (décembre 2006)

C'est en décembre 2005, pendant le Salon Sport & Co à Marseille, que M. Maurice FABRE, président du Comité Var de futsal UNCFs, rencontra M. Albert KONAN-KOFFI, président de l'Observatoire International pour la Non-Violence (OIPNV), organisation non gouvernementale rattachée au Département pour l'Information (DPI) des Nations Unis. C'est au cours de cette rencontre informelle que des échanges et des liens furent tissés entre l'UNCFs et l'OIPNV.

Très engagée dans la lutte contre la violence et sensibilisée par les Objectifs du Millénaire pour le développement des Nations Unies, l'UNCFs s'engagea dans le programme des Communes des Nations pour La Paix, organisme républicain rattaché à l'OIPNV, pour oeuvrer en faveur de la Paix avec les Maires des Communes de France et favoriser le développement technique, économique, culturel, social et juridique de manière durable.

Dans ce cadre, les membres de l'UNCFs, de l'Union Européenne de Futsal (UEFS) et de l'Association Belge de Football en Salle2 (ABFS) participèrent au VIe Congrès des Communes des Nations Pour la Paix pour recevoir la Colombe de la Paix décernée par son Jury à l'activité sportive futsal gouvernée par l'Association Mondiale de Futsal. À cette occasion le futsal AMF fut enregistré le 16 décembre 2006 à Paris au siège de l'UNESCO  comme Sport Ethique et Non-Violent pour le Respect, le Beau Geste et le Bon Comportement.

2006-12-16--OIPNV-UNESCO-UNCFs-Futsal-AMF

De gauhe à droite : Valeriy AKHUMYAN (président de l'UEFS), Jérôme BRACHET (président de l'UNCFs) et Roger VRIJENS (Président de l'ABFS, décédé en 2011)

L'Équipe de France masculine de futsal AMF (décembre 2006)

L'enregistrement du futsal AMF à l'UNESCO fut un évènement international majeur auquel tous les responsables des Ligues et des Comités de l'UNCFs furent conviés. Il a aussi donné l'occasion à l'UNCFs de constituer une Direction Technique Nationale avec à sa tête comme premier sélectionneur, le spécialiste technicien Julien NEPOTY issu du Gard et chargé de constituer l'Équipe de France Masculine de futsal AMF pour cet évènement unique, mais aussi en vue de préparer le prochain Championnat d'Europe de Futsal organisé en 2008 en Belgique par l'ABFS2.

2006-12-15-equipe-de-france-futsal-amf-w500px

 Équipe de France de Futsal AMF le 16 décembre 2006 à Malakoff (92)

Pour fêter dignement et solennellement cet évènement de portée mondiale, l'UNCFs organise sa première rencontre internationale et amicale le 16 décembre 2006 dans la Ville de Malakoff (92) et y invite la Ligue Francophone de Football en Salle(LFFS), l'aile francophone de l'Association Belge de Football en Salle2 (ABFS).

La tournée de l'Equipe de France de futsal AMF en Catalogne (mai 2007)

Quelques mois plus tard, en mai 2007, l'Equipe de France de futsal AMF est invitée par son homologue catalane, alors sacrée Vice-championne d'Europe en 2006. La France crée la surprise en remportant 4-3 la première manche à Santa Coloma de Queralt) et s'incline logiquement dans la revanche le 1er mai à Mora la Nova par 3 buts à 5.

2007-05-01-EdF-Catalogne-France

De gauche à droite en partant du haut  Guillaume Corpelet (Gardien), Jean-Charles Tobrane, Salim Kaddouri, Johan Delahaye, Noudji Laoukein, Yohan Hammami (Cap.), Hakim Habid Charef, Miguel Martinez, Jérémy Matusick, Kader Bouasla, David Medina (Gardien). Moulay Mokthary (blessé), Sélectionneur Julien Nepoty

Le Championnat d'Europe de futsal Masculin en Belgique (mars 2008)

Le tirage au sort de l'Eurofutsal 2008 effectué au siège de l'ABFS, avait réservé un groupe compliqué à l'Equipe de France de futsal AMF. Placés dans le groupe B, les français affrontent dans l'ordre : la Biélorussie, Championne d'Europe en 2004, la Belgique pays hôte de l'épreuve et 5ème des derniers Championnats du monde en Argentine et la Catalogne, adversaire toujours difficile à manœuvrer.

