Amicale des Éducatrices et des Éducateurs de Football de Côte d'Or
Vivre et transmettre sa passion
Adresse
/
Téléphone

les entraineurs dijonnais

JDA, DFCO, DHC, CDB : dans les coulisses du métier d’entraîneur professionnel

Dans nos éditions du 20 octobre, les entraîneurs de la JDA Dijon, du DFCO, du DHC et du CDB nous expliquent en détails leur quotidien d'entraîneur, leur façon de préparer un match et la façon dont ils voient leur métier. Petit avant-goût avec cet article où les quatre coaches racontent leur rôle pendant les matches. Pour lire la suite de ce dossier, rendez-vous dans vos éditions papier du 20 octobre ou dans la rubrique "A lire aussi" (édition abonnés).

 
Comment vivent-ils les matches de leur équipe depuis le banc ? Ont-ils l'impression de pouvoir influer sur le cours du jeu ? Et si oui, comment ? Telles sont les questions que nous avons posées à Olivier Dall'Oglio, Laurent Legname, Jonathan Paredes et Christophe Maréchal. Découvrez leur réponse.
Olivier Dall'Oglio donne ses consignes aux joueurs. Photo Philippe Bruchot
Olivier Dall'Oglio donne ses consignes aux joueurs. Photo Philippe Bruchot
Olivier Dall’Oglio (football, Dijon FCO) : « Tu sais que tu vas vraiment pouvoir faire tes changements majeurs à partir de l’heure de jeu, sauf si tu as des pépins physiques avant. Mais c’est à partir de l’heure de jeu, quand tu as vu l’adversaire, quand tu as vu comment il disposait sa tactique, que tu peux amener des modifications.
Parfois, on est un peu frustré parce que les remplacements se font aussi par défaut. Quand tu sens qu’un garçon peut être touché, ou que physiquement, ça ne va pas aller au bout parce qu’il n’a pas le coffre ou qu’il a beaucoup donné sur la première mi-temps. Ce ne sont pas toujours les remplacements que tu aimerais faire. Mais tu es obligé d’avoir toujours un œil très aiguisé, avec le staff aussi, pour te dire « tiens, celui-là, il est en train de piquer du nez ». C’est pour ça qu’on a besoin d’être au bord du terrain, pour voir et entendre ce qui se passe.
"Tu es obligé d'anticiper"
Tu peux aussi changer tactiquement sans faire de remplacement : des changements qui vont amener une surprise à l’adversaire, qui peuvent amener un changement de résultat. C’est difficile de communiquer. Mais le truc, c’est que tu es obligé d’anticiper, sur les entraînements. Nous, aujourd’hui, la volonté, c’est de pouvoir maitriser deux voire trois systèmes de jeu différents. La volonté, aussi, c’est d’avoir des joueurs polyvalents, que tu peux replacer rapidement et qui comprennent vite. »
« L’influence, elle est limitée. Avant le match, tu peux faire passer quelque chose. A la mi-temps, tu peux intervenir, bouger. Même s’il faut être modeste là-dessus : tu ne fais pas la révolution. Tu peux faire bouger les choses, rassurer, booster, gueuler un bon coup. Mais il ne suffit pas de gueuler pour gueuler : il faut qu’à la sortie de cette mini causerie, les mecs aient compris. Moi, je me maîtrise toujours : je peux être très, très en colère, je reste maître de mes pensées, de mes mots. Je donne toujours un objectif aux joueurs.
"Il n'y a pas vraiment de formule"
Pendant le match, on peut faire passer des messages à ceux qui sont près de toi. Mais plus le match avance, plus ces joueurs, avec la fatigue, perdent en lucidité et t’écoutent moins. Et en voulant t’écouter, parfois, ils ne comprennent pas trop : ils font « oui » mais n’ont rien compris, et ça fait l’effet inverse. Il faut être vigilant là-dessus. Il n’y a pas plus mauvais que de mettre un mec dans le doute. Donc d’un match à l’autre, il n’y a pas vraiment une formule qui dit qu’il faut faire de telle ou telle manière. Il faut travailler sur le ressenti, sans vouloir trop en faire, sinon ça ne marche pas. »
 
