EFFECTIF
Corentin LONG – Mathis GOETZ – Mathias ROCHE – Ianis ROCHE
– Antoine REVELUT – Loïs RAPHANEL – Etienne FAURE-GIGNOUX
– Thomas YSMAZ – Pierre PAUGET – Baptiste MARLIERE – Mickaël VERNE
Honneur aux double-champions (championnat de l'Ain et coupe de l'Ain) de l'année dernière pour le premier portrait de nos équipes. Changement de catégorie oblige, Axel, Alexandre, Ivan et Mathias sont partis à l'intersaison et ont été remplacés par Mathias Roche, frère de Ianis et benjamin surclassé, Baptiste Marlière ainsi que Corentin Long et Mathis Goetz qui viennent tous les deux de la JL. Si le groupe n'a donc pas entièrement changé par rapport à l'an passé, l'objectif de cette année est essentiellement plus élevé : se qualifier en région pour éviter toute stagnation. Mais nos minimes ont bossé pour. Sur les terrains depuis le 27 août, ils s'entraînent trois fois par semaine avec investissement, assiduité et excitation puisque le challenge est tout nouveau pour la majorité des joueurs. La préparation aura été jugée "encourageante" par le coach, Damien Fontaine, qui souligne la victoire concluante de huit points en match amical contre Saint-Rémy, une équipe engagée en championnat régionale l'année dernière.
L'objectif annoncé est clairement une qualification en championnat régional. Comment cela se présente-t-il par rapport aux autres équipes?
Je ne connais pas vraiment le niveau des équipes que l'on va rencontrer. C'est en fait très aléatoire. Tout dépend de la poule et du calendrier car sur les sept matchs que l'on va jouer, quatre se joueront à l'extérieur. Je pense qu'il faudra en gagner au moins quatre pour accéder à la région. Les trois à domicile sont indispensables. Il nous faudra ensuite en gagner un ou plusieurs à l'extérieur.

Quels sont les points forts de l'équipe ?

Le niveau des joueurs est très homogène. Les dix joueurs sur la feuille de marque sont interchangeables. Quelques leaders se dégagent tout de même mais aucun n'est vraiment à la traîne. Les joueurs ont tous envie de se passer la balle. Ils évoluent dans un certain cadre depuis maintenant quelques années et c'est un gain de temps au niveau collectif qui n'est pas négligeable. On aura aussi une vraie carte à jouer sur jeu rapide.

A l'inverse, quels sont les points faibles ?

Mise à part peut-être les deux joueurs qui viennent de la JL, aucun ne sait vraiment à quoi s'attendre au niveau régional. Ce sera une découverte pour la plupart. Il y a une vraie différence entre le championnat départementale et le championnat régional, notamment au niveau de l'intensité. Etre champion de l'Ain est tout sauf une garantie pour la région. Mais le gros point faible est la taille moyenne de l'équipe. Seul Loïs est grand. On est vraiment petits, ce qui va nécessiter du "bricolage" par moments au niveau du coaching. On compensera en allant plus vite !

Employé du club, tu entraînes plusieurs catégories. Quels sont les objectifs d'un coach qui s'occupe de minimes par rapport à des benjamins ou des séniors ?

On est toujours dans la formation technique indispensable mais contrairement au benjamins, c'est la catégorie où l'organisation à trois, quatre et cinq sur le terrain se met en place. On commence vraiment des choses poussées dans la connaissance globale du jeu comme l'occupation de l'espace sur le terrain. Tout ça est normalement acquis en séniors. Vu que je connais les joueurs depuis longtemps, je les ai mis dans le jeu à cinq assez vite. En benjamins, je vais rarement au dessus de quatre.
Minimes garçons 1 
(championnat pré-ligue)
Régis Place 
Président




Place à Régis pour la toute première rubrique consacrée aux dirigeants du club. Marié et père de deux enfants, notre président, anciennement infirmier du secteur psychiatrique, a eu la gentillesse de nous accorder une demi-heure dans son emploi du temps chargé pour nous parler de sa vie à la tête du club, qu'il conjugue avec un poste de responsable départemental du syndicat Santés Sociaux, et de sa vision de l'esprit associatif qui, selon lui, n'empêche pas toute compétitivité.
Etre président d'un club de basket, ça veut dire quoi ?

C'est animer un collectif de dirigeants, d'entraineurs et de bénévoles. Faire du lien entre les compétences et les besoins des uns et des autres.

Quels sont les avantages et les inconvénients du poste ?

C'est varié! On a du sportif, de l'administratif, du politique, du relationnel. C'est très formateur. On apprend plein de choses du point de vue culturel, sportif et général. C'est un poste magnifique. En un peu plus que dix ans, j'ai vu beaucoup de monde. Il y a aussi des moments de stress. Mais le stress, c'est stimulant! Quant aux inconvénients, ça prend beaucoup de temps et d'énergie, ce qui implique que ça peut bouffer la vie de famille même si en général on devient dirigeant quand on a ses enfants dans le club. Toute la sphère familiale y participe.

Quel genre de président es-tu ?

J'ai une devise qui dit que l'on peut faire du travail sérieux sans se prendre au sérieux. C'est ce qu'on fait assez bien à Viriat. Quand on voit les résultats sportifs et le niveau d'encadrement du club ainsi que la convivialité qui règne dans les équipes et entre les gens, on peut dire que l'on a réussi à Viriat de ce côté-là.

4/ Est-ce que t'as un exemple de présidence que t'aimerais suivre ?

Non, je ne suis pas très culte de la personnalité. Mais je peux remercier Jean-Yves Subtil qui était très compétent. J'ai bien apprécié aussi d'avoir bossé avec Jean-Pierre Gomez qui sait très bien trancher lorqu'il le faut. J'aimais bien François Fournier qui était beaucoup dans l'écoute et Jean-Pierre Hunckler. En fait, je n'ai pas vraiment de modèle particulier. Je prends un peu chez tout le monde. Je suis à la fois un peu autodidacte et écclectique. Mais je reconnais que je suis pas non plus un modèle.
Vous avez des nouvelles à annoncer ? Des situations cocasses à raconter ? Des gags insolites à partager ?