2008-eurofutsal-ceremonie-w750px

Les français termineront à la 3ème place de leur groupe, malgré un très beau parcours. Dans le groupe A, la Russie (Championne d'Europe en titre) se qualifie avec la République Tchèque. La France remportera son match de barrage contre la Norvège et rencontrera L'Ukaine en match de classement final où elle s'inclinera. Le bilan de l'Equipe de France de futsal AMF est positif puisqu'elle termine à la 6ème place (meilleure place de la France en 6 participations) avec 2 victoires, 1 nul et 2 défaites.

2008-03-21-belgique-france-capitaines Matche de classement pour la 5ème et 6ème place

le 24 mars 2008 à 17h00 - Ville de Liège
France - Ukraine : 2-7  (1-4)

Matche de classement pour la 5ème à la 8ème place

le 23 mars 2008 à 19h30 - Ville de Hoboken
France - Norvège : 6-5  (2-4)

Matches de qualification du Groupe B

Le 22 mars 2008 à 21h00 - Ville de Soumagne
Catalogne – France :  2-2 (0-1)

Le 21 mars 2008 à 19h00 – Ville de Haine St-Paul
Belgique – France : 3-5 (2-1)

Le 20 mars 2008 à 19h45 - Ville de Houthalen
Biélorussie – France : 4-1  (1-0)

Classement Final
1 50px-flag-russie Russie
2 50px-flag-republique-tcheque République Tchèque
3 50px-flag-belgique Belgique
4 50px-flag-bielorussie Biélorussie
5 50px-flag-ukraine Ukraine
6 50px-flag-france France
7 50px-flag-catalogne Catalogne
8 50px-flag-norvege Norvège

2008-02-13-delegation-eurofutsal-uncfs 2008-02-11-Eurofutsal-France-futsal-Masculin-bleu-w600px
Gardiens : Pierre-Marie Felce, Yves Pichard -  Joueurs : Patrice Beaumelle, Ali Bedredine (Cap.), Aziz Benredouane, Mimoun Bihi, Mohamed Kehal, Noudji Laoukein, Thomas Mafrici, Moulay Mokthary, Chergui Sekrane, Jean-Charles Tobarane -  Staff technique : Julien Nepoty, Angélo Messina, Mbaye Laoukein, Sascha Filippi - Intendance : Mikael Bourdaraud, Baptiste Boyer - Kinésithérapeute : - Chef de délégation : Jérôme Brachet

 

La recherche de l'agrément de fédération sportive (septembre 2008)

2008-09-AG-w500pxCompte tenu de l'augmentation du nombre de sections départementales (15) et régionales (8) et du nombre de groupements sportifs affiliés (3.500 adhérents), le Comité Directeur National de l'UNCFs décide au cours de son Assemblée générale de mars 2007 à Nîmes, de se doter d'un règlement organique et de modifier ses Statuts en profondeur.

Les nouveaux Statuts transforment l'UNCFs en Fédération Française unisportive de futsal AMF. Ils ont été finalement adoptés le 7 septembre 2008 à Nîmes, incluant de nouveaux textes règlementaires qui précisent son organisation et son fonctionnement général (cf. Statuts et Règlements). Ces nouveaux textes sont rassemblés dans le Règlement Organique Général (R.O.G.) qui permet la représentation démocratique des acteurs du futsal et l'institutionnalisation du futsal AMF en respectant la législation du sport en vigueur en France (Code du Sport).