 
LAURENT LEGNAME (JDA DIJON) : "UN DES SPORTS OÙ LE COACH PEUT AVOIR LA PLUS GRANDE INFLUENCE"
Laurent Lenagme pendant un temps mort. Photo Philippe Bruchot
Laurent Lenagme pendant un temps mort. Photo Philippe Bruchot
« Il y a les changements, les temps morts. Les changements stratégiques, qu’ils soient offensifs ou défensifs, aussi. Quand tu vois qu’un système marche bien, tu essayes de le jouer plusieurs fois. Contre Le Portel, il y a un système qui marchait plutôt bien : on l’a fait pendant pratiquement tout le dernier quart temps. Je pense que c’est un des sports où le coach peut avoir la plus grande influence sur le résultat. Tous les paramètres, qu’ils soient intérieurs ou extérieurs, j’essaye de les utiliser pour que le résultat soit positif. »
 
 
Christophe Maréchal livre sa vision d'un "bon coach". Photo Philippe Bruchot
Christophe Maréchal livre sa vision d'un "bon coach". Photo Philippe Bruchot
Christophe Maréchal (handball, Cercle Dijon Bourgogne) : « On se rapproche du basket : on peut changer de joueurs quand on veut. J’ai quatorze joueuses : théoriquement, je peux toutes les sortir et en mettre sept autres, à la limite. Moi, j’essaye de changer une à deux joueuses. Trois à la fois, c’est rare. On a aussi trois temps morts. On a une réelle influence sur ce que vous appelez vous le coaching. A-t-on une influence réelle sur la qualité du jeu produit ? Ce n’est pas toujours évident.
"Un bon coach, c'est celui qui fait le moins de conneries"
Je dis toujours qu’un bon coach, c’est celui qui fait le moins de conneries, pas forcément celui qui apporte une solution miracle. Il arrive que quand on change une joueuse, on lance la pièce. Et quand celle-là est meilleure que l’autre, on dit : « super coaching ». Mais quand elle n’est pas bonne, c’est la faute du coach. On espère qu’elles vont nous apporter ce qu’on voit à l’entraînement. »
« Mais on a de l’influence sur l’aspect tactique. On peut prendre des risques. Et on a tous nos sensibilités sur cet aspect. Je pense qu’on a une réelle influence sur les changements de joueuses, sur l’aspect tactique également, mais après, sur l’efficacité, ce sont les joueuses qui sont sur le 40/20 et qui déterminent. Et dans le coaching que j’ai avec ce groupe-là, il y a des joueuses, je n’ai pas à leur dire quel enclenchement on doit faire.
"S'adapter à tout moment"
Je le dis de temps en temps, quand par exemple tu sens que le groupe est un peu perdu et qu’il faut un peu agir, en espérant que la combinaison va recentrer le groupe sur un jeu collectif et non pas sur un individu. Et c’est là qu’il y a des bons coaches, des très bons coaches. Certains ont des principes et ne veulent pas déroger. Moi, je considère que le bon coach, c’est celui qui est capable de s’adapter en permanence. Parce qu’entre ce que je prévois dans la semaine et ce que je vois le week-end, il y a un monde. Tenir les consignes, ce n’est pas toujours évident. Et l’adversaire propose aussi des choses. Alors le bon coach, c’est celui qui est capable de s’adapter à tout moment. »
 
JONATHAN PAREDES (DIJON HC) : "PLEIN DE CHOSES PEUVENT ARRIVER"
Jonathan Paredes est très concentré pendant les matches. Photo Philippe Bruchot
Jonathan Paredes est très concentré pendant les matches. Photo Philippe Bruchot
« On peut influer de plusieurs manières : entre les tiers, on peut replacer les joueurs dans leur rôle, changer des schémas tactiques. A la différence du foot, on a un temps mort. Et on décide d’envoyer des joueurs ou non sur la glace. Quand on considère qu’un joueur n’est pas dedans, on ne l’envoie pas sur la glace. C’est comme ça qu’on peut changer de rythme sur un match. Ce qu’on veut, c’est jouer le plus possible à quatre lignes pour avoir une intensité supérieure à l’équipe adverse.
Mais ce n’est pas facile, parce qu’il faut trouver le bon mix entre intensité et jouer au hockey. Ca dépend aussi du déroulement du match : est-ce qu’on a ou pas le momentum ? Si on l’a, il n’y a aucune raison de le casser. Si on ne l’a pas, j’ai mon temps mort, plein de choses peuvent arriver. Je ne suis pas du genre à jouer avec le public, à parler avec l’arbitre. Je n’ai pas envie de créer des bagarres. »

festival U13 2016

 Geoffroy Brunel 
éducateur des U13 à meursault a reçu le challenge des éducateurs grâce à sa prestation lors du festival U13 à Chenôve

38 ans, ce père de trois enfants n'en fini plus de nous surprendre. 

