Vous avez des nouvelles à annoncer ? Des situations cocasses à raconter ? Des gags insolites à faire partager ?
Entretien avec Patricia FONTAINE 

A l’occasion de la rentrée des mini poussins ce week-end (les poussins ont commencé la semaine dernière), nous nous plongeons aujourd’hui au cœur des prémices de la formation. Composée de trois catégories, le baby basket (4-7 ans), les mini poussins (7-9 ans) et les poussins (9-11ans), l’école de mini basket est prise en charge par Patricia Fontaine qui est assistée de Sandrine Ducret (SF4) et Mickael Vernes (Minime) sur la première catégorie. Assignée particulièrement au baby-basket, elle nous explique sa passion pour cette tranche d’âge.

 

Le mini-basket, qu’est-ce que c’est ?


C’est de l’initiation au basket à travers des jeux. Je m’occupe particulièrement des 4-7 ans à l’aide de jeux, d’images et d’une mascotte qui s’appelle Baby Ball. Je fais des exercices de basket à travers des histoires (Baby Ball va se promener à la ferme chez ses grands-parents).

 

Les enfants ont besoin de ce monde virtuel pour progresser ?


Oui. Entre 4 et 7 ans, l’imaginaire est aussi important que développé. Il faut d’abord qu’ils apprennent à aimer jouer au basket avant de savoir y jouer. Mais à chaque séance, je dois approcher des règles clés du basket tels que la passe, le marcher et le tir.

 

Ca fait combien de temps que t’occupes du mini-basket ?


Ca fait 5 ans au BCV. Je l’avais déjà fait trois ans dans mon ancien club. Mais, à un moment où un autre, il faudra passer le relais. J’aimerais bien laisser les rênes à quelqu’un d’autre l’année prochaine.

 

Qu’est-ce que ça t’apporte ?


C’est un âge que j’aime bien car les enfants sont des buvards. Ils apprennent vite, bien et sans se compliquer la vie. Ils sont adorables et avides d’apprendre.

 

Est-il indispensable de passer par le mini-basket ?


Indispensables, non. Mais on voit une vraie différence entre les enfants qui sont actuellement en poussins et ceux qui entrent directement en benjamins. Ils ont une meilleure situation sur le terrain. Ils passent très facilement de l’attaque à la défense, et inversement, ce qui est difficile pour un enfant de moins de dix ans. Ils utilisent aussi bien tout le terrain, toute la place. Après, ça n’empêchera pas bien sûr certains enfants de devenir de très bons basketteurs sans passer par le mini-basket.

 

 
Mini-basket