L'obtention de l'agrément de fédération sportive délivré par le Ministère des Sports et de la Vie Associative, est l'un des objectifs poursuivis par l'UNCFs. La reconnaissance par la République de la Fédération Française de Futsal AMF comme organisation participant à une mission de service public au sein du mouvement sportif français, permettrait de répondre aux attentes des citoyens, qu'ils soient bénévoles, parents d'enfants, dirigeants de groupements sportifs, joueurs et arbitres ou cadres techniques enseignant ce sport éducatif et non-violent d'origine sudaméricaine (cf. Histoire de la genèse du sport futsal codifié entre 1930 et 1933 par J.C. Ceriani - AJC de Montevideo, Uruguay).

L'Équipe de France Espoirs (U21) de futsal AMF (Eurofutsal Espoirs U21 2009)

Constituée spécialement pour participer au premier Championnat d'Europe de Futsal UEFS Espoir (U21), qui s'est déroulé en République Tchèque (Trébon), du 24 au 28/11/2009, l'Equipe de France de futsal Espoirs UNCFs a offert du jeu et a su relever le défi proposé par ses adversaires. En finissant 3ème, la France monte sur la troisième marche du podium avec la meilleure attaque et la deuxième défense.

Classement Final
1 50px-flag-republique-tcheque République Tchèque
2 50px-flag-catalogne Catalogne
3 50px-flag-france France
4 50px-flag-belgique Belgique
5 50px-flag-russie Russie

Gardiens : Cambray Laurent, Samba Ruben, Merchouk Yannis
Joueurs : Aggouni Ali, Ait-Hemid Hakem, Hourri Mohammed, Bouyalaan Karim, Benzid Mourad, Bouftila Foued, Boulhala Amirouche, Harmli Fouad, Pellier-Cuit Cyril
Staff technique : Mbaye Laoukein, Sascha Filippi, Baptiste Boyer - Chef de délégation : Mikael Bourdaraud

 


Les Etats Généraux des Sports Urbains (Décembre 2009)

2009-12-16-etats-generaux-sports-urbains-w180pxUn important travail d'identification et de rencontre des différents acteurs des sports urbains avait été effectué par Bernard NIEUVIAERT (ancien Maire de Longjumeau et président de l'Agence pour l'Éducation par le Sport - APELS) à l'initiative du Ministre de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative, Bernard LAPORTE. Plusieurs rencontres ont été organisées au siège du Ministère entre l'UNCFs et Bernard NIEUVIAERT, Conseiller de Bernard LAPORTE à l'insertion par le sport.

Compte tenu des différents en cours entre l'UNCFs et la FFF, Bernard NIEUVIAERT a organisé le 17 juin 2009, au siège du Ministère des Sports, une conciliation entre les dirigeants de l'UNCFs et de la FFF.

Malheureusement, les responsables de la FFF qui étaient présents, M. Henri EMILE Responsable du département Football Diversifié de la FFF, M. Alain CHARRANCE Vice-Président de la Ligue de Football Amateur (LFA) et M. André PREVOSTO Directeur adjoint de la FFF, n'ont pas modifier leur position vis-à-vis de l'UNCFs. Malgré leurs engagements devant le Conciliateur Bernard NIEUVIAERT, ils n'ont adressé aucune réponse concernant nos demandes de suspension de sanctions, suite à l'application de l'article 63 des règlements généraux de la FFF.

Bien au contraire, peu de temps avant la venue de M. Henri EMILE en Guyane, le président de la Ligue de Guyane de Football a fait pression sur le Président du Conseil Régional de Guyane et le Directeur de la D.R.J.S. pour dissoudre le Comité futsal de Guyane et affilier les clubs de futsal à la FFF. Dans le même temps, les organes déconcentrés de la FFF ont adressé des courriers aux Maires des Communes de nos clubs résidents, pour faire état des risques encourus, les incitant à refuser l'accès des infrastructures sportives aux clubs membres de l'UNCFs.