En inscrivant son aîné  en 2009 au club nous avons immédiatement détecte un intérêt tout particulier pour le coaching chez Geoffroy.

Ancien footballeur amateur, il intègre le groupe de Daniel en 2010 comme adjoint en charge des entraînements techniques. Une bonne complicité permet l'évolution du groupe depuis cette période. 
En 2013 inversement des fonctions
Geoffroy prends la tête du groupe.
2015 /2016 est  pour nos joueurs 
La saison des récompenses et de la satisfaction du travail fourni pdt les entraînements.
A suivre.
 

franck nicolet

Quand un ancien amicaliste, un arbitre, un copain du "carré vert" casse sa pipe aussi brutalement, on peut lui en vouloir de partir aussi vite et sans prévenir. Mais on ne peut lui en vouloir compte tenu de ce qu'il était, de ce qu'il faisait et des engagements associatifs qui étaient les siens. Franck Nicolet a dédié sa vie au football, aux autres sans jamais se mettre en avant. Tu vas nous manquer infiniment, mais ton souvenir ne s'éteindra pas ! Nos pensées vont vers toi, vers ta famille, ton frère, tes amis.
 

Denis GUVENATAM

Denis GUVENATAM - 35 ans
Ingénieur Chef de projets pédagogiques (université de Bourgogne)
 
1ère licence signée en octobre 1996
Joueur:
FC Ouges (97-98) 17 ans
DUC Civil (98-2003) sénior
DUC Foot Entreprise senior
FC Remilly sur Tille senior
DUC Foot Entreprise senior
 
Éducateur - Formation:
JAT 97
I1 2000
 
Équipes entraînées:
DUC
Poussin
Benjamin école de foot
U15 2ème série
U17 1ère série
Sénior Foot entreprise (district, région, national)
En entente Asptt:
Équipe B - 15 ans
En entente FC sennecey
moins de 17 ans 1ère série
 
FC Remilly sur Tille (équipe B)
Principaux résultats :
Championnat excellence Benjamin 99-2000
Tournoi international Futsal ASPTT (2ème club Côte d'orien - 2000)
Saison National 1 Foot Entreprise (2007-2008) descente en N2
Coupe nationale Foot Entreprise (32ème)
Coupe de Bourgogne Foot entreprise 2011 ou 2012 (je ne sais plus ^^)
Responsabilités club :
Secrétaire général DUC Omnisport depuis 2010
Président de la section Foot du DUC depuis 2013
Secrétaire général de la section Foot du DUC depuis 2009 et entre 2001 et 2003
 
Responsabilités annexes :
Conseil d'Administration de l'Union des Club Universitaire (depuis 2011) en charge de la féminisation des clubs
Office Municipal des Sports, ville de Dijon (commission équipement)
 

Point de vue:
N'ayant jamais été un joueur émérite, je me sentais plus dans mon élément sur le banc en tant qu'éducateur. J'ai d'abord été accompagnateur d'équipe puis éducateur avant de jouer.
Par la suite, mes préférences sont allées vers la gestion des clubs et la politique sportive.
A aucun moment je n'ai été rémunéré ou indemnisé pour mes activités sportives, le terme bénévole étant pour moi un sacerdoce à partir du moment où je n'avais pas un équivalent Moniteur.
Le bénévolat dans le football amène de nouveaux défis dans notre société.
En plus de partager notre passion d'éducateur, nos compétences extra-sportives deviennent un atout pour mieux gérer nos équipes, nos bénévoles, nos clubs qui font partie intégrante de la cohésion sociale de notre société si mal en point depuis quelques années. Les tentations d'abandon et du repli sur soi sont toujours mauvaises conseillères, c'est bien dans les difficultés que nous pouvons tous ensemble avancer pour que notre passion soit toujours plus utile.
 

