2013 CHPT FRANCE TRIP HOM

 

Nos représentants icaunais, GUIBLAIN Jean-Pierre - NAUDOT Jérémy & PROTAT Éric (Auxerre / Stade Auxerrois), ne sont pas sortis de poule. Ils se sont inclinés en partie de barrage de poule.

 

Il en est de même pour nos champions de Bourgogne Triplette Promotion, COCHET Gérard - MOSCARDINI Jean-Claude & LEROY Christian (Vaux / A.B. Vaux). Ils perdent également en partie de barrage de poule.

 

 

Quintais sort vainqueur à Béziers (SOURCE FFPJP)

 

Philippe Quintais, Philippe Suchaud et Emmanuel Lucien sont sortis vainqueurs d’une splendide édition du Championnat de France Triplette Seniors à Béziers (34). Pourtant opposés aux joueurs héraultais et donc locaux Jean Marc Foyot, Jean Feltain et Jean Willy Feltain, les drouais ont résisté dans la fournaise. Le Comité Départemental de l’Hérault et l’A.S Béziers Pétanque présidés par Jean Claude Fauvet et Jean Michel Vidal, ont réussi une organisation exceptionnelle, avec un taux de fréquentation impressionnant pendant deux jours au Stade de la Méditerranée.


29 finales à eux deux. Et 21 titres de champions de France avant de démarrer la finale. Philippe Quintais et Philippe Suchaud étaient bien entendu parmi les grands favoris de l’épreuve. Mais le Championnat de France Triplette Seniors est la compétition la plus difficile de l’année. Et dur, le parcours des champions l’aura été. En1/8èmes de finale et en ½ finale, ils ont senti le vent de la défaite souffler. Toujours calme et parfois « magique », l’équipe Quintais a su être patiente avec un « Manu » Lucien d’une redoutable efficacité à l’appoint. Ils ont empêché Marco Foyot et ses compères de s’imposer à domicile. Les cousins Feltain ont toutefois été les auteurs d’une excellente prestation aux côtés de Marco Foyot.


« Nous avions beaucoup de raisons de vouloir ce titre en arrivant ici. D’abord pour Manu pour qui c’est le premier. C’est un véritable ami et on prend énormément de plaisir à jouer ensemble. Et pour notre première ensemble c’est formidable.  Et puis pour Jean Michel Vidal, qui est aussi notre ami. Nous lui avions promis de nous battre au maximum pour gagner chez lui. Ce Championnat de France marquera les mémoires par sa réussite je pense » a confié Philippe Quintais à l’issue de la finale, au micro de Laurent Causse, le speaker officiel de la F.F.P.J.P.


Comme c’est le cas depuis l’an dernier, Béziers accueillait aussi le Championnat de France Triplette Promotions. Dominique Rouge – David Rouge – Jean Claude Desbeaux (Midi Pyrénées) deviennent les deuxièmes champions de France Triplette Promotions de l’Histoire, face à de vaillants lorrains Denis Radomski – Romuald Charlier – Frédéric Michel.



Le retour du roi (SOURCE BOULISTENAUTE)

 

 

Moins en évidence lors des championnats depuis son départ du DUC de Nice, Philippe Quintais a effectué ce week-end un retour tonitruant sur le devant de la scène en s'emparant de son cinquième titre national en triplettes. Déclarant au micro de Laurent Causse, en évoquant le récent titre en doublettes de Christian Fazzino et la présence en finale de Marco Foyot : « C'est l'année des vieux, mais nous ne sommes pas pressés de céder la place. On doit bien avoir encore quatre ou cinq bonnes années... », le campionissimo délivrait malicieusement un message clair : les années Quintais sont loin d'être finies. Un nouveau titre, en tout cas, que les deux Philippe accueillaient avec  beaucoup de joie et d'émotion aux côtés d'un Lucien ravi d'avoir partagé l'aventure. 

 

 

Fazzino cale en huitièmes

Une aventure dominicale qui n'avait pourtant pas bien commencé : menés 3-11 à la première partie du matin face aux Nordistes de Jérôme Potier, les trois hommes devaient s'accrocher pour revenir dans la partie 8-11, avant de conclure sur quatre carreaux d'anthologie de Suchaud et Quintais. L'autre choc des huitièmes, qui opposait Radnic à Fazzino semblait tourner à l'avantage de ce dernier, avant que Margerit verrouille la partie d'un carreau magistral et envoie son équipe en quart de finale. Les autres huitièmes étaient notamment fatals à Dylan, qui chutait face à Bauer, à Lellouche qui ne trouvait jamais la bonne carburation contre Albaret et à Gino Debard, qui échouait de peu contre les Varois de Bettoni. 

 

 

Des quarts à deux vitesses

Alors que Bauer et Foyot se montraient expéditifs et exécutaient respectivement Boutelier et Lakhal sur le score de 13-0, les matchs Radnic-Albaret et Quintais-Bettoni se révélaient beaucoup plus disputés. Il fallait encore une dernière mène magistrale de Margerit, décidément excellent durant tout le championnat, pour faire passer son équipe dans le dernier carré.
Quant à Quintais qui avait fait la course en tête, il devait attendre deux annulations de but signées Bettoni avant de prendre le dessus sur des Varois combatifs et efficaces.

 

 

 

Un final somptueux

Mais les difficultés n'étaient pas finies pour les champions du Centre.
En affrontant un Philippe Suchaud loin de son rendement habituel, Albert Bauer, qui avait effacé sur son parcours Henri Lacroix, Bruno Le Boursicaud et Dylan Rocher, tentait de compléter sa collection de champions du monde. Menant 9-3, il y parvenait presque, mais les Drouais tenaient bon et parvenaient à renverser la vapeur et à s'imposer 13-9. L'autre demi-finale était le théâtre d'un duel somptueux entre Radnic-Robineau-Margerit et Foyot-Feltain-Feltain. Le match dans le match entre les deux meneurs d'hommes et de bouchon, Foyot et Radnic, était superbe et la partie, longtemps dirigée par les champions de la Loire, s'équilibrait à 12-11 en faveur de Foyot. C'est alors que Robineau, avec un point par terre tirait à la gagne, frappait... et perdait sur un coup de bouchon. Un coup du sort qui privait de finale une équipe qui avait fait grosse impression tout le week-end et qui offrait une nouvelle finale à des Héraultais portés par le public. 

 

 

 

Foyot-Quintais, l'affiche de cette finale était un classique du genre et promettait un beau combat. Il avait lieu, avec un départ en trombe de Suchaud et un appoint impeccable de Foyot et de Moineau Feltain, qui jouaient en défense face à un jeu très conquérant de leurs adversaires.  Alors que Topoto alternait le bon et le moins bon, Lucien, un peu en dessous en début de partie, se retrouvait et les sociétaires de Dreux se détachaient avant de conclure sur une frappe de Suchaud, qui offrait à son pointeur, tout sourire, son premier maillot bleu-blanc-rouge. 

 

ce site a été créé sur www.quomodo.com