Les réunions avec le Chargé de mission Bernard NIEUVIAERT permettent de dégager les principales difficultés auxquelles les acteurs du futsal AMF doivent faire face pour enseigner, encadrer et développer leur activité. Ces réunions ont permis d'aboutir au rapport de Bernard NIEUVIAERT sur les sports urbains, qui a établi un premier diagnostic essentiel et posé les jalons des Etats Généraux des Sports Urbains.

C'est au stade Pierre de Coubertin le 16 décembre 2009, que Rama YADE, récemment nommée Secrétaire d'Etat chargée des Sports, poursuit le travail de son prédécesseur en lançant les Etats Généraux des Sports Urbains et en y invitant les principaux responsables des organisations sportives reconnues par Bernard NIEUVIAERT.

Dans les semaines qui ont suivis, les sports urbains (tennis ballon, quick soccer arena, Double Dutch, BMX, Roller, Roller Skate, ...) ont reçu un questionnaire préparé par le Groupe national de travail constitué de membres issus du CNOSF, des médias, des fédérations, des collectivités, de l'Etat et d'un groupe d'experts.

Le 9 avril 2010, l'UNCFs a présenté ses réponses par écrit au Groupe national de travail. Ses membres ont audité le président Jérôme BRACHET et le président de la Ligue Rhône-Alpes David BERAUD.

Mais suite à un remaniement ministériel, Mme Rama YADE est remplacée en octobre 2010 par Mme Chantale JOUANNOT qui prend la tête d'un Ministère des Sports de plein exercice. De fait, le processus inité pas ses prédécesseurs ne sera pas poursuivi par la nouvelle Ministre des Sports et la Commission des Sports Urbains que nous appelions de nos vœux, ne verra pas le jour. Le processus d'agrément des sports urbains initié par les Etats Généraux, sera suspendu en octobre 2010.

Les affaires Ali BEDREDINE et Jean-Charles DOTTEL (2010-2011)

2010-09-25-affaire-ali-bedredine-w460Mais l'essor du futsal AMF en France ne plaît pas à tout le monde et notamment aux dirigeants de la Fédération Française de Football qui, malgré l'obtention de la délégation pour le "football en salle (futsal)" depuis 1997, peinent à développer la pratique du futsal FIFA. Il est temps pour eux d'utiliser le pouvoir que leur confère la délégation accordée par le Ministère des Sports, c'est à dire un quasi-monopole fondé sur l'utilisaton abusive du terme futsal, entouré de parenthèses dans le titre de cette délégation.

L'objectif de la FFF n'est pas de favoriser la création de clubs de futsal pour lesquels elle n'a que peu d'intérêt, mais d'inciter les clubs de football existant à monter leur propre section de futsal pour délivrer plusieurs licences au même adhérent. Pour parvenir à ses fins, la FFF a enregistré le futsal FIFA dans son département du football diversifié. Cette disposition permet à la FFF d'imposer les règlements généraux du football à tous ses licenciés, qu'ils soient pratiquants de football ou de futsal. Pour la 3F, il n'existe aucune distinction entre le football et le futsal.

C'est donc sur la base de ces principes, qu'un beau jour d'avril 2009, le capitaine de l'Equipe de France de futsal AMF, M. Ali BEDREDINE, se voit sanctionné par la FFF d'une radiation à vie. Son crime : n'avoir pas observé les termes de l'article liberticide n° 63 des RG de la 3F qui stipule que : "Un joueur ne peut pratiquer le football ni dans un club non affilié, ni dans un club appartenant à une association non reconnue", sous peine de radiation s'il ne choisit pas de quitter ce club.