Wilfried maach

Un Amicaliste à la Une : Wilfried MAACH (Responsable Ecole de Football de l’AS Genlis) Quel est ton parcours d’éducateur ?
« J’ai commencé à 18 ans au sein de l’AS Genlis, avec les « débutants ». J’ai suivi ce groupe jusqu’en moins de 13 ans puis j’ai été déçu du foot à 11 en tant qu’éducateur. J’ai donc repris des « débutants » et j’y suis resté trois saisons avant de prendre la responsabilité de l’Ecole de Foot, tout en gardant une catégorie (U7, U9 ou U13…ou es deux comme cette saison). »
Quelles valeurs prônes-tu ?
« Après avoir suivi un groupe tout au long de leur « formation », en privilégiant les résultats et en essayant d’avoir la meilleure équipe, je me suis aperçu que je faisais fausse route, que les joueurs ne s’épanouissaient pas (arrêts, usure, déceptions…). En devenant responsable de l’Ecole de Foot, l’épanouissement des groupes, fut mon moteur. Le football ne doit être qu’un moyen de donner du plaisir aux enfants, et pas une finalité. Les valeurs de solidarité, de partage, de convivialité sont donc essentielles. Cultiver l’humilité est important car ce n’est que du football ! Rigueur et discipline permettent un climat d’apprentissage serein. Au final, nos effectifs ont augmenté et ont été fidélisés, et les familles se sont identifiées au club, ce qui était l’objectif premier.
Comment cela se manifeste au sein du club ?
Les enfants sont mélangés sans prendre en compte le niveau. A l’entraînement par contre, des groupes de niveau sont faits discrètement. Il n’y a pas de surclassement, et aucun traitement de faveur n’est permis. Les éducateurs (95% issus du club et bénévoles) partagent le même état d’esprit. Enfin, nous essayons de faire participer au maximum les parents à la vie du club (manifestations et commissions)
De ton rôle d’éducateur, que privilégies-tu ?
Sur le terrain, la discipline et la notion d’effort sont importantes. La dédramatisation aussi. En dehors, j’aime discuter avec les parents, toujours expliquer ce que l’on fait, dédramatiser aussi pour ceux qui jouent leur vie autour du terrain. L’humour y tient une place importante afin de remettre les choses à leur place. Enfin, la fermeté dans les décisions est primordiale, et ne pas sortir du cadre est obligatoire.
Quels sont tes objectifs cette saison ?
« Toujours les mêmes : faire progresser les enfants, leur donner envie de revenir à l’entraînement, et les voir sourire. C’est nécessaire au progrès des équipes. »
Quel projet pour l’AS Genlis ?
«Fidéliser et former des joueurs capables de jouer en Ligue. Valoriser toujours et encore l’image du club, pour attirer. » Quel est ton club préféré ? « J’aime assez ce que fait Lyon »
Quel est ton joueur préféré ?
« Philipp Lahm »
Un mot au sujet de l’amicale
Elle permet des échanges, de voir ce qui se fait dans d’autres clubs et de piocher des idées. Cela permet aussi de relativiser les soucis de notre club
 

résultats Brevet de Moniteur de Football

Brevet de Moniteur de Football Titre à finalité professionnelle de niveau IV
Résultats Jury Final BMF 2014/2015
Candidats admis
ABEZAD Ali ARNOULT Anthony BARTHAUX Vincent BECHIR Jean-Pierre BERTRAND Antoine BRIDON Fabien BROCARD Arnaud CUENOT Damien CUYNET Ophélie DAVAL Thibaut DESCHARMES Stéphane DIALLO Vieux Guisset DOUMBOUYA Mohamed Aly DUNAND Lucas EHRET Cédric ERRIF Karim GENTELET Sébastien GUICHARD Valentin HAESSIG Gauthier HAMDACHE Mohamed Amine HENRIOT Josselin HUGUENOT Médy JAILLET Antoine JULLY Guillaume KONTE Aboubacar LAABIDI Youssef LABALEC Julian LAFAY Maxime LALOUANI Salima MARIE Eric MERTZEISEN Marc Antoine MIMPIA Michel MOREL Jean Patrick OLIVERI Maxime PERCHE BenoitPICARD Sylvain POURCHOT Thomas PRESUMEY Alban RANGOLY Mathieu REVUELTA Fabrice REVUELTA Franck ROSSI Ludovic SANGARE Djingo SEZGIN Gokmen SMAH Mehdi VAUDIOT Ange VERNEVAUT Aline
Félicitations à tous ces éducateurs et éducatrices nouvellement diplomé et plus particulierement à Benoit,ludo et Medhi nos amicalistes !!!
 

