Vous avez des nouvelles à annoncer ? Des situations cocasses à raconter ? Des gags insolites à faire partager ?
Focus sur l'UFBB
(Union Féminine Bresse Basket) 

Première question : tout marche-t-il comme prévu ?
CR : « Oui, complètement. On a créé une équipe senior au bout de la troisième année (l’année dernière) dont l’objectif était de monter immédiatement en championnat national 3. L’objectif a été atteint avec succès. L’année dernière a été très concluante puisque trois des quatre équipes de l’Union ont été vice championnes régionales : les seniors, les cadettes et les minimes. »
FD : « Il faut souligner que les deux clubs ont fait un gros boulot pour que tout se passe bien. Evidemment, au départ, il y a eu des petites guerres de clocher mais tout ça est maintenant derrière nous. Petit à petit, le BCV et la JL ont instauré une confiance mutuelle ».
Le fait que les cadettes ne jouent pas en championnat de France est-il un frein pour l’ambition du club ?


FD : « ça fait partie des objectifs, bien entendu. Elles étaient d’ailleurs en Cadettes France lors des deux premières années. »
CR : « Les coaches ont estimé que l’équipe de la troisième année n’était pas assez forte pour accéder au championnat national. »


 

C’est donc un vrai choix de l’Union de voir ses cadettes évoluer en région ?

FD : « non. Indépendamment de notre volonté, il nous fallait des critères bien spéciaux (entraîneurs diplômés, pôle espoirs) pour avoir droit au national. On ne répondait pas aux critères. Ce système de point ne devrait plus être en rigueur d’ici bientôt. »


Quel est l’objectif principal ?

FD : « notre but serait d’avoir des minimes France, des cadettes France et jouer les premiers rôles en National 3. »

La montée des seniors filles en National 2 est-il un objectif à court ou long terme ?


CR : « court terme. »

Cette position de reléguable est-il donc une source d’inquiétude ?


FD : « Sachant que l’objectif de cette année est le maintien, ce n’est effectivement pas une place très confortable. La saison est pour l’instant mitigée car on a connu de très bons résultats comme des revers gênants. »
CR : « On a conscience de faire une première partie de saison qui n’est pas très bonne mais on espère bien, au vue des derniers matches contre des équipes fortes, que l’équipe gagne plus de matches. Le groupe est en train de prendre forme. Il faut savoir que toutes les filles ne se connaissaient pas au début. Notre objectif de maintien devrait se réaliser. »
 
N’est-il pas compliqué pour les filles d’évoluer dans deux salles différentes (matches allers à Viriat - matches retours à la JL) ?

CR : « non car cela marche comme ça dans toutes les catégories depuis le début. C’est quelque chose de tout à fait logique de partager les rencontres dans nos salles respectives. »


 

Avoir dans un bureau des personnes qui ne sont pas licenciés dans le même club ne soulèvent-ils pas des problèmes d’objectivité ?


CR : « Absolument pas. Ca n’importe pas du tout. »
FD : « j’avais même pensé prendre ma licence une année à la JL et l’année suivante à Viriat. Je suis de la JL mais cela ne m’a pas empêché d’aller aider aux manifestations du BCV. »


Créer une union n’est-il pas synonyme de perte d’identité ?

CR : « pas du tout. L’Union, c’est aussi et surtout l’identité du bassin burgien. On aurait même pu avoir un troisième club. »


 

Cela a-t-il été envisagé ?


CR : « Non, on n’en a pas encore parlé. »
FD : « cela a été pensé mais ce n’est pas dans les tuyaux. »

CR : « l’Union c’est aussi l’amitié entre le BCV et la JL, et faire en sorte que nos filles jouent au meilleur niveau. On essaye aussi d’équilibrer les licenciés entre les deux clubs. On voudrait aussi que la licence d’une fille licenciée au BCV soit du même montant que celle d’une fille licenciée à la JL, et inversement. »
FD : « l’Union commence à être ancrée chez les plus jeunes, notamment les benjamines ou les minimes. Quand on demande aux filles où elles jouent, elles répondent « à l’Union ». »

 


RAPPEL : à défaut d’être engagées en championnat de France, les minimes ainsi que les cadettes ont fini invaincues lors des qualifications pour le championnat régional. Quant aux benjamines, elles se sont également qualifiées pour la région (groupe B).

Entretien avec Franck Déliot et Christian Roulin

L’UFBB est une entente, née il y a quatre ans, entre le Basket Club de Viriat et la JL Bourg Basket incluant uniquement les équipes féminines. Les deux clubs ont décidé d’unir leurs forces pour hausser le basket féminin dans la région. Cette union concerne quatre catégories, à savoir les benjamines, les minimes, les cadettes et les seniors, qui sont respectivement entraînées et coachées par Valérie Mahé, Maxime Vasselin, Pierre Murtin et Sandrine Goutard. Le président, Franck Deliot, et le secrétaire, Christian Roulin, nous font partager leur vision des choses.

 

Autres membres : Eric Carton (Trésorerie), Sylvie Perroud, Françoise Aujoulat, Alain Broizat, Guy Lassègne (Manifestation), Régis Place (Président du BCV), Arnaud Combes et Christian Arbant (Présidents JL)