Dès la fin de l'année 2008, en réponse à la participation de l'Equipe de France de Futsal AMF à l'Eurofutsal 2008 en Belgique, les dirigeants de la FFF ont décidé de sortir l'artillerie lourde pour dissuader ses propres licenciés de pratiquer le futsal AMF au sein de l'UNCFs. Une seconde affaire de radiation apparaît en février 2010, concernant M. Jean-Charles DOTTEL, président de la Ligue Corse de Futsal et président du plus ancien club de futsal corse, Bastia Futsal. Si les motifs sont différents, la cible est bien choisie et la sanction infligée est identique, prononcée sur la base de l'article 63 des RG de la FFF. Pour les dirigeants de la FFF, il s'agit de faire des exemples et de marquer les esprits pour terroriser tous les licenciés de football.

La réponse du conciliateur du CNOSF à la FFF (2010-2011)

logo-cnosf-gdAprès un parcours du combattant héroïque pour épuiser tous les recours au sein de la FFF jusque devant le Conseil fédéral du football amateur, les dossiers d'Ali BEDREDINE et de Jean-Charles DOTTEL ont atteri un an plus tard devant la Conférence des conciliateurs du CNOSF, passage obligé pour les sportifs, depuis que les Etats Généraux des Sports de 2002 en ont décidé ainsi. Un sportif n'est donc pas un citoyen comme les autres, puisqu'avant de pouvoir saisir un Tribunal administratif pour contester une décision de sanction qui lui a été infligée par une fédération sportive délégataire, il doit obligatoirement soumettre son cas à la conciliation du CNOSF pour tenter de trouver un "accord amiable".

En effet, les règlementations et les jugements des instances sportives étant fondés sur des dispositions arbitraires et non contrôlées, le Ministère des Sports a décidé en 2002 de créer une étape supplémentaire de conciliation entre les différentes parties pour éviter d'engorger les Tribunaux administratifs de toutes sortes d'affaires "sportives" qui échappent à leurs compétences. Sauf que dans les cas d'espèce qui nous concernent, il s'agit ni plus ni moins du libre accès aux associations sportives, protégé par la liberté d'association.

Les conclusions du conciliateur du CNOSF, M. Jean-Marie RAINAUD, Professeurémérite de Droit, Université de Nice Sophia-Antipolis et Doyen Honoraire de la Faculté de Droit, sont mesurées, compte tenu de l'enjeu, mais elles sont sans équivoque. Extraits :

[...] "Néanmoins, l'application d'un tel dispositif réglementaire (Articles 63 et 216 des RG de la FFF) ne peut s'opérer au détriment du respect de certains principes fondamentaux tels que la liberté d'association ou le libre accès à la pratique sportive, respectivement protégés par laConstitution du 4 octobre 1958 et par la Loi du 16 juillet 1984 relative à l'organisation et à la promotion des activités physiques et sportives. A ce titre, le conciliateur invite la Ligue Corse de Football à la plus grande prudence ainsi qu'à une application mesurée de ce dispositif.

A cet égard, et en tout état de cause, le conciliateur considère que la sanction infligée au requérant par la commission régionale de discipline de la ligue corse de football est manifestement disproportionnée, quand bien même le dispositif prévu à l'article 216 des règlements généraux de la FFF a été respecté. De l'avis du conciliateur, une sanction aussi lourde que la radiation, dont il doit être rappelé qu'elle est la sanction la plus lourde prévue par le barème des sanctions fédérales, ne peut être justifiée que par motifs d'une extrême gravité, ce qui n'est à l'évidence pas le cas en l'espèce.

Il serait alors opportun que la Ligue Corse de Football accepte de mettre fin immédiatement à la mesure prise à l'encontre de Monsieur Jean-Charles DOTTEL, laquelle s'est exécutée à compter du 4 février 2010, privant de la sorte le requérant de quatre mois de compétitions.

Par ces motifs,

Proposition de conciliation :

En conséquence des éléments ci-dessus retenus, le conciliateur propose à la Ligue Corse de Football, compte tenu du risque d'annulation pesant sur la décision contestée et à des fins de conciliation, de faire cesser les effets de la mesure prononcée à l'encontre de Monsieur Jean-Charles DOTTEL dès réception de la présente proposition de conciliation."

 

ce site a été créé sur www.quomodo.com