Christophe Point

DFCO : la formation comme sacerdoce


le 25/02/2015
s
Depuis plus d’un an et demi Christophe Point s’occupe du centre de formation du DFCO. Photo archives LBP
Depuis plus d’un an et demi Christophe Point s’occupe du centre de formation du DFCO. Photo archives LBP

En parallèle à l’évolution de la section professionnelle, il est un homme devenu incontournable dans l’univers du DFCO. Christophe Point, directeur du centre de formation. Rencontre.


De prime abord, l’homme a un visage sévère. Et puis dès qu’on se met à parler football, il s’illumine. Il pourrait en parler des heures de cette passion qui l’anime depuis sa plus tendre enfance. Depuis sa première licence en SM Caen en pupilles. C’était il y a pas mal d’années. Joueur avant tout. Amoureux du jeu surtout.
Depuis un an et demi maintenant, il veille à l’éveil du centre de formation du DFCO. Un an demi de vie. Alors lorsqu’on lui demande de dresser un premier bilan de son activité, il sourit. « « Dans le domaine, à côté de clubs comme Auxerre, Sochaux, nous sommes très jeunes. Les premiers résultats, nous les obtiendrons dans 5-6 ans », précise-t-il en préambule.

« Un accompagnateur, un guide »

La formation, c’est un peu son dada à Christophe Point. A bientôt 50 ans, il les aura à la fin du mois de mai, il baigne dedans depuis pas mal d’années maintenant. A Caen d’abord, son club de toujours. A Sedan ensuite pendant huit ans. A Dijon maintenant. Sa venue en Côte-d’Or s’est faite par un enchaînement de circonstances. D’une part en raison de la fin de non-recevoir du club de Sedan, obligé de déposer le bilan. D’autre part en raison de la non disponibilité de Yann Danielou, premier choix du club dijonnais.
Mais au final comme disait Gabin à Belmondo dans Un singe en hiver, ‘‘les choses entraînent les choses, le bidule crée le bidule, y’a pas de hasard’’. Un choix dont il se félicite aujourd’hui même s’il se refuse à faire des plans sur le long terme. « J’ai des contrats d’un an renouvelables, celui-ci s’arrête le 30 juin. » Devant notre surprise : il complète son propos avec un grand sourire : « A Sedan, j’ai fait huit fois un an. » Et de rajouter : « Si je peux rester longtemps, c’est tant mieux. »
Le football, pour lui, c’est autre chose qu’une signature en bas d’une feuille de papier, « le football, c’est un partage, une passion. » Le joueur ressurgit alors naturellement.
Cette passion mais aussi la rigueur qui va avec, il essaie de l’inculquer au quotidien aux apprentis footballeurs qu’il a sous sa coupe en compagnie des autres éducateurs du club dijonnais. Il se définit comme « un accompagnateur, un guide. Après je ne peux pas faire les choses à leur place. »

Suaudeau, Jeandupeux et Nouzaret

Au sujet de sa philosophie de travail, il explique : « C’est important qu’on puisse faire de la formation. Au-delà des moyens à disposition, c’est d’abord une question de sensibilité. Je suis exigeant avec les jeunes comme je l’étais avec moi-même. Mais j’ai aussi besoin que les jeunes travaillent soient à l’écoute. » Mais sans jamais perdre cette notion de plaisir comme il le rappelle sans cesse. « Je leur dis : ‘‘Vivez les choses ensemble. Souriez, vous venez jouer au foot’’. Le football, ce sont des émotions, de l’enthousiasme. » « C’est un jeu simple » avance-t-il encore plein de conviction.
Originaire de Nantes, ses premiers émois de footballeur, il les a vécus avec Arribas, Suaudeau avant de partir de vers Caen et la Normandie où il est devenu joueur professionnel. Et des rencontres encore qui l’ont forgé comme celle de Daniel Jeandupeux ou bien Robert Nouzaret. D’où une certaine idée du jeu. « Il faut avoir le ballon », insiste-t-il. Mais comme il dit encore, « il n’y a pas qu’une façon de jouer au foot. Le système est une chose mais le football leur appartient. Nous ne sommes que des guides. A nous de les sensibiliser, de les responsabiliser. »
Une tâche qu’il remplit chaque jour avec la passion qui le caractérisait lorsqu’il était joueur. Une tâche capitale pour la pérennité d’un jeune club comme le DFCO
.
Christophe Point
Né le 26 mai 1965 à Nantes
Carrière professionnelle
1981-1995 : Caen
Entraîneur
1995-98 : Caen
1998-2002 : Bayeux
2002-2005 : Avranches
2005-2013 : Sedan (centre de formation)
Depuis 2013 : Dijon FCO (centre de formation)
 

Félicitations !!!

CÔTE-D'OR - FOOTBALLOlivier Dall'Oglio reçoit le titre de meilleur entraîneur de Ligue 2 en 2014

Notez cet article :

le 16/12/2014 à 08:59 Vu 1932 fois
Olivier Dall'Oglio, entraîneur de Dijon FCO. Photo archives LBP
Olivier Dall'Oglio, entraîneur de Dijon FCO. Photo archives LBP
L'hebdomadaire France Football a désigné le coach du DFCO, Olivier Dall'Oglio, meilleur entraîneur de Ligue 2 lors de l'année 2014. Ce résultat est issu du vote des journalistes de la rédaction de l'hebdomadaire

.
 

Brevet Moniteur de Football

Brevet de Moniteur de
Football

Voici la liste des éducateurs nouvellement diplomés ,Félicitations à tous avec une mention spéciale pour nos amicalistes :Nicolas ,Pierre mais aussi Gwendal !!!


CANDIDATS ADMIS 

ARCHAMBAULT Anthony
BARQ Romain
BEAUMONT Samuel
CORONAS Clément
GACON Frédéric
HAKIMI Hedi
JARZAT Nicolas
KASSI Rachid
KERJEAN Jérôme
LEBASCLE Gwendal
MANGIN D'HERMANTIN Johan
MONTET Cyril
PHOMMARATH Nicolas 
SIRE JOHN
TALLANDIER Thomas
TILLOL Pierre
ZALANI Chérif
AKTAS Adnan
ARBAUD Julien
BOCH Marinette
BONNEFOY Alexandre
BUENO COSANO Miguel
CABUT Sylvain
DECOMBE Adrien
DORNIER Thomas
EL FADIL Mourad
FAIVRE Pierre
FAVROT Florent
GATTIGO Marylène
GOUJON Benjamin
JAILLET Clément
METIN Matthieu
OCAK Servet
PICARD Pierre-Alain
RECEVEUR Gaetan
SOURAPHA Claude
TROPET Olivier
VARIN Anthony
DEVANNE GIL
LIGUE de BOURGOGNE de FOOTBALL
2 Avenue de la République
Mail :technique@bourgogne.fff.fr / Web: http://bourgogne.fff.fr
 

Romuald Marzocca

L’entraîneur de Val de Norge est ambitieux pour son club.  Photo archives LBP
L’entraîneur de Val de Norge est ambitieux pour son club. Photo archives LBP
                   
Romu le vice président de l'amicale
Alignés en deux colonnes, les joueurs de Val de Norge applaudissent leurs adversaires du jour (Semur/Epoisses) à la sortie du terrain dimanche. Un comportement singulier qui trouve son explication dans les valeurs défendues par leur entraîneur Romuald Marzocca, ancien du DFCO et de Longvic : « le plus important, c’est l’état d’esprit ». Plus qu’un entraîneur, il se définit comme un éducateur, qui doit fédérer son groupe : « on doit aller tous ensemble dans le même sens. Moi, je suis là pour les guider ».

La DH dans 3 à 5 ans

Pour cela, cet ancien prof de sport à la maison d’arrêt de Dijon a sa recette : « on déjeune ensemble, les joueurs doivent porter le survêtement du club, on respecte l’arbitre ». Gérant d’un magasin à la Toison d’Or, il voit loin avec son équipe de Val de Norge qu’il entraîne depuis 7 ans déjà : « l’objectif c’est de se projeter vers l’objectif DH dans 3 à 5 ans ». Malgré des débuts timides en championnats (2 victoires, 2 nuls, 2 défaites), l’éducateur croit en son groupe, promu en PL cette saison : « j’ai un groupe d’une vingtaine de joueurs avec beaucoup de potentiel. » S’il souhaite « vite assurer le maintien », son objectif reste « d’aller embêter Is/Tille et Fontaine-lès-Dijon, les deux équipes du haut ».
 

module U11


Le club de Saulon Corcelles acueillait le 26 octobre et le 1er novembre une session de formation "module U11".Les stagiares étaient tous du club sauf un qui venait du club voisin ST Jean ils ont été très attentifs aux interventions de Peggy et Sébastien les formateurs du module.
 
 

Champagnat Jordan

découvrez le CV de Jordan Champagnat le nouveau CTR de côte d'or qui remplace Gilles Thieblemont depuis début septembre
 

 
Jordan CHAMPAGNAT

28 ans

07 86 00 11 62

 

 

Cadre Technique Régional au District de Côte d’Or

 

 

Le CV de Jordan

 

 

Expériences de joueur

 

J'ai commencé  le football au club de LAHONCE (64) (débutants) puis de poussins à moins de 13 ans, je rejoins le club de TARNOS (40)

En moins de 13 ans, j'intègre le pôle espoir de CASTELMAUROU dirigé par Eric MOMBAERTS

Durant la même année, je rejoins le club de l'Aviron Bayonnais où je vais jouer jusqu'en seniors.

 

Expériences d’éducateur

 

J'ai entraîné toutes les catégories, des débutants jusqu’aux séniors en passant par le niveau national jeune notamment en qualité de Responsable Technique à l’Aviron Bayonnais

Je me suis également occupé des sections sportives 1er et 2ème cycle.

 

Expériences AEF

 

J'ai connu l'AEF lorsque j'entrainais à mes débuts avec un éducateur plus expérimenté qui était président de l'AEF régionale,  Raphaël MACIAS.

C'est à ses côtés que j'ai découvert l'AEF, lieu d'échanges pour tous les éducateurs.

 

Formations

 

En parallèle, j'ai passé mes diplômes d’entraîneur (jusqu'au DEF) et suivi ma formation STAPS jusqu'au Master "entraînement"

 

Compétences

 

Durant une saison (2007-2008), je suis parti dans le sud est dans le club de l'ESMD en qualité de Responsable Technique Jeune.

Dans le cadre d'un partenariat avec le club de l’Aviron Bayonnais, j'ai eu en charge les relations avec le club espagnol de l'athletic Bilbao (recrutements...)

Enfin, je suis resté 10 ans au sein de la structure Cap Girondins de BORDEAUX dont 3 ans en qualité de Responsable Sportif.

 

Objectifs

 

Je suis très heureux d'être en Côte d’Or parmi vous. Nul doute que la collaboration de tous les éducateurs permettra de faire avancer le football bourguignon et permettra à tous les joueurs (et joueuses) de s'épanouir !

 

A très vite sur les terrains !

 

rentrée du foot 2012

Actualité

Trois Districts à l'honneur

Le mercredi 06 février 2013, la Commission Fédérale du Football d'Animation et son Président, Jean-Pierre Dubedat, ont souligné l'investissement de trois Districts  (Calvados, Côte d'Or et Var) dans l'organisation de la dernière édition de la Rentrée du Foot (septembre-octobre 2012).
Ce rendez-vous à la FFF a ainsi été l'occasion pour le Président de la LFA Bernard Barbet de féliciter les présidents des Districts concernés, mais aussi les trois Conseillers du Football d'Animation.

Etaient ainsi présents :
  • pour le District du Calvados, Moïse Renier (Président) et Benoît Lagarde (CDFA)
  • pour le District de Côte d'Or, Michel Nageotte (Président) et Gilles Thieblemont (conseiller technique, représentant Peggy Seurat, CDFA)
  • pour le District du Var, Willy Pont (Vice-président, représentant Pierre Guibert, Président) et Ludivine Regnier (CDFA, photo, ci